Uncharted 2 (PS3)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 2009
Développeur : Naughty Dog
Editeur : Sony Computer
Genre : action - aventure

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Go (install)
Moteur graphique : Naughty Dog Engine 2.0
Moteur physique : Havok
Définition HD : 720p

Difficulté :
Multi-joueurs : 10 joueurs online
Titre alternatif : Uncharted : Drake's Fortune 2
Prix au lancement : 65€
Score des ventes : 6.6 Millions


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Uncharted 2

Among Thieves



En 2007, la PlayStation 3 cherchait encore sa place. Dernière arrivée dans la course à l'hardware, le début de sa carrière n'a vu n'aitre que des petits jeux, des adaptations d'anciens titres ou encore des jeux multi-supports. Bref, 9 mois après sa sortie Européenne, plus d'un an après sa parution internationale, la PS3 se cherchait encore, la faute à de grosses exclusivités, simplement absentes. Mais voilà que Naughty Dog, l'un des développeurs chouchou de Sony, nous sort justement pour ce Nöel-là, Uncharted : Drake's Fortune. C'était risqué de tabler sur une nouvelle licence dont le nom ne disait quasiment rien à personne, mais le succès répondit à l'appel. Mélangeant très habilement les genres, le TPS à la Gears of War ou Stranglehold, la plate-forme façon Tomb Raider avec un peu les mêmes sensations de vertige et dans une autre mesure, le même type d'ambiance, bref cette habile recette s'est vite révélée savoureuse. Il faut dire que la composition était étonnement bien équilibrée, aucun ingrédient ne prenait plus de place qu'un autre, ce qui a contribué à rendre ce "voyage" que plus agréable à parcourir. Ajoutons à ça une jouabilité imprécise mais calibrée (voire même assistée) et surtout une réalisation flamboyante, et en un seul épisode la licence Uncharted a été promue à un très bel avenir. Et il est vrai que si le lecteur Blu-Ray avait tendance à souffrir (les développeurs ayant pris le parti de ne pas installer le jeu sur le disque dur) et qu'on avait quelques bugs (notamment des pop-ups), aujourd'hui Uncharted fait encore office de référence visuelle. Particulièrement beau et dépaysant, il nous a démontré ce dont était capable une PlayStation 3 mal-aimée car difficile à maitriser. Un peu moins de 2 ans plus tard, la licence revient en force avec un second épisode sous-titré Among Thieves (qu'on traduit par "parmi les voleurs"). Si en 2007 Naughty Dog n'avait pas tellement eu droit à l'erreur (puisque c'est Sony qui a financé le développement du jeu), pour cette suite les enjeux étaient doubles : le développeur était attendu au tournant et il devait arriver à faire mieux que le premier épisode tout en gardant "l'esprit" du titre. Un gameplay plus étoffé, des graphismes plus spectaculaires, des situations toujours plus périlleuses… voilà ce qu'on attendait d'Uncharted 2. Mais finalement, rien ne nous préparait à l'une des plus épiques et des plus époustouflantes aventures qu'on puisse trouver actuellement sur consoles de salon.


