Forza Horizon (X360)

 







Note générale


Sortie du jeu : octobre 2012
Développeur : Playground Games (Turn 10)
Editeur : Microsoft Games
Genre : courses (open world)

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 16Mo (saves)
Définitions HD : 720p - 1080p
Compatible 3D : oui - non
Compatible Kinect : oui

Difficulté :
Multi-joueurs : 8 joueurs online
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 2 Millions



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Forza Horizon









Une chose est sûre,
Horizon propose une approche différente de Forza, une approche cette fois plus "Arcade"
depuis 2007 et la sortie du déjà très bon Forza Motorsport 2 sur Xbox 360, la série est aller crescendo jusqu’en 2011 où Forza 4 nous a tous mis une grosse claque ! Avec son contenu pharaonique (sans parler de ses dizaines de DLCs sortis depuis), sa conduite exemplaire et son nouveau moteur graphique à nous exploser la rétine, le titre de Turn 10 s’est imposé comme le nouvel ambassadeur du jeu de courses. Et non, pas que simu’, car le développeur a eu l’intelligence de proposer un titre qui savait faire le grand écart entre la simulation (les amoureux de la discipline et l'exigence de conduite) et ceux qui préfèrent une prise en mains plus « Arcade » comme on aime si bien le dire. Seulement voilà, Microsoft aimerait "accélérer" le rythme des sorties un peu comme Electronic Arts l'a fait pour son Need for Speed. Si NFS côtoie régulièrement les hautes marches de la considération aussi bien que les fausses à purin, Microsoft et Turn 10 ne sont pas fous, et savent très bien qu'une réputation est dure à acquérir (comme Forza qui a attendu 2011 pour atteindre le sommet de la gloire) et que c'est tout aussi difficile de la faire perdurer (ce que EA n'arrive pas à faire avec NFS). Alors comme Activision et son Call of Duty, les développements vont vraisemblablement se faire désormais sur 2 ans et par 2 studios différents. Si Turn 10 a brillé en 2011 et qu'ils semblent au travail sur Forza 5 (qui sortira sur Xbox 360 ou sa remplaçante ?), cette fois c'est le studio Playground Games qui s'y colle. Ce studio a été créé en 2009 par d'anciens employés de chez Codemasters, Bizarre Creations (qui a fermé suite à la sortie de Blur) et de plusieurs autres studios d'envergure mondiale. Forza Horizon est donc leur premier jeu (supervisé par Turn 10 lui-même), et pour l'occasion, ils ont orientés la série vers une approche volontairement plus "Arcade". Bien sûr les gros fans de la première heure vont grincer des dents à cette annonce et il est vrai que Horizon n'est pas vraiment un Forza dans l'âme. D'ailleurs, le titre même du jeu fait bien la part des choses en supprimant "Motorsport", le suffixe de toujours.


