Forza Motorsport 3 (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : octobre 2009
Développeur : Turn 10 Studios
Editeur : Microsoft Games
Genre : courses

Support : 2 DVDs
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 7Mo (saves)
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 8 joueurs online

Abréviation : Forza 3
Titre alternatif : FM3
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 5.4 Millions






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Forza Motorsport 3









Alors que Forza Motorsport 2 (sorti en 2007)
Le contenu du jeu est énorme, voilà pourquoi il tient sur 2 DVDs
reste l'un des meilleurs jeux de courses/simu de la Xbox 360 (le premier Forza, sur la première Xbox ayant fait de même en 2005), voilà que Turn 10 remet le couvert avec un 3e épisode qui semble vouloir à tout prix détruire le potentiel succès que pourrait avoir le futur Gran Turismo 5 (qui sortira, s'il le veut bien, fin 2010). Forza 3 frappe d'abord par son contenu. Si je ne m'abuse, il est le premier titre (hors RPG) à sortir sur 2 DVDs, le premier contenant tout le solo, le second contenant tout le multi. Le jeu s'ouvre sur une superbe intro pour laisser place à une richesse jusqu'alors sans commune mesure. Imaginez un peu le rêve : 400 voitures venant de 53 constructeurs, pour affronter une horde de concurrents sur 23 circuits déclinés en plusieurs tracés. Bien entendu on retrouve les classiques modes solos, les parties à 2 en local ainsi que tout le multi à pratiquer en ligne. Ensuite vient tout le contenu qu'on peut trouver sur Xbox Live : de nouveaux circuits et 13 nouveaux constructeurs, ce qui ajoute pas moins de 95 nouveaux véhicules. Ça fout le tournis. Egalement sur le Live, Turn 10 offre gratuitement le "Legends Car Pack" qui inclut 2 circuits supplémentaires et 10 voitures de légendes telles que la Corvette de 1960, l'Aston Martin DB5 de 1964 ou la Shelby Daytona. On retrouve comme auparavant les classes de voitures (11 pour être précis), dans lesquelles sont classés des véhicules de tous les jours (Classe F) comme la BMW Mini ou la Mercedes Classe A, puis des voitures un peu plus sport (Classe E) avec la Peugeot 207 RC ou la Ford Focus RS. On continue avec l'augmentation du comportement routier et des chevaux avec les Classe D et C dont font parti les Seat Leon Cupra R, Mitsubishi Lancer Evo X et Subaru Impreza WRX et ensuite on passe aux voitures violentes avec les Classes B, A, S et des bijoux du type Ford Mustang GT500, Lotus Esprit V8, Audi R8, Dodge Viper ou la Koenigsegg CC8S. Les 3 Classes R (R3 à R1) nous proposent des voitures de courses (on ne parle même plus de standing) avec par exemple la Ferrari FXX (une supercar non homologuée pour la route) ou la Toyota GT-One (un prototype de la marque japonaise).


Enfin la Classe X
Comme pour l'épisode 2, on nous laisse le choix entre Arcade et simulation. Des options bienvenues
met à disposition des véhicules ayant un indice de performance au-delà de 1000 comme la Peugeot 908 HDI (on parle tout de même d'une voiture qui développe 740 Ch !!). Evidemment chaque course remportée nous fait gagner des points d'EXPérience, afin de gravir les 50 échelons qui ouvriront peu à peu les Classes. Tout ça c'est bien beau, mais qu'est ce que ça vaut une fois le volant en main ? Ce que j'aime avec cette série, c'est que les développeurs savent faire plaisir aux puristes, qui adorent la simulation pure et dure, et à ceux qui n'aiment pas s'emmerder avec une conduite trop stricte. On peut donc régler son jeu pour activer (ou non) des aides (ABS, aide au freinage, contrôle de trajectoire) et ainsi avoir une jouabilité plus permissive. J'ajouterai qu'en plus l'IA est plus équilibrée et il y a également 2 options qui sont bien sympas : la suggestion de trajectoire (comme dans Need for Speed : Shift) et la possibilité de "rembobiner" quelques secondes de courses. En pressant la touche "Back", on peut donc remonter le temps pour mieux négocier une grosse erreur de pilotage et éviter, par exemple, de pendre un mur, un adversaire ou de faire un tête-à-queue. C'est particulièrement pratique car bien évidemment, ça rend le jeu plus facile, même si ce n'est pas tout à fait nouveau (on l'a déjà vu dans Race Driver GRID), ni très réaliste en soi (après tout, les puristes n'ont qu'à pas l'utiliser hein ?). Par contre, je regrette que ce soit justement la touche Back qui y soit assignée. En jouant en boite auto, il aurait été plus pratique de mettre cette fonction sur LB, qui est bien plus accessible. Il est d'ailleurs toujours aussi aberrant qu'actuellement, et ce dans 9 jeux sur 10, on ne puisse pas configurer le pad à sa guise. A croire que ça leur coute de faire ça (ce serait plus simple que de multiplier les configs préétablies). Bref, en "facile" le jeu est très Arcade comme on dit, mais on peut très bien y jouer de façon plus réaliste, plus simulation, soit son but premier. Je glisse donc naturellement vers la gestion des dégâts.


En jouant bourrin,
La réalisation est éblouissante ! Chapeau bas à Turn 10 qui tire 100% des capacités de la console
il vaut mieux la désactiver car elle a naturellement une incidence sur l'intégrité de la carrosserie mais aussi de la mécanique. A force de rentrer dans les autres voitures ou de bouffer lamentablement des murs, il arrive qu'on casse la direction (au minimum on la fausse) et ça peut être plus grave que ça (jusqu'à la destruction du véhicule). Dans son aspect le plus poussé, le jeu peut aussi gérer l'usure des pneus et la consommation d'essence. On notera également que les replays sont d'une qualité démente avec des angles encore jamais vu, où on appréciera entre autre de voir un pilote assez réaliste. Pour ce qui est de la réalisation, le moins qu'on puisse dire c'est que les développeurs maitrisent parfaitement leur support. Car il est dit, selon la presse, que le jeu est un peu gâché par l'aliasing et le clipping. Pourtant je viens de laisser le jeu à l'instant et l'aliasing ne m'a paru si présent ou même gênant, de plus en pleine course, ce n'est pas le genre de détail auquel on fait attention. Pour le clipping (vous savez, ses textures et ses éléments qui apparaissent tardivement) ça vient en fait du lecteur DVD. Un lecteur mis à rude épreuve puisque le jeu charge en continu et s'il a du retard, forcément ça fait du clipping. Je vous conseille donc d'installer le jeu sur le disque dur de votre console et comme moi vous verrez, vous serez tranquille. Sans ça, Forza 3 est l'un des plus beaux jeux de courses auquel j'ai joué. Promesse tenue, ça tourne en 60 images/sec, les modélisations des voitures sont somptueuses (on a d'ailleurs des vues intérieures, absentes de Forza 2 : une belle nouveauté pour les purites), c'est fluide, c'est rapide (peut-être pas avec des basses Classes mais en rang A ou S, ça déménage bien) et on observe certains détails assez surprenants comme la déformation assez réaliste des voitures après une collision, les traces de pneus au sol ou encore les traces laissées par les contacts sur les murs ou les rambardes. Et pour conforter tout ça, les bruits moteur sont absolument parfaits et les musiques n'ont rien à envier à Polyphony Digital, tant la bande-son est excellente. Une bande-son qui, pour la première fois dans la série, nous fait le plaisir d'accompagner nos courses...



C'est sûr, Note
certains pourront trouver que Forza 3 manque un peu de fantaisies, avec par exemple l'absence de nitrous. Mais avant tout, sachez qu'il convient à tous les types de joueurs, même si en Arcade il ne faut pas s'attendre non plus à du PGR4. Car c'est avant tout une simulation, terrain de chasse d'une licence concurrente qui se fait cruellement attendre. Turn 10 n'a fait que du Forza depuis ses débuts et désormais, ils sont passés maitres dans leur art. Quant à Forza 3, il devient la nouvelle référence en la matière, un niveau d'excellence que le trop attendu GT5 aura bien du mal à atteindre, tant il offre des sensations de conduite uniques, un contenu imposant et une réalisation en tout point sublime...



Test réalisé par iiYama

décembre 2010 (mise à jour : janvier 2016)