Développement scénaristique

Après avoir
Dés le départ le jeu commence fort et nous pose flashbacks et cliffhangers
sauvé le monde du fléau de l'El Dorado, Nathan Drake tente cette fois de percer le mystère entourant la flotte perdue de l'explorateur Marco Polo, à son retour de Chine en 1292. L'aventurier se rend au Tibet, dans les chaines de l'Himalaya, sur la piste du royaume de Shambhala et de la pierre sacrée de Chintamani. Un militaire du nom de Lazarevic convoite également le précieux saphir. Dans ses aventures mouvementées à travers l'Asie, Nathan est d'abord accompagné de Chloé Frazer, une fille qui semble être à la fois son ex et sa future ex. Lorsque le jeu commence, on s'attend une fois de plus à un début un peu mou… le temps que le scénario se mette en place. Or c'est l'un des tours de force du titre, il ne cesse de nous surprendre et déjà le prologue va vous accrocher les tripes (faut jouer pour comprendre). Et les développeurs d'Uncharted 2 semblent avoir beaucoup appris en 2 ans, notamment en usant au mieux des codes et recettes du cinéma. En fait le jeu s'ouvre 4 mois après le début réel de l'aventure mais Nathan est en mauvaise posture. Entre 2 cliffhangers, on aura des flashbacks et surtout on saura ce qu'il fout ici, au milieu des montagnes Tibétaines. Bien sûr, c'est assez subjectif, mais le scénario nous fait le coup de la "super-production Hollywoodienne". Comprenez par là que l'enrobage est somptueux mais le fond reste dans tous les cas très léger. La nouvelle quête de l'ami Drake est attrayante et il se greffe là-dessus des petits suspens, des retournements de situations, des trahisons… bref tout ce qui fait un film à gros budget et donc à petit scénario. Mais bon, Uncharted n'est pas Metal Gear Solid, on ne le blâmera pas pour ça et on appréciera d'autres petits détails vraiment sympas. Par exemple les petites notes d'humour sont toujours aussi bien placées et le jeu fait pas mal de références à Drake's Fortune : l'hôtel El Dorado, Nathan qui nous balance avec beaucoup de dérision "plus de jus, une fille coincée, si jamais les zombies débarquent…" ou encore le retour inopiné d'Elena, qui se présente comme "le modèle de l'an dernier". Ça prête forcément à sourire. Oui, les anciens protagonistes font leur retour : Elena et Victor Sullivan sont bel et bien présents. Je dirai même qu'ils apportent de la profondeur à l'écriture, étant donné leur passif avec Nathan.


Pour ce qui
Si le scénario est encore un peu léger, on a une mise en scène incroyablement réaliste et des séquences à couper le souffle !
est de la réalisation, plutôt que faire souffrir la console, cette fois les développeurs ont décidés de placer des vidéos. Elles ont été crées off-line avec le moteur 3D mais étant donné leur aspect "hors ligne", le niveau de détails est bien plus élevé qu'en jeu. Ça se voit notamment aux armes, qui sont rarement les mêmes que celles qu'on avait la seconde avant, et surtout aux textures des différents personnages, qui sont étonnement détaillées. Si Drake reste le plus réaliste et le plus détaillé d'entre tous, Chloé, Elena ou même Harry Flynn (un autre gars qui a persuadé Drake de se mettre en chasse du trésor) sont déjà superbes. Les yeux par exemple, sont brillant plutôt que d'être "vides", les expressions faciales sont bien travaillées, idem pour les animations, qui sont bien plus réalistes qu'autrefois. Et une fois de plus, toutes les scènes ont été motion-capturées et mimées par le même groupe d'acteurs : la belle Emily Rose reprend le rôle d'Elena, Nolan North endosse à nouveau celui de Drake et Richard McGonagle celui de Sullivan. Se greffe ensuite de nouveaux acteurs pour interpréter Chloé (jouée par Claudia Black, notamment vue dans Pitch Black ou la série Stargate SG1), Harry Flynn (joué par Steve Valentine, déjà vu dans Charmed, Dr House ou Spider-Man 3) et le grand méchant du jeu, Zoran Lazarevic (joué par Graham McTavish, déjà vu dans Lost, Prison Break, ou Numb3rs). Maintenant que dire des nouveaux personnages… Chloé, visiblement plus proche de Drake qu'Elena ne l'a jamais été (tout du moins au début du jeu), n'a pas du tout le même charme. Chloé fait plus bimbo caricaturale, chaudasse "pas farouche", gros seins… il ne lui manque plus qu'être décolorée pour finir le tableau. Son côté un peu pétasse par moment, la rend selon moi moins attirante, plus antipathique et de toute façon, aucune ne remplacera Elena. Quant aux méchants, rien à dire, ils font leur job. Comme pour son prédécesseur, on peut mettre les cinématiques en pause (ça sert plus souvent qu'on croit) et on a droit à une jolie séquence de fin, certes un peu conventionnelle, un peu cliché mais loin d'être désagréable. Uncharted 2 pose donc un scénario sympa sur une mise en scène explosive et riche en rebondissements. En somme, par-dessus la légèreté de l'écriture, c'est la mise en forme qui prime et c'est tout ce qu'on demande d'un jeu classé "spectacle".


Jouabilité & Gameplay

Avec cette
A part quelques petites anicroches, la jouabilité est encore une fois au poil et mélange 2 types de gameplay
suite Naughty Dog s'est empressé de corriger les critiques dont a été victime le premier épisode, avec tout d'abord la présence d'un mode multi-joueurs. Opposants jusqu'à 10 fraggers dans des modes divers (Deathmatch, Elimination, Chain Reaction, Guerre de territoires, Roi de la colline), ces épreuves peuvent être jouées sur 8 cartes différentes, et depuis une récente mise-à-jour gratuite, une nouvelle carte inspirée de Drake's Fortune (intitulée le Fort), parfait le tableau. De plus en plus à la mode, le jeu se pare également d'un coop où le joueur 1 joue Drake et où le joueur 2 alterne les protagonistes secondaires (Elena, Sullivan, Tenzin et Chloé). On a même des missions collaboratives par groupe de 2 ou 3, qui prolongent l'histoire du solo. Bref, rien n'a été laissé au hasard, tout du moins sur cet aspect-là du jeu. On retrouve comme précédemment les trésors à dénicher (cette fois au nombre de 100) avec l'avantage certain que désormais, ils servent à quelque chose. En fait trouver des trésors ou obtenir certaines conditions, débloque des trophées. Ces trophées sont virtuellement rémunérés et avec l'argent amassé, on peut débloquer des options et des vidéos bonus. Ainsi ce ne sont plus de simples babioles qui sont semées sur la route mais un vrai leitmotiv à bien explorer les lieux car il y a pas mal de trucs à débloquer. Si le jeu détecte que vous avez fini Drake's Fortune, il vous donnera directement 100.000$ (de quoi débloquer tout ce qui est intéressant) mais les meilleures options demandent qu'on finisse le jeu une première fois : couleurs sépia ou N&B, couleurs "next-gen" (bizarres mais sympa), skins pour le multi, de nouvelles vidéos bonus (développement du jeu, d'une scène, présentation de l'équipe…), le "one hit kill", un mode reverse et même l'option pour obtenir les munitions infinies. Uncharted 2 est évidemment compatible avec la DualShock 3 et on peut désactiver les fonctions SixAxis. Mais personnellement, pour tester le jeu je les ai laissé activé mais je n'en ai jamais eu besoin. Passer un tronc d'arbre se fait désormais de "façon normale", les grenades ont un tout nouveau système de lancé… en clair, activée ou pas, je me demande bien à quoi sert cette option dont je n'ai pas eu l'utilité. Après tout tant mieux, si c'est pour faire le gogol à secouer le pad devant la télé, autant jouer à la Wii. Comme je viens de l'évoquer, les grenades possèdent un nouveau mode de lancé, plus rapide et intuitif. Avec la touche L2 on les jette au jugé et en visant, on fait un lancé plus précis. Ça permet de se servir des grenades de façon plus adéquate. Et si elles semblent mieux gérées, il subsiste encore quelques boulettes comme un gars qui y résiste bec et ongles. Heureusement, contrairement à son prédécesseur, ça reste vraiment occasionnel. Histoire de tout faire péter, on a aussi des bonbonnes de gaz qui sont dispersées dans tout le jeu. En tirant dessus ça pète (ce qui peut abréger un combat) mais on a également la possibilité de les prendre et de s'en servir comme projectile explosif. La classe…


Côté armement,
Quelques nouveautés viennent agayer un gameplay bien huilé
le jeu se dote de nouvelles pétoires tout en reprenant l'arsenal qu'on a déjà eu entre les doigts. Certains sont bons (mini-gun, arbalète, Luger), d'autres moins (comme le FAL par exemple), d'autres encore ont étés améliorés comme l'Uzi qui est désormais plus efficace. Après on retrouve les classiques fusil à pompe, 9mm, AK47, Python calibre 45, sniper, etc… avec toujours nos préférés, même si l'armement est clairement plus équilibré. Il y a aussi un bouclier, que les férus de Gears of War 2 ou d'Army of Two noteront tout de suite (il permet d'avancer presque en sécurité sous le feu ennemi). C'était une petite critique du premier opus : la difficulté oscillait pas mal. Proposant désormais un mode "très facile", il sera ardu de contredire les développeurs, car pour le coup c'est vraiment facile. C'en est même trop. Les fusillades deviennent vite bourrines puisque Drake encaisse vraiment bien, que les ennemis visent comme des pieds et que le PNJs qui nous accompagnent, servent vraiment à quelque chose. Le jeu n'en est que plus abordable mais même moi qui aime les jeux faciles, je pense que la prochaine fois je tenterai l'aventure en "normal". En tant que suite, les développeurs se devaient d'améliorer aussi les phases de plate-formes. Drake se voit donc agrémenté de quelques nouveaux mouvements et comme il y a moins de "murs invisibles", on a donc un peu plus de libertés. D'ailleurs Uncharted 2 commence d'une manière plus subtile qu'on croit, en imposant quelques phases d'infiltration bien sympas où il faudra éliminer ses ennemis de façon furtive. A ce propos, le combat à mains nues a également été revu. Plus simple (il n'y a plus de combos), on prendra plaisir à cogner si on est en rade de munitions ou qu'un ennemi s'approche de trop près (ce sera également l'occasion de profiter de superbes ralentis). Dans tout ça, une chose est sûre : le jeu est plus que jamais axé sur le spectaculaire et à ce titre il commence très fort ! Ensanglanté et sonné dans un train suspendu dans le vide, le jeu débute d'une manière très impressionnante. S'enchainent ensuite des séquences toujours plus vertigineuses et toujours plus explosives. C'est d'autant plus vrai que, comme le dit la loi de Murphy, rien ne se passe comme prévu. Tout ce qui potentiellement peut merder, finit par merder, donc si au premier passage tout va bien, il y aura toujours une tuile lors du second. Au final, on va de surprises en surprises et on est constamment en alerte. Ça rend le jeu très accrocheur et les 26 chapitres (plus nombreux que dans le 1 pour une durée de vie légèrement plus longue) que compte le mode solo, s'avale presque d'une traite si tant est qu'on ait le temps. Reste quelques menus problèmes de jouabilité où Drake fait n'importe quoi (il ne se met pas à couvert, saute de travers, tombe d'une corniche sans se rattraper…) mais ça reste finalement peu gênant et rare, et le jeu accumule tant de qualités qu'on peut difficilement le réprouver pour ça.