A l'image
Le côté "grosse fête à l'américaine" ça plait surtout aux américains. Les ventes vont d'ailleurs en ce sens...
de Burnout Paradise, Test Drive Unlimited ou Need For Speed : Most Wanted (l'ancienne version comme la récente), Forza Horizon lâche les circuits fermés des versions Motorsport pour nous offrir un jeu open-world. Ici se pose donc la première nouveauté : on peut se balader où on veut et visiter une grande partie de l'état montagneux du Colorado. Pour participer à des courses, il suffit de s'arrêter devant une caravane d'inscription, de presser une touche et c'est parti ! Avec son ambiance de fiesta (dont je ne suis absolument pas fan) qui rappellera des jeux comme Juiced 2, DiRT Showdown ou Need for Speed : Underground, c'est sûr, le festival Horizon a de quoi dépayser les habitués de la série. Pour s'y retrouver, nous disposons d'une carte des lieux avec un très pratique GPS. C'est d'ailleurs sympa que ce soit "un vrai" GPS, qui nous indique où tourner et ce, avec voix-off incluse (et la délicate attention que la musique se baisse pour qu'on entente mieux). Car pour activer une course, il faudra d'abord se rendre sur le lieu de la caravane. Ça permet de faire de la conduite en mode touriste, avec quand même quelques petites quêtes annexes à faire si on le désire (cramer les hi-speed aux radars, exploser les pancartes...). Niveau contenu, avec ses 216 routes et ses courses à foison, il y a de quoi faire pendant un bon moment, d'autant que les balades en mode free-run ont toujours un petit côté sympa... au moins pour le dépaysement. Evidemment on nous propose plusieurs niveaux de difficulté, en sachant que plus la difficulté est élevée, plus la victoire est récompensée. Ainsi on gagne des crédits, un argent virtuel qui nous permet naturellement d'acheter de nouvelles voitures. Et niveau bagnoles, le choix est vaste avec entre autre de la Viper GTS, Toyota Supra, Peugeot 205 GT16 (oui, cette vieille poubelle des années 80, plusieurs fois championne de rallye :), Mitsubishi Lancer Evolution, Nissan Skyline, Lotus Evora, Lamborghini Diablo, Honda Civic Type-R, Pagani Zonda R, Subaru Impreza, Volkswagen Golf GTi (une autre poubelle surgie du temps ^.^), Ford Mustang, Ferrari Enzo, BMW M6, Audi RS4 ou encore la très belle Aston Martin V12 Vantage. Bref, y'a de la calèche, de la voiture de monsieur tout-le-monde mais aussi des sportives de classe S et des voitures de luxe. Y'a de quoi faire et de quoi piloter de la belle caisse.


Bien sûr
Hors courses, le jeu est open-world. On prend donc plaisir à se balader où on veut
chaque voiture a sa propre conduite, sa propre tenue de route, sa propre accélération, mais on reste loin de la simu' pure et dure. Même si une option "simulation" peut être activée, on reste malgré tout sur du jeu d'Arcade. Venons-en aux faits, les courses sont plutôt bonnes. Même si les plus grosses cylindrées manquent un peu de folie au niveau des accélérations, il n'empêche que les sensations de conduite sont agréables, notamment grâce à une impression de vitesse bien rendue. Encore une fois le GPS rendra bien service, d'ailleurs ce dernier reprend les suggestions de conduite et de tracé de Need for Speed : Shift, ce qui aide bien lorsqu'on n'est pas doué comme moi. Avec ça on nous sert toute une batterie d'aides (freinage semi-auto, ABS, aide aux virages) mais aussi et surtout le fameux rembobinage. D'une simple touche, on peut revenir plusieurs secondes en arrière et renégocier une action ou un virage foiré. Bien sûr les poilus du style, ceux qui décrient tous ces gadgets n'utiliseront pas tout ça et désactiveront un maximum d'options, afin de retrouver des sensations de conduite sans doute plus authentiques. Au niveau de l'IA, elle se chicore assez bien même si on ragera parfois de voir un concurrent nous doubler alors qu'on est à pleine vitesse et que sa voiture n'est pas plus puissante, et ce pour ensuite se planter devant nous, un peu comme s'il nous narguait. Si en "facile" ce n'est pas trop gênant, dans les autres niveaux de difficulté il est quand même rageant de finir 2e ou 3e à cause de cette IA faussement agressive et un peu cheatée quand elle le désire. Heureusement, ça reste rare. Pour pimenter les courses, on pourra prendre quelques raccourcis, refaire une course gagnée contre un unique adversaire nettement plus agressif ou encore participer à des courses plus loufoques, comme la "Mustang vs Mustang" qui oppose une Ford Mustang collée sur la route, à un avion P-51 Mustang (le fameux avion de chasse de la Guerre de 40). A la clé, on gagne bien entendu de nouvelles voitures, et pas son opposant des airs (avion, hélico, montgolfière) ce qui est un peu dommage mais compréhensible. :)


A noter aussi
Techniquement c'est irréprochable ! Une belle réussite qui prouve la valeur du moteur de Forza 4
que Forza Horizon nous propose des courses sur terre battue (là où les 4 roues motrices sont les reines) ouvrant ainsi la licence à de nouvelles disciplines. Mais même si Forza tente de lui marcher sur les pneus, on reste quand même loin d'un Colin McRae : DiRT. Dans tout ça j'érigerai tout de même 2 regrets, à savoir qu'on n'a pas de rétro sur notre voiture (et pas de touche pour regarder derrière non plus), ce qui est assez crétin. Une voiture sans rétro ça n'existe pas et croyez-moi, en course ça manque ! Et puis, si le jeu gère de petits dégâts, ils ne sont que cosmétiques. Impossible de perdre la moindre pièce et prendre une voiture de face à 200km/h n'aura aucune incidence sur les performances. Nous n'aurons même pas une cinématique mettant en avant l'accrochage, ce dernier étant irréaliste au plus haut point. Ça, c'est ma plus grosse déception, même si je sais que tout le monde ne s'appelle pas Burnout. Par contre techniquement, Forza Horizon envoie du lourd ! Pour reconstruire un Colorado plus vrai que nature (la phrase est jolie mais je ne suis pas allé vérifier), pas moins de 50.000 photos ont été prises. Et le résultat est sans appel, nous avons de vrais spectateurs (même s'ils sont modélisés à l'emporte-pièce) et si les routes sont malheureusement trop vides (et ça c'est un fait) les décors sont véritablement somptueux ! Jamais un jeu console n'a eu aussi peu d'aliasing, au point que la 3D passe pour une vidéo... jusqu'à ce qu'on en prenne les commandes. C'est bluffant ! La qualité des textures, la beauté des décors (surtout les montagnes et le ciel), la précision des modélisations avec entre autre de superbes reflets... autant dire que le moteur graphique de Forza 4 n'a pas pris une ride et nous délivre une fois de plus, un spectacle vraiment impressionnant (les modes photo et créations de films vous permettront d'ailleurs d'en profiter). Enfin la bande-son nous propose de l'éclectisme. Du rock gratteux au rock de gorets (mais si vous savez, ce rock où un rageux vide ses tripes en hurlant dans le micro), en passant par l'Electro-pop ou la Dance, nos courses seront plutôt bien accompagnées, même si dans le tas, on fera vite une sélection (parce que certaines viennent vite à saouler). D'ailleurs à la manière d'un GTA, la croix numérique nous permet de zapper d'une station à l'autre, ou même d'éteindre la radio. C'est pratique.



Forza Horizon Note
est un bon jeu de courses, mais en aucun cas un Forza pur souche. La preuve avec l'absence de réglages de sa voiture (malgré des upgrades à s'acheter), des dégâts cosmétiques, un manque total de crashes... tout ça au service d'un jeu plus Arcade. Au final ce "Need for Forza" ou ce "Burnout Horizon" peut plaire à la masse des joueurs lambda ou ceux qui aiment les titres moins exigeants qu'un Motorsport ou un Gran Turismo. Mais personnellement, je n'ai pas vu en lui le digne héritier de la ligné des Forza. Il me semble que le nom même de Forza soit plus markéting qu'autre chose, car à part l'excellence du moteur graphique, il faut être honnête et avouer qu'on est loin des jeux de Turn 10. Cependant Horizon a le mérite d'être fun, de proposer un jeu toujours fluide, un multi sympathique, un bon solo, un joli cycle jour/nuit, une map ouverte et vraiment grande, ainsi que des sensations de conduite vraiment plaisantes. S'il est loin, très loin de la qualité et de la précision d'un Forza 4, ce spin-of n'en est pas moins agréable à parcourir.



Les -

  • L'ambiance fiesta américaine... mouais :/
  • La conduite manque un peu de "folie"
  • Ça manque de monde sur les routes
  • Gestion irréaliste des accrochages
  • Dégradation cosmétique
  • Une IA un peu inégale
  • Les +

  • De bonnes sensations de conduite
  • Des graphismes exceptionnels !
  • Open-world : on va où on veut
  • Bande-son éclectique
  • Un joli cycle jour/nuit

  • Test réalisé par iiYama

    novembre 2012