Perfect Dark Zero (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : décembre 2005
Développeur : Rare
Editeur : Microsoft Games
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Définition HD : 720p
Difficulté :
Multi-joueurs : 4 joueurs en co-op' - jusqu'à 32 joueurs online

Abréviation : PDZ
Titre alternatif : Perfect Dark 0
Prix au lancement : 65€
Score des ventes : 1 Million (X360)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Perfect Dark
Zero







Rare
Joanna n'a jamais été aussi moche ! Une contradiction quand on sait ce dont est capable la Xbox 360
(qu'on connait aussi sous le nom de Rare Software ou Rareware) est un développeur un peu chaméléon, qui ne se cantonne pas à ce qu'il sait faire de mieux, mais qui s'essaie à divers genre. Ainsi après la baston de Killer Instinct on a eu la plate-formes de Donkey Kong Country, puis de l'action avec Star Fox Adventures et le développeur s'est même essayé aux FPS avec succès en 1997, avec le célèbre GoldenEye. Paru en 2000 et fort de son expérience avec 007, Rare récidive sur cette machine mal-aimée qu'est la Nintendo 64 avec Perfect Dark, la suite non officielle de GoldenEye (Nintendo a entre temps perdu la licence James Bond). D'où on ne retrouve pas le fameux agent double-zéro mais une héroïne plus sexy (Joanna Dark) ainsi qu'un scénario qui délaissa l'espionnage pur et dur, au profit d'une invasion alien. Initialement, Perfect Dark Zero était prévu pour sortir sur GameCube en 2003, mais entre temps Rare (et une partie de ses licences) s'est fait racheter par Microsoft, ainsi à l'image de Kameo, le jeu a eu 2 ans supplémentaires pour être porté sur Xbox 360. Lui aussi faisant parti du line-up de la console, Perfect Dark Zero n'est pas la suite du premier opus, mais prend place 3 ans avant celui-ci. Cette préquelle, qui s'est auto-proclamée "le nouveau Halo" des machines Microsoft, tente de faire le grand écart avec un mode solo scénarisé et un mode multi praticable en local (4 joueurs), en link (8 joueurs) ou en ligne sur Xbox Live. Le multi n'est rien d'autre qu'un Deathmach en équipe et si vous n'avez pas d'amis ou pas le Net, on peut affronter des bots assez virulents. Il est d'ailleurs original d'avoir des squelettes à la place des personnages, lorsqu'on n'a pas choisi d'incarner l'un des persos prédéfinis. Le menu propose une option assez originale, celui de configurer le jeu selon son écran (LCD, plasma, classique). En fait il adapte le contraste en fonction du type d'écran mais dans tous les cas, le titre est trop sombre, j'y reviens plus tard. S'ouvrant sur une intro très typée à la "James Bond", où on y découvre une Joanna plus sexy que jamais (en plein jeu, lors des cut-scènes, il en sera tout autre), Rare ayant voulu faire évoluer l'héritage du jeu, puisque sur Nintendo 64 il était difficile de faire mieux. Le mode campagne est praticable seul ou en coop' et notre héroïne ne peut porter que 2 armes. On peut très bien changer ses guns pour ceux trouvées en chemin mais il est par contre idiot de jeter l'arme en mains si on a le malheur de presser la touche bas du pavé numérique. Etant donné qu'il fait toujours noir, il m'est arrivé de jeter un flingue sans même m'en rendre compte. Joanna ne sait pas sauter (ce qui est gênant par moment) mais peut réaliser des actions contextuelles via le bouton A (comme sauter par dessus une corniche).


