SoulCalibur IV (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : juillet 2008
Développeur : Namco Bandaï Games
Editeur : Namco Bandaï Games
Genre : combats

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément - jouable online
Abréviation : SC4
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 3 millions (tous supports)


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

SoulCalibur IV









En pleine révolution de la 3D,
Sur Xbox 360, on a droit au "grand" maitre Yoda en tant que personnage bonus
au milieu des Toshinden, des Dead or Alive et autres Virtua Fighter, Namco sortait coup sur coup ses 2 plus grosses licences actuelles : Tekken et Soul Blade. Puisque ce n'est pas le sujet d'aujourd'hui, on va donc volontairement occulter le premier pour ne parler que du second. Révolutionnaire, Soul Blade posait les bases d'un nouveau type de jeu combats, en 3D bien sûr, avec un gameplay plus riche que ses concurrents, plus pointu aussi mais aussi et surtout, un jeu infiniment plus beau. Puis vint SoulCalibur, son remake, qui a vu une suite pour le moins atypique car les 3 adaptations console ont eu chacune un personnage inédit en phase avec les jeux du support (comme la version GameCube qui a eu Link). Enfin, exclusivité PlayStation 2, SoulCalibur III apportait énormément en matière de contenu et de réalisation. Complètement barré, hyper jouable et riche (mode conquête, création de pesos...), il fut un hymne à une machine vieillissante, un champ monastique à la gloire d'une merveilleuse console en voie d'extinction. 3 ans ont passés mais ce n'est pas parce qu'on n'entend plus parler de la licence, que rien ne se prépare en coulisses. Toujours aussi prompt à nous offrir un spectacle flamboyant, le père de Ridge Racer nous sert un mets au goût raffiné mais au contenu finalement assez copier-coller. Longtemps attendu comme le messie du combat armé, Namco créé la surprise avec de nouveaux personnages pour le moins inattendu. Pas la peine de tourner en rond, si la Xbox 360 accueille le "géant vert" Yoda (maître Yoda je vous pris), la PlayStation 3 se garde l'exclusivité de Dark Vador, le plus charismatique des personnages de la saga Star Wars. Evidemment, ces personnages-là font un peu tâche avec leur sabre laser à côté des figures habituelles de la série, mais il n'empêche que ce sont des guerriers très puissants, un peu raide c'est vrai, mais dont les techniques font mal.




Autre Jedi,
Toujours aussi jouable, ce 4e épisode de SoulCalibur est ouvert aux spécialistes comme aux newbies
l'apprenti de Vador s'avère être lui aussi un puissant perso. Il est l'anti-héros du jeu Le Pouvoir de la Force et il est bien plus agile que son maître, en usant en plus de la Force pour terrasser ses ennemis. Sévère le gars... Ensuite il est toujours bon de retrouver les emblèmes de la série comme Mitsurugi, ainsi que quelques nouveaux, pas bien originaux il faut l'avouer. Certains persos sont à débloquer, pour chacun on possède 2 tenues différentes (au début) et on retrouve le fameux mode de création. Cette fois plus complet et je dirai même plus coquin, on pourra faire son avatar à son image ou même rendre les filles quasi nues, juste vêtues de sous-vêtements. Comme toujours, on retrouvera plusieurs modes de jeu à commencer par le sacro-saint mode histoire, qui nous compte le "story" de chaque personnage (heureusement, les textes sont traduits). 2 modes versus plus un online, 3 modes solo (histoire, Tour des Ames et Arcade) ainsi que l'inévitable Training, histoire de se faire la main. Il faut dire que le nombre de combos est ahurissant, il est même impossible de tout apprendre et il est préférable de choisir un perso ou deux et de s'entraîner avec sans vouloir maîtriser à fond tout le monde. Pour ceux qui débarquent, petit rafraîchissement de mémoire : le gameplay de SoulCalibur se calque sur ces prédécesseurs à savoir qu'on a 2 boutons pour les attaques armées (verticale et horizontale), un coup de pied, une projection et cette saleté de protection via une touche (comme dans Mortal Kombat... sans doute le pire défaut de la licence gore). Je dis saleté de commande parce qu'entre nous, il n'y a rien de mieux pour se protéger que de presser la direction arrière. Appuyer sur un bouton, c'est peu pratique et forcément plus lent à actionner, du coup on finit par ne plus s'en servir et tant pis pour la jauge de vie (de toute façon, le jeu n'est pas trop difficile). Petite nouveauté, désormais la parade est assujettie à sa propre endurance : si on passe son temps à se protéger sans contre-attaquer, on finit par être vulnérable et c'est alors qu'on peut se voir infliger le fameux "KO Critique", qui vous tuera en un seul coup (bien sûr, si on riposte la parade retrouve son efficacité).


Basé sur un système
Graphiquement c'est flamboyant !
de combos (enchaînements de coups), il faut savoir que nos personnages ne sautent pas. Je sais, c'est un peu laid de nos jours mais c'est un choix, un choix qui permet d'asséner divers coups selon la direction qu'on donne, la touche "haut" comprise. Dans SoulCalibur pas de boules de feu, ni même de prises trop farfelues mais il reste quand même un système de combats particulièrement efficace. Si la "jouer technique" reste la manière la plus efficace de se débarrasser de son adversaire, les novices pourront aussi profiter du titre, le gameplay s'ouvrant de plus en plus sur une certaine facilité, une prise en mains rapide. Enfin la réalisation n'est pas en reste. Si on trouve étrange d'avoir un moteur physique géré par Havok ou un aliasing assez prononcé selon le niveau, à contrario on ne pourra rien dire sur la beauté du jeu. Les arènes sont sublimes et très variées, allant du décor fait de lave à un vaisseau de l'empire, en passant par une rivière qui longe un château ou encore un jardin paradisiaque. Ça manque peut-être d'originalité, les précédents opus nous ayant déjà habitués à un tel éclectisme mais y'a pas à dire, c'est super beau. L'animation est très fluide et les divers coups allient la violence à l'élégance, selon le perso bien entendu. Idem, les 30 personnages du "roster" (et sans doute d'autres en téléchargement d'ici quelques semaines) sont parfaitement modélisés, rendant les monstres que plus effrayants (Nightmare ?) et les filles que plus charnelle (c'est pas du Metal Gear Solid 4 mais c'est déjà franchement réussi). Bonne surprise, le jeu se charge hyper rapidement et pour finir, les voix et les bruitages sont de qualité. On en attendait pas moins, tout comme les musiques, vraiment jolies mais tellement banales, les 3 précédents épisodes nous ayant déjà fournis le même type de pistes orchestrales.



Si de mon côté je garde Note
mes deniers pour les futurs Street Fighter II HD Remix et Street Fighter IV, ayant un gameplay plus simple d'accès et une aura qui m'est chère, je suis le premier à reconnaître nombre de qualité à SoulCalibur IV. Très beau, autant pour les décors que les protagonistes, s'il n'est pas vraiment original (surtout sur la bande-son), il n'empêche qu'il galvanise un concept rôdé, qu'il pérennise une saga qui a son noyau de fans, noyau qui peut se réjouir de ce nouvel opus. Ajoutons à ça un mode de création de personnages pas nouveau mais amélioré, ainsi que l'intégration de nouveaux persos dont les charismatiques Dark Vador et son puissant apprenti, et on obtient un jeu riche, nerveux et parfaitement réalisé. Difficile d'en demander plus.



Test réalisé par iiYama

septembre 2008