HellFire S (PCE-CD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : avril 1991
Développeur : Toaplan
Adaptation : NEC Avenue
Editeur : NEC Avenue
Genre : shoot-them-up

Support : 1 CD
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP/US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Titre alternatif : Hell Fire


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

HellFire S

The Another Story



C'est bien connu,
Premier gros succès pour Toaplan, HellFire n'est original que dans son armement
le "hell fire" (traduisez le "feu de l'enfer") est un missile air-sol à guidage laser, qui équipe entre autre les hélicoptères AH-64 Apache. Pourquoi je vous parle de ça ? Mais pour la culture bien entendu ! Trêve de plaisanterie (encore que, on n'en sait jamais assez), HellFire est un shoot à scrolling horizontal, paru tout d'abord sur Arcade en 1989, avant d'être adapté sur Mega Drive en 1990 et sur PC-Engine Super-CD² en 1991 (et renommé au passage HellFire S : The Another Story). Développé par Toaplan (puis adapté par NEC Avenue pour cette version Super-CD²), que j'ai d'abord découvert avec Zero Wing, HellFire est leur premier gros succès connu. En 2998, la galaxie coule des jours heureux, lorsqu'un des scientifiques découvre qu'un "groupement d'étoiles noires" se rapprochent et engloutit les étoiles une à une. Préparée à sa fin, la confédération a perdue tout espoir lorsque Lancer, un jeune capitaine, propose de partir à bord de son vaisseau, le Sylphide, pour combattre la menace. Le plan mis en place est de pénétrer à l'intérieur de la flotte ennemie et de créer la surprise grâce à une arme spéciale, le HellFire Hyper Cannon. Ce scénario vu et entendu dans presque tous les shoots existants, est cette fois dévoilé via une intro typique du support. Des séquences animées, sur fond de musique tonitruante et avec voix off, y'a pas à dire, tout de suite ça a de la gueule. Le support CD est donc bien exploité (même si on aurait aimé plus), surtout si on compare avec les versions Mega Drive et Arcade, qui sont dépourvues de la moindre intro. Plus fort encore, il existe également des scènes entre les niveaux. Là autant dire qu'on est aux anges. Quant au menu des options, NEC Avenue a vu les choses de façon positive en apportant un véritable mode easy (ça fait du bien !) et surtout, un vrai mode 2 joueurs, jouable simultanément. Avec ça, le jeu ne vous résistera plus. Commençons donc par le commencement, le gameplay.


Au départ,
Cette tardive version profite d'une difficulté moins élevée et d'un mode 2 joueurs
je croyais que les items marqués d'un B étaient des bombes. Etant donné qu'il y en a plein, je me suis dit que c'était un peu l'orgie. En fait non, le B signifie bonus et vous donne des points supplémentaires. Souvenez-vous qu'on parle ici d'un jeu d'Arcade et le scoring en a toujours fait parti. Chez Taoplan on aime les pires idées d'Irem, donc on retrouve la plus mauvaise facette d'R-TYPE à savoir qu'il faudra choper des items speed up pour avoir un vaisseau plus rapide, ce qui à mes yeux est la plus grosse aberration que peut proposer un shoot. Je sais, prendre un item pour upgrader son armement ça n'est pas très réaliste non plus, mais derrière, il y a une certaine logique. Mais ces items d'augmentation de vitesse ne trouvent aucune justification rationnelle, si ce n'est pourrir l'expérience du joueur. C'est comme si un F-14 se voyait limité à 20% de sa vitesse max, à défaut de choper des bonus (ou que votre voiture avait les vitesses 2 à 5 bloquées). C'est vraiment n'importe quoi et ça pourrit bon nombre de grands jeux (Gradius, R-TYPE, Pulstar et j'en passe). On notera malgré tout que même en mode minimal, le jeu est tout de même plus jouable que sur Arcade ou Mega Drive, et surtout qu'une option permet d'avoir un vaisseau à l'origine plus rapide (du coup, je gueule pour rien). Si sur les 2 autres versions, le fait de perdre une vie était synonyme de galère avec un retour au dernier checkpoint et la perte de ses items acquis, ici il en est tout autre. Lorsqu'on ramasse, on continue la partie. Alléluia ! Chez NEC Avenue, en l'espace de quelques modifications, ils ont rectifiés les pires facettes du jeu d'origine, ce qui fait que cette édition possède un capital sympathie bien plus élevé. Il existe aussi un item qui nous ajoute un petit compagnon de route. Tel un drone un peu fou-fou, il agit comme un moustique en allant persécuter les ennemis. Dommage qu'on ne puisse en avoir qu'un et que son efficacité se révèle assez limitée. Nous avons également un bouclier de protection, mais il ne protège qu'une seule fois. Mais la vraie nouveauté d'HellFire, c'est son armement. Le vaisseau dispose de 4 armes qu'il possède d'origine.


