Halo Wars (X360)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 2009
Développeur : Ensemble Studios
Editeur : Microsoft Games
Genre : stratégie en temps réel (RTS/STR)

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Moteur graphique : Age of Mythology Engine
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 6 joueurs online
Prix au lancement : 65€
Score des ventes : 2.5 Millions



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Halo Wars








Ensemble Studios
Le scénario est prenant et les vidéos crées par Blur Studios, sont vraiment superbes ! Il est juste dommage que l'histoire n'aille pas un peu plus loin
est un développeur qui fut fondé en 1995. Ils mirent 2 ans pour sortir leur premier jeu et premier grand succès, j'ai nommé Age of Empires. Ensemble Studios employait environ 100 personnes et fut rachetée par Microsoft en 2001. S'en suivirent de grands titres : Age of Empires II, Age of Mythology ou le récent Age of Empires III. Voulant s'attaquer à autre chose que des âges disparus, le développeur plancha pendant 6 mois sur un gameplay adapté à la console, en vue de créer un RTS basé sur l'univers d'Halo. Le jeu a été officiellement annoncé lors du X06 et fut montré à la presse à l'E3 2007. Mais entre les annonces et la sortie du jeu, la crise a pris du terrain et fin 2008, Microsoft annonça que le studio fermera ses portes à la sortie du jeu. Sorte de "chant du cygne" pour les fans d'Age of Empires, effectivement la naissance d'Halo Wars a sonné le glas de ce prestigieux studio qui, avec Westwood/Electronic Arts et leur Command & Conquer, ont su donner ses lettres de noblesse au genre. Mais on le sait, les RTS et les consoles ne se marient pas très bien et Ensemble Studios, en plus d'avoir les boules de se retrouver au chômage à cause de la crétinerie et de la radinerie de Microsoft, a eu une double tâche : finir leur carrière en beauté et proposer aux fans de la série Halo, un jeu parfaitement ancré dans cet univers qu'ils affectionnent tant. Une tâche ardue s'il en est. A sa sortie, Halo Wars fut acclamé d'un côté, notamment par ceux qui apprécient les RTS simple d'accès façon Command & Conquer 3 et qui se sont réjouis de retrouver tout le macrocosme créé par Bungie. D'un autre côté on a eu de francs détracteurs, ceux qui au contraire, ont trouvés le gameplay trop simple, ceux qui ne jurent que par un trop complexe Supreme Commander et autres RTS sur PC. Mais doit-on comparer les jeux de stratégie PC et consoles ? La souris manquant à nos machines de salon, je pense que c'est une hérésie (voilà que je parle comme les Prophètes maintenant). Du coup les notes des divers sites et presse papier vont du meilleur au pire. Toujours est-il que la démo, disponible sur Xbox Live, a été téléchargée plus de 2 millions de fois en 5 jours ! Tout ça pour dire que de mon côté je n'écoute que d'une oreille les conseils des autres et en tant que fan de la licence Halo, il était impensable que je ne teste pas ce spin-off, même s'il délaisse le FPS pour un temps. Chronologiquement, Halo Wars se situe 20 ans avant les événements de Combat Evolved, soit pendant la bataille d'Harvest qui opposa en 2531, l'UNSC et l'Alliance Covenante. Le programme Spartan-II est en cours de développement, on assistera à la première bataille contre les Floods et on croisera la route de personnalités jusque-là secondaire : le Capitaine Cutter, le Professeur Anders, le Sergent Forge, un Arbiter inconnu et l'intelligence artificielle Serina.


La mise
Le gameplay a été très simplifié pour se prêter au pad
en scène est diamétralement opposée à celle offerte par Bungie : le jeu d'Ensemble Studios propose une batterie de vidéos en images de synthèses, d'une qualité vraiment étonnante, développées par l'excellent Blur Studio qui a entre autre travaillé sur le film Avatar de James Cameron. Et si Bungie s'affaire à concevoir les meilleures cut-scènes possible, c'est évidemment pour éviter la cassure vidéos/jeu réel. Et bien là, on la prend de plein fouet ! Les vidéos sont d'une qualité énorme et en réelle HD, donc lorsqu'on repasse au jeu lui-même, de prime abord, on le trouve moche. Reste que si l'histoire est intéressante, on trouve aussi qu'elle ne va pas assez loin. Les Covenants mettent la main sur d'anciennes ruines Forunners, qui s'avèrent être des vaisseaux, et ils comptent s'en servir pour annihiler définitivement les humains. Au passage on fera un détour pour sauver des potes et affronter pour la première fois les Floods (dans la chronologie de la saga j'entends). L'avantage de se positionner sur cette période-là, c'est que pour comprendre cette préquelle, on n'a pas vraiment besoin de connaître les autres titres de la licence (même si on est plus éclairé sur certains points en ayant vécu au moins le premier opus). Afin d'étoffer un peu tout ça, le jeu propose des sortes de dossiers à déverrouiller, qui nous en apprennent plus sur l'univers d'Halo (de l'année 2498 à 2552) et en particulier sur le projet Spartan-II, qui verra naitre un héros : Master Chief/John-117 (mais on ne le jouera jamais). Voulant se rapprocher le plus possible de l'œuvre originale, dés le menu Ensemble Studios s'est inspiré de Bungie, avec un écran titre et des pages assez similaires. En matière de contenu, le développeur nous propose du grand classique avec un multi-joueurs, un mode escarmouche et un mode campagne de 15 missions où on jouera principalement l'UNSC. Je sais, la plus grosse déception du titre est là : si on veut jouer les Covenants, ce sera en multi et nulle part ailleurs. Le studio a-t'il manqué de temps (3 ans ça ne suffit pas ?), a-t'il manqué d'ambition ou était-il seulement blasé de se faire virer ? Moi je pencherai pour cette dernière affirmation. Sachant ce qui les attendait, il est compréhensible qu'ils n'aient pas cherchés à peaufiner leur jeu... finalement le responsable est Microsoft. Comme les RTS sur console sont difficiles à maîtriser, le but premier des développeurs fut de simplifier au maximum les commandes. Pour bien tout comprendre, le mieux c'est encore de suivre un didacticiel en 2 parties, qui nous inculque les bases du maniement (fonctions basiques et fonctions avancées). Si très vite on comprend que le jeu manque un peu de subtilités et que le gameplay se résume plus ou moins à créer des troupes et les envoyer guerroyer, on trouve déjà que ce training est mal fichu.


Tout d'abord
On retrouve les personnages, les véhicules, les bruitages et le superbe design de la série
il est incomplet (pas mal de fonctions ne sont pas expliquées, il faudra les découvrir sur le tas) et c'est un peu idiot d'avoir mélangé les gameplays UNSC et Covenants, qui sont finalement opposés. Après c'est sûr, dans sa globalité le gameplay est un peu léger, surtout pour un titre du "roi du genre" mais avec Supreme Commander, sorti sur la console de Microsoft 5 mois auparavant, on a eu la preuve qu'un jeu trop complexe ne convient pas aux consoles, sans parler des problèmes techniques qui interviennent lors de la transposition d'un tel titre PC. Ainsi, même s'il aurait été de bon aloi que les développeurs en fassent un peu plus, peut-être vaut-il mieux que le jeu soit comme ça, plutôt que trop laborieux, trop chargé et finalement ennuyeux. Nous avons donc un nombre limité d'unités sous nos ordres (généralement 30, c'est peu, et on ne peut le booster que jusqu'à 40, voire 50 au dernier niveau), sans doute pour éviter de surcharger le moteur graphique. On a bien sûr une base, assez simple et à peine évolutive, qui nous limite elle aussi dans le nombre de bâtiments à construire. On a bien entendu une gestion des ressources mais on se contentera du strict minimum (ne venez pas râler, on a tous apprécié Ground Control et pourtant il n'y a aucune ressource), ressources qui donnent des crédits afin de construire de nouvelles troupes et/ou véhicules. Dans sa globalité, l'IA "fait le boulot" comme on dit, mais se perd parfois en errances incompréhensibles. Quant à ceux qui disent que le jeu est trop facile, moi je rétorquerai en disant "tant mieux" car la plupart des RTS sont tellement hardcores qu'on arrive difficilement à passer la moitié de l'aventure. Au moins pour une fois, avec Halo Wars on arrivera à en finir un sans tricher (c'est vrai pour toute la campagne sauf le dernier niveau, qui est particulièrement chiant car limité dans le temps... rraaagh ce que j'aime pas ça !). Dans la continuation, le stick analogique gauche sert aux déplacements mais il est trop sensible et l'effet de magnétisme des icônes est certes une bonne idée, mais il finit par être agaçant. Heureusement les options nous permettent de gérer ça et d'avoir une prise en main plus agréable. Le système de sélection des troupes (par un rond) est original (ça nous change du carré de sélection) et on peut créer plusieurs unités à la file. On dispose également d'upgrades spéciales (selon le niveau de technicité de la base, régit par le nombre de réacteurs), qui boostent les tourelles de défense (d'ailleurs, la défense passive de la base est un peu trop limitée à mon gout), les capacités des fantassins, les propriétés de certains véhicules ou l'armement lourd. Bien sûr on retrouve tout l'univers d'Halo avec ses architectures, ses couleurs souvent violettes/mauves et ses personnages désormais bien connus : les Hauts Prophètes qui dirigent les armées Covenantes, les Elites, les Grunts, les troupes de l'UNSC (mitrailleurs, lance-flammes façon unités du NOD...), ainsi que les véhicules (Banshee, Warthog, Apparition, Ghost...).


