Rush'n Attack (X360/PS3)

 






   

Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mars 2011 (X360) / avril 2011 (PS3)
Développeur : Vatra Games
Editeur : Konami
Genre : action

Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Support : en téléchargement sur XLA et PSN
Espace disque nécessaire : 720Mo (X360)
Moteur graphique : Unreal Engine III
Définitions HD max : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Green Beret : Ex-Patriot
Prix au lancement : 10€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Rush'n Attack

Ex-Patriot



Rush'n Attack,
Le gameplay est ultra violent et assez jouissif
aussi connu sous le nom de Green Beret, est un jeu d'Arcade sorti en 1985. Il fut ensuite adapté sur NES, CPC, Atari 8-bits, Commodore 64, MSX et bien d'autres. On le retrouve également dans certaines compilation d'oldies Konami ou plus récemment sur Xbox Live Arcade. C'est un jeu d'action en vue de profil qui se déroulait en pleine Russie, suivant un scénario bidon mais propice à la baston. 26 ans plus tard, la licence refait surface. Anciennement développé par Konami, cette fois c'est Vatra Games qui s'est occupé de cette suite. Vatra Games, qui est proche de Kuju Entertainment (eux on les connait pour Geometry Wars et House of the Dead OVERKILL), est connu pour le très bon Silent Hill Downpour, disponible sur Xbox 360 et PS3. Alors évidemment, 26 ans plus tard, il est clair qu'on laisse tomber la vieille 2D pixellisée (encore que, avec Mega Man 9 et 10, on a eu l'inverse) et on passe à la 3D. L'histoire se déroule à Tunguska (en Russie) où une météorite s'écrase et libère de précieux cristaux : l'Ulyssium. Ce cristal qui ressemble beaucoup à du Tibérium bleu, a des propriétés évidemment hors du commun, agissant sur le corps humain comme un mutagène. Formule classique des jeux du genre, on se retrouve avec une intro sympa mais à base d'images fixes, le jeu ne comporte aucun doublage, les dialogues se déroulent dans des bulles à textes façon BD, et les cut-scènes sont extrêmement rares. Rush'n Attack s'inspire largement du grand hit du XLA, j'ai nommé Shadow Complex. En vue de profil, on dirige un bagnard enfermé dans une sombre prison, avec pour but de libérer ses codétenus. Pour se faire, le bougre a plusieurs facultés comme monter en sautant entre 2 murs, se faufiler un peu partout et bien entendu, ramasser des cartes d'accès, prise aux mains des boss. La progression est donc très classique, y'a pas vraiment besoin d'y revenir. Par contre, l'originalité du titre tient dans le fait que Morrow (notre personnage) ne combattra qu'avec un couteau.


Se planquer
La réalisation ne brille pas par ses qualités
dans les zones pour attendre qu'un garde passe, réaliser plusieurs combos (avec défense) ou utiliser des grenades, il est clair que l'action apporte son lot de plaisir. Malheureusement, il y aussi quelques écueils. Par exemple Morrow est capable de chuter de 80m sans se faire mal. Alors c'est sans doute justifié par le mutagène, mais quand même, c'est un peu gros. On n'est capable de posséder qu'une grenade à la fois (ce qui est idiot) et en aucun cas, on ne servira d'arme à feu, alors que certains ennemis en possèdent. Malgré ça, je reconnais m'être bien amusé avec ce Rush'n Attack. Certes ça n'a pas le panache et la classe d'un Shadow Complex, mais il s'en inspire intelligemment et les combos au couteau se révèlent vite grisants et particulièrement violents. De plus, bien fouiller les niveaux c'est trouver des trousses de soins, des lunettes de vision nocturne ou encore des gilets pare-balles. Encore une fois, ça n'a pas l'immensité de son mentor mais le résultat est franchement plaisant. Par contre je dois être honnête, j'ai largement préféré la version Xbox 360 à celle sur PS3, pour une raison évidente de prise en mains. En effet, la croix numérique sert à activer ses objets et on ne déplace son personnage qu'au stick analogique. Or sur PS3 et sa DualShock, c'est particulièrement inconfortable. Moi qui pensait qu'on pourrait jouer avec la croix numérique il n'en est rien et on se retrouve avec un maniement pas du tout agréable. De même, sur PS3 le jeu est encore plus laid ! Les textures sont encore plus fades et l'aliasing est encore plus présent. Fonctionnant sous Unreal Engine III, on a vu le célèbre moteur d'Epic plus en forme. En effet, les modélisations sont simplement affreuses, avec en autre des visages figés et des articulations de mannequins en plastique. Ensuite les décors sont redondants et globalement, c'est loin d'être beau. Enfin pour le son, les musiques sont discrètes et les bruitages font bien leur boulot. Rien à redire là dessus.



Rush'n Attack Note
n'est pas le jeu dématérialisé de l'année. On en est même très loin. Cela dit, il a ce petit charme bien à lui, ce petit "je-ne-sais-quoi" qui fait que, malgré sa triste laideur et son gameplay de plagieur, j'ai bien aimé. Certes pour l'apprécier à sa juste valeur, mieux vaut l'acheter en promo (car il est à mon sens un peu cher) mais sans ça, j'ai pris plaisir à contrôler ce tueur qui officie en silence contre des gardes qui ressemblent étrangement à Voldo de SoulCalibur...



Les -

  • Bande-son un peu trop discrète
  • Modélisations affreuses
  • Décors assez ternes
  • Les +

  • C'est pas du Shadow Complex,
    mais ça reste fun
  • Combats assez jouissifs
  • Violent à souhait


  • Test réalisé par iiYama

    juillet 2012