Viewpoint (MD/PSX)

 





Cliquez pour agrandir





Note Mega Drive

Note PlayStation


Testé sur :


Sortie sur Mega Drive : 1994 / avril 1995 en Europe
Sortie sur PlayStation : novembre 1995
Développeur d'origine : Sammy
Adaptation Mega Drive : Nexus Interact
Adaptation PlayStation : Visual Concepts
Editeurs : Sammy (MD) / Electronic Arts (PSX)
Genre : shoot-them-up

Version testée : NTSC US (MD) / PAL EURO (PSX)
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Support : cartouche de 16Mb (MD) / 1 CD-Rom (PSX)
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en alternance
Titre alternatif : View Point (ALT)
Prix au lancement : 400Frs (MD) / 350Frs (PSX)


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Viewpoint








Bien que
Sur Mega Drive le portage a techniquement souffert. Normal quand on connait la différence de puissance entre les consoles de SEGA et de SNK...
je n'ai pas vu en Viewpoint le jeu exceptionnel que certains prétendent, je dois admettre que ce titre Neo-Geo m'aura malgré tout marqué grâce à ses graphismes somptueux en 3D précalculée, son originalité mais aussi sa difficulté d'une rugosité peu commune. Ce succès qui a fait la gloire de son support d'origine en décembre 1992, a ensuite été adapté sur Sharp X68000 et FM Towns en 1993, puis sur Mega Drive en 1994, sur Neo-Geo CD en février 1995 et enfin sur PlayStation en novembre de la même année, dans une version remasterisée de toute beauté (une version Saturn était envisagée pour 1996 mais fut abandonnée, sans doute à cause de son insuccès hors du territoire nippon). Mais avant de parler des portages Mega Drive et PlayStation, je pense qu'il serait bon de se remémorer ce qu'est réellement Viewpoint. Considéré à juste titre comme le shoot le plus original et le plus difficile des années '90, pas vraiment long en soi (il n'y a que 5 niveaux), ce qui rend le jeu si dur c'est qu'à la manière d'un R-TYPE ou Pulstar, au moindre contact c'est la perte d'une vie avec retour au dernier checkpoint. Déjà que les niveaux sont horriblement difficiles, les boss sont encore pire. Il est vraiment rageant de batailler depuis 10 minutes contre "un patron" de fin de niveau, pour finalement s'éventrer la carcasse sur une boulette qu'on n'a pas su éviter avec pour châtiment de devoir tout recommencer. Et si vous trouvez le jeu déjà difficile à l'extrême durant les 3 premiers niveaux, sachez qu'après c'est bien pire, notamment au niveau 5 où on se refait tous les boss à la chaine. Une solution de facilité franchement pénible, qui rend le jeu vraiment hardcore à boucler. Mais outre sa légendaire difficulté, ce qui fait tout le charme, l'attrait de Viewpoint, c'est son originalité graphique. Entièrement en 3D isométrique, les décors ont une certaine profondeur et surtout les sprites sont en 3D précalculée et le résultat est bluffant. Car même si la Neo-Geo était clairement la reine des consoles 16-bits, son Hardware n'était pas fait pour afficher de la 3D (même si celle-ci n'est pas gérée en temps réel). Etonnamment bien animé (à part quelques ralentissements lorsque l'écran est surchargé), certains sprites sont imposants (comme les boss). Mais pour avoir fini le jeu, je dois dire que ce sont malgré tout les 2 premiers niveaux les plus réussis, tant pour leurs décors que l'originalité de ses ennemis. Etant donné que le titre opte pour une vue en diagonales (en 3D isométrique un peu à la façon d'un Zaxxon), la jouabilité suit cette tendance, ce qui fait qu'on la trouve un peu déroutante, même si on s'y habitue finalement assez vite. Puisqu'on est dans le sujet, il n'y a aucune arme upgradable, juste un tir concentré et des drones latéraux (quand on arrive à les garder plus de 10 secondes).


