Sonic 4 Episode I (X360)

 






 


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 2010
Développeur : Dimps - SEGA (Sonic Team)
Editeur : SEGA
Genre : plate-formes

Support : en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 190Mo (install)
Moteur graphique : CRIware (CRI Middleware)
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Project Needlemouse
Prix au lancement : 1200pts (15€)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Sonic The Hedgehog 4

Episode I



Si on résume bien,
Enfin un Sonic classique, un Sonic comme on les aime !
Sonic est né en 1991 sur Mega Drive et Master System, dans 2 versions très différentes mais aussi très impressionnantes. Summum de la réalisation sur chaque support, le succès fut au rendez-vous pour ce nouveau personnage qui n'a de "hérisson" que le nom (les développeurs adoraient coller des bestioles à leurs jeux de plates-formes, genre de prédilection au début des années 90). L'année suivante Sonic 2 aura marqué un grand coup pour la 16-bits de SEGA, en gagnant tout ce dont le jeu avait besoin pour être parfait, ce que la version Master System ne fit pas... même si pour cette dernière, la magie était encore là. 1993, c'est au tour de Sonic Chaos (MS), de Sonic CD et de Sonic 3 de voir le jour et c'est en 1994 que la boucle est bouclée avec Sonic & Knuckles (non je ne parlerai de l'horrible Sonic Blast.... zut, c'est fait). Depuis, la mascotte survoltée de cet ex-géant japonais, a tout fait pour rester sous le feu des projecteurs. Quelques fois ça a marché avec les très bons Sonic Adventure sur DreamCast ou les Sonic Advance sur GBA. On peut même parler des épisodes Sonic Rush sur Nintendo DS, qui sont également bien sympas. Malheureusement, depuis presque 20 ans, cette icône qui jouait au coude à coude avec un certain Mario, a peu à peu perdu de son éclat. La faute à un développeur peu scrupuleux de trainer son héros dans des situations totalement hors contexte ou d'offrir des jeux à la réalisation franchement minable (alors que sur Mega Drive, les Sonic sont parmi les plus beaux jeux de la console). On montrera par exemple du doigt un Sonic R (jeu de course) totalement injouable, un Sonic Fighters (jeu de combats) hors de propos en plus d'être très moche, un Sonic Spinball (jeu de flipper) un peu minable, des spin-off ratés (Shadow, Chaotix), des compilations toute pourrie (Sonic Gems Collection), des essais infructueux (Sonic 3D), des mariages intempérants (Mario & Sonic aux Jeux Olympiques), des jeux avec un gameplay aux antipodes de ses origines (Sonic Riders) et enfin le fond du gouffre, le ponpon, le cerise du hors contexte et de la nullité avec les Sonic Unleashed où notre héros devient un hérisson-garou et bagarreur, et Sonic et le Chevalier Noir, où là notre personnage bleu électrique empoigne une épée... SEGA a donc trouvé la bonne formule pour trainer sa mascotte dans la boue, en essayant de nous faire croire qu'il aura le charisme d'Aragorn.


Au final,
Graphiquement c'est joli mais entre nous, les développeurs auraient pu faire largement mieux
comprendrez bien que les bons épisodes sont très rares et si à ses débuts Sonic jouissait d'une véritable aura, aujourd'hui il n'est plus que le lèche-cul de Mario et de Nintendo, en se prostituant pour faire survivre un éditeur qui aura dû mourir avec sa DreamCast (car si c'était pour faire ça...). Aujourd'hui, ça fait donc 15 ans qu'on attend tous le "retour aux sources" du père Sonic, celui-là même qui aura fait vendre des Mega Drive par camions entiers. Et SEGA, soucieux de nous faire plaisir (ou soucieux de se remplir les poches) a entendu nos prières. Dévoilé fin 2009 sous le nom de Project Needlemouse, ce n'est qu'en octobre 2010 que Sonic 4 sort enfin. Disponible sur les portails en ligne des 5 machines qui sévissent en ce moment (PC, PS3, Xbox 360, Wii et iPhone), c'est vrai qu'on a tous été émus lorsque Sonic traversa l'écran en affichant le logo de la marque et en tonnant un majestueux "SEEEGGAAAAA". Là forcément, on a tous inonder nos yeux (car ne l'oubliez pas, c'était mieux avant ^___^ ). Vient ensuite l'écran titre, tout à fait typique des épisodes Mega Drive, avec en plus une première bonne surprise : les musiques utilisent l'orchestration d'antan et ont l'air géniales. Ça commence bien et pourtant, dés qu'on lance une partie, le premier malaise se pointe... tien, il n'y a pas d'intro ! Ce qu'on excusait au début des années 90 n'est plus valable aujourd'hui et si on pardonne un scénario déjà-vu et un peu minable, la moindre des choses c'est de mettre tout ça "en forme". On n'est plus sur 16-bits, les développeurs ne sont plus aussi limités qu'avant et ce n'est pas ce que coute quelques planches fixes, histoire de dévoiler une trame classique mais espérée (il y a bien un texte dans les options, mais il ne fait que quelques lignes et ne remplace pas une intro en bon et due forme). On se dit alors que si le jeu est génial, on pardonnera cette faute. On commence sa partie et on retrouve ce décor récurant à la série, fait de damiers, sorte de Green Hill Zone-like, à la fois touchant et classique. Ultra basique, on retrouve les items du tout premier Sonic, de même que l'unique bulle. Les bulles de Sonic 3 n'auraient pas été de refus mais bon. Ensuite, notre héros qui court plus vite que le son, a tout de même gardé un petit "special move" issu d'épisodes récents, à savoir l'attaque téléguidée (oui en français c'est moche). Cette "homing attack" permet d'aller chercher un ennemi ou un objet destructible (tel qu'un rocher qui cache un bumper), afin de le détruire de façon plus intuitive. Ça permet aussi de traverser certains passages ou d'accéder à des zones secrètes (comme par exemple lorsque les ennemis se suivent et nous permettent de faire une chaine d'attaques). Sympa mais pour le reste, on se retrouve avec l'exact gameplay de Sonic 2 : les loopings, les bumpers à foison, les accélérateurs, une seule touche d'action... on retrouve vite ses marques et ça, ça fait mouiller nos petits caleçons d'ados pré-pubères.


