Need for Speed Shift (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : septembre 2009
Développeur : Electronic Arts (Slightly Mad Studios)
Editeur : Electronic Arts
Genre : courses

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 4Mo (saves)
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 8 joueurs online
Abréviations : NFSS - NFS Shift
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 5.3 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Need for Speed

Shift



La série Need for Speed,
Revirement à 180° pour la série, Shift propose désormais une conduite plus réaliste et des courses sur pistes
depuis le grand succès des 2 épisodes d'Underground, se cherche. Un coup on a les flics au cul, un coup on joue de jour dans une ville ouverte, un coup on joue les course-poursuites dans une nuit couleur d'encre, un coup on parle de territoire à gagner sur les tracés d'un canyon. Mais depuis NFSU, on sent bien que la série perd en charisme et en fun. Ayant mis le doigt dans le douloureux engrenage de la monotonie et de la médiocrité (Most Wanted et Carbon étaient atrocement saccadés), Electronics Arts s'est enfin décidé à donner une seconde jeunesse à son poulain. Virage à 180° pour la série, cette fois NFS se démarque par des courses sur circuits : 34 pistes traditionnelles vous attendent, plus 12 pistes spéciales Drift. Et ce n'est pas tout, cette fois on est littéralement choyés question casting car, répertorié en 4 catégories, on pourra piloter tout le gratin de la caisse de luxe. Entre autre, on part de la Audi S3 et la Seat Leon Cupra, on passe ensuite à la Lotus Elise 111R et la Nissan Skyline GT-R, on continue avec l'Aston Martin DB9 Coupé et la Lamborghini Gallardo, pour finir violent avec les McLaren F1 et autre Pagani Zonda R (une voiture déclinée en 5 exemplaires seulement !). Autant dire que c'est la grande classe. Shift se veut très Arcade dans l'âme mais reste saupoudré de simulation, histoire d'apporter un peu de piment aux courses. Ainsi les assistances sont désactivables (idéal pour se choper une poubelle incontrôlable) et les dégradations matérielles peuvent n'être que visuelles. Seuls regrets, le frein à main est hyper sensible (donc dés qu'on y touche, on finit dans le décor) et en vue intérieure on subit un tangage assez gênant. A ce propos, Shift prône le fait d'avoir une vue intérieure de première qualité. C'est vrai, la modélisation est très réaliste et à grande vitesse, on a un effet de flou sur le tableau de bord, comme si le pilote se focalisait sur la route.


Autre bon
Sans être le plus beau jeu de caisses de la console, Shift reste fort agréable
point pour le jeu, les accidents heurtent volontairement le pilote, qui semble ainsi en souffrir. La vue se brouille, l'image passe en noir et blanc et il met quelques secondes avant de réagir. Autant dire que les accidents graves sont très pénalisants sur le chrono et le podium, mais ça ne nous empêche pas pour autant de faire un peu de stock-car. Le bon compromis en somme. Bien sûr on retrouve les classiques modes online jusqu'à 8 et avant chaque course, on nous propose un petit survol de la piste avec explication des divers pièges du parcours. Autre assistance qui peut être salvatrice, au sol nous avons une sorte de ligne directrice qui nous indigne la trajectoire idéale et les zones de freinage. Shift n'étant pas un Forza ou un Gran Turismo, il est donc plus ouvert au grand public et propose de quoi s'en sortir intelligemment. Sur le plan technique, on est en présence d'un beau jeu. Pas le plus beau mais il reste très agréable. Un peu d'aliasing, des textures parfois peu travaillées mais d'excellentes sensations de vitesse (surtout en vue au raz du sol) et un framerate fluide. On a de "vrais" spectateurs avec des formes (même si la plupart sont statiques), de jolis reflets de soleil, des villes, des pistes en pleine nature… de quoi s'immerger dans le jeu sans se lasser. NFS Shift compte 24 musiques à son actif mais en course vous n'entendrez que le somptueux bruit des moteurs.



Ce nouvel épisode Note
de Need for Speed est bel et bien le renouveau d'une série à bout de souffle. Faut dire qu'un épisode tous les ans, ça n'aide pas à sortir des jeux bien fignolés et vraiment différents les uns des autres, la preuve avec les périodiques Fifa et PES. N'empêche que le virage amorcé par la série lui fait le plus grand bien. Délaissant d'un bloc la police, la nuit et les fiestas à l'américaine, Shift signe enfin le grand retour de Need for Speed comme emblème de la course auto. Et oui "auto" car une fois de plus, il n'y a pas une seule meule dans tout le jeu. En tout cas, à part quelques effets de caméra assez désagréables à pleine vitesse (sans doute pour accentuer l'effet) et quelques petites anicroches ça et là, on est en présence d'un très bon jeu de courses sur piste. Très proche d'un PGR3/4, on éprouve de réelles sensations de conduite, sans avoir les aspérités de la simulation. En somme Shift est un très bon jeu, sans doute le premier à réellement vouloir faire table rase du passé.



Test réalisé par iiYama

février 2010