En guise d'aide
... malgré tout cette version s'en sort avec les honneurs
nous avons aussi 3 types de bombes (mur de flammes, trou noir et missiles à tête chercheuse) qui rendent bien service contre les boss ou en cas de coup dur. Enfin sur la question du son, et contrairement à ce que la majorité pense, les musiques sont décevantes. Si les bruitages sont corrects pour le support, les musiques sont aussi originales que pourries. A base d'Electro qui mélange house et airs jazzy, je n'ai que rarement entendu une bande-son plus hors de propos que celle-ci (même si je salue la qualité des pistes, qui utilisent en plus quelques digitalisations). Maintenant que les mémoires ont été rafraichies, je tiens d'abord à m'acquitter de la version Mega Drive, naturel parent-pauvre eu égard aux performances de son support. Car si les Hardwares de la Neo-Geo et de la Mega Drive sont techniquement très proches, au fond les 2 consoles n'ont rien à voir, à commencer par la puissance brute et le nombre de couleurs affichables (il suffit de voir les portages d'Art of Fighting ou Fatal Fury pour s'en convaincre). Ainsi vous vous doutez bien que Viewpoint a souffert de la transposition, en premier lieu avec une cartouche qui est passée de 74 à 16Mb. Les magnifiques graphismes en 3D de la version d'origine sont devenus en 2D toute simple, idem pour les décors qui ont été simplifiés. Le jeu conserve bien quelques sprites en 3D, mais ils créés une surcharge de travail, ce qui rend d'un coup le scrolling très lent, surtout si on dispose des drones et d'un bouclier. Dans tous les cas, le jeu est plus lent qu'à l'origine, et ce malgré le 60hz (vu qu'il n'est pas sorti en Europe, il n'y a qu'une version NTSC), et il subit de gros ralentissements, notamment lors des affrontements contre les boss. En vue de minimiser ça, Nexus Interact (le développeur de cette adaptation) a simplifié le jeu puisqu'il y a moins d'ennemis et moins d'éléments visuels présents simultanément. Techniquement les graphismes ont donc soufferts du portage mais ils restent tout à fait corrects pour une Mega Drive souvent peu enclin à dévoiler son potentiel. Pour être franc, c'est surtout le design atypique du jeu et son ambiance somme toute particulière, qui le sauve. Côté son, on retrouve ces musiques bien moches qui sévissaient déjà sur Neo-Geo. Certains louent la qualité de ces dernières mais personnellement, ce mélange d'Electro-house et d'airs jazzy ne m'attire pas du tout. Reste que les développeurs ont cherchés à les transposer le plus fidèlement possible, même si les petites voix digit qui les agrémentent ont de suite une autre gueule sur la console de SEGA.


Quant aux bruitages,
Sur PlayStation, nous avons enfin une intro, quelques scènes inter-level et un épilogue digne de ce nom
sans être fantastiques, ils s'en sortent avec les honneurs. Dernier point de cette conversion, on retrouve le mode 2 joueurs (uniquement en alternance, comme à l'origine) ainsi qu'un sympathique menu. Il nous propose 4 niveaux de difficulté, le choix entre 3 ou 5 vies ainsi qu'un Sound Test. Je regrette que contrairement à la PlayStation, aucun cheat-code ne viennent agrémenter le jeu car mine de rien, et même si on reste assez loin de celle d'origine, la difficulté reste très élevée. Au final, si la 16-bits de SEGA a connu mieux en matière de shoot-them-up et que ce portage a naturellement été difficile, je reconnais que cette version reste sympathique comme tout, car fidèle autant que faire se peut. Maintenant pour ce qui est de la version PlayStation, l'adaptation a été confiée à Visual Concepts. Ce studio développe principalement des jeux de sport sous le label 2K Sports mais a également participé (en développant entièrement ou en partie, ou en adaptant des jeux déjà existants) quelques titres assez connus comme ClayFighters, Taz-Mania, Desert Strike ou encore Sonic Adventure 2. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que sur PlayStation on se retrouve avec une "version plus plus" du software Neo-Geo. Le support CD a été bien employé et pour cause, les développeurs nous offrent une introduction en images de synthèses, une petite cinématique à chaque fin de niveau et un épilogue plus que correct. Ça fait plaisir et ça nous change de la décevante version Neo-Geo CD où le support disque n'a servi strictement à rien. Si on regrette qu'aucun nouveau level ne soit proposé, à contrario nous avons droit à un menu d'options qui nous propose le choix de la difficulté, la configuration de ses touches et même un système de passwords. Le plus malin c'est que les niveaux sous découpés (comme vous le savez) en checkpoints et justement le jeu nous propose un password pour chacun d'entre eux. Techniquement cette version est clairement la plus réussie d'entre toutes et pour cause, l'entièreté des graphismes a été retravaillée. Si le Viewpoint d'antan nous avait déjà impressionné avec sa 3D précalculée, véritable vitrine technologique d'une 16-bits décidément plus performante que sur le papier, dans ce portage les graphismes sont nettement plus colorés (la console de Sony gérant 16 Millions de couleurs quand la Neo-Geo se contente d'une palette de 4096 couleurs affichables) et nettement plus fin que sur la console d'SNK. Sorte de version HD, en contrepartie le jeu semble plus lent (j'ai rejoué un peu à la version d'origine avant de tester celle-ci), ce qui s'explique peut-être par le fait que ma version PlayStation est une PAL 50hz, quand celle sur Neo-Geo est une NTSC 60hz. Ceci explique peut-être cela.