La principale
La réalisation comme le gameplay semble venir d'un autre âge. Et c'est ça le nouveau Halo ? Oo?
action réalisable, c'est de se mettre à couvert. La vue passe à la 3e personne et ça permet d'avoir une tactique d'approche plus fine que le simple bourrinage. Et c'est ici que commence la descente aux enfers de Perfect Dark Zero car bien souvent nos ennemis sont perchés sur les toits, ce qui rend la mise à couvert inutile. En plus l'IA des ennemis n'est déjà pas fine mais lorsqu'on est en équipe c'est pire, puisque nos crétins d'alliés ne sont même pas foutu de veiller sur nos arrières. L'arsenal est étoffé, c'est une bonne chose et la plupart des armes ont un tir secondaire, bien que de simples grenades frag' auraient été le bienvenue, car le jeu est très difficile. Nous on galère à viser parce que les sticks sont un coup trop sensibles, un coup pas assez, mais eux ne vous ratent jamais. Et pour couronner le tout, chaque mission a plusieurs objectifs à accomplir, des objectifs difficile à atteindre et souvent pénibles, ce qui nous oblige à recommencer le niveau à maintes reprises. Globalement le rythme est lent, les armes aussi manquent un peu de punch et c'est notamment dû à des ennemis qui encaissent relativement bien les pruneaux. Déjà un peu lourd, les combats sont en plus plombés par une linéarité à toute épreuve. J'en viens donc à parler des graphismes, qui sont loin d'assouvir nos attentes. Je veux bien que le jeu soit sorti au lancement de la console mais on voit bien qu'à l'origine, Perfect Dark Zero a été développé pour une console moins puissante. Résultat très mitigé donc, avec tout d'abord des modélisations vieillottes, un peu cartoon qui ne vont pas avec l'univers sérieux de la licence. On est plus sur Nintendo 64, il aurait fallu que Rare s'en souvienne... y'a qu'à voir les animations qui semblent sortir d'un autre âge. Après c'est sûr, je comprends pourquoi Call of Duty 2 a eu un tel succès. Et côté décors, c'est encore pire. En fait si le jeu est aussi sombre, c'est tout simplement pour cacher la misère ! Les textures sont affreuses, très peu détaillées voire baveuses par endroits, c'est aliasé... bref on se demande bien ce qu'a fait Rare pendant les 2 ans qu'ils ont eu devant eux, dans cette conversion GameCube vers Xbox 360. Se seraient-ils roulés les pouces pour s'apercevoir 6 mois avant la sortie du jeu, qu'il fallait se mettre au boulot ? Après tout, devant de tels graphismes, c'est bien possible. A note tout de même que le champ de vision est assez étendu (ça nous change de la 64-bits de Nintendo), que certains éclairages ne sont pas mauvais mais qu'on n'a rien pour lutter contre toute cette pénombre, Joanna n'ayant même pas de lampe. Enfin le son nous dévoile un doublage assez moyen, des musiques trop souvent absentes mais en contre-partie d'excellents bruitages pour les armes. Au moins un bon point à mettre au compte du jeu. Mais dernier détail qui agace fortement : hormis les petits cris d'oiseau que pousse la miss, on a un irritant bruitage de battement de coeur, qui survient lorsqu'elle se fait toucher (autant dire souvent). En clair, lorsqu'on joue au casque, c'est vite pénible.



Résultat final Note
peu concluant pour ce PErfect Dark Zero, qui est une préquelle à l'un des meilleurs FPS de la Nintendo 64 (le jeu sera réédité en HD sur Xbox Live Arcade en 2010). Rare se fout un peu de nous avec ce jeu, en nous proposant l'un des titres les plus laids de la machine. L'héritage graphique, venu d'une console bien inférieure à la Xbox 360, nous prouve ici la fainéantise du développeur, qui a pourtant eu 2 ans pour améliorer tout ça. Ajoutons à ça une difficulté rebutante, une bande-son qui ne sera agréable que pour des armes bien retranscrites, un gameplay basique au possible et une jouabilité mal calibrée... finalement il ne reste pas grand chose à ce jeu pour séduire.



Test réalisé par iiYama

octobre 2009 (mise à jour : novembre 2015)