BlackSite : area 51 (PC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2007
Développeur : Austin
Editeur : Midway Studios
Genre : FPS

Support : 2 DVDs
Version testée : Française
Version logicielle : v.1.2
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 11Go (install)
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Difficulté :
Multi-joueurs : 10 joueurs online

Abréviation : BlackSite
Titre alternatif : Area 51 II
Prix au lancement : 45€
Score des ventes : 660.000 (tous supports)


Configuration minimale requise :
CPU : 3Ghz / double-coeur à 2Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : type GeForce 6600 avec 256Mo de VRam

Configuration de test :
CPU : AMD Phenom 9500
RAM : 2Go DDR II
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows XP Sp2
Résolution testée : 1280x1024 (4:3)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

BlackSite

Area 51



Pour rappel, Area 51 est
Et dire qu'ils auraient pu faire un fantastique scénario... au lieu de ça, on nous sert une soupe goutée mille fois et sans arôme
sorti à la mi-2005 et s'il ne proposait pas de graphismes à la hauteur de son support (tout du moins sur PC), il avait gentiment rafraîchit cette vieille licence qui dormait dans les tiroirs poussiéreux de Midway. Nommé BlackSite ou BlackSite : Area 51 selon le pays, ce jeu fait office de suite au titre précité mais ne rivalisera en aucun cas avec les FPS actuels. Sur la note finale j'avoue que j'ai été gentil, car le jeu réserve quelques bons moments et de jolis graphismes mais pour le reste, son goût d'inachevé, de sorti "à la va vite" pour profiter des fêtes de fin d'années, va vous rester en travers. Commençons donc par la scénarisation, qui est la première grosse déception du jeu : vu le pédigree de la licence et l'univers choisi (en somme la fameuse zone 51, ses expériences secrètes et les Aliens qui vont avec) on s'attendait à un scénario sympa, au moins équivalent au précédent épisode. Or on nous sert une histoire mal contée, décousue et qui possède en plus une fin des plus pitoyable. Je me suis franchement demandé si on se foutait de moi mais bon... passons. Le passage en Irak n'est à mon avis qu'un prétexte pour se rapprocher d'un Call of Duty 4, d'un Soldier of Fortune : Payback, ou peut-être même pour varier (un peu) le jeu mais clairement, ce passage-là fait tâche. Quand on connaît le scénario, on se dit que ça aurait pu être n'importe quel pays. Pourquoi avoir choisi celui-ci ? A la façon d'un Half-Life, toute l'histoire est vécue à la première personne et ne proposera aucune vidéo, seulement quelques cut-scènes pas bien palpitantes. Et puis tout au long de l'aventure, il y a pas mal de dossiers à trouver (certains sont cachés) qui vous dévoileront quelques infos sur les armes et les personnages. Mais je vais vous économiser de suite : ne vous foulez pas à les trouver, ils sont aussi nuls qu'inutiles... BlackSite se contente de commandes simples mais aussi de peu de mouvements. On ne sera jamais seul (toujours accompagné de 2 autres personnages) et notre héros de service (Pierce) est un chef d'escouade. Via la même commande on ordonne à nos hommes de se placer à un endroit précis, de prendre en mains une mitrailleuse fixe ou encore d'ouvrir une porte. Jusque-là, tout va bien. Le problème, c'est que le gameplay est minimaliste, au point qu'on se croirait sur un titre vieux de plusieurs années. Pierce n'est donc pas foutu d'ouvrir lui même une porte, c'est toujours un collègue qui le fait (il est handicapé ou quoi ?), il n'a pas de lampe ou de vision nocturne et il fait des sauts de puce qui le cloisonne aux scripts. En parlant de scripts, on bat ici des records en la matière. Les décors sont de vulgaires couloirs à peine maquillés, ne laissant absolument aucune initiative au joueur. Impossible de faire autre chose que ce que le jeu a prévu. Pire, on est très limité dans nos mouvements. Se jeter d'une falaise ou même passer par dessus un tout petit muret, seront des actions impossibles à réaliser.