Malgré tout
Sorte de version "ultimate", sur PSX nous avons des cheat-codes (on peut enfin finir le jeu !), des passwords mais aussi et surtout une nouvelle bande-son un peu moins pourrie et des graphismes remasterisés de toute beauté !
le ressenti s'estompe vite et on profite de graphismes réellement somptueux, avec un rendu proche de l'image de synthèse. Si les animations sont particulièrement fluides, on note quand même quelques ralentissements lorsque l'écran est surchargé. J'ai également 2 autres petits griefs à vous énoncer, à savoir que le jeu ne dispose pas d'un rapid-fire (vu l'évolution de cette adaptation, ça aurait été sympa) et surtout, j'aurai vraiment apprécié d'avoir le "jeu de base" (celui de la Neo-Geo) en plus de cette version techniquement remasterisée. Mais bon c'est comme ça et quitte à choisir, je préfère et de loin, le nouveau rendu. Côté son, la PlayStation est une machine puissante qui offre en plus un support CD. Si on peut toujours entendre les musiques d'origine, sachez avant tout qu'elles ont été remplacées par une toute nouvelle bande-son. Plus orientée techno, peut-être même plus en accord avec les nouveaux graphismes, les nouvelles musiques sont moins insipides qu'à l'origine, mais elles restent malgré tout un cran en dessous des attentes. Comme pour l'image, on aurait vraiment apprécié que le menu des options nous propose au choix graphismes remasterisés ou classiques, ainsi que les musiques d'origine ou remixées. Après on ne change pas une équipe qui gagne, Viewpoint est exactement comme à l'époque : les ennemis sont au même endroit, en même nombre et ils ont les mêmes réactions. Seuls les boss semblent plus difficiles car ils sont étrangement plus longs à vaincre, sans quoi, c'est exactement le même jeu auquel on y a apposé une skin plus classieuse. Il n'y a donc pas grand-chose à dire de plus, Viewpoint reste fidèle à lui-même, extrêmement difficile (bien que très court dans le fond, shoot Arcade oblige) mais j'apprécie vraiment que les développeurs aient su palier à ce problème sans dénaturer le jeu, et ce grâce à des cheat-codes. Ainsi en plus des passwords on peut zapper les niveaux, voir la vidéo de fin ou mieux encore, activer un "god mode". Ainsi vous avez l'assurance d'enfin voir l'épilogue et de ne pas avoir payé un CD-Rom uniquement pour profiter des 2 ou 3 premiers niveaux.



   

Comparatif entre les versions Neo-Geo (à gauche), Mega Drive (au centre) et PlayStation (à droite)




Bien avant d'être Note Mega Drive


Note PlayStation
le concepteur de l'excellent Atomiswave, Sammy fut le créateur de l'un des shoots les plus connus de la scène Arcade. Et je dois reconnaître que Viewpoint fait son bout d'effet. Avec sa 3D iso, son action survoltée et l'énorme originalité de son concept comme de ses ennemis, je comprends que certains fans lui vouent un véritable culte... sur Neo-Geo. Maintenant il faut être clair, l'adaptation Mega Drive fait clairement "de son mieux". Il serait difficile d'en demander plus à la console, même si elle nous a déjà surpris une paire de fois. Ainsi le jeu est le plus fidèle possible mais n'évite pas les compréhensibles coupes qu'il a subi. Bien que les 2 consoles disposent des mêmes processeurs, la puissance brute de la Mega Drive est clairement 2 crans en dessous de celle de la Neo-Geo, en résulte des graphismes épurés, une bande-son plus cracheuse et comme d'habitude, des couleurs bien plus ternes. Malgré tout, il faut saluer la qualité de l'adaptation car de prime abord, on n'aurait jamais pensé la petite console de SEGA capable d'y arriver. Pour ce qui est de la version PlayStation, la question de la puissance ne se pose plus. Viewpoint est le premier jeu Neo-Geo à être adapté sur ce support et c'est clairement le meilleur ! Quand on voit le résultat (assez minable avouons-le) sur des portages tels que King of Fighters 97, Metal Slug ou Samuraï Shodown III, et ce avec une machine infiniment plus performante que la vieillissante 16-bits d'SNK, on se demande comment les développeurs ont-ils pu chier l'adaptation. Cependant ce n'est pas le cas de Viewpoint et Visual Concepts a assuré un travail admirable en nous offrant la version la plus aboutie du jeu de Sammy : nouvelle bande-son, graphismes entièrement refaits et absolument somptueux, vidéos en images de synthèses, on a même des cheat-codes afin de profiter de ce qu'on a chèrement acheté. En clair, c'est une version remasterisée avec brio, même si pour être tout à fait honnête, elle n'est pas parfaite pour autant (ralentissements, il manque quelques bonus, etc). Dans tous les cas et pour ainsi dire le même prix (à sa sortie bien entendu), cette édition PSX était de bien meilleure qualité que le décevant portage Neo-Geo CD qui n'était même pas fichu d'apporter ce serait-ce qu'une intro à base d'images fixes. En somme c'est bien la PlayStation qui a accueilli la version ultime de ce titre mythique.



Les -

  • Plus lent que sur Neo-Geo et quelques ralentissements (valable pour les 2 versions)
  • Le portage Mega Drive a souffert au niveau des graphismes et du son
  • Aucun bonus sur Mega Drive
  • Une difficulté légendaire
  • Les +

  • Version PlayStation superbement remasterisée : nouveaux graphismes somptueux, nouvelle bande-son moins dégueulasse qu'à l'origine
  • Cette ambiance indescriptible qui rend le jeu attrayant
  • Ossature de la version PlayStation fidèle à l'original
  • Les passwords et les cheat-codes de la version PSX
  • Les vidéos en images de synthèses de la version PSX
  • Le menu d'options (valable pour les 2 versions)



  • Cinématique de fin : cliquez pour ouvrir



    Test réalisé par iiYama

    juillet 2016