Aliens vs Predator (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : janvier 1999
Développeur : Rebellion 2000AD
Editeur : Fox Interactive / Sierra
Genre : FPS

Support : 2 CDs
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : online
Abréviation : AVP
Titre alternatif : Aliens vs Predator Classic 2000 - Aliens versus Predator - Aliens vs Predator Gold
Prix au lancement : 400Frs (3€ sur Steam à l'heure du test)


Configuration recommandée :
CPU : 300Mhz
RAM : 64Mo
VIDEO : carte accélératrice 3D

Configuration de test :
CPU : Intel Core i5 750
RAM : 2Go DDR3 1600
VIDEO : GeForce GTX260+ avec 896Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Aliens vs Predator









Le mythe
Pouvoir jouer les 3 races est génial mais il est dommage que les scénarios ne soient pas liés
d'Alien contre Predator, cet improbable mélange de 2 films de science-fiction, est né à la scène finale de Predator 2 où on voit très nettement dans les trophées, un crane Alien. Depuis le fantasme des scénaristes n'a de cesse de faire s'affronter les 2 monstres sacrés du cinéma Hollywoodien. Ce fut d'abord dans un Comics mais la première apparition d'un Aliens vs Predator en jeux vidéos fut sur Arcade, dans un beat-them-all signé Capcom. Sa première apparition au format FPS, est sorti quelques mois plus tard sur Jaguar, dans l'une des exclusivités les plus marquantes de la console. Depuis, suites aux succès d'Alien 3 sur consoles 16-bits Mega Drive et Super Nintendo (dans 2 jeux bien différents l'un de l'autre) et d'Alien Trilogy sur consoles 32-bits, il semblerait que l'action prenne définitivement le pas sur les autres gameplays. Voilà pourquoi en 1999 Rebellion, qui a déjà co-développé la version Jaguar, nous propose une formule "définitive" de cette rencontre. Le studio Anglais n'a toujours produit que des jeux un peu moyens. Si on met de côté quelques titres qui sortent un peu du lot comme Gunlok ou Rogue Troopers (qui ne sont pas des hits pour autant), aujourd'hui (en 2010 et après avoir perdu leur "2000AD" de leur patronyme) ils reviennent avec le très attendu reboot Aliens vs Predator, après avoir laissé la licence à Monolith (l'espace d'un épisode) pour un AvP 2 en tous points mémorable. 1999 donc, Rebellion nous sort une version PC de son Aliens vs Predator, en prenant soin de reprendre la formule à succès de la version Jaguar. Avant de commencer notre test, il faut savoir que ce jeu est aujourd'hui réédité sur la plate-forme Steam sous le nom d'Aliens vs Predator Classic 2000. Mis à jour, en nous évitant notamment les bugs de redondance sonore, il apporte aussi le support des écrans larges avec une résolution max de 1920x1080. Pas mal pour un jeu qui a aujourd'hui 10 ans.


