Limbo (X360)

 






 


Note générale


Sortie du jeu : juillet 2010
Développeur : Playdead
Editeur : Microsoft
Genre : plate-formes / reflexion

Support : en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 120Mo (install)
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 1200pts / 15€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Limbo








Depuis
La jouabilité est toute simple, ce qui compense des niveaux construits comme des puzzles
l'avènement du Xbox Live Arcade (et parallèlement du PlayStation Network), notre univers ludique a vu naitre une toute nouvelle façon de dépenser son argent. Bien entendu il existe toujours des jeux livrés en boites, mais les services en ligne proposent désormais tout ce dont on a besoin pour faire perdurer l'expérience et/ou nous délester encore un peu plus de nos deniers, avec de nouveaux contenus qui dans 9 cas sur 10, sont largement dispensables. Mais en marge de ces appâts marketings que les plus faibles s'empressent de gober pour être mieux prit dans les filets du système, il existe aussi des œuvres marginales. On y trouve des jeux d'action survoltés (Shadow Complex), des jeux originaux (Rocket Riot) mais aussi des titres plus poétiques et plus posés (Braid). Limbo est de ceux-là. Loin du vacarme des guerres, on nous propose de contrôler un petit garçon qui s'éveille à première vue dans une forêt déserte. A la recherche de sa sœur, il s'apercevra très vite qu'il n'en est rien. Limbo est un jeu franchement atypique et sérieusement original, en premier lieu avec son parti-pris graphique. Entièrement en noir et blanc (en fait en noir et en tons de gris), le design évoque les ombres chinoises. On dirait parfois un vieux film des "années Lumière" mais également avec ses défauts. En effet, l'intensité lumineuse fluctue beaucoup (surtout la bordure), ce qui est assez pénible. Sans ça, difficile de ne pas craquer pour ce design à la fois mignon et inquiétant.


Car Limbo
Le parti-pris graphique est génial. On regrette juste l'absence d'une bande son adéquate
ne va pas vous faire faire une promenade de santé. Le parcours est semé de pièges et comme le petit garçon (aux yeux blanc qui percent l'obscurité) ne sait pas encore nagé, à la moindre mare il se noie. Ultra simpliste comme gameplay, puisqu'on n'utilise que 2 touches (sauter et actionner), on devra avant tout déjouer un paquet de pièges. Certains sont évidents, d'autres sont plus retors mais tous tiennent du génie. Les développeurs s'en sont donner à cœur-joie pour nous faire un jeu de plate-formes intelligent, loin du basique et du sans cervelle d'un Mario. Le résultat c'est qu'on peut vite trouver le jeu difficile car certaines énigmes sont parfois tordues. Et même si les checkpoints sont nombreux, cet apprentissage par l'échec risque de rebuter les moins patients. Ça aussi, ça rappelle Braid. A 1200pts le jeu, soit 15€, il faut reconnaitre que les plus ou moins 4 heures que dure le jeu, sont un peu courts. Bien sûr cette durée de vie est directement proportionnelle à votre aptitude à contourner les obstacles (ou à chercher une soluce sur Internet... hey c'est bon on vous a vu !) mais je suis le premier à trouver ça un peu cher. Pourtant Limbo c'est avant tout une ambiance. Jouant beaucoup sur les lois de la physique, les graphismes (en 2D) sont vraiment enchanteurs. Enfin je dis ça, c'est une image car l'ambiance est assez lourde en fait. Le fait que tout soit dans des tons monochromes et sombres, n'est clairement pas là pour poser une atmosphère détendue. D'ailleurs, hors son prix, mon plus grand regret dans ce jeu c'est l'absence quasi-totale de musiques. Certes les bruitages sont d'une qualité exemplaire mais de jolies musiques, un brin tristounettes, auraient littéralement parfait le titre de Playdead. Dommage, on n'aura rien sur ce point-là, à part le vide, l'inquiétant vide qui règne autour de ce pauvre garçonnet.



Limbo est Note
une bonne surprise. L'originalité de ses graphismes, la simplicité de sa jouabilité alliée à l'intelligence des niveaux, en font un titre vraiment à part. Celui qu'il ne faut pas confondre avec Limbo of the Lost (rien à voir !), a raflé pas mal de prix ("Excellence in Visual Art" et "Technical Excellence" à la 13ème édition du Independent Games Festival et les prix du "meilleur design visuel", "meilleur jeu indépendant" et "Jeu de l'année" au Milthon 2010), ce qui prouve qu'il ne peut pas laisser indifférent. Maintenant, si réfléchir ou recommencer sans relâche jusqu'à y arriver vous gâve vite, laissez tomber. Pour ma part, il ne manquait à Limbo qu'une jolie bande-son pour être un véritable incontournable. Mais il reste tout de même une très belle expérience.



Test réalisé par iiYama

novembre 2010