TransFormers (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 2007
Développeur : Traveller's Tales
Editeur : Activision
Genre : action

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.0
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : TransFormers : The Game (US)
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 2.5 millions (tous supports)


Configuration minimale requise :
CPU : 2Ghz
RAM : 512Mo
VIDEO : type GeForce 4Ti 4200 avec 64Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Athlon 64 X2 3800+
RAM : 2Go
VIDEO : GeForce 7900GS avec 256Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

TransFormers

Le Jeu



TransFormers est sans réfléchir le meilleur film que j'ai vu depuis des années (même s'il est considéré par beaucoup comme un nanar... je m'en fous, j'assume ^_^). Pour être franc, je crois que je ne me suis pas autant éclaté au ciné depuis Terminator II ou Matrix, c'est dire. Voulant faire perdurer la magie, je me suis dit que le jeu devait être sympa, d'autant que c'est Traveller's Tales qui s'en est chargé, le développeur de jeux très sympas comme Le Monde de Nemo, LEGO Star Wars ou encore certains épisodes de Crash Bandicoot. Déjà testé dans un article assez court vous donnant mes premières impressions, TransFormers m'avait surpris par ses nombreuses possibilités, sa destruction massive et sa fidélité au film. Seulement sa réalisation s'avérait un peu juste et c'était parfaitement injouable. Petit renouveau de mon avis, j'ai attrapé la version Française et j'ai tout configuré pour que ça fonctionne au pad. Résultat, une appréciation revue et plus complète mais de gros boulets assez pénibles qui plombent le gameplay. Si on retrouve bien l'ambiance du film, TransFormers ne restera finalement qu'un "petit jeu", qu'on ne pourra apprécier que si on ferme les yeux sur ses incohérences notoires, son gameplay répétitif ou une difficulté "rempart". Dommage, il avait du potentiel...



Développement scénaristique

On retrouvera
Le scénario reprend la trame du film mais s'arrange quand même pas mal la sauce
bien sûr le scénario qui sévit dans le film à savoir que les TransFormers sont une race mécanisée en perdition depuis que leur monde s'est livré une bataille sans merci. Ainsi le Cube (aussi appelé AllSparks), source du pouvoir et de la puissance des TransFormers, a été envoyé aux confins de l'univers pour finalement s'échouer sur Terre. Les Decepticons (les méchants) veulent récupérer le précieux artéfact pour faire régner le chaos dans l'univers. Heureusement que pour leur barrer la route il y a les Autobots (les gentils), qui seront bienveillants envers les humains et leur planète (qui à cause d'eux, en prend déjà assez dans la gueule comme ça). Ce scénario prétexte sera l'excuse pour une destruction massive des environnements. Afin de servir au mieux le jeu, hormis les 8 TransFormers principaux vu dans le long métrage, on aura aussi à faire à de la menu ferraille en guise d'amuse-gueule. Je veux bien que ça parait peu crédible mais 4 ennemis pour tout un jeu, c'était trop peu. Entre les chapitres, on pourra se déplacer librement dans le décor et les missions seront matérialisées par des balises vertes (on peut refaire les anciennes missions via les balises jaunes). Afin de grossir un peu le contenu, le jeu vous offrira une intro de toute beauté, qu'on croirait sortie du film tant la qualité est étonnante. Dommage que les dizaines de vidéos qui parcourent ensuite l'aventure qui donnent du corps à la trame ne soient pas aussi belles (bien qu'elles soient très honorables). Comme vous n'êtes pas un joueur Nintendo DS qui doit acheter 2 cartouches pour avoir un jeu complet (à bon entendeur salauds !), vous aurez la possibilité de jouer soit les Autobots soit les Decepticons. Suivant l'histoire du film à la louche, le jeu s'aventure à combler les blancs laissés par ce dernier lors de 2 compagnes diamétralement opposées. Ainsi, dans la première mission des Autobots sous l'effigie de Bumblebee (la Camaro jaune) vous devrez trouver et protéger le détenteur des lunettes ou encore en jouant les Decepticons, vous devrez détruire la base de Soccent pour récupérer les données des serveurs, sous le contrôle de Blackout (l'hélicoptère de combat). Au fur et à mesure vous contrôlerez plusieurs membres de la fine équipe, même le fameux scorpion qui court sous le sable. Dommage que les missions soient cloisonnées et si scriptées. Et vous le verrez tout au long de ce test, il n'y a pas un seul chapitre qui ne sera pas sujet à la critique. Après tout, je suis là pour ça, pour vous donnez mes impressions sur le jeu, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Afin de vous faire constater qu'il y a un premier boulon rouillé dans les rouages, il faut savoir que si le début parait cohérent, dés la moitié de l'aventure ça part en vrille. Donc si on n'a pas vu le film, il y aura des passages franchement incompréhensibles, à l'image de Megatron (le chef des Decepticons) qui sort du barrage, comme ça sans savoir ni pourquoi ni comment. D'ailleurs, si on croit dur comme fer que le jeu suit parfaitement le film, on comprendra vite qu'on s'est foutu la souris dans l'oeil. Traveller's Tales s'est octroyé le droit de quelques changements de taille, comme le fait que chaque ennemi du camp adverse sera plus ou moins un boss alors que dans le film, tous se livrent un combat de titans. Idem pour Sam et Mikaëla qui font de la figuration alors que le film tourne autour d'eux. Je pourrai encore vous énumérer tant d'erreurs de ce genre qu'on y passerait la nuit... Mais après tout, il faut bien faire un jeu non ?