Comme je le disais,
Le jeu est super dur en dépit de sa faible durée de vie
les développeurs nous proposent de jouer 3 campagnes solo, une par race : Marines, Predator et Aliens. Nous avons 5 missions pour l'Aliens et 6 pour le Predator et 6 pour le Marines, et les 3 scénarios possèdent en plus 5 levels bonus, sorte d'arènes où il faut accomplir une mission bien spécifique, parfois en un temps donné. Une fois toute la campagne solo réussie, vous débloquerez également des modes farfelus, comme le mode "John Woo" tout au ralenti, le mode où la langue Alien touche ses ennemis à n'importe qu'elle distance, un autre qui simule des effets divers comme si on était sous l'eau (occlusion sonore, distorsion de l'image) ou encore à l'époque disco avec des couleurs changeantes et flashy. Ça ne sert à rien mais c'est rigolo. Plus intéressant, on dispose aussi de modes multi-joueurs, dont les serveurs dédiés (pour ma version Steam) ont été (ré)ouverts. Malheureusement, la durée de vie sera assez courte. En effet, comptez 1h30 par campagne, donc vous finirez le solo en moins de 5h (les modes bonus étant franchement facultatifs). Pour rattraper cette faiblesse, les développeurs ont usés d'une ficelle simple : la difficulté. Sérieusement ardu, en jouant le Marines ou le Predator on est assailli par des Aliens hyper véloces, qui courent dans tout les sens et dont on aura du mal à se défaire. En plus on ne possède qu'une poignée de saves par niveau, histoire de corser encore un peu plus les choses. Je vous le dis de suite, seule la campagne du Marines est (selon moi) digne d'intérêt. Contrairement à AvP 2 vous n'aurez jamais le temps de flipper (encore que, se faire choper par un facehugger a de quoi traumatiser), car la mise en ambiance est totalement laissée de côté puisque les ennemis sont très présents. Trop d'action tue l'ambiance, je l'ai toujours dit. Ceci dit, la campagne du Marines reste celle qui a le plus de cohérence. L'Alien par exemple, court tellement vite qu'il en devient injouable (en plus sa faculté de marcher sur les murs et plafonds est bizarrement faite), et pour ce qui du Predator, son intérêt est également limité. Les 3 scénarios ne sont pas liés, seule la période les relit. Du coup jouer un personnage plutôt qu'un autre, ne dévoilera rien de plus que sa propre histoire. Chaque mode solo s'ouvre et se clôture par une vidéo extrêmement courte mais dont la qualité (pour un jeu de 1999 j'entends) est tout à fait correcte (il y a aussi des incrustations en plein jeu, assez bien faites).


Après on connait
AvP est fidèle aux films, tout en étant techniquement impressionnant
la musique : le Predator utilise ses armes comme le laser ou ses griffes ainsi que ses 3 visions alternatives fort réussies, le Marines utilise toutes les armes vues dans Alien 2 (le film) et pour l'aider il aura son radar (qui ne servira que peu, puisque les Xenomporhes sont tellement rapides qu'on n'a pas le temps de quoi que ce soit) et enfin l'Alien, vicieux au possible, offre le gameplay le plus primaire des 3. Evidemment en jouant autre chose que l'Alien, il faudra faire gaffe aux giclés d'acide et le jeu distille quelques clins d'œil assez sympas comme le poste de commande de l'Ingénieur (le même que dans le premier film Alien), les colonies de Weyland-Yutani, la ruche, etc. Mais loin d'être super agréable, le jeu est trop rapide, comme c'était souvent le cas dans la plupart des FPS de l'époque. Le Marines trace comme une fusée, ce qui rend le jeu nerveux mais très imprécis (on a un peu de mal à viser juste). Pas de doublage, les dialogues sont sous-titrés avec la tendre péniblerie que les messages s'effacent beaucoup trop vite (heureusement une touche permet de les réafficher mais ça reste un peu nul). Enfin techniquement, les musiques se font discrètes, les bruitages sont repris des films et graphiquement, le rendu est impressionnant. Il faut se mettre dans la tête qu'à cette époque, à part Quake II et Half-Life, il n'y avait pas beaucoup de jeux qui affichaient un tel rendu graphique, qui en plus est fidèle à ses inspirations. Les textures sont détaillées, le moteur est fluide (bien qu'on aurait vraiment apprécié de pouvoir régler la vitesse comme sur Unreal) et les éclairages dynamiques sont superbes (il y a aussi beaucoup de flash et de stimulations lumineuses… attention aux épileptiques même si ça met une bonne ambiance).



Même avec Note
le recul et toute l'humilité qu'il faut avoir lorsqu'on teste un jeu vieux de 10 ans, je n'ai pas trouvé ce premier Aliens vs Predator si génial que ça. Les scénarios sont bidons et ne sont pas liés, la mise en scène est minimaliste, le jeu est trop rapide, c'est trop difficile (sans tricher on ne fait pas long feu) et tout ça pour pas grand-chose. Pas meilleur que le AvP sur Jaguar (il est juste différent), il reste malgré tout un titre fort grâce à son univers puissant qu'il respecte et retranscrit bien (avec notamment une excellente réalisation graphique pour son époque) cependant on reste encore bien en dessous des productions d'Epic ou de VALVe.



Test réalisé par iiYama

octobre 2010