A la découverte de la PlayStation 4

 






Abréviation : PS4
Génération : 8e
Sortie US : 15 novembre 2013
Sortie EU : 29 novembre 2013
Sortie JAP : 22 février 2014

________________________________________


Les charactéristiques techniques :


Processeur principal : Jaguar
Développé par : AMD
Spécifications : 8 cores - architecture x86-x64 (32/64-bits) - cadencé à 1,6Ghz - 2 x 2Mo de Mémoire Cache L2

Processeur vidéo : Radeon
Développé par : AMD
Spécifications : basé sur l'architecture GCNA (Graphics Core Next Architecture) - dérivé des Radeon HD 7870 de dernière génération - cadencé à 800Mhz - 18 unités de calculs - 1152 GPU Cores - 72 unités de Texture Mapping

Note : le CPU, le GPU et les mémoires caches (L1 et L2) sont implantés sur le même Die

Processeur additionnel 1 : Auxiliary Processor
Développé par : ARM
Spécifications : processeur dédié au système d'exploitation et aux fonctions auxiliaires (Share) - équipé de 256Mo de RAM dédiée

Processeur additionnel 2 : AMD TrueAudio
Développé par : AMD
Spécifications : processeur dédié au son - possibilité d'effets audio 3D, compression, décompression et reverb à la volée - gestion du Dolby Digital et DTS 5.1 - sortie digitale optique et HDMI

RAM : 8Go unifiée - type GDDR5 - bus de 256-bits - bande passante de 176Go/s
Puissance en crête : 1,84 TFLOPS rien que pour le GPU - Pixel Fillrate de 25 GP/s - Texture Fillrate de 57 GT/s - la PS4 est annoncée comme 10 fois plus performante que la PS3...

Supports : disque dur de 500Go à 2To (selon le modèle) - lecteur Blu-Ray 6x (débit max de 27Mo/s) supportant les DVD-Roms et les Blu-Rays double couche (50Go max)
Connexions : port HDMI 1.4 (Full HD/1080p et compatible pour les photos et vidéos au format 4K/Ultra HD soit 2160p) - connectivité Wi-Fi 802.11n, Bluetooth 2.1 et USB 3.0 (compatible USB 2.0)
Joueurs max : jusqu'à 4 joueurs en local + fonctionnalités en ligne (payante via le PlayStation Plus)








Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

A la découverte de la
PlayStation 4




2 : Bilan de la PlayStation 3



Celles et ceux qui suivent notre site depuis un moment le savent déjà, puisque je ne m'en suis jamais caché : la PS3 est une console qui a été conçue avec les pieds ! Son prix était exorbitant (600€ chez nous, et encore, il manquait l'Emotion Engine assurant la parfaite rétrocompatibilité avec les jeux PS2) et si technologiquement la machine était un bijou, entre nous ce produit mégalo a bien failli couler la boite. Ça a d'ailleurs couté la place à Ken Kutaragi (le papa des PlayStation) et Sony a pris une claque dans la gueule. En effet, fier et fort du succès incontestable de la PlayStation 2, le géant japonais avait perdu toute humilité en lançant des phrases du genre "la next-gen ne commencera pas sans nous" alors que la Xbox 360 était déjà en place depuis un an ! Franchement, fallait pas manquer d'air. De plus, la PS3 accumulait des technologies inutiles : qui s'est déjà servi du lecteur multi-cartes ou de la lecture des Super CD ? Personne évidemment, moi-même c'est en écrivant ces lignes que je me rappelle que ma console possède ce type de fonctions. D'ailleurs la rétrocompatibilité avec les jeux PS2 est bien jolie mais pas vraiment utile. Si la rétrocompatibilité est agréable sur les consoles portables (comme la GBA qui lit les jeux Game Boy et Game Boy Color), chez soi c'est très différent et généralement, un vrai amateur de jeux vidéo, garde ses consoles et ses jeux. Le constructeurs ont finis par le comprendre, voilà pourquoi la Xbox 360 "n'émule" qu'une partie du catalogue Xbox et seules les premières PS3 passent les jeux PS2. Bref, des fonctions qui coutent cher et qui ont vite été supprimées afin de baisser au plus vite les couts de production et donc, le prix en magasin.



Je n'évoquerai pas avec vous le grand foutage-de-gueule que sont les tailles des disques durs car lorsqu'on connait le prix "public" de ces derniers, on se dit que nous les facturer au prix-fort pour à peine 500Go aujourd'hui, on se paye bien la tête de ceux qui, malheureusement pour eux, n'y connaissent rien en informatique. Mais ce qui me fait dire que la PS3 a été mal conçue, c'est bien sur la question de la RAM. Alors que les PCs de l'époque tournaient déjà sur 2 à 4Go de RAM, Sony sort une console avec seulement 512Mo… exactement comme Microsoft et sa Xbox 360. Voulant écraser son concurrent, il est clair que Sony aurait dû fournir au moins 1Go et éviter à tout prix la Rambus, qui coute un bras pour des performances à peine meilleures. De plus, le fait que la RAM ne soit pas unifiée (comme chez le concurrent) est une erreur supplémentaire. Après, difficile de renier la puissance du processeur CELL (même si son développement a, indirectement, financé celui du Xenon de la Xbox 360… et oui :), qui fut un calvaire à dompter par les développeurs mais qui tire clairement la console vers le haut, une fois ce dernier maitrisé. Le RSX (processeur vidéo), développé par nVidia était un bon GPU à l'époque, plus ou moins équivalent à celui de son concurrent direct. On aurait pu espérer mieux, d'autant plus que 12 mois séparent les sœurs ennemies, mais je suppose que c'était dans le but d'avoir une technologie maitrisée et finalement assez proche de la concurrence. On retiendra également ce lecteur Blu-Ray de série, qui offre un très grand stockage (50Go) et la lecture native des films (certains ont même acheter la PS3 uniquement pour ça, puisqu'en 2007, les platines vidéo étaient plus chères que la console !). Cependant ce famélique lecteur 2x, au débit de données atrocement poussif, a obligé la plupart des développeurs à utiliser le disque dur, afin d'écourter des temps de chargement qui sont, même comme ça, très longs.



Bien sûr il y a eu de multiples révisions hardware (à commencer par la suppression des processeurs qui assuraient la rétrocompatibilité avec les jeux PS2), avec plus tard le modèle Slim et l'actuel modèle Ultra Slim. Autrefois console de prestige, la PS3 a peu à peu perdu de son luxe (comme les touches sensitives) pour devenir ce qu'elle est aujourd"hui : un produit bas-de-gamme au coup de crayon moche et à la conception discount. Il suffit de voir les modèles 12Go et ce chargement du disque via un panneau supérieur coulissant... pour se dire qu'au fil du temps, la console a perdu sa magnificence. Autre point intéressant : le pad. Il devait avoir une forme dite "boomerang" mais visiblement, le design et la prise en mains n'étaient pas au gout de ses messieurs, donc Sony a fait marche-arrière pour nous proposer sa SixAxis. On se souvient aussi que le géant japonais s'est foutu de nous en disant que la vibration n'était pas compatible avec la détection de mouvements (en réalité, c'était des problèmes juridiques avec Immersion, détenteur des droits, qui était à l'origine du problème), avant de nous sortir l'actuelle DualShock 3. Une manette à la prise en mains exécrable ! Stick arrondis, précision au rabais, gâchettes désagréables… bref une DualShock 2 mais en pire ! Je terminerai en disant qu'à l'image de la Wii, si la machine et son pad ont été développés par des incapables, il n'empêche que c'est toujours sur les jeux qu'une console se démarque.



Et le moins qu'on puisse dire, c'est que la PS3 aura eu une très belle carrière. Avec un gros retard à l'allumage, elle a fini par rattraper la concurrence, alors que cette dernière avait pris une large avance. Et question jeux, si Sony a perdu beaucoup de ses exclusivités au profit de sorties multi-supports (ce qu'on peut comprendre étant donné la flambée des couts de développement), ils ont quand même réussi à nous offrir de très beaux titres qu'on ne joue nulle part ailleurs. Entre Metal Gear Solid 4, les God of War, les Uncharted, les littleBIGplanet, les inFAMOUS, les KILLZONE et bien entendu le très primé Last of Us, on peut dire que la PlayStation 3 nous a fait voyager. On retiendra également que le PSN, au départ bien merdique, s'est relevé et a fini par fournir un contenu plus qu'honorable (même s'il n'égale pas le Xbox Live Arcade), ainsi qu'un service en ligne gratuit. Mine de rien, le fait de pouvoir jouer en ligne gratuitement, c'était un vrai plus. En conclusion la PS3 a mis du temps à convaincre et à offrir des jeux de qualité, elle a été longue à devenir abordable et maitrisée par les développeurs mais comme toujours avec les consoles Sony, il faut être perseverant car ce sont des machines durables et qui finissent par offrir le meilleur. Le tout c'est d'être patient…





Sommaire

1 : Introduction
2 : Bilan de la PlayStation 3
3 : Génèse et design extérieur
4 : L'interface (dashboard)
5 : Le PSN et le bouton Share
6 : Le pad DualShock 4
7 : L'hardware
8 : Conclusion

Article réalisé par iiYama

janvier 2014 (mise à jour : septembre 2015)