Mais il y a plus fort :
Gameplay simpliste, IA débile, scénario bidon : on tenait presque un grand jeu. Presque...
dans le summum de la nullité nous avons comme vainqueur, j'ai nommé l'IA ! Pour en parler de façon descriptive, il faut commencer par les ennemis. Tout simplement crétin, un ennemi ne verra pas que vous l'avez contourné, seules vos attaques le feront se retourner. Vos co-équipiers, imposés je le rappelle, seront assez efficaces au combat (d'ailleurs, vos attitudes influent sur leur moral) mais il est dommage qu'ils soient si envahissants, voire gênants, car ils sont toujours dans nos pattes. Et quand je dis que l'IA est purement débile, les meilleures preuves que j'ai au dossier, sont que les ennemis attaqueront vos co-équipiers alors que vous êtes tout à côté ou encore que vos collègues ne se gêneront pas pour balancer une grenade à vos pieds afin de tuer un ennemi... et vous au passage ! A côté de ça, BlackSite essaie de se la jouer "tendance" avec peu d'indications visuelles à l'écran histoire de favoriser l'immersion et quelques objets joliment destructibles (revêtement des poteaux, plaques de plâtre, caisses en bois, barricades en béton, voitures... dommage que ça ne s'applique pas à tous les objets). De plus, l'action ne manque généralement pas (le jeu n'est pas trop difficile) et on assistera à quelques combats épiques façon Lost Planet mais en moins puissant tout de même. Bien sûr on pourra prendre le contrôle d'armes fixes pour quelques ballades en hélico assez sympas ou le contrôle d'une jeep. Le maniement au pad est bien sûr une question délicate. Forcément moins jouable que sur PC et à la souris, la visée reste quand même efficace et précise, même s'il y a mieux (la version PS3, sortie quelques 4 mois après les autres, est également la moins jouable... sans doute à cause du pad). Sur la question des armes, j'espère que ça ne vous dérange pas de toujours vous servir de la même ? Nous avons de base un M4 moderne (plus ou moins celui de Modern Warfare) qui sera votre meilleur alliée car les autres armes sont soit minables, soit il n'y a que peu de munitions. Nous avons donc un 9mm parfaitement inutile, un fusil de sniper qui ne servira que 2 fois, un lance-roquettes parfait pour les gros boss, un fusil hi-tech proche d'un fusil à pompe mais détestable à l'utilisation et un fusil au plasma que seul le boss final se fera un plaisir de vous montrer (vous jouerez jamais avec). Et c'est tout ! Le compte donne donc 5 armes utilisables, ce qui est clairement trop peu. Malgré tout, je me suis bien amusé. Je ne sais pas par quel miracle est-ce possible étant donné les tares génétiques de ce jeu, mais j'ai trouvé l'aventure assez sympa et bizarrement plaisante, à l'image d'ennemis qui ne s'en prennent pas qu'à vous.


