A la découverte de la PlayStation 4

 






Abréviation : PS4
Génération : 8e
Sortie US : 15 novembre 2013
Sortie EU : 29 novembre 2013
Sortie JAP : 22 février 2014

________________________________________


Les charactéristiques techniques :


Processeur principal : Jaguar
Développé par : AMD
Spécifications : 8 cores - architecture x86-x64 (32/64-bits) - cadencé à 1,6Ghz - 2 x 2Mo de Mémoire Cache L2

Processeur vidéo : Radeon
Développé par : AMD
Spécifications : basé sur l'architecture GCNA (Graphics Core Next Architecture) - dérivé des Radeon HD 7870 de dernière génération - cadencé à 800Mhz - 18 unités de calculs - 1152 GPU Cores - 72 unités de Texture Mapping

Note : le CPU, le GPU et les mémoires caches (L1 et L2) sont implantés sur le même Die

Processeur additionnel 1 : Auxiliary Processor
Développé par : ARM
Spécifications : processeur dédié au système d'exploitation et aux fonctions auxiliaires (Share) - équipé de 256Mo de RAM dédiée

Processeur additionnel 2 : AMD TrueAudio
Développé par : AMD
Spécifications : processeur dédié au son - possibilité d'effets audio 3D, compression, décompression et reverb à la volée - gestion du Dolby Digital et DTS 5.1 - sortie digitale optique et HDMI

RAM : 8Go unifiée - type GDDR5 - bus de 256-bits - bande passante de 176Go/s
Puissance en crête : 1,84 TFLOPS rien que pour le GPU - Pixel Fillrate de 25 GP/s - Texture Fillrate de 57 GT/s - la PS4 est annoncée comme 10 fois plus performante que la PS3...

Supports : disque dur de 500Go à 2To (selon le modèle) - lecteur Blu-Ray 6x (débit max de 27Mo/s) supportant les DVD-Roms et les Blu-Rays double couche (50Go max)
Connexions : port HDMI 1.4 (Full HD/1080p et compatible pour les photos et vidéos au format 4K/Ultra HD soit 2160p) - connectivité Wi-Fi 802.11n, Bluetooth 2.1 et USB 3.0 (compatible USB 2.0)
Joueurs max : jusqu'à 4 joueurs en local + fonctionnalités en ligne (payante via le PlayStation Plus)








Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

A la découverte de la
PlayStation 4




6 : Le pad




Parlons à présent du pad, un sujet qui me tient à cœur. Je ne le cache pas, je trouve que la manette de la PS3 est une gageure, un produit obsolète et indigne de la console. Imprécis, stick minable, mous, trop "grands", gâchettes inconfortables, prise en mains franchement moyenne… en clair, à part sa croix numérique qui reste bien pratique pour certains jeux 2D, je trouve que le pad PS3 est une véritable cochonnerie. Voilà aussi pourquoi j'ai achèté la plupart de mes softs sur Xbox 360 : déjà je ne suis pas obligé d'installer les jeux et puis le pad est une merveille de confort et de précision. Pour la PS4, très tôt on a su que Sony a voulu faire un effort, au lieu de nous sortir une énième déclinaison de son pad DualShock, au design qui remonte tout de même à 1997 (depuis la première PlayStation). Cette fois il est clair que le constructeur a fait les choses bien et s'il est vrai que je râle beaucoup depuis le début de ce dossier (en vous montrant les aberrations de conception de la console), je reconnais que le pad est presque exempt de reproches. Vous le savez sans doute, les légendaires touches "Start" et "Select" ont disparus, au profit des touches "Share" et "Options".





Je ne reviens pas sur l'utilité et l'utilisation de la touche Share, le bouton Options étant quand à lui, le nouveau bouton Start (il sert généralement à mettre la pause). Entre ses 2 touches il y a le fameux pavé tactile, qui plus est cliquable, dont l'utilité dépendra évidemment des développeurs et des jeux. Ceci dit, j'aurai préféré un mini-écran tactile, car ce petit pavé fait vraiment office de gadget. Sur la tranche avant du pad, on retrouve une bande lumineuse, dont la couleur est variable. Avec une PlayStation Camera, on reconnait bien-là les vertus du PS Move. Cependant, si la couleur peut être variable, je trouve personnellement idiot qu'on ne puisse pas la désactiver si on n'a pas de PS Camera. Certes elle peut indiquer (par exemple) l'état de santé de notre personnage, mais personne ne se donnera la peine de regarder là pour obtenir une telle info. Pire même, je vois la barre se refléter dans le cadre de ma télé ! J'imagine à peine ce que ça doit donner si votre télé possède une surface brillante : vous verrez votre "crossbar" se promener partout à l'écran ! Encore une belle innovation…



 


Au centre du pad, on retrouve naturellement la touche PS, qui permet à tout moment de revenir sur l'interface console et, plus surprenant, juste au dessus se trouve un haut-parleur. Alors j'ai lu énormément d'âneries par rapport à ce petit HP, comme quoi il fait un son dégueulasse et cracheux… c'est faux ! La qualité est proche d'un téléphone portable mis sur haut-parleur, à savoir que sa monte forcément dans les aigus, mais on comprend très bien les sons qui en sortent. Le timbre est clair, le transfert n'est jamais coupé, bref c'est réussi. Car si les génies de la presse qui ont pondues de telles inepties se sont cantonnés à KILLZONE : Shadow Fall, on peut comprendre l'erreur. En effet, dans ce jeu nous avons divers messages audio qui émanent du pad, mais ils sont volontairement cracheux et entrecoupés car il suffit de jouer à d'autres titres (comme Resogun) pour s'apercevoir que le tout fonctionne nickel. Croyez-moi, on est loin, très loin des épouvantables miasmes dont la Wimote nous a abreuvé depuis sa sortie ! Autre détail, comme sur le pad de la Xbox 360, on retrouve une prise casque où on peut brancher une oreillette pour ses parties en ligne.



 


Malheureusement, le plus gros défaut de cette manette, c'est sa batterie. Certains prônent les piles des contrôleurs Xbox (moi le premier) car une fois les piles à plat, il suffit d'en changer pour continuer sa partie sans se prendre la tête. C'est d'autant plus pratique avec des piles rechargeables. Maintenant le camp opposé aime et défend la batterie de la DualShock 3 (PS3) qui se recharge via le port USB de la console. C'est ce processus qui a été reconduit pour la PlayStation 4, or la batterie incluse (et malheureusement non interchangeable), se vide à une vitesse folle ! Certes elle se recharge vite, le pad peut même être rechargé console éteinte (une très bonne fonction soit dit en passant) seulement il faut moins de 5 heures pour tomber en rade. Il faut dire qu'entre cette barre lumineuse qu'on ne peut pas éteindre, la prise casque, le haut-parleur qui s'amuse à nous taper la discussion, le pavé tactile et une batterie ridiculement petite (à peine 800mA/h), forcément ça n'aide pas. Enfin, le cordon USB est honteusement court ce qui fait que vous ne pourrez pas (ou difficilement) jouer en rechargeant votre batterie.





Maintenant sachez qu'on a enfin un bon pad, made in PlayStation, dans les mains ! Ok il n'est pas parfait, mais à côté de ça, on a enfin une manette dont la prise en mains est exemplaire : Alléluia !! En effet, le pad tient bien en mains, les sticks tombent naturellement sous les doigts, les gâchettes sont idéalement placées… bref, il aura fallu attendre la 4e génération de DualShock pour enfin avoir une bonne manette. La croix numérique a été repensé, elle est plus souple et ergonomique, on retrouve bien sûr la vibration et la détection de mouvement SixAxis, les gâchettes basses sont analogiques (idéal pour les jeux de courses) et le fin du fin, ce sont les sticks analogiques. Ils sont petits, précis, incurvés (au lieu d'être bombés… enfin !!), et ils sont d'une rigidité et d'une précision exemplaire ! Franchement, pour une fois Sony me fait vraiment plaisir et on peut le dire, le pad PS4 est aussi bon que celui de la Xbox 360 ! Ce n'est pas rien et à mes yeux, c'est un vrai compliment, prouvant que le constructeur nippon a enfin rattrapé son retard sur son principal concurrent. Enfin la DualShock 4 pose un poids très convenable, ni trop lourd, ni trop légère, avec en plus une rigidité de l'ensemble et une qualité des matériaux et d'assemblage de très bonne facture. On n'a vraiment pas l'impression d'avoir de la camelote entre les doigts (ça change de la SixAxis pas vrai ?).






Sommaire

1 : Introduction
2 : Bilan de la PlayStation 3
3 : Génèse et design extérieur
4 : L'interface (dashboard)
5 : Le PSN et le bouton Share
6 : Le pad DualShock 4
7 : L'hardware
8 : Conclusion

Article réalisé par iiYama

janvier 2014 (mise à jour : septembre 2015)