Wheelman (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : mars 2009
Développeur : Tigon Studios
Editeur : Midway Games
Genre : courses - action

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Unreal Engine III
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Vin Diesel : The Wheelman (US)
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 780.000 (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Wheelman









Ça faisait un moment
Beurk, mais que Vin est mal fait !
que Vin Diesel n'avait pas fait parler de lui. Sans doute en manque d'argent depuis quelques temps ou en préparation de gros films (Riddick 3 ?), voilà qu'il ressurgit de l'oubli dans un Fast & Furious 4 où il est très en forme. Mais avant ça, dans l'ombre, le body-buildé acteur d'Hollywood a créé sa propre boite de développement, j'ai nommé Tigon Studios dont Wheelman (qui se traduit par -pilote- et non par –homme roue- :) est le premier jeu. Wheelman est en théorie un film où Vin lui-même tiendra le rôle principal. Seulement il devrait être sorti depuis 2006 et jusqu'à aujourd'hui, c'est le silence radio. Difficile donc de savoir si le jeu suit le film et si film il y aura un jour. Toujours est-il qu'on y incarne Milo (sous les traits de Vin Diesel vous vous en doutez), un flic infiltré et virtuose du volant, qui doit démanteler la pègre Barcelonaise. Très proche d'un DRIVER ou d'un GTA, on a surtout des phases de conduite mais aussi des passages à pieds, afin de voler une nouvelle caisse par exemple. En voiture, on joue l'exact principe du Transporteur (le film avec Jason Statham) : on doit relier un point A à un point B avec un passager qui nous indique le chemin à suivre, tout en déjouant la police et/ou des ennemis bien plus agressifs, venus du "milieu". On ne sort pas de la plus grande ville Espagnole et c'est pour ça qu'on se retrouve avec un gameplay assez efficace puisqu'on jouera les "voiture-tank", exactement comme dans Burnout Revenge. Presque tout est destructible et la voiture assume une jolie dégradation, jusqu'à un certain point tout de même. Car dans les faits, elle encaisse plus que possible tout ce qu'on lui fait subir.


Milo peut tirer
L'attaque tornade permet de se débarrasser d'ennemis trop collants
par la fenêtre sur ses assaillants comme dans Parallel Lines, mais aussi réaliser 2 attaques spéciales : le tir précis où l'image se ralentie pour qu'on puisse shooter une cible bien précise (pratique en cas de blocus) ou l'attaque tornade qui consiste à faire demi-tour sur la route pour faire face aux ennemis et les shooter directs (là aussi le temps est ralenti). Plus conventionnel, afin de se débarrasser de ses poursuivants, avec le stick droit on donnera des coups de volants, ce qui enverra les véhicules dans le décor ou les fera exploser si leur "jauge de vie" tombe à zéro. Autre solution, si on conduit de façon professionnelle, on remplira une jauge de "focus" (celle-là même qui sert à toutes les fonctions spéciales de ce mode conduite), qui nous permettra d'avoir un petit turbo temporaire. D'ailleurs la jouabilité est très Arcade, ce qui favorise la prise en mains et évite les prises de tête. En dehors du scénario (bidon) principal, il est aussi possible de réaliser des missions annexes pour doper ses compétences, missions où l'air-jacking sera de mise (vol de voiture en roulant) histoire de choper une bagnole sans être à l'arrêt. A ce propos on ne conduira pas que des voitures, puisqu'on pilotera aussi des semi-remorques et des motos. Lors des phases à pieds, le jeu est moins immoral qu'un GTA puisqu'on ne peut pas tuer les passants, juste les méchants. Bien sûr pour s'y retrouver dans cette immense ville, les développeurs ont prévus une carte suffisamment claire et bien fichue pour qu'on ne se perde pas. Et tout ça c'est bien joli mais il y a forcément quelques erreurs qui font tâche pour nous gâcher le plaisir. Tout d'abord, lorsqu'on est à pieds on subit une caméra mal gérée, si les courses sont très nerveuses (voire même explosives), elles finissent pas lasser et les incohérences vont bon train.


On peut par exemple
Il manque le génie d'un GTA aux phases d'action
citer que vu le niveau d'interactions avec la voiture, il n'y a pas de vue intérieure (dommage mais compréhensible), que lorsqu'on rentre dans une moto de plein fouet le gars ne tombe pas, les flics avec leurs poubelles roulent aussi vite que nous en coupé sport ou pire, le boost ne sert à rien puisqu'on ne sèmera jamais un ennemi avec ça. Il faut aussi signaler que le jeu n'est pas spécialement rapide. Bon, tout ça n'est pas génial mais est-ce que la réalisation fait mieux ? Bonne question et je répondrai : "faut voir". L'intro nous met une grosse claque avec une modélisation superbe de Vin Diesel ou de Lumi (son acolyte féminin), dans un plan caméra fabuleux digne d'un blockbuster américain. On se dit tout de suite que ça commence bien. Seulement voilà, ce doit être une vidéo car lors des cut-scènes, on s'aperçoit vite que les modélisations sont tout bonnement dégueulasses ! La peau est cireuse, les détails manquent, les animations ne sont pas terribles... tout de suite ça jette un froid. Fonctionnant sous Unreal Engine III, les décors ne sont pas très détaillés mais restent sympas, bien qu'ils se renouvellent peu puisqu'on est toujours enfermés dans la même ville. Par contre, on a vu le moteur d'Epic Games plus en forme (dans Gears of War et Unreal Tournament III notamment) car on subit un gros aliasing. Enfin la partie son est simple, avec des musiques auxquelles on ne prêtent pas attention et des bruitages communs. Le doublage est oscillant car tantôt il sera correct (Vin est doublé par son acteur français habituel, une bonne chose), tantôt il sera minable à cause de phrases bouffonnes et mal prononcées.



Wheelman Note
va resté au rang des petits jeux, là où il y avait matière à faire un très bon titre. Son alternance entre de phase à pieds, scènes d'action à la GTA et courses est sympa, ces dernières jonglant entre Burnout Revenge pour le carnage du mobilier urbain et Burnout Paradise pour son côté ouvert et ses ralentis de crashes qui vont bien. Cependant l'enthousiasme retombe malheureusement vite. Y'a de bonnes idées, certains apprécieront le jeu à coup sûr mais personnellement, avec une réalisation un peu plus digne de son support et une aventure un peu plus variée, j'aurai moi aussi fait l'effort d'être plus indulgent. Dommage Vin Gazole...



Test réalisé par iiYama

mars 2009