OutRun Online Arcade (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : avril 2009
Développeur : Sumo Digital (SEGA)
Editeur : SEGA
Genre : courses

Support : en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 355Mo (install)
Définitions HD : 720p
Difficulté :
Compatible Kinect : non

Multi-joueurs : 6 joueurs online
Titres alternatifs : OutRun 2 - OutRun Coast 2 Coast
Prix au lancement : 10€ (800pts)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

OutRun

Online Arcade



En 1986,
Version remixée du OutRun 2 de l'Arcade, cette édition en garde les bons comme les mauvais côtés
SEGA révolutionnait les jeux de courses avec OutRun. Avec son Hardware basé sur un double processeur Motorola 68000 (16-bits) et son cabinet de luxe avec son volant à retour de force, c'était la claque ! 17 ans plus tard, SEGA sort, toujours sur Arcade, OutRun 2. Cette fois ça tourne sur système Chihiro (une Xbox améliorée) et les graphismes étaient véritablement somptueux. Mais cette magnifique 3D cachait en réalité un gameplay antédiluvien. En effet en 17ans, la conduite n'avait pour ainsi dire pas évoluée. Le jeu fut ensuite adapté sur Xbox (facile comme conversion) avec plus ou moins de succès puis sous le nom d'OutRun Coast 2 Coast (sorti sur Xbox et PS2), SEGA a légèrement remanié son titre. Aujourd'hui on retrouve encore une fois ce mythique jeu de courses, sous les traits d'un OutRun 2 auquel on a ajouté un mode online et quelques modes défis un peu débiles (et il manque toujours un free run). Le but est simple, sur un quadrillage en pyramide à la Gradius, on doit rejoindre une côte des Etats-Unis à l'autre, et on a 5 embranchements qui permettent de choisir sa difficulté. Mais déjà en "easy" c'est difficile, car le titre impose de passer des checkpoints pour rallonger son temps. Très simple d'accès, la jouabilité se limite généralement à accélérer à fond et à tourner. C'est comme dans Ridge Racer mais en plus basique. Dans OutRun, on ne change donc pas une équipe qui gagne, comme le fait qu'on conduise des Ferrari (F40,F50, 250/288GTO, Testarossa, Enzo). 5 modes sont disponibles, 3 vues (celle au raz du sol est la plus riche en sensations) ainsi que 7 musiques, reprises du jeu d'Arcade qui reprenait lui-même celles de la première version (3 sont sympas, les 4 autres sont vraiment nulles). J'arrête pas de le dire, le gameplay d'OutRun est très limité. Imaginez que les collisions soient gérées à l'arrache (plus ou moins comme dans le jeu de 1986), un véhicule touché disparaît comme par magie et il est impossible de faire demi-tour ou de faire du hors piste. Ça limite les possibilités. Et il n'y a pas que ça : je suis le premier à le dire, les décors sont magnifiques (exactement comme sur Arcade, si ce n'est mieux) et c'est suffisamment rapide pour qu'on prenne notre pied à slalomer dans la circulation. Seulement on a aussi un étrange effet de grain sur certaines parcelles du décor, c'est pas mal aliasé (encore que, lorsqu'on roule on le voit pas) et les spectateurs sont de vulgaires "plaques de carton". Pour finir le tout, si le bruit moteur est excellent, pour en profiter au mieux il faut couper les musiques mais on ne pourra rien faire pour notre passagère. C'est le genre pouf' blonde à gros seins, fringuée comme un "professionnelle" et qui ne dit que des idioties (le doublage français est en plus minable). Le résultat est par conséquent très limité.



D'un côté Note
et pour seulement 10€, on retrouve le jeu d'Arcade OutRun 2, de très bonnes sensations de conduite (même si le réalisme ne fait clairement pas parti du cahier des charges) et de beaux graphisme, si on ne s'attache pas aux détails. D'un autre côté on a une réalisation poudre aux yeux vieille de 6 ans déjà, une conduite vieille de 23 ans (!) et un contenu très limité. En cherchant la parité, en dosant le pour et le contre, le jeu ne prend qu'une note tiède, entre le chaud et le froid, et encore c'est parce qu'il me rappelle les bons souvenirs de mon enfance. A essayer avant d'acheter mais attention, on reste quoiqu'il en soit très loin d'un Need for Speed : Hot Pursuit ou d'un Burnout Paradise.



Test réalisé par iiYama

avril 2009