Jouabilité & Gameplay

Tous les gros
La destruction massive est jouissive
problèmes du jeu résident dans ce chapitre. Soyons clair de suite, ne comptez pas jouer au clavier et à la souris, c'est parfaitement immonde et injouable. Mon conseil est de vous munir d'un bon pad à sticks analogiques. Ainsi après avoir assigné chaque touche, votre clavier et votre souris ne serviront plus du tout. Pour ce qui est de la maniabilité, si ce n'est pas le must du genre, ça reste correct en forme robot ou en combat aérien (hélico ou avion de chasse). En tout cas, c'est bien plus jouable qu'avec les "armes traditionnelles" du PC. TransFormers met en scène des robots géants qui ont le don de se transformer en un véhicule terrestre ou volant, afin de se déplacer plus vite ou de passer inaperçu. On pourra bien sûr jouer la dessus, passant (par une simple pression d'un bouton) d'une forme à l'autre. Très complète, la jouabilité vous impose une bonne configuration de vos touches pour éviter de vous mélanger les pinceaux. Prenons l'exemple de nos premiers héros de silicium, Blackout et Bumblebee. Le contrôle sous la forme robot est le même mais l'un se transforme en voiture, l'autre en hélico de combat. Le contrôle de la voiture est franchement imprécis, le pad analogique ne gommant pas une trop grande réactivité du véhicule lorsqu'on tourne. Ainsi les passages de course-poursuites sont très irritants étant donné que le véhicule est parfaitement injouable. Ça en devient vite pénible puisqu'on passera plus de temps dans le décor que sur la route. En hélico par contre, la maniabilité s'approche plus d'un Thunderhawk avec un pilotage assez complet. Idem pour l'avion. Le système de visée, hautement critiqué par la presse, est à double tranchant. D'un côté il est bien pratique de l'avoir puisqu'ainsi la visée est assistée. D'un autre côté, il lockera parfois un ennemi de travers, vous obligeant à bien maîtriser votre robot pour arriver à le choper. La plupart du temps on s'en sort bien, faisant passer la-dite presse pour des pinailleurs notoires. Par contre, là où on sera tous d'accord, c'est sur la difficulté du jeu. Très inégale, on passera certains niveaux le pad dans le nez et à d'autres il faudra refaire des dizaines de fois le même passage. Cette inégalité est assez pesante sur la longueur car elle finira par vous lasser (c'est ce qui m'est arrivé). Et puisqu'on est à parler des choses qui fâchent, lâchons le taureau dans l'arène : TransFormers essaie de varier les plaisirs avec des course-poursuites ratées, d'autres d'action et d'autres encore de beat-them-all. Etonnant je sais, mais lorsque votre chef vous ordonne de nettoyer une zone, il sera plus facile de castagner à mains nues (heu, à poings d'acier je devrais dire) qu'avec vos armes. Car vos ennemis passent leur temps à se protéger, ce qui rendra votre offensive armée, totalement inutile. Dans ces moments de défouloir, votre personnage se lockera lamentablement sur n'importe quoi (un arbre, une voiture, une maison...) plutôt que de se concentrer sur son objectif, rendant ces passages complètement confus et brouillons. En plus, la caméra fait un peu ce qu'elle veut, bien qu'elle essaie toujours de fournir un bon angle de vue. Encore une fois, la plupart du temps ce sera chose faite mais comme elle n'est pas réglable manuellement, il faut de toute façon faire avec.


