Dishwasher : Vampire Smile (X360)

 






 


Note générale


Sortie du jeu : avril 2011
Développeur : Ska Studios
Genre : beat-them-all

Support : en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Voix dans le jeu : non
Textes à l'écran : US/FR

Espace disque nécessaire : 180Mo (install)
Définitions HD : 720p - 1080p
Compatible 3D : non
Compatible Kinect : non

Difficulté :
Multi-joueurs : coop' hors ligne et en ligne
Titre alternatif : The Dishwasher 2
Prix au lancement : 10€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The Dishwasher

Vampire Smile



Le
Dishwasher est plus sanglant et schizophrène que jamais
premier Dishwasher nous mettait dans la peau d'un plongeur (celui qui lave la vaisselle hein :), un titre dérangeant, particulièrement malsain, sorti en exclusivité sur Xbox Live Arcade de la Xbox 360. 2 ans plus tard, les siphonnés de Ska Studios remettent le couvert avec une suite en tous points meilleure. Niveau contenu on a de quoi faire avec un mode multi, un mode bonus au nom original (Le Défi de la Vaisselle), une salle d'entrainement pour peaufiner ses combos (bien que cette pièce de training soit très mal faite puisque les ennemis se laissent faire et qu'il n'y a aucune indication) mais aussi et surtout un double mode histoire, praticable seul ou en coop' online comme en local. En effet, le mode histoire peut être pratiqué avec le héros du premier opus ou avec sa demi "et non moins folle" sœur, Yuki. Les 2 bougres feront exactement le même parcours mais l'histoire et les éclaircissements scénaristiques eux, diffèrent. Un bon moyen de nous inciter à y jouer 2 fois. En elle-même l'histoire est loin d'être banale. Classiquement contée par des scènes à images fixes, avec incrustations de bulles de dialogues, Yuki se réveille à bord d'une prison spatiale (en réalité, un vaisseau-prison). Son but sera alors de s'échapper pour rejoindre la lune, qui semble être son eldorado. Et puisque c'est elle la nouvelle venue et que c'est une fille, je ne parlerai que d'elle, en sachant que le garçon aura les mêmes facultés et le même parcours. Pas de jaloux. Ceux qui connaissent déjà le premier jeu savent que l'histoire est franchement bizarre et que beaucoup d'ombres sont restées sans réponse. Ici il en sera de même. Victime d'hallucinations brutales, limite de double personnalité, cette schizophrène va vivre un cauchemar éveillé, ce qui fait de suite penser à des productions comme Alice 2 ou Max Payne, mais en beaucoup plus violent ! En effet, le jeu est toujours aussi sanglant, et notre personnage n'y va pas de main-morte ! Elle arrache les têtes, chope ses victimes à la jugulaire, démembre, tranche dans le vif… il est clair qu'elle n'est pas là pour rigoler.


Et le gameplay
Le gameplay a été revu, tout comme la difficulté
est justement le parfait instrument pour donner la mort. Largement revue et corrigée, la prise en mains se fait immédiatement, on enchaine des combos dévastateurs sans problème, on défonce tout le monde, en clair on s'éclate ! Les développeurs ont aussi eux le bon gout de rendre l'aventure plus accessible, via notamment un choix de la difficulté. Ce n'est pas un mal car le premier Dishwasher était raide. Avec le stick droit, notre personnage pourra littéralement se téléporter d'un endroit à l'autre. Ce qui sert à passer sans encombre les barreaux d'une prison, a en plus été bien pensé car cet évitement rapide, sert aussi aux combats, surtout contre les boss. A gauche, à droite, vers le haut mais aussi en diagonales, il faut impérativement maitriser ces déplacements, sans quoi on en prend plein la gueule. Mais rassurez-vous, ça se fait instinctivement et très vite, plus personne ne nous résiste. Avec ça on réalise des projections d'enfer, des combos de folie, ça pisse le sang par litres, bref c'est génial. Alternant plusieurs armes contondantes (sabre, seringue géante, tronçonneuse…), on a également un flingue et même des pouvoirs surnaturels. C'est festival of blood ! Côté graphismes, on retrouve cette curieuse réalisation qu'on croirait sorti d'un jeu en Flash sur Internet. Les animations sont très rapides mais les mouvements ne sont pas fluides pour autant. L'impression de violence est surimpressionnée par le fait que presque tout est en noir et blanc, du coup le rouge écarlate de l'hémoglobine n'en est que plus contrasté. Par contre, le vrai défaut du jeu vient de cette manie qu'ont les développeurs à faire des décors flous (ce qui est désagréable à regarder) mais aussi beaucoup de tremblements d'image et de flashes. En résulte une rapide fatigue oculaire et pour les épileptiques, n'en parlons même pas. Et c'est bien dommage car c'est pénible à regarder, malgré un certain cachet artistique. Enfin le son ne dispose d'aucun doublage (d'ailleurs les traductions françaises se limitent au strict minimum puisque, par exemple, les boss sont annoncés en anglais) et les musiques sont beaucoup trop fortes. Elles couvrent complètement l'excellence des bruitages, donc un petit tour dans les options s'impose. Sans quoi, la bande-son trash-metal colle parfaitement à l'ambiance.



Dishwaher : Note
Vampire Smile est un excellent jeu. Malgré le fait que les développeurs, sans doute sous l'emprise d'alcool ou de drogues, ont pris plaisir à faire souffrir nos yeux et à nous filer mal au crâne, difficile de ne pas voir dans cette séquelle l'étoffe des grands titres. Bien plus équilibré que le premier opus, plus abordable et avec un meilleur gameplay, il est clair que le studio a repensé sa licence pour nous offrir le meilleur de la schizophrénie et de la bidoche à la sauce beat-them-all.



Les -

  • Encore beaucoup de questions
    restées en suspend
  • Décors souvent flous
  • Animations hachées
  • Les +

  • Une difficulté plus abordable
  • L'originalité de l'histoire
  • La qualité du gameplay
  • Le jeu coop'


  • Test réalisé par iiYama

    aout 2012