Ace Combat Distant Thunder (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 2002
Développeur : Namco
Editeur : Namco
Genre : combats aériens

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Abréviation : Ace Combat 4
Titre alternatif : Ace Combat : Shattered Skies
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 3.1 Millions





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Ace Combat

Distant Thunder


Je me souviens encore
L'histoire nous est contée via de très beaux artworks... même si on aurait préféré des vidéos
de mes premières heures de vol (virtuelles bien sûr) aux commandes d'Air Combat sur PSX. Un jeu nerveux, puissant, très fun et à la bande-son terrible. Puis vint Ace Combat 2 : plus beau, du renouveau dans la série (pas mal de mise au point) et encore fois, une bande-son qui déchire. Puis il y eu le Electrosphere, graphiquement impeccable mais à la bande-son Electro assez décalée. Il n'empêche que c'était un très bon jeu que j'ai eu beaucoup de plaisir à finir. Cette trilogie (que j'adore !) tirait la PSOne dans les sommets du jeu vidéo tant ces 3 softs étaient excellents malgré quelques défauts récurrents comme le manque de véritables cut-scènes ou de mise en scénario autre que par le briefing d'avant mission. C'est ainsi que débarque un 4e opus, cette fois sur PS2, et là, ça fait mal, très mal ! Pour résumer tout de suite la situation, Ace Combat 4 est le meilleur épisode de la série auquel j'ai joué. Commençons par le commencement (en fait y'a tellement à dire que je sais plus par où débuter mon argumentation). Le jeu s'ouvre sur une intro made in Namco (traduisez de qualité) laissant place à un menu assez étoffé avec notamment un didacticiel qui nous enseigne le maniement de base d'un appareil de combat. Ce mode, absent des précédents épisodes, nous instruit sur la façon d'opérer avec un avion ainsi que les diverses nouveautés du titre (comme le fait d'embarquer des bombes air-sol). C'est bien fait et vraiment le bienvenu pour les novices de ce type de jeux (qui auraient torts de passer à côté). Une fois terminé, on passe au jeu en lui-même et là, l'histoire se découd petit à petit. L'histoire du pilote que nous incarnons est contée à travers des cut-scènes d'entre-niveaux façon Manga. Les images sont fixes mais d'une qualité éblouissantes (digne des meilleurs Artworks) avec une voix-off qui narre la trame. C'est superbement mis en scène (même si ça reste des images fixes) et entre chaque levels, on en apprend un peu plus. Le jeu est aussi entre-coupé de vidéos, cette fois plus classiques en images de synthèses ou en 3D, comme le décollage de l'appareil ou l'arrivée d'un escouade de la mort.


Vient ensuite
Les sols sont certes plats, mais en vol, le rendu est époustouflant
le temps de prendre les commandes de notre premier avion et là on reste sur le cul ! Le jeu est très très beau ! La modélisation des appareils est superbe (d'ailleurs, elle est pour la première fois réaliste), les décors sont renversants tant par leurs finesses, leurs couleurs : on se croirait à bord d'un véritable appareil tant le rendu est photo-réaliste ! L'immersion est donc immédiate et on ne lasse pas de se faire des petites frayeurs en rase-motte ou tout simplement de se balader dans ces vastes décors tant c'est beau. La PlayStation 2 fait ici des prouesses et on peut féliciter les développeurs de Namco qui montrent encore une fois leurs talents de créateurs hors-pair. L'animation n'est bien sûr pas en reste car en plus de tout cet habillage de perfection, pas un ralentissement ou effacement de textures ne vient gâcher le plaisir d'un joueur immergé dans une ambiance qui sent la poudre. Chapeau bas ! La jouabilité est toujours aussi Arcade, bien que le tout parait un peu plus réaliste. Généralement il faut un missile pour descendre un appareil et le contrôle du chasseur est plus réactif. Car cette fois-ci, pas question de se frotter à un mur ou une montagne sinon c'est la mort assurée. Ne reste plus que le son, sujet sensible auquel j'accorde beaucoup d'importance et contrairement à Ace Combat 3, je ne suis pas déçu. Exit le Rock, ce qui pourrait paraître pénalisant à mes yeux, les musiques ont étés remplacées par des morceaux plus symphoniques tout en gardant un bon rythme et en donnant un sonorité cinématographique, limite dramatique, à l'action. Elle sont très agréables et d'une qualité surprenante. Je suis content de voir que Namco a oublié de faire dans l'Electro bas-de-gamme. Les voix-off sont aussi d'une qualité que j'avais rarement entendu, le doublage US des différents protagonistes ayant reçu un soin tout particulier. Même les bruitages sont devenus réalistes au possible avec par exemple l'effet de décalage image/son lors d'une explosion (le son, dans de parfaites conditions parcours 360m/sec alors forcément lorsque vous abattez une cible à plus d'1 km, il y a décalage). C'est bluffant !



Y'a-t-il quelque Note
chose à redire à ce 4e épisode d'Ace Combat ? Et bien je le dis franchement : NON ! Ce jeu est une bombe tant sur le plan technique que ludique. J'avais un peu peur de voir ce que Namco avait fait à son poulain des airs et ils ont fait tout ce dont j'espérai, hormis peut-être une construction scénaristique (à base d'images fixes) loin d'être optimale. Ceci dit j'ai un peu de mal à comprendre la presse spécialisée qui s'est un peu acharnée envers ce jeu, en lui trouvant une pléthore de défauts. Comme quoi tous les avis sont dans la nature. Même si le jeu est un peu trop facile (c'est rare) puisque je l'ai fini en 5h à peine, il n'empêche que Ace Combat : Distant Thunder est une perle comme on voit trop peu de nos jours. Un pur moment de bonheur...



Test réalisé par iiYama

décembre 2005