Final Fight Double Impact (X360)

 






 


Note générale


Sortie du jeu : avril 2010
Développeur : Capcom
Adaptation : Proper Games
Editeur : Capcom
Genre : compilation (beat-them-all)

Support : en téléchargement sur Xbox Live Arcade
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR/US

Définitions HD : 720p - 1080p
Multi-joueurs : 2 joueurs
Titre alternatif : Final Fight & Magic Sword
Prix au lancement : 800pts (10€)


Final Fight Double Impact est aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Final Fight

Double Impact



S'il y a bien un
Certes on a de bons remixes audio, mais les graphismes sont restés tels quels, tout comme les bruitages
genre qui aura fait recette, c'est bien le beat-them-all. Ce genre aura fait les choux gras de bon nombre de développeurs dans les années 90, notamment Capcom qui aura sorti les meilleurs d'entre eux, les supports 16-bits de l'époque étant d'ailleurs les parfaits hardwares pour ça. Mais avec la sortie des consoles de 5e génération (les 32-bits), qui ont accompagnées la 3D dans sa révolution du jeu vidéo, le beat-them-all s'est perdu, parce que la 3D ne s'y prêtait pas (encore). Mais les années 2000 auront été plus clémentes pour le beat-them-all, notamment parce que Capcom (toujours eux) a su rafraichir le genre avec l'excellent Devil May Cry. Ainsi le genre est enfin passé à la 3D, apportant avec lui une réelle dimension aventure ainsi qu'un scénario (c'est sans doute ce qui manquait le plus à l'époque de la genèse de la 3D), pour arriver à des jeux monstrueux, véritable œuvre du savoir-faire de certains développeurs comme Darksiders ou God of War III. Pour ce qui des beat-them-all 2D, résolument old-school, très peu de noms ressortent du passé. On a bien le formidable Streets of Rage II, un très sympathique Sengoku 3 ou encore un très bon Alien vs Predator, mais aucun n'est vraiment resté dans les mémoires. Aucun sauf… Final Fight ! En effet, en 1989, Capcom (et oui encore eux) a sorti le plus grand beat-them-all de son temