Halo (Xbox)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2002
Développeur : Bungie software
Editeur : Microsoft Games
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Compatible Xbox 360 : oui
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Halo Engine
Difficulté :
Multi-joueurs : 4 joueurs en splitté / 4 joueurs en Link
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 6.5 Millions (Xbox)


Aussi disponible en version originale ou Remastered sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Halo

Combat Evolved



Impossible de faire mon premier test Xbox avec un autre titre que celui-ci. Halo est un jeu mythique à bien des égards, de par son action survoltée, la simplicité de sa prise en main ou encore la cohérence de son univers. Un jeu culte selon beaucoup (je le pense aussi) et qui a fortement contribué au succès de la console de Microsoft. Déjà testé sur PC il y a exactement un an de ça, il faut savoir que son développement fut assez chaotique. En 2001, Bungie (connu pour Myth) développe un RTS pour PC. Peu à peu le projet devient un jeu d'action à la 3e personne pour devenir finalement le FPS qu'on connaît. A ce stade du projet, Halo aurait dû être un jeu en ligne massivement multi-joueurs mais Microsoft, soucieux de promouvoir sa première console, décide que l'éditeur doit le sortir sur Xbox. Les petits gars de Bungie ont donc étés obligés de convertir un code PC sur cette brave Bobox. Pour rappel, l'Xbox était un PC honorable à sa sortie en 2002. Equipée d'un Pentium III 733Mhz, d'une GeForce 4 et de 64Mo de RAM unifiée (oui, la Xbox partage des technologies du PC), c'était cependant faible par rapport aux capacités des "PC gamers" de l'époque. Il est donc évident que pour optimiser le code, le jeu dû légèrement perdre en terme graphique. Mars 2002, Halo sort et c'est un véritable carton. Jeu phare du line-up de la console, il est acclamé par la presse comme un phénomène, une révolution, voire même, le meilleur FPS console jamais créé. Halo est LE jeu qui a lancé la carrière de la Xbox. Voyons maintenant si cette notoriété est justifiée...


Développement scénaristique

En tant
La mise en scène est très correcte et le scénario est bien écrit
que joueur, il sera agréable de constater la tournure du scénario. Votre vaisseau sera vite envahi et vous serez obligé de battre en retraite. Mais une fois sur Halo (une étrange "planète" en forme de bague), les humains (vous donc) vont reprendre l'avantage avec une invasion massive et une reprise du pouvoir. Cette phase de jeu n'est pas sans rappeler un débarquement type Medal of Honor ou Call of Duty mais version Science-Fiction. Contrairement à Half-Life où toute l'action est vue des yeux de Gordon Freeman, vous verrez souvent Master Chief (votre personnage) de l'extérieur dans de petites scènes intermédiaires. A mon avis ce n'est pas un mal puisqu'en plus, il parle (contrairement à Gordon qui laisse au joueur sa propre interprétation du dialogue). Étayé par de nombreuses cut-scènes en 3D (aucune vidéo), le scénario est bien développé et ce, tout au long du jeu. Immersif, la tension va crescendo, le jeu est très long pour le genre en plus de fournir un véritable scénarii digne d'un Space Opera. Et on sent bien que Bungie s'est inspiré des grands noms. Les monstres Floods semblent sortir d'Half-Life, on jurerait que Cortana est issu de TRON, les Hunters m'ont fait penser aux Skaarjs d'Unreal et l'invasion Floods peut très bien faire penser à Alien. Avec de telles sources d'inspiration, difficile de se tromper. Le choix de ne dévoiler que des cut-scènes fait en sorte que le jeu fournisse une réelle continuité visuelle. Véritables visionnaires, à l'époque Bungie avait déjà compris que ce type de développement scénaristique était l'avenir, puisque la plupart des jeux actuels se contentent de ce procédé. A noter enfin que l'épilogue est légèrement différent en mode Legendary. Pas de quoi refaire le jeu pour autant, puisqu'à chaque niveau on peut choisir sa difficulté et puis je ne l'ai pas trouver mieux que l'autre (par contre, c'est bien plus difficile d'y arriver, forcément).


Jouabilité & Gameplay

On aura
Les armes sont variées, efficaces et on a une excellente jouabilité
beau dire tout ce qu'on veut, la jouabilité d'un FPS n'est optimale qu'avec un clavier et surtout, une souris. Et pourtant, j'ai été bluffé par une prise en mains exceptionnellement douce et précise. C'est bien la première fois que je ne m'emmêle pas les pinceaux en jouant à un FPS sur console (je me rappelle encore ma piètre expérience d'Area 51 sur PS2). S'il pose un scénario assez original, Halo ne dispose pas d'un gameplay novateur, ce dernier étant même des plus classiques. Mais attention pas de méprise, classique ne veut pas dire sans intérêt. Clairement pensé pour être joué au pad, vous ne pourrez porter que 2 armes en même temps. Dés le début du jeu, toutes les armes que vous croiserez, humaines comme extra-terrestres, seront à votre disposition. La manip' est simple, une simple pression sur le bouton X et vous lâcherez l'arme utilisée pour prendre celle qui est par terre. Sympa puisque ça vous poussera a user d'une certaine stratégie de combat même si on aurait aimé en prendre un peu plus (au moins 3 ou 4). Côté humain on retrouve les armes classiques des space-marines, à savoir le fusil à pompe (très puissant), le fusil d'assaut, le simple flingue, le sniper et le lance-roquettes. Côté Covenant, on a le Needler (lanceur de cristaux explosifs), le pistolet au plasma et le fusil au plasma. Il faut savoir que si les armes humaines possèdent des munitions classiques, les armes aliens ne sont pas tout à fait pareilles. Les cristaux peuvent se ramasser mais pour les 2 autres armes, elles ont une batterie donc une fois vides, il faut en changer. En plus de ça, elles surchauffent ce qui peut provoquer leur arrêt temporaire. Dans tout les cas, il y a de quoi faire et très vite on a nos préférées. Dans un camp comme dans l'autre, on a aussi un type de grenade : les grenades à fragmentation sont puissantes et les grenades au plasma ont le net avantage de se coller aux parois ou à l'ennemi. Dans les 2 cas, leur explosion peut provoquer une réaction en chaîne des grenades posées à terre et faire ainsi de véritables ravages dans le camp ennemi (attention toutefois à vos coéquipiers, car on peut très bien les tuer). A noter aussi qu'on ne peut porter que 4 grenades de chaque. Cette restriction du point de vue des armes n'est pas une critique en soi car au fil du jeu, ça vous obligera à jouer finement, ce qui sera un petit mal pour un grand bien. J'ai par contre détesté qu'à chaque gros loading (au début de chaque niveau) on perde tout ce qu'on possède. Il arrive même que d'un niveau à l'autre, on ait plus les mêmes armes. On se retrouve avec qu'une seule grenade et les chargeurs sont quasi vides. C'est un peu gonflant. Heureusement on retrouve vite son arsenal et on a quelques bonus à dénicher, qui nous faciliteront la tâche : item de santé, camouflage et super bouclier.


Master Chief
Le Warthog est complétement injouable. Une déception
est équipé d'une combinaison : l'armure Mjolnir. En plus de sa santé physique, l'armure encaisse tous les dommages et sa jauge de protection remonte toute seule après un temps de pause. Ca nous change du concept basique propre à chaque FPS où il faut trouver des items de bouclier et de santé. En plus, si on la joue finement, ça contribue à l'immersion du joueur qui ne contrôle ni un Dieu, ni une mauviette qui meurt au bout de 2 balles et ça renforce le côté stratégique des attaques (attaquer, s'arrêter 20 secondes à l'abri pour rependre de l'énergie et retourner au combat). C'est l'une des facettes les plus réussies du gameplay et une fois encore Bungie a été un véritable visionnaire, puisque ce concept a été emprunté par beaucoup d'FPS contemporains. Sorti en 2002, Halo proposait la conduite de véhicules bien avant Far Cry. Mais une chose est sûre, le pilotage est un véritable fiasco ! Le Warthog (sorte de buggy) est totalement incontrôlable ! Pire, la séquence finale est une vraie gageure puisqu'elle nous impose tout un parcours, en temps limité, à bord de cette horrible poubelle injouable ! Le problème vient du fait que le véhicule suit la direction du réticule de visée et dans le cas du Warthog, il prend en compte une étrange physique qui le rendra comme "monté sur de vieux ressorts" (en plus d'être une vraie caisse à savon). Particulièrement mal mise en oeuvre, ces phases causeront irritations aux moins patients, à cause de ce contrôle pour le moins chaotique. Pourquoi ne pas avoir fait une jouabilité de bagnole classique ? On se le demande... N'allez pas me dire que Bungie ne s'est pas aperçu que le contrôle des véhicules était si épouvantable ? Heureusement, pour sauver cette disgrâce qui coûte cher au plaisir de jeu et qui rend la fin plus difficile qu'elle ne l'est, les autres véhicules se contrôlent plus facilement. On a le Ghost, une sorte de mobylette volante assez sympa, le Banshee qui est une petite navette avec laquelle on peut se déplacer librement dans les airs et le Scorpion, le tank de l'UNSC (j'ai par contre trouvé idiot qu'on se fasse toucher lorsqu'on est à l'abri dans le blindage du tank mais bon...). On pourra aussi prendre les commandes des tourelles de défense Covenantes, qui peuvent s'avérer assez sympa en cas de pénurie de munitions.


A noter
Le jeu est praticable en co-op'. En Link jusqu'à 4 players peuvent découvrir le mode solo
qu'avec le Warthog et le Scorpion, on peut emmener plusieurs Marines. Sur le buggy on peut prendre 2 autres passagers, l'un tirant avec son arme, l'autre sulfatant avec le gros calibre embarqué. On a aussi le choix de prendre la place qu'on veut sur les 3 postes mais les autres Marines ne prendront jamais l'initiative de conduire. On devra donc toujours le faire soi-même. Avec le Scorpion, c'est pas moins de 4 Marines qui suivent le mouvement. Déjà que sa puissance de tir est énorme, on est en plus bien secondé. Parfois épaulé par des confrères dont il faudra sauver les miches, le jeu impose une notion de travail d'équipe assez plaisante (mais il n'y a pas de système d'ordres, c'est l'IA qui se charge d'eux). Plaisante mais encore une fois, assez distincte sur certains aspects. Si on prend la fameuse scène du débarquement, on travaillera tous ensemble contre un ennemi commun mais une fois le passage fini, on ne sera qu'avec soi-même. Il y a des dizaines de Marines sur place et vous devez vous tapez les missions tout seul. Idem pour les coéquipiers en voiture, qui ne sont pas foutus de vous suivre afin de nettoyer une zone à 3 plutôt qu'en solo. Sur le sujet de l'IA, je dois reconnaître qu'elle est convaincante la plupart du temps, même si certains ennemis sont franchement débiles et se laissent bêtement shooter. Par contre, si globalement le jeu n'est pas super ardu, la difficulté augmente d'un coup à l'apparition des Floods. Au lieu de garder une constante, les ennemis deviennent de plus en plus coriaces, à croire qu'en l'espace de quelques heures ils sont devenus de vrais maîtres de guerre. Et puis les Floods ont la fâcheuse tendance de vous attaquer par surprise ou de vous sauter à la gorge. Sale bête va ! Pour les derniers détails, chaque arme possède une attaque de mêlée qui permet de tuer en silence, comme on joue au pad on a une sympathique aide à la visée qui rend bien service, Master Chief est équipé d'un radar de proximité qui ne sera pas sans rappeler Alien et un "point de navigation" nous indique la direction de la prochaine mission. De toute façon, le jeu est suffisamment dirigiste (malgré quelques grands espaces), pour éviter qu'on se perde. De plus, le jeu n'est pas trop difficile, ce qui est rare pour le genre puisqu'on arrivera à finir l'aventure sans trop galérer (perso je n'ai buté que sur la séquence finale et encore, c'est avant tout la faute au Warthog). Enfin le mode histoire est praticable en co-op' sur la même console ou en Link, ce qui est bien sympa mais les puristes noteront qu'il n'y a aucun réel mode multi-joueurs... le Xbox Live n'existant pas encore à la sortie du jeu.


L'image

Malgré son statut
Halo est un peu la démo technique de la console. Le pari est réussi, hormis des saccades, c'est magnifique
de jeu line-up, il faut admettre que le rendu graphique est impressionnant pour une console de salon. Alternant couloirs sombres et zones ouvertes qui ont une bonne profondeur de champ, les textures sont belles et les effets de lumières, dont ceux de la lampe, sont excellents. On pourra tout de même rechigner sur quelques petites choses comme l'utilisation outrancière de couleurs flashy (surtout du violet) ou encore des angles souvent mal dégrossis. Les intérieurs sont extrêmement redondants et vous croiserez 50 fois le même couloir. Et si le design est assez hi-tech et sympa, il ne sera pas rare de tourner en rond parce que tout se ressemble. En extérieur par contre, Bunjie a fait de réels efforts. Au début du jeu, les décors sont moyens mais vont crescendo dans leur qualité. Vous trouverez certains passages magnifiques, des infrastructures originales, la neige qui tombe... même si finalement, les décors se diversifient peu. A noter quand même que les plages sont les décors les plus réussis. Autre bon point pour le jeu : les loadings. En fait, à chaque niveau on a un gros loading de plusieurs secondes puis le jeu profite des couloirs calmes pour charger ses données en streaming. Ainsi le développeur a bien profité de la quantité de RAM offerte par la console (64Mo, soit le double de la PS2 et presque le triple de la GameCube) ainsi que du disque dur de la console (lorsqu'on reprend une partie, c'est quasiment instantané). Le jeu profite aussi d'une importante dégradation visuelle, une technique qui consiste à rendre les objets distants flous pour avoir des objets proches hyper détaillés. Et c'est vrai que certaines textures sont vraiment bien travaillées (transparences, effets miroir, reflets, lumière...), à tel point que c'en est impressionnant pour une "simple Xbox". Si les modélisations (hors Master Chief qui reste le plus réussi) sont assez moyennes, notamment par le manque total d'expressions faciales (après tout c'est un jeu de 2002), j'ai trouvé sympa qu'on est une synchro labiale sur tous les PNJs. Autres détails appréciables, les armes Covenantes sont originales et les reflets sur le fusil à plasma sont saisissants de réalisme. La plupart des corps sont persistants (c'est rare sur console) et l'aliasing est très discret, ce qui est étonnant pour une machine de cette génération. Mais toute cette technicité a forcément un prix : des saccades. Même si c'est à peine visible, le scrolling saccade en permanence et sur la fin du jeu, on a même des ralentissements. La faute à des Floods toujours en surnombre (à ce propos, j'ai trouvé sympa que les petits Floods éclatent comme des ballons, l'effet est très réussi). Les animations sont assez réalistes et hormis des développeurs aimant le mauve et des intérieurs parfois copier-coller, le jeu s'en sort franchement bien. Beau et original, son game-design futuriste m'a séduit tout comme le soin apporté à la crédibilité de l'image. Avec Halo on pouvait enfin mesurer à quel point la Xbox était puissante et on comprend mieux pourquoi Microsoft se la pétait tant (sans doute parce qu'aucune console ne pouvait faire mieux).


Le son

La musique
Les musiques sont fantastiques mais les bruitages sont mous et le doublage est minable
donne une véritable dimension cinématographique à l'aventure. Elles ponctuent admirablement les temps forts du jeu et ont été composées par de véritables artistes. Oui, la bande-son est somptueuse, donnant ainsi une certaine ambiance au jeu. Très orchestrales, elles entraînent parfaitement le joueur dans ces joutes entre humains tentant de sauver leur race et extra-terrestres voulant annihiler toute forme de vie dans l'univers. On peut regretter qu'elles soient parfois manquantes mais globalement, Martin O'Donnell et Michael Salvatori (les 2 compositeurs de l'OST) sont de vrais artistes qui ont réussis à donner du corps aux musiques. J'ai aussi largement apprécié le thème d'ouverture. Tout de suite en deçà, les bruitages sont corrects mais manquent un peu de mordant. Les armes conventionnelles ne sont guère puissantes (acoustiquement parlant) et les armes aliens sont de leur côté très cheap, puisqu'à base de zip-zip très film de science-fiction des années 70/80. Les explosions sont également bien molles comme il faut, en somme ça manque de dynamisme à tous les étages. C'est regrettable, surtout quand on sait ce que de bons bruitages apportent à l'action. Encore un cran en dessous (un gros cran même) le doublage est assez pitoyable. Si les voix originales en anglais sont sérieuses et de qualité, le doublage de notre version est localisé en français mais gâchée par un pusillanisme à peine croyable. Beaucoup de Space Marines partagent la même voix et si on reconnaît bien quelques doubleurs de séries TV, on peut aussi dire qu'ils ont pris ce job à la rigolade. En nous balançant sans cesse des phrases qui n'ont aucun sens, du style "hey, c'était le mien" ou encore "la prochaine fois je t'explique comment faire", ça devient vite ridicule. La voix de Cortana aurait méritée d'être plus sérieuse et charismatique mais le vrai problème du doublage vient surtout des Grunts, qui sont trouillards et qui débitent des âneries à longueur de temps. Lorsqu'ils nous sortent des phrases type "je te tue" ou "on va tous mourir", le jeu perd de son sérieux. En plus il leur arrive de faire des bruits d'Ewoks, ce qui n'est pas non plus du meilleur goût. J'ai d'ailleurs trouvé bizarre que ces ennemis-là parlent français mais pas les autres. Autre point douteux, 343 Guilty Spark (une IA qu'on recontre sur la fin du jeu) assume une désinvolture sans borne et lui aussi débite des phrases vides de sens. Encore plus fort dans le je-m'en-foutisme, nous avons Foehammer (la pilote du Pélican Echo 419) qui nous offre un ton d'élocution carrément minable ! C'est à tel point que je pense que ce boulot de doublage devait la faire chier ! Halo est donc l'exemple type du jeu qui n'aurait pas dû être traduit. Je suis le premier à apprécier qu'un jeu soit doublé dans notre belle langue mais si c'est pour faire ça, ce n'était pas la peine de se donner tant de mal. Au final la note de ce chapitre est sauvée par des musiques absolument fabuleuses sans quoi Halo aurait eu plus de mal à convaincre.


Note générale

Halo est sans doute l'un des meilleurs titres Xbox et pourtant, il fait parti des premiers jeux de la machine. C'est dire si la console de Microsoft partait du bon pied puisque Halo était le porte-étendard du line-up et de la puissance de la Xbox. Graphiquement sans commune mesure, avec en prime quelques prouesses graphiques assez bien venues (corps persistants, gestion des ombres et lumières, décors superbes), le jeu de Bungie dévoile l'énorme potentiel de la console. Loin de subir la rude concurrence qui sévissait sur PC en ces temps-là, Halo est arrivé à poser Master Chief comme emblème. De plus, son univers est fascinant, son design est absolument fabuleux, les musiques sont divines, ce qui envoûtera plus d'un joueur qui ne fera même plus attention aux quelques bugs que les développeurs ont laissés traîner (saccades, Warthog injouable, bruitages moyens et surtout doublage minable en VF), pour éviter de nous sortir dés le début un "jeu parfait". Nerveux, d'un gameplay suffisamment riche et avec une excellente jouabilité, posant un univers fort et cohérent où le scénario s'imbrique parfaitement, Halo est un jeu à vivre. Un FPS véritablement culte à sa sortie sur Xbox, il reste aujourd'hui encore l'une des grandes références du genre, sans doute LE jeu qui a conscilié le FPS et le pad. Ce n'était pas chose facile mais la réussite n'en est que plus glorieuse.


A savoir : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

octobre 2007 (mise à jour : octobre 2015)