Graphiquement pas mauvais,
Le jeu n'est pas laid mais il n'y a aucune prouesse graphique. Par contre, le moteur saccade en permanence... c'est pénible
il est sûr que les développeurs auraient pu faire mieux mais en l'état, c'est déjà pas si mal. Après tout, on ne joue pas à un jeu pour ses graphismes (ou alors vous n'avez rien compris au sens même du jeu vidéo) mais on sera plus regardant sur les bugs. Fonctionnant sous le vieux moteur d'Age of Mythology (qui date pourtant de 2002... pourquoi ne pas avoir adapté celui d'Age of Empires III qui date de 2005 ?), si on a de jolies flammes et quelques effets très réussis (je ne reviens pas sur le superbe design, c'est aussi ça l'effet Halo), à contrario on a des particules (tirs, fumées) étrangement pixellisés, le zoom est vraiment trop faible et l'angle de caméra, trop peu réglable, est loin d'être satisfaisant. C'est d'autant plus gênant lorsque le décor est sur plusieurs niveaux d'altitude : dans ce cas on a quasiment nos troupes sous le nez et une visibilité extrêmement réduite. Mais le plus préjudiciable c'est qu'on subit un fort aliasing et des saccades permanentes. Bon l'aliasing on s'en fout un peu (on s'y fait) mais les saccades nous ramènent au tout premier Halo, sorti sur Xbox. Même en se déplaçant lentement, le scrolling est tout pourri et si comme moi vous avez une grosse télé, ça devient vite pénible pour les yeux. Tout ça rend l'expérience un peu décevante mais les graphismes ne sont pas mauvais pour autant... tout du moins sur certains niveaux (des niveaux comme Arcadia sont un peu les levels de la honte... on croirait jouer sur PS2 !). A côté de ça, la planète "floodée", les premiers ou les derniers niveaux, sont agréables et suffisamment détaillés. Dans ce spin-off, la musique a été composée par Stephen Rippy, le compositeur de la série des Age of Empires. Rippy avait très à cœur de garder l'univers musical de la série Halo, et même s'il n'a pas été aussi inspiré que Martin O'Donnell, on retrouve les thèmes bien connus de notre série fétiche, dans des compositions orchestrales souvent superbes. Le point d'honneur est le thème principal du jeu (celui qu'on retrouve à l'écran titre), qui pour sa part, en plus d'être mélancolique (comme devaient être les développeurs sur leur dernier jeu finalement), est vraiment magnifique. Les bruitages de leur côté sont forcément dans le ton, puisqu'ils sont tous repris des FPS. Du bouclier Spartan qui se recharge aux explosions, des tirs de fusil au plasma Covenant aux gros tirs d'obus des chars Scorpion, tout est là et on ne se sent pas dépaysé. Dernier point du jeu : le doublage. Halo Wars reprend une partie de l'équipe de doublage des Halo 2 et Halo 3. Mais il y a aussi quelques fausses notes, notamment lorsqu'on vient de finir le 3e épisode. Le plus flagrant c'est que la voix de l'Arbiter, sert cette fois au capitaine Cutter. Ce n'est pas très grave en soi puisque c'est un excellent doubleur (qui prête souvent sa voix à Kevin Costner et Dennis Quaid) mais ça reste une sacrée faute de goût. Les vidéos s'en sortent bien et sont en plus synchros, ce qui est très rare et qui par conséquent, ne jure pas avec la qualité visuelle. Par contre en jeu, les voix vont du "classique" au "peu inspiré". On supportera souvent des élocutions "récitées" et sans grande conviction. Les bidasses qui forment nos troupes ont un QI de Grunts bouilli et nous balancent comme d'habitude, des âneries à tour de bras, mention spéciale pour notre capitaine Forge et ses "on y go" complètement minables.




C'est vrai, Note
certaines facettes du jeu ont été bâclées : certains doublages sont peu inspirés, on a un gameplay un peu trop simple, des graphismes sans fioriture, alors que le framerate se permet d'être très saccadé. On comprend vite qu'Ensemble Studios n'y croyait plus. Et c'est vrai que développer un jeu en ayant dans l'idée d'être viré dans la foulée, c'est un putain de bon remerciement de la part de Microsoft. Comme quoi, il n'y a pas qu'Activision et Electronic Arts qui sont de véritables crevards assoiffés d'argent et mettons-nous à leur place, quand on apprend qu'on va être licencié pour que Bill Gates puisse toujours manger du caviar à la louche, peut-être aussi qu'on a plus trop envi de s'emmerder à faire les choses bien. Voilà sans doute pourquoi le moteur graphique est si mal adapté au support, pourquoi le didacticiel est mal fichu et incomplet, pourquoi le jeu est si court, pourquoi on ne peut pas jouer les Covenants en solo... Si Ensemble Studios n'a pas le génie créatif de Bungie, ils étaient pourtant bien parti pour faire un sacré bon jeu. Malgré tout, je ne ressors pas déçu de cette expérience RTS à la sauce Halo. Le design y est bon, les graphismes sont suffisants, les vidéos crées par Blur Studios sont sublimes et on découvrira avec Halo Wars, un (petit) pan de l'énorme histoire créé par Bungie. S'il n'est pas le meilleur RTS que j'ai connu, Halo Wars reste un jeu agréable à pratiquer et qui ravira sans doute les fans de ce riche univers. Quant à ceux pour qui Halo n'éveille rien, ceux qui ne jurent que par les RTS sur PC (alors qu'il ne faut jamais comparer un RTS PC et d'un RTS console, le pad étant handicapant pour cet exercice) ou simplement ceux qui s'attendent à un jeu fantastique, la déception risque de n'être pas loin. Halo Wars doit se prendre pour ce qu'il offre, en gardant en tête que c'est la force de sa licence qui doit vous attirer, plus que tout autre chose. Dans ce cas précis vous ne serez pas déçu(e) et personnellement, je l'ai trouvé bien meilleur que Command & Conquer 3 ou EndWar sur consoles. Halo en jeu stratégie, c'est original et c'est exactement l'inverse de ce qu'a fait Command & Conquer avec Renegade. Halo Wars m'a ramené au plaisir simple du premier Command & Conquer sur PlayStation (on parle d'un titre qui date de 1996), un jeu qui ne m'a pas pris la tête, qui m'a offert un gameplay simple d'accès et efficace... un jeu fun quoi ! C'est comme ça que j'ai vu Halo Wars, c'est comme ça que l'ai apprécié.



Test réalisé par iiYama

septembre 2009 (mise à jour : octobre 2015)