L'image

Si le premier
Le jeu ne pose quasiment aucun bug et l'aliasing est hyper discret. Une prouesse quand on sait combien les PlayStation "aiment leurs escaliers"
Uncharted était en 2007 la grosse référence en terme de graphismes sur PS3, en 2 ans le bougre aura été dépassé quelques fois. Voilà pourquoi le développeur revient avec un Naughty Dog Engine 2.0, évolution directe du premier moteur. Cette fois, le middleware s'installe à hauteur d'1Go (ce qui n'est pas énorme à côté de certains titres, comme Resident Evil 5 qui s'installe sur 6Go !) ce qui règle d'emblé les anciens problèmes de pop-ups. Comme les cinématiques sont en réalité des vidéos, le jeu n'a non plus besoin de charger ses données, au contraire ce sera pour lui un moment d'accalmie. Tout ça profite bien évidemment au lecteur Blu-Ray, qui était autrefois malmené et qui désormais, semble plus tranquille. A ce propos, les vidéos lues sur le disque sont d'une qualité égale au rendu "in game" donc on ne fera plus la différence entre les 2. Encore quelques cut-scènes sont gérées en temps réel mais celles-ci sont généralement brèves. Entre le jeu et les vidéos, la vraie différence c'est les modélisations, surtout pour Drake. La barbe, les cicatrices, le grain de peau, c'est hallucinant comme les textures sont super détaillées. En jeu il en est tout autre. Comme on y prête plus vraiment attention, les modélisations sont plus simples, visant à ne pas surcharger inutilement le moteur de rendu. Autre technique visant à "économiser" le moteur, l'effet Bokeh est utilisé de façon intensive. Cette technique, issue de la photographie et implantée aux jeux vidéos depuis peu (comme dans Just Cause 2), rend les textures les moins usuelles… floues ! Ainsi au moindre mouvement, le moteur applique un flou ce qui fait qu'il s'économise un nombre considérable de calculs, qui peuvent ensuite être réinvestis dans le décor (l'effet Bokeh n'a quasiment pas été utilisé lors des vidéos, en y réfléchissant c'est normal). C'est pas bête même si cet effet est souvent visible (au lieu de passer inaperçu) et donc un peu déroutant. Dernier point à évoquer avant que je me lance dans une série de superlatifs congratulants, si en plein jeu on a quasiment pas de loadings, les 2 premiers (un avant écran titre et un lorsqu'on charge sa partie) sont super longs. Comptez au moins 20 à 30 secondes chacun. Bizarre, étant donné qu'il use du streaming (chargement en continu des données), je me demande ce qu'il peut bien mettre en RAM et pourquoi ça dure aussi longtemps. C'était un pari à relever et Naughty Dog l'a remporté haut la main, le premier Uncharted était beau à se faire péter la rétine et pour cette suite, ils sont allés encore plus loin ! Si les montagnes Tibétaines et un artéfact qui ressemble à une dague vous font immanquablement penser à Tomb Raider II c'est normal mais pour le reste, chapeau bas l'artiste.


Il est évident que
Uncharted 2 est parmi les 3 plus beaux jeux sur console, si ce n'est LE plus beau jeu actuel
le studio, qui appartient et travaille étroitement avec Sony, a reçu toute l'aide possible afin d'exploiter au mieux une PS3 qu'on jugerait à la hâte, moins puissante que la Xbox 360. Le champ de vision est hyper étendu, ce qui donne l'impression d'espaces immenses, ou de gouffres abyssaux. Les sensations de vertige sont encore plus saisissantes qu'autrefois et les scènes à grand spectacle s'enchainent : le prologue, l'attaque du train, la poursuite du camion, l'immeuble qui s'écroule, l'attaque du tank, la course poursuite dans les montagnes… si Uncharted 2 vise à nous exploser les yeux tout en nous impressionnant via des séquences à couper le souffle, c'est largement réussi ! Ensuite, avec ses bidonvilles Indiens, ses haut-plateaux enneigés ou encore quelques passages en pleine jungle (on n'oublie pas non plus les temples, mystiques à souhait), cette séquelle est au moins aussi variée que le premier opus et nous change de son ambiance tropicale. On retrouve beaucoup de paysages "carte postale" à nous saisir sur place et qui nous forcent à faire quelques pauses contemplatives (dommage qu'on ne puisse pas prendre nos propres screenshots), mention spéciale aux montagnes Tibétaines et à ses cavernes (les reflets sont saisissants). A côté de ça, Uncharted 2 se pare d'une myriade de détails visant à améliorer le réalisme du rendu. On commencera par une eau toujours plus belle et bien gérée, plus de corps persistants qu'avant, une distorsion du décor visant à simuler la chaleur ambiante, de superbes effets de déformations de l'image lorsqu'une explosion se produit, des ombrages (surtout dans la forêt) toujours aussi bluffants, des sillons qui se forment lorsqu'on marche dans la neige, le tout sans aucun bug (où alors je les ai déjà oublié) et avec un aliasing vraiment discret. Peu le savent mais la PS3 gère nativement le FSAA 2x mais dans 9 jeux sur 10, il n'est jamais utilisé. Ici, en plus d'être impressionnant de beauté et hyper détaillé avec des textures admirablement travaillées, le rendu n'est pas sali par de disgracieux effets d'escalier. Uncharted 2 s'impose donc comme le nouveau maitre-étalon d'une console en plein essor. Si elle a pris son temps pour nous dévoiler son potentiel, sans doute parce que son processeur CELL est difficilement domptable (faut dire que gérer un PPE + 6 SPEs ça rend la programmation très compliquée mais si on maitrise la bête, la puissance brute est en décuplée). Après un premier épisode étonnamment beau, cette suite enterre tous les jeux PS3 sortis avant lui et s'impose comme la nouvelle référence graphique et pas seulement sur la console de Sony.


Le son

C'était pour
Grosse qualité pour le son avec de nouveaux bruitages plus performants, un excellent doublage et une musique vraiment superbe
ainsi dire un cachet sonore, les percussions ont données une ambiance toute particulière au premier épisode. Il est donc naturel que Greg Edmonson (le même compositeur) ait repris les mêmes aspirations acoustiques. Seul bémol, le thème principal est exactement le même (il n'a même pas pris la peine de le remixer, ne ce serait-ce qu'un petit peu) mais il est tellement génial, qu'on lui pardonne cette note de fainéantise. Pour le reste on est encore une fois en présence d'un jeu bien souligné, avec des musiques cinématographiques et orchestrales de toute beauté (les sonorités asiatiques et à la flûte de pan sont géniales). La qualité est une nouvelle fois au rendez-vous, avec en prime, plus de thèmes marquants et mélodieux, notamment en plein jeu. Ça rend certaines scènes que plus épiques. Pour le doublage, Sony a eu le bon gout de reprendre l'exacte équipe qui a réalisée un travail admirable en 2007. Sully et Nathan ont donc les mêmes voix et je dirai presque, les mêmes traits de caractère. Seule Elena a eu un parcours plus chaotique. Sans doute que personne n'y a prêté attention, mais le personnage a été doublé par 2 femmes différentes. Dans plus de la moitié du jeu elle est doublée par sa voix habituelle mais je suppose qu'en cours de route il y a eu un problème, et quelqu'un d'autre a pris sa place (regardez les vidéos à la suite, vous verrez la différence). Heureusement les 2 filles ont presque le même timbre, ce qui ne choque pas (c'est sur des détails qu'on fait la parité) et ça passe tout à fait inaperçu (surtout quand on n'a pas l'oreille). Le doublage est donc d'une qualité peu égalée mais on reprochera une nouvelle fois que la synchro n'est pas été invitée. Il n'y a rien de catastrophique, c'est mieux que dans la plupart des jeux actuels, mais comme les cinématiques sont lues sur le disque, ils auraient pu faire un petit effort de synchro (ce qui était plus délicat à obtenir dans le 1, étant donné que les cut-scènes étaient gérées en temps réel). Malgré tout, ça n'enlève rien à qualité de l'ensemble et le travail des doubleurs est le meilleur qu'il m'est été donné d'entendre depuis bien longtemps. On sent que Sony y a mis les moyens. Enfin, tous les bruitages ont étés revus et s'ils étaient un peu mous dans le premier épisode, ici ils sont pour la plupart meilleurs. Meilleurs certes, mais pas pour les armes à feu qui ne sont pas du tout réalistes (un AK47 n'a jamais fait ce bruit là !) et qui manquent encore de dynamisme. Pas toutes certes, mais le jeu y aurait gagné. Sans ça les explosions détonnent bien et tous les bruits environnants sont parfaitement travaillés. Un vrai plaisir pour audiophiles.


Note générale

C'est une équation qui marche assez bien, surtout en ce moment : à chaque suite on applique la fameuse formule du "plus plus". Ainsi, comme Gears of War, en seulement 2 épisodes la licence Uncharted s'est forgée une réputation à toute épreuve et est devenue le porte-étendard d'une génération de machines. Si Sony lui-même pensait que KILLZONE 2 serait la fameuse "killer-ap", le "must-have" imparable de sa PlayStation 3, finalement il faudra regarder vers d'autres horizons pour trouver le titre ultime, le canon absolu qui fait vendre des consoles. Nouvelle licence forte de la marque, si le premier Uncharted n'avait pas fait l'unanimité (certains l'ont vraiment appréciés comme moi, d'autres en disent du bien sans trouver en lui l'étoffe des grands jeux), cette suite aura mis tout le monde d'accord. Il suffit de faire un tour sur Internet pour s'en apercevoir : à sa sortie Uncharted 2 aura raflé tous les suffrages. Considéré comme le plus gros jeu de la PS3, voire même le plus gros jeu de ce Noël 2009, finalement il n'aura eu pour seul véritable concurrent qu'un Modern Warfare 2, lui aussi unanimement acclamé par la presse spécialisée. Loi du "plus plus" oblige, Uncharted 2 optimise la recette originelle, qui mixe avec intelligence action et plate-formes. Vraiment pas avare en sensations fortes, avec notamment des scènes époustouflantes et une aventure qui va de surprises en surprises, il se pose également comme la nouvelle référence en terme de graphismes. Selon certains, c'est même le plus beaux jeu console sorti à ce jour. Je n'irai pas jusqu'à une telle allégation mais force est de reconnaitre qu'il va vous exploser les mirettes. Les cinématiques proposent des modélisations hallucinantes de détails et de réalisme, et en jeu c'est la qualité des décors, digne de figurer sur des cartes postales, qui va vous fédérer à sa cause. En plus de ça, Uncharted 2 n'est pas qu'une jolie coquille vide à l'intérieur, c'est aussi une aventure riche d'un gameplay carré, et qui est plus varié que la plupart des TPS existants, les phases de plate-formes aidant en ce sens. Donc, comme je le disais en intro, Naughty Dog a rempli son contrat haut la main et nous livre son jeu comme la nouvelle bombe vidéo-ludique de 2009, sans doute l'un des 5 meilleurs titres de cette année-là. En globalisant le phénomène, on peut même dire que Sony est en passe de réussir à imposer sa console comme il l'a fait autrefois, car à l'image de sa première machine, la PlayStation 3 connait un franc succès tout en imposant de nouvelles licences (MotorStorm, littleBIGplanet, Resistance…). Et avec Uncharted 2, la barre est placée si haute qu'il sera quand même très difficile de faire mieux. Mais c'est sans compter sur le génie créatif du studio, qui je suis sûr, nous mijote déjà un 3e chapitre. Mais pour l'instant, ce second épisode va rester comme l'un des meilleurs jeux sur console, ce qui rend de plus en plus délicat le choix d'une machine HD. Si de son côté la Xbox 360 possède son lot d'exclusivités puissantes, désormais la PS3 offre un catalogue qu'il est impossible d'ignorer et Uncharted 2 figure sans doute dans le trio de tête. Pour des jeux comme ça, moi je re-signe dés demain...



Les -

  • Le fond du scénario est léger, très léger
  • Des armes à feu molles et non réalistes
  • Jouabilité toujours aussi imprécise
  • Encore quelques bugs
  • Chloé...
  • Les +

  • L'une des forces du jeu est de toujours nous surprendre
  • Difficulté équilibrée et pour tous les gouts
  • Petites notes d'humour bien senties
  • A sa sortie, le plus beau jeu PS3 !!
  • Mise en scène fabuleuse !
  • Le mode coop'
  • Elena...


  • Vidéo-test





    A savoir : cliquez pour ouvrir



    Test réalisé par iiYama

    décembre 2009 (mise à jour : avril 2012)