Ce qui est par contre sympa,
TransFormers aurait pu être un bon jeu si seulement il était jouable...
c'est de pouvoir se servir de n'importe quel objet comme projectile (antenne parabolique, voiture, cabine téléphonique, arbre...). Comme je le disais lors du chapitre précédent, je conçois très bien qu'on doive affronter d'autres robots mais ce qui choque à certains moments, c'est leur apparition. En effet ils débarquent d'une frame à l'autre, comme par magie. C'est franchement laid et prouve bien que le jeu est scripté à fond. Dans le même sens, lorsqu'on joue les Ace Combat en combat aérien, il est fort regrettable de voir tout un tas d'explosions vous abîmer la carrosserie sans savoir d'où ça vient. Non seulement le jeu perd en crédibilité (une fois de plus) et ça le rend très difficile à ces moments-là, puisque vous en prenez pour votre grade en permanence sans pouvoir éradiquer votre assaillant. Autre chose parfaitement idiote : on se fait toucher, même caché derrière un immeuble. Si c'est pas con ça... Je tiens aussi à dire que les développeurs ont été parfois crétins. Par exemple, le premier niveau de la base de Soccent vous impose comme mission de tout détruire. Une fois que c'est chose faite, vous passerez à la mission suivante (qui se déroule au même endroit) mais étrangement, tout est de nouveau neuf ! Franchement c'est débile ! Quand on vient de passer 1/2h à tout détruire et qu'au niveau suivant on se retrouve face un ennemi ayant entièrement retrouvé ses facultés, c'est blasant et irréaliste. Pire encore, il suffit parfois de s'éloigner un peu, pour voir à son retour un bâtiment refait à neuf ou un avion précédemment détruit, revenir à son état d'origine. En plus, tant que la mission n'aura pas été menée à bien, des ennemis arriveront par vagues incessantes, comme si l'armée avait des ressources infinies. Autre point fortement irritant : le temps. Certaines missions sont chronométrées ce qui est vraiment idiot ! Qu'on mette 5 minutes pour détruire une base ou 15, je ne vois pas la différence (dans le contexte du jeu). C'est franchement rébarbatif, c'est stressant et ça en rajoute à une difficulté qui n'avait pas besoin de ça étant donné son niveau général déjà élevé. C'est à croire que Traveller's Tales a tout fait pour nous gonfler ou qu'on perde. Personnellement, sans parler du reste (qui sont des tares de conceptions) je trouve cette dernière critique particulièrement pénible. C'est vrai, devoir se grouiller à tout défoncer sous peine de devoir recommencer, c'est chiant... Alors TransFormers ne serait-il qu'un amas boueux de boulons rouillés, une licence bâclée de plus ? Oui et non. En fait, on retrouve dans ce jeu tout ce qui fait le charme du film comme la possibilité de se transformer à volonté ou celle de pouvoir tout détruire dans une action survoltée. Le décor est entièrement destructible et ce de façon crédible (quel plaisir de démolir des immeubles entiers !), presque à croire que c'est le GeoMod qui anime le jeu. Il est juste dommage que le gameplay soit si rébarbatif et que la réalisation soit si peu fignolée.



L'image

Premier constat,
Les graphismes sont sympas mais totalement bugués
les graphismes ne sont pas mal mais le PC étant une machine de guerre en ce qui concerne l'image, on trouve ça finalement... normal. Attention, ce n'est pas laid pour autant mais franchement, un PC assez récent (moins de 2 ans) équipé d'une bonne carte vidéo (type GeForce 6600) fera tourner le jeu sans problème. Il faut le reconnaître, TransFormers se pare tout de même d'une certaine esthétique. Pas formidablement beau, les graphismes restent bien dans le ton des productions actuelles même si à y regarder de plus près, ils n'ont rien d'exceptionnels. Quelques reflets, des effets de particules, de belles explosions et une animation détaillée, rendront bien la pareille au jeu. Comme je le disais, tout est destructible ! Car TransFormers c'est avant tout un vrai carnage puisque le décor est entièrement démolissable. C'est un vrai régal de démonter de ses mains d'acier des usines entières ou des parcs. Le réalisme est assez prenant dans la plupart des cas (la transformation à la volée est superbe), la modélisation des robots et autres sprites est bonne et le design global est plutôt bien adapté du film. Certains détails sont agréables à voir comme l'empreinte de vos pas sur la terre ou le bitume, ou encore l'effet de fog lors d'une explosion. Mais comme rien ne peut rester parfait indéfiniment, surtout avec ce jeu, il va bien falloir que je vous parle des autres défauts. Hormis le fait que vos ennemis apparaissent comme par enchantement, certains auront aussi de drôles de comportements. Pour en citer quelques-uns, nous avons des avions de chasse trop lents ou qui font demi-tour en claquant des doigts (bonjour le réalisme) ou encore, et malgré la relative difficulté à piloter les véhicules, vos ennemis seront de vrais crack du volant avec une conduite souple et toujours très rapide (difficile de les rattraper). La gestion de la physique est moyenne (parfois peu crédible) et on retrouve une nouvelle fois de grosses incohérences comme des silos anti-aérien au milieu d'une route. Pourtant, je trouve à TransFormers un certain attrait graphique. Les effets sont d'un bon niveau, les graphismes sont très corrects et l'ambiance est excellente, retranscrivant assez fidèlement le film. Mais le moteur 3D, au demeurant correct, est bugué (apparition de plaquages qui n'ont rien à faire là, lignes qui traversent l'écran) avec en plus la fâcheuse tendance à afficher le décor et les objets que très tardivement. Enfin, il faut souligner l'énorme redondance de certains sprites (comme pour la base de Soccent où tous les bâtiments sont les mêmes). C'est pas Noël...