En réalité,
Cette édition sur CD-Rom profite bien du support avec des cinématiques et une nouvelle bande-son. Autant dire la grande classe
c'est plutôt 4 modes de tir : tout vers l'avant, vers l'arrière, tirs vers le haut et le bas ou encore un quadruple tir dans les 4 diagonales. C'est original et les développeurs ont eu le bon gout d'exploiter cette idée avec des niveaux, mais aussi des boss, qui cherchent à nous faire basculer d'une forme à l'autre. En somme, ces 4 modes de tirs s'adaptent à toutes les situations. Encore faut-il être assez rapide et malin pour sélectionner la bonne à temps. Mais des bonus d'upgrades sont bien sûr là pour doper la puissance de feu et au max, il faut reconnaitre qu'on s'en sort pas trop mal (à noter que les power-ups augmentent les 4 armes en même temps). Niveau technique, on parle d'un jeu qui date de 1989, à l'origine basé sur un support 16bits proche de la Mega Drive. 2 ans plus tard, NEC Avenue a entièrement reconstruit le jeu. Si le gameplan est sensiblement le même, les décors ont largement été modifiés, tout comme les sprites, les ennemis et les boss. Il faut dire que la petite PC-Engine n'est qu'un hybride 8/16bits et qu'elle est loin de la puissance d'une Mega Drive. En résulte un jeu légèrement plus coloré mais aussi moins détaillé. D'ailleurs, tout semble avoir rétrécie au lavage, à commencer par les boss qui sont bien moins volumineux. Autre détail, l'animation subit des ralentissements et globalement, le jeu est bien plus lent (il n'existe qu'une version 60hz, donc ça ne vient pas de là). Dans un sens ce n'est pas mal car pour le coup, on anticipe mieux les tirs ennemis et encore une fois, ça rend l'aventure plus simple d'accès. Dans un autre sens, les fans de la première heure pourraient crier au scandale face à une adaptation qui modifie beaucoup l'œuvre originale. Enfin, c'est la partie sonore qui profite le plus du support CD. On retrouve, comme on pouvait s'en douter, une toute nouvelle bande-son. La qualité est évidemment énorme et les nouvelles compositions sont absolument géniales. Rythmées, mélodieuses, elles donnent à cette version une dynamique que n'ont pas les 2 autres. Un petit détail qui peut peser lourd dans le comparatif, et ce en faveur de la petite console de NEC. Par contre, petite déception quand même, même si les bruitages ont été rectifiés, ils restent bien en dessous des attentes. Le sampling n'est pas mauvais mais bon sang ce que c'est mou !



Même si Note
elle arrive bien tard dans la vie de cette petite console (je rappelle que la gamme PC-Engine a été abandonnée en 1993), tout de même 2 ans après l'Arcade, cette adaptation d'HellFire (affublé d'un "S" pour l'occasion) reste un très bon shoot. Certes cette adaptation menait par NEC Avenue, a beaucoup modifiée le jeu d'origine, notamment au niveau des graphismes, mais elle apporte aussi pas mal de nouveautés. Avant toute chose un jeu beaucoup plus facile et jouable à 2 en simultané. Ça c'est pas mal. Certes un peu lent, HellFire n'a jamais été aussi abordable. On notera également la présence remarquée de vidéos (c'est classique au support mais c'est toujours intéressant) ainsi qu'une nouvelle bande-son de qualité CD, tout à fait détonante. Résultat, même si techniquement cette adaptation est clairement un cran en dessous, elle compense de bien belle manière son retard et ses faiblesses techniques. J'irai même la préférer aux versions Arcade et Mega Drive, rien que pour sa difficulté moins sadique.




Les scènes animées : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

septembre 2011