On retrouve
Les bonus stages sont repris du premier Sonic et permettent toujours d'obtenir les émeraudes du chaos
même les bonus-stage du premier Sonic (ceux qui tournent et nous permettent de choper les émeraudes du chaos), en passant la pancarte d'arrivée avec plus de 50 rings. Petit changement quand même : désormais on ne contrôle plus Sonic mais on fait tourner le décor, l'apesenteur faisant le reste. Dans tous les cas, choper les 7 émeuraudes et pouvoir se transformer en Super Sonic, ne sera pas facile... Malheureusement, on tiquera assez vite sur certains détails. Tout d'abord, Sonic est lourdeau ! Sans doute qu'à force de s'encrouter dans des jeux sans valeur, il a perdu sa souplesse légendaire. Mais ce qui m'a le plus agacé, c'est que cette andouille s'arrête en pleine course : souvent entre 2 arêtes du décor (la jointure en fait), il se stoppe net, comme ça. Car vous le savez, les vieilles habitudes reviennent vite et dés qu'on trouve un looping ou un accélérateur, on presse "bas" (sur son pad) pour qu'il se roule en boule. Seulement je sais pas ce que Dimps et la Sonic Steam ont foutus (le jeu a développé conjointement), mais c'est vraiment agaçant. Déjà qu'il est balourd au possible, en plus il se permet en plus d'être pointilleux et de se "scotcher net" à la moindre brindille qui dépasse. Et puis techniquement, les développeurs ne se sont pas trop foulés. Les décors sont un peu vides, très statiques, certains pans ont une miscibilité à revoir (ça fait "plaque de carton") et puis quand on a vu Sonic Fan Remix, on se dit que les développeurs ne se sont pas pétés un ongle là-dessus. Bon, on positive quand même (parce qu'on le vaut bien) et on apprécie les jolis effets, et quelques parcelles de niveau plus réussies que d'autres. Car il ne faut non plus lui jeter la pierre, Sonic 4 n'est pas moche, au contraire ! C'est juste que sur nos machines actuelles et avec le pédigrée du personnage, on s'attendait à mieux (normal, sur Mega Drive/Mega-CD les 5 Sonic étaient le fleuron d'une réalisation ultra maitrisée). Question durée de vie, tout est dans le titre, ce jeu n'est que l'Episode 1 d'une trilogie anoncée. Résultat ça coute quand même 15€ pour uniquement 4 mondes (de 3 levels + 1 boss chacun) et 7 bonus-stages. La durée de vie oscille entre 1 heure si on fonce droit devant, et 2 heures pour les moins doués et/ou ceux qui veulent toutes les émeuraudes. Effectivement le rapport longueur/prix est injustifié mais lorsqu'on paye 70€ pour un jeu qui dure 7 heures, est-ce vraiment mieux ? Et oui, ça fait réfléchir.


Ceci dit je ne lui
Le jeu accuse d'étranges bugs de progression et le personnage est lourd à déplacer. Mais à côté de ça, quel plaisir de retrouver Sonic comme au bon vieux temps
cherche pas d'excuses, pour ce prix SEGA aurait dû faire un unique épisode, plus long, au lieu d'essayer de profiter d'une mane retrouvée (il faut dire qu'entre Sonic Adventure HD, Sonic Colours, Sonic Generations et Sonic 4... on a été gaté en bons jeux et notre hérisson préféré a fêté dignement ses 15 ans :). Pour les mondes à parcourir, Splash Hill est un mélange de la Green Hill Zone (Sonic 1) et de l'Emerald Hill Zone (Sonic 2), le 2e monde, Lost Labyrinth est un mix entre Labyrinth Zone (Sonic 1) et Aquatic Ruin Zone (Sonic 2), mais en moins chiant car les passages 100% sous l'eau sont rares. Le 3e monde, Casino Street est évidemment copié de Casino Night Zone (Sonic 2) également saupoudré d'un peu de Spring Yard Zone (Sonic 1), et enfin Mad Gear est mélange entre Scrap Brain Zone (Sonic 1) et Metropolis Zone (Sonic 2). Vous trouvez que ça sent un peu réchauffé ? Le casino, le premier "Hill" level, le bonus-stage, le premier boss qui est exactement (à peu de choses près) comme dans Sonic 1... vous trouvez que c'est trop ? Effectivement, les développeurs n'ont pas été très imaginatifs. Ils ont repris les formules gagnantes des 2 premiers Sonic Mega Drive, ou l'art et la manière de faire du neuf avec du vieux. Cependant moi je vois les choses autrement. En effet, ça fait bientôt 10 ans qu'on réclame du "Sonic classique", qu'on en a marre des épisodes qui se perdent dans des gameplays sans intérêt, qu'on veut cette vue de profil qu'on aime tant, qu'on veut des levels plongés dans l'ancienne formule... et lorsque SEGA répond à nos attentes, on est insatisfaits ? Reconnaissez que si SEGA ne sait plus sur quel pied danser, c'est bien de notre faute ! Et bien moi j'avoue que Sonic 4 me plait comme ça. On y retrouve la vue de côté, un jeu rapide, plein de sensations, c'est plutôt joli... bref une digne suite à un Sonic & Knuckles qui n'avait depuis, pas trouvé de véritable séquelle. Et l'autre gros point fort de ce titre, c'est le son ! On retrouve avec plaisir les bruitages d'antan, mais aussi cette instrumentation calibrée, qui prouvait que la Mega Drive aussi, pouvait faire de belles musiques. Alors vous avez sans doute dû le lire sur le Net, mais certains rageux à l'oreille mielleuse trouvent ça insipide. Mouais, sans doute parce qu'ils ont commencés les jeux vidéos avec la PS2, alors là c'est sûr, on peut trouver ça surprenant. Mais pour le vieux routard que je suis, celui a connu les jeux vidéos au début des années 90, celui qui a essoré ses cartouches jusqu'à l'os, pour lui ces musiques-là sont merveilleuses ! On apprécie donc des mélodies carrées, rythmées et bien dans le ton, comme si Sonic 4 était sorti sur la 16-bits de la marque. Ça, ça fait rondement plaisir.




Sonic 4 : Episode 1 Note
est un bon jeu, un bon volet de la saga, qui nous fait en plus l'immense plaisir de revenir aux sources tant attendues de la série et ce, dans un jeu agréable, certes trop peu novateur mais que les fans, LES VRAIS FANS de Sonic, sauront appréciés à sa juste valeur. Maintenant il faut être franc, si SEGA nous vend 3 épisodes à 15€ pièce, soit 45€ pour 6 heures de jeu max et en solo uniquement (car le mode coop' est manquant dans celui-ci et c'est regrettable), c'est sûr ça fera un peu cher. La question c'est pourquoi ne pas avoir sorti un jeu complet, peaufiné et au format disque ? Finalement, avec ce titre, la prise de risque était minime (c'est Sonic, il allait forcément se vendre !), du coup je comprends mal pourquoi le développement fut cindé de la sorte. De même, j'ai été le premier à fustiger l'éditeur suite au test de la démo. Il faut dire que le jeu n'innove en rien, il reprend toutes les formules existantes des épisodes 16-bits, et se permet même d'offrir des graphismes jolis, mais qui auraient pu être bien meilleurs. Moi le premier, je me suis demandé si SEGA ne se foutait pas ouvertement de ma gueule ! Ayant déjà trainer sa mascotte sur les troitoirs pour se faire de l'argent, je me suis demandé si SEGA ne se serait pas "encore" moqué des fans. Mais une fois que j'ai acheté ce premier épisode, mon avis s'est révisé. En effet, même s'il est un peu cher pour sa durée de vie, c'est quand même un véritable plaisir que de revoir Sonic sous l'angle qu'on lui préfère (de profil) et ce, avec un jeu agréable et une bande-son absolument géniale. Alors certes notre héros est étrangement lourd à déplacer, certes il innove trop peu, il y a quelques bugs gênants et sur la fin, la difficulté devient un peu hardcore... pourtant c'est le coeur plein d'émotions et de nostalgie que j'ai parcouru ce nouveau chapitre de la saga, ce retour aux sources tant espéré. Alors même s'il est loin d'être parfait, pour le fan absolu des opus 16-bits que je suis, je dis "merci SEGA", en espérant que l'Episode 2 corrigera les fautes.



Vidéo-test de Sonic Generations (PS3/X360/PC) et la rétrospective Sonic


Sonic 4 est évoqué vers 30 mins et 20 sec :)



Test réalisé par iiYama

janvier 2011