Le son

Comme je l'ai déjà dit,
Les bruitages font un vacarme d'enfer à l'image des graphismes, et les musiques sont superbes
la bande-son reprend les superbes musiques du film. Ça donne une dimension "grand spectacle" indéniable et je conseillerai à un certain Logan de se nettoyer les feuilles de choux. Je sais pas où ce dernier à ouïe que les musiques passaient inaperçues dans ce jeu puisqu'il dit je le cite : "une musique transparente et des bruitages arcades". Je lui conseille de consulter un ORL au plus vite. Car je le répète, les musiques du jeu sont véritablement puissantes ! Par contre, leurs volumes sont disproportionnés puisqu'ils couvrent la plupart des bruitages, bruitages au demeurant efficaces mais complètement occultés. C'est vraiment dommage car l'action perd en dynamisme et en crédibilité. C'est comme lorsqu'on regarde un film sur un home cinéma avec le volume à fond mais sans le haut-parleur des voix. En plus, les options ne permettent pas de régler en finesse les volumes alors il faudra de nouveau faire avec. Enfin TransFormers est un jeu entièrement traduit. Ainsi on se retrouve d'autant plus vite dans l'ambiance du film puisque les développeurs ont en plus embauchés de bons doubleurs.



Note générale

Et voilà l'heure de la sentence. Loin d'être aussi mauvais que ce qu'on essaie de nous faire croire, TransFormers est un bon jeu d'action où on aura plaisir à retrouver tout ce qui fait le charme du film. Pas forcément meilleur que son ancien confrère PS2 (le TransFormers de Melbourne House sorti en 2004), cet opus vous permettra de vous adonner à la destruction massive et aux transformations à volonté. TransFormers n'est pourtant pas un jeu à mettre entre toutes les mains. Son gameplay est réduit à du bourrinage intensif, la jouabilité est imprécise (voire merdique en phase de conduite), le jeu se diversifie peu quand il ne manque pas carrément de crédibilité (avec la Camaro on peut arracher un arbre en roulant à 40km/h ou encore l'utilisation d'un projectile miteux comme une cabine téléphonique est souvent plus efficace qu'une salve de missiles). De plus, il est vrai qu'il ne faudra pas être regardant sur quelques bugs d'affichage, un scénario rafistolé ou encore le fait d'être obligé de jouer au pad analogique pour avoir une jouabilité décente. S'il est vrai que l'imposition d'un temps limité dans certaines missions ou une difficulté vite élevée en rebuteront plus d'un, il faut reconnaître que le jeu a son charme. Il est tout de même dommage qu'il compose avec autant de tares, ce qui l'empêche de monter plus haut dans l'estime du joueur. Encore une licence exceptionnelle quelque peu gâchée, dont on s'étonne car Traveller's Tales nous habitué à mieux. Etant donné la qualité exceptionnelle du film de Michael Bay, il y avait matière à faire un jeu tout aussi puissant. Personnellement, s'il ne fait pas l'unanimité, je me suis quand même bien amusé, jusqu'à ce qu'il me saoule définitivement (au bout de 4h environ). Disons que la note générale reflète bien la balance pour/contre que vous offrira le jeu...


Test réalisé par iiYama

septembre 2007