Avec une installation de 11Go,
Graphiquement, le jeu est vraiment pas mal mais certains bugs sont gênants
je m'attendais à beaucoup mais ce fut finalement plutôt mitigé. Par où commencer ? Si Area 51 (le jeu de 2005) n'avait pas de graphismes flatteurs, voire même arriéré sur PC, il faut reconnaître que BlackSite rattrape bien la donne. Ainsi on peut le dire, c'est beau ! Les textures sont superbes, les modélisations sont bonnes, les monstres sont bien hideux comme il faut... un constat qui fait plaisir. Malheureusement le moteur 3D est hyper bugué ! Sans parler de bugs visuels, finalement assez rares, le jeu subit d’incessants lags, très vite pénibles. A l'image d'un The Mark, qui était un beau jeu gâché par une fluidité abominable, BlackSite fait de même, voire plus. Heureusement, le patch 1.2, corrige 90% du phénomène, ce qui rend l'aventure un peu plus praticable. Il reste encore des saccades, notamment lors du streaming (chargement en continu des données) mais sérieusement, faites l'expérience avant et après le patch, vous verrez la différence. Cependant son statut de "jeu pas fini" trouve à cette rubrique aussi, pas mal d'échantillons de son oeuvre. Par exemple, les gars ouvrent les portes sans les toucher, on commande une tourelle sans voir ses mains ou encore nos co-équipiers montent dans un hélico façon Houdini (comprenez par là qu'ils sont à terre et l'instant d'après ils sont à bord, le tout sans transition). Bien pénible aussi, à chaque redémarrage le jeu repasse en 1280x720, soit la résolution native des PS3 et Xbox 360, sur écran HD Ready. Le jeu se serait-il cru sur consoles ? En plus, ça manque clairement de paramétrage vidéo. Le matériel requis est assez élevé, le rendant finalement élitiste (bien plus que Crysis !) et on ne peut toucher que l'anti-aliasing, l'anisotropie, les ombres et la résolution. Ça cache le fait que le jeu n'est pas du tout optimisé et qu'il tourne d'une façon prédéfinie, les réglages étant totalement occultés. Utilisant le fameux moteur 3D d'Epic, l'Unreal Engine III, j'ai trouvé bizarre qu'il tourne aussi mal, d'autant que sur les autres jeux, il ne lague pas. Pour ce qui est de la physique, Austin a fait appel à Havok, le célèbre moteur qui sévit à merveille sur Half-Life² et une fois de plus, son utilisation n'est pas optimisé puisque j'ai assisté à quelques scènes bien buguées. Enfin, j'ai été surpris, pour ne pas dire choqué, de voir une énorme pub du film "Je suis une Légende" (avec Will Smith) ou pour des voitures bien réelles, dans les premiers temps du 2e niveau (dans le Nevada), histoire de rentabiliser le jeu. Mais malgré tout, j'ai trouvé le jeu agréable. L'utilisation du HDR est satisfaisante, l'effet de contraste est saisissant et mon PC l'a fait tourné en 1280x1024 tout détails à fond, sans trop de problème. Etonnant... Autre point critiquable du jeu : le son. A base de phrases parfois crétines, le doublage global est plutôt bon mais aurait pu être meilleur. On revient donc encore une fois au fait que le jeu manque de finitions. En plus de toujours se servir de la même arme, il reconnaître que les bruitages sont très mous, limite soporifiques. Bien sûr une explosion détonnera un minimum mais notre fusil dégage un vieux bruitage tout pourri, pas du tout en concordance avec sa puissance. Et puis le tout manque d'une ambiance musicale poignante. Si elles font l'affaire, j'aurai apprécié des pistes moins dépouillées, plus mouvementées, plus dramatiques, plus impliquées...



BlackSite Note
a quelques atouts pour lui à commencer par une réalisation graphique assez soignée. Après qui sait, avec 6 mois de gestation supplémentaires, on tenait peut-être là un bon jeu qui aurait pris 15/20. Mais ce n'est pas le cas et je trouve aussi très dommage que les bonnes idées ne soient pas exploitées jusqu'au bout (comme la déstruction des éléments du décor), que le moteur graphique saccade ou encore que le scénario soit si bidon, ne dévoilant pas la moitié des détails croustillants de son prédécesseur. Et pourtant, comme je l'ai déjà dit, on s'amuse. Aussi étrange que ça puisse paraître, si l'aventure est assez courte, elle n'en reste pas moins fun. Mais faut comparer ce qui est comparable, face à un Call of Duty 4 ou un Bioshock, il ne tient pas la comparaison. Un petit jeu donc, que je vous pouvez envisager... à prix budget.



Test réalisé par iiYama

janvier 2008 (mise à jour : février 2015)