Viewpoint (NGEO-CD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 1995
Développeur : Sammy
Adaptation : Aicom
Editeur : SNK
Genre : shoot-them-up

Support : 1 CD
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en alternance
Titre alternatif : Viewpoint CD


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Viewpoint








Viewpoint est un
Dommage, une nouvelle bande-son et une révision de la difficulté n'aurait pas fait de mal
jeu auquel il faut accorder énormément de patience pour en profiter. Véritable tueur de pads (à force de les jeter par terre, contre un mur ou sur sa petite sœur qui passait innocemment), Viewpoint a longtemps était considéré comme le shmup le plus difficile de tous les temps. Ce succès qui a fait la gloire de son support d'origine (la Neo-Geo AES/MVS) en décembre 1992, a ensuite été adapté sur Sharp X68000 et FM Towns en 1993, puis sur Mega Drive en 1994, sur Neo-Geo CD en février 1995 et enfin sur PlayStation en novembre de la même année, dans une version remasterisée de toute beauté (une version Saturn était envisagée pour 1996 mais fut abandonnée, sans doute à cause de son insuccès hors du territoire nippon). Il aura donc fallu attendre 3 ans pour que Aicom (sous licence Sammy) l'adapte au support CD de la marque. Pas vraiment long en soi (5 niveaux pour au fond moins d'1h de jeu, Arcade oblige), ce qui rend le jeu si dur c'est qu'à la manière d'R-TYPE ou Pulstar, au moindre contact c'est la perte d'une vie avec retour au dernier check-point. Déjà que les niveaux sont horriblement difficiles, les boss sont encore pire et pour vous dire jusqu'où ça va, si vous perdez face à lui vous reprenez à la moitié du niveau (en fait, il n'y a qu'un seul checkpoint). Après avoir bataillé comme des forcenés pendant des heures, à l'époque on était arrivé à la fin (non sans crise de nerfs) mais résolument pas décidés à essayer de faire de même ici, j'ai voulu tester la fameuse difficulté MVS, une appellation que j'ai toujours trouvé fantasque. Et bien miracle, le jeu semblait un peu moins difficile. En à peine 10 continues, je suis arrivé au boss du second niveau. C'est ironique certes mais ne pensez pas finir ce jeu pour autant. Ok les crédits sont infinis mais rien que le boss du niveau 4 (une sorte de crâne) nous a prit 20 minutes. Et ce qui n'a pas été original du tout, c'est de se re-farcir tous les boss d'affilé au niveau suivant, dont ce dernier. Autant dire que ça devient vite lassant de perdre ses vies plus vite que son argent au Casino. Croyez-moi, si vous arrivez à la fin de ce jeu sans tricher, vous serez paré pour vous faire un Gradius V les doigts dans le nez. Mais outre sa légendaire difficulté, ce qui fait tout le charme, l'attrait de Viewpoint, c'est son originalité graphique. Entièrement en 3D isométrique, les décors ont une certaine profondeur et surtout les sprites sont en 3D précalculée et le résultat est bluffant. Etonnamment bien animé (à part quelques ralentissements lorsque l'écran est surchargé), certains sprites sont imposants (comme les boss). Mais pour avoir fini le jeu sur AES, je peux vous dire que graphiquement, ce sont les 2 premiers niveaux les plus réussis, tant pour leurs décors que l'originalité de ses ennemis.


Etant donné que
3 ans après, les graphismes sont toujours aussi impressionnants
le titre opte pour une vue en diagonales (en 3D isométrique un peu à la façon d'un Zaxxon), la jouabilité suit cette tendance, ce qui fait qu'on la trouve un peu déroutante, même si on s'y habitue finalement assez vite (notez que le "pad cacahuète" de la Neo-Geo CD s'en accommode d'ailleurs très bien). Puisqu'on est dans le sujet, il n'y a aucune arme upgradable, juste un tir concentré et des drones latéraux (quand on arrive à les garder plus de 10 secondes). En plus, on aura 3 types de bombes (mur de flammes, trou noir et missiles à têtes chercheuses) qui rendent bien service contre les boss ou en cas de coup dur mais il ne faudra pas trop s'y attacher car dés le niveau 4, seul un continue vous fera le plein contre chaque vie perdue. Enfin dernier bonus, beaucoup plus rare, on peut aussi trouver des boucliers de protection, qui ne vous couvre que contre les ennemis et encore, pas trop gros (le premier qui vous rentre dedans et hop!, on recommence). Comme si le jeu n'était pas assez difficile comme ça. Enfin sur la question de ce portage Neo-Geo CD, la RAM faisant 56Mb et le jeu en faisant 74, on aura très peu de loadings (un gros de 50 secondes au lancement du jeu après ça se tasse). Et bien sûr on aura des musiques lues en direct sur le CD, seul intérêt (avec le prix) d'une telle version. Contrairement à ce que la majorité pense, les musiques sont décevantes. Si les bruitages sont corrects pour le support, les musiques sont aussi originales que pourries. A base d'Electro qui mélange house et airs jazzy, je n'ai que rarement entendu une bande-son plus hors de propos que celle-ci. De grande qualité certes, les musiques ne peuvent pas être considérées comme bonnes, cette soupe acoustique est médiocre, sans mélodie et pourtant (contre toute logique) elle accompagne et rythme assez bien le jeu. Comme quoi. Gros défaut par contre, cette version qui accuse 3 ans de plus au compteur n'apporte absolument rien au niveau du contenu. D'ailleurs je commence à croire que c'est une constance sur Neo-Geo CD puisque la plupart des jeux font de même. Ainsi on n'aura même pas un menu d'options, pas de nouveaux levels, pas d'intro (c'était pourtant le minimum, la version AES en étant dépourvue), en bref à l'image d'un Last Resort CD, le disque optique n'apporte rien. Encore une conversion facile, qui ne prend même pas la peine d'effacer ses bugs (ralentissements).



Sammy, Note
bien avant d'être le concepteur de l'excellent Atomiswave, fut le créateur de l'un des shoots les plus connus de la scène Arcade. De mon côté, je pourrai dire que j'ai fini ce jeu au moins une fois. Hyper éprouvant pour les nerfs, véritable enfer à chaque boss et qui dévoile en plus une fin déconcertante de nullité, j'ai préféré réinvestir mes deniers même si aujourd'hui cette version se touche pour pas cher. Pourtant, je dois reconnaître que Viewpoint fait son bout d'effet. Avec sa 3D iso, son action survoltée et l'énorme originalité de son concept comme de ses ennemis, je comprends que certains fans lui vouent un véritable culte. Moi qui suit plus terre à terre, j'ai trouvé l'expérience vraiment sympa durant les 2 premiers niveaux, puis c'est vraiment n'importe quoi sur les 3 suivants. C'est donc un shoot trop dur pour être apprécié à sa juste valeur mais auquel il faut se frotter au moins une fois, ne serait-ce que pour sa culture ludique. Quant à cette tardive version Neo-Geo CD, comme bien souvent elle n'apporte qu'une nouvelle bande-son (à peine meilleure que celle d'origine) et surtout, un prix plus abordable. Malgré les 3 ans qui séparent cette adaptation de la version AES et un support CD qui ne demande qu'à être exploité, vous n'aurez rien de plus : toujours pas d'intro, pas de menu d'options, pas de nouveau level... rien ! Regrettable, même si au fond, Viewpoint reste toujours aussi mythique.



Test réalisé par iiYama

décembre 2007 (mise à jour : mars 2016)