KOF Sky Stage (X360)

 






 


Note générale


Sortie du jeu : septembre 2010
Développeur : SNK-Playmore
Adaptation : MOSS Co. Ltd.
Editeur : SNK-Playmore
Genre : shoot-them-up

Support : en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 265Mo (install)
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Compatible Kinect : non
Multi-joueurs : 2 joueurs online
Abréviation : KOF Sky Stage
Prix au lancement : 10€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The King of Fighters

Sky Stage



Se dire
Transposer l'univers de King of Fighters dans un shoot, c'est simplement nul et abrogeable
qu'SNK-Playmore fait n'importe quoi de ses licences, n'est pas sans rappeler un certain SEGA. Si la marque au logo bleu nous sort des Sonic complètement nuls, au point qu'au fil du temps la mascotte en a perdue toute crédibilité, l'autre géant d'une Arcade passée, commence à faire de même. On ne citera pas un raté King of Fighters XII, ce serait trop facile (oups c'est fait) ou un portage vite fait de Metal Slug 7, car aujourd'hui on a une nouvelle pièce au dossier. Plus spécialiste de la baston que du shoot, le développeur nippon s'est dit qu'un petit jeu de tir à l'effigie de KOF serait sympa. Mouais, faut voir... et j'ai vu ! Imaginez 2 secondes que 6 personnages issus de la prestigieuse licence King of Fighters (Kyo, Terry, Maï...) ayant chacun leurs particularités, se mettent subitement à voler tel Superman et à lancer des lasers à travers le ciel. Tel est le concept de Sky Stage : faire du n'importe quoi pourvu que ça se vende ! On se retrouve donc face à un shoot somme toute classique (tir normal, bombe et attaque spéciale à charger), où chaque ennemi abattu donne plus ou moins de bonus. A côté de ça, notre personnage/vaisseau spatial de la mort, dernier rempart de l'humanité (en tout cas on suppose puisque c'est le scénario de 9 shoots sur 10) affronte toute sorte d'ennemis un peu plus crédible, des sortes d'ovnis volants qui se fondent un peu plus à cette triste tentative... cette triste mascarade j'ai envi de dire. Bien entendu en guise de boss, on affrontera quelques sommités de King of Fighters, dans des bastons assez sympas mais toujours aériennes. Après on retrouve tout ce qui fait l'essence de la série, comme la minable intro en images fixes (SNK-Playmore n'en a pas marre de faire toujours les mêmes ?), les mini-dialogues avant combat, mais aussi les petits clichés de la licence comme la lettre ou des ennemis sous diverses effigies (comme Ryo) mais totalement fixes. Niveau gameplay c'est un peu la misère puisqu'on n'aura aucun item bonus vraiment valable (comme un bouclier ou un boost du tir), ce qui fait qu'on s'ennuie très vite car on trouve ça hyper banal finalement. Techniquement SNK-Playmore nous afflige avec un cadrage en 4:3 vertical, donc l'affichage prend au plus 50% de l'écran, mais avec tout de même des graphismes potables et en 3D. En vue de dessus, le scrolling est fluide, rapide, bref ça tourne bien mais on a vraiment du mal à accrocher. Dernier point le son : musiques sympas, rythmées et avec toute la panoplie de voix qu'SNK aime coller à ses protagonistes.



The King of Fighters : Note
Sky Stage est un étrange mélange de 2 genres qui ne se marie pas (on n'aurait pas idée d'accoupler un kangourou boxeur à un aigle des hautes montagnes, bon alors...). Mais qu'est-ce qui est passé par la tête de celui qui a pondu le concept, et comment SNK-Playmore a-t'il pu avaliser un tel projet ? On sent bien que dans leurs bureaux désormais bien vides, on fait les fonds de tiroir pour trouver de l'argent sans se fouler mais ce n'est pas comme ça que ça marche. Issu de l'Arcade (et oui, ils n'ont hontes de rien), si vous avez 10€ à gaspiller, autant vous tourner vers des shoots plus ambitieux comme Ikaruga, Joint Strike ou encore Omega Five pour éviter de jeter son pognon par les fenêtres.



Test réalisé par iiYama

mars 2011