Shadow Dancer (ARC)

 









Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1989
Développeur : SEGA
Editeur : SEGA
Genre : action

Version testée : Euro
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP-US

Hardware : SEGA System18 (version C)
Support : PCB de 32Mb
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : stick 8 voies + 3 boutons

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en alternance
Titre alternatif : Shadow Dancer : Kage no Mai (JAP)
Prix au lancement : 400 Frs


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Shadow Dancer









Si tout le monde
Le chien apporte une véritable nouveauté au gameplay
connait bien Shadow Dancer pour son excellente version Mega Drive (un peu moins pour sa version Master System), il faut savoir qu'à l'origine il est sorti en 1989 sur borne d'Arcade, sur l'hardware maison de SEGA, le System18. Grand cousin de Shinobi, Shadow Dancer est en fait le 2e épisode de la série mais ce que moi-même je ne savais pas avant de poser mes mains dessus, c'est que la version console n'a rien à voir avec la version Arcade. Voyons maintenant si comme dans bien des cas, la version console est moins bonne que l'originale, comme ce fut le cas pour Golden Axe ou Altred Beast. Dans Shadow Dancer on joue Hayate Musashi, le fils de Joe Musashi, accompagné de son chien (donc Joe a sauvé sa femme lors de la précédente aventure et à fait "vous savez quoi" pour que la relève puisse voir le jour). D'un gameplay assez différent, notre ninja n'use pas de couteau mais de shurikens, qui sont d'ailleurs en nombre illimités. Accompagné de son fidèle compagnon, le chien ne fait pas de la figuration et a une vraie utilité : choper le bras d'un ennemi pour que son maître puisse le zigouiller. C'est d'autant plus pratique lorsqu'on est face à des ennemis équipés d'armes à feu. Par contre, si le toutou se fait blesser, il sera inactif pour un temps. Enfin dernière différence, notre perso peut sauter via une manipulation très simple (haut/bas + saut) d'un étage à l'autre, se débarrassant ainsi d'un double-saut pénible à réaliser. Et tout ça dans un but précis : débarraser la ville d'un syndicat du crime, qui a posé des bombes à retardement un peu partout. Exit donc les fillettes à sauver, dans cette version on doit récupérer des bombes dans le temps imparti (c'est normal que le temps soit limité, je vous rappelle qu'on est sur Arcade). D'ailleurs comme dans la version Mega Drive, certaines bombes nous donneront un "power-up" qui décuple la puissance des shurikens et des coups de sabre (qui se déclenchent semi-automatiquement au corps à corps). De toute façon, on ne peut pas quitter le niveau sans les désactiver toutes et comme le temps est limité, il ne faut pas trop traîner en route.


Autres détails
La réalisation est loin d'être exceptionnelle, même si le jeu n'est pas moche pour autant
à savoir, notre ninja ne possède pas d'énergie (un coup et c'est la mort), on perd les power-up d'un niveau à l'autre et on retrouve avec plaisir les fameux Ninjutsu (pouvoirs spéciaux) qui se révèlent bien pratiques en cas de coup dur. Par contre il est un peu raide de recommencer au tout début du niveau si on perd, vu qu'on paye chaque continue... On retiendra par ailleurs que le jeu est nettement plus difficile que sur console, entre autre à cause de cet aspect-là du gameplay, ou des ninjas franchement relous par endroit. Heureusement (ou pas) le jeu est très court et ne propose que 4 niveaux (divisé en 3 à 4 chapitres à chaque fois) ce qui donne une aventure qu'on peut plier en 30 minutes si on est bon (j'ai personnellement mis moins d'une heure, alors que je suis mort un paquet de fois). Après chaque boss nous avons droit à un bonus-stage un peu spécial qui, contrairement à ce qu'on connait bien, se rapproche plus de celui de Shinobi (pas le jeu console, mais le jeu d'Arcade). Dans une vue en perspective, on lance des shurikens pour éliminer la menace ninja (voir les images ci-dessous), et si on fait un perfect, on gagne une vie (vous vous doutez bien que vous réussirez le premier, mais pas les autres :). Techniquement, le System18 n'est qu'une évolution mineure du bien connu System16. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne fait pas miracle. C'est globalement correct, avec des niveaux sympathiques et des animations pas trop mauvaises, cependant les décors sont souvent vides et on n'affronte qu'une poignée d'ennemis qui tourne vite en boucle. D'un point de vue sonore, nous avons des musiques ultra basiques pour l'époque, avec en plus une qualité au rabais. Quelques voix (en japonais) cotoient des bruitages corrects pour un jeu de 1989 (aujourd'hui c'est sûr, on aimerait plus de punch). Seul l'aboiement du chien peut finir par saouler, vu que le canidé à tout le temps la gueule ouverte.



Shadow Dancer Note
sur Arcade est un bon jeu d'action, mais pour être franc, je préfère et de loin, la version Mega Drive, qui a su s'enrichir (avec une aventure plus longue, plus aboutie) et surtout qui a arrondi les angles niveau difficulté. D'un gameplay finalement assez proche de Shinobi (la version Arcade, entendons-nous), Shadow Dancer reste malgré tout un sympathique titre.



Test réalisé par iiYama

juillet 2013