Fracture (X360)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 2008
Développeur : Day 1 Studio
Editeur : LucasArts
Genre : TPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 3Mo (saves)
Moteur graphique : Despair Engine
Moteur physique : Havok
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 16 joueurs online
Prix au lancement : 70€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Fracture









Assez méconnu,
La grosse nouveauté du jeu c'est de pouvoir déformer le terrain
surtout en France, les développeurs de Day 1 Studio sont derrière les deux MechAssault de l'Xbox première du nom, ainsi que de l'adaptation de F.E.A.R sur consoles de salon. Une fois de plus, cette récente société de production passe du coq à l'âne. Ça fait maintenant un an qu'on entend parler de Fracture (la première preview s'est déroulée à Londres durant l'été 2007). Synopsis : suite au réchauffement climatique de la planète, les territoires ont étés modifiés (notamment les Etats-Unis qui sont désormais coupés en 2) et 2 clans fratricides se sont formés. Toute l'histoire de l'humanité en somme. En 2161, on joue le rôle de Mason Briggs, un soldat de l'Atlantic Alliance qui affronte les Pacificains venu de la République du Pacifique (l'allusion aux océans est dû au fait que les Etats-Unis et une partie de l'Europe se sont ralliés chacun de leur côté). La lecture du scénario est intéressante, laissant entrevoir une histoire potentiellement passionnante. Je dis bien "potentiellement" car une fois dans le bain, c'est un peu la disette. C'est le genre qui veut ça, en nous mettant une bonne ambiance au départ et puis presque plus rien jusqu'au dénouement final. C'est un peu dommage. La mise en scène de son côté profite de cinématiques gérées en temps réel où on pourrait penser que la synchro labiale est respectée. En fait c'est plus ou moins le cas, mais uniquement au début. Aussi étrange que ça puisse paraitre, on dirait qu'au fil de la scène, le son se désynchronise de plus en plus, au point que ça en devienne ridicule. Cette "prise de retard" est par ailleurs inexplicable, surtout sur des machines aussi performantes et on remarque également une certaine pixellisation de l'image. Par-dessus ça on appréciera une mise en scène correcte et des modélisations suffisamment travaillées pour garder le tout assez cohérent. Le premier lieu sert de didacticiel et le gameplay étant assez innovant, ce n'est pas un mal car la grosse nouveauté du jeu se nomme le distordeur, un fusil ayant la capacité de modifier le terrain.


Original,
Dommage, la jouabilité est assez imprécise et l'aide à la visée est remarquablement absente
on pourra avec ce précieux objet créer des monticules (distorsion tectonique) ou au contraire, former des crevasses (distorsion subsonique). Evidemment le concept a ses limites (on ne peut pas créer une montagne ou un véritable gouffre) mais les faits sont là, c'est original et ça rendra pas mal service au gameplay (sans quoi on serait en présence d'un banal jeu d'action). Car avec ça, il sera possible de débloquer le passage en creusant la terre (car le distordeur ne fonctionne que sur la terre) ou au contraire atteindre des zones inaccessibles en créant des tremplins de fortune. Le concept va même au delà de ses formalités de bases puisqu'on pourra se protéger derrière un monticule ou même protéger un allié, l'amas ainsi créé formant un solide abri. Ensuite on est en présence d'un TPS (Third Person Shooter) qui copie avec élégance les grands maîtres du secteur. Par exemple on ne pourra porter que 2 armes en même temps (plus 4 types de grenades, sélectionnables avec la croix numérique, elles aussi déforment le terrain) mais c'est bien dommage, la mise à couvert n'est pas au programme. La caméra est entièrement manuelle, ce qui peut dérouter au début mais au moins on ne pourra pas pester contre elle parce qu'elle est mal placée. Certains objets sont destructibles d'une bien belle manière, mais on reste quand même loin de la destruction massive d'un Stranglehold. Ça reste scripté et limité à certaines parcelles prédéfinies. Mason est aussi équipé d'un bouclier qui prend à sa place et qui se recharge en passant un instant au vert, comme dans Halo. Avec ses airs de gars stéréotypés et balafrés, le genre de bourrin cossu équipé d'une armure, on ne pourra s'empêcher de penser à Gears of War, le grand maître du genre (pourtant le design se rapproche plus d'un Red Faction). Fracture est donc un pot-pourri des bonnes idées créées ailleurs, mais comme je l'ai déjà dit, il fait ça bien et du coup on ne s'en plaint pas.


Par contre
Les graphismes ne sont pas mauvais et à part quelques fautes de gout, le design séduit
il est à regretter quelques petits points sensibles. Tout d'abord une petite assistance à la visée n'aurait pas été de refus car les ennemis visent bien et nous en mettent vite plein la gueule. Car il faut le dire, la visée est loin d'être précise, ce qui rend les combats parfois confus et irritants. Le pire étant la configuration des touches dites "empilées" qui propose les 2 fonctions du distorteur sur les 2 gâchettes de gauche. Mais la grosse faute de gout, c'est qu'elles sont inversées (la gâchette haute sert à descendre le terrain, et la gâchette basse sert à le monter), ce qui est parfaitement débile. C'est un regret car il aurait été bien pratique de pouvoir configurer son pad. Au niveau des graphismes, on remarquait des cisaillements de l'image sur la version 1.0. Mais un patch règle ce problème, sans pour autant gommer celui des saccades ou des loadings un peu longuets. Les graphismes sont assez banals dans l'ensemble. Pas moches, pas non plus génialissimes, ils sont dans la moyenne, avec quelques fautes de gouts pour les Pacificains, dont le design est franchement moche et presque extra-terrestre (je rappelle que c'est censé être des humains eux aussi). Quand au moteur Havok, qui gère la physique, il fait bien son boulot. Pour ce qui est de l'ambiance, si dés le départ on trouve que les musiques sont un peu passe-partout, en fait au bout d'un moment elles saoulent. Etrange, d'autant qu'elles ont un faux-air de Star Wars au demeurant pas désagréable. Composées entre autre par Michael Giacchino (qui a signé les BO de Ratatouille, LOST, Les Indestructibles ou le dernier film Star Trek... c'est pas rien), il arrive un moment où la solution la plus simple est de les couper, car elles sont répétitives et qu'elles tapent sur le système. De leurs côtés les bruitages manquent franchement de dynamisme. Les explosions sont étouffées, les armes sont discrètes... dommage ça aurait pu donné du punch à l'action. Enfin le doublage compte quelques sommités de la voxographie française, sans pourtant atteindre le moindre sommet. C'est dans la bonne moyenne, ni plus ni moins (on remarquera tout même que les ennemis ont des voix qui font immanquablement penser à KILLZONE).



Si Fracture Note
essaie de faire du neuf avec du vieux, je ne lui trouve pourtant pas l'âme d'un grand hit. C'est un bon jeu, ça c'est sûr, d'autant que la physique est bien gérée et que graphiquement ça reste pas mal (les déformations en temps réels ont de quoi impressionner). Seulement voilà, à trop piocher à droite à gauche, il perd un peu de son identité propre, en faisant notamment penser à Gears of War, la nervosité de l'action en moins. Malgré tout Fracture fera date, une petite date certes mais une date quand même.



Test réalisé par iiYama

octobre 2008 (mise à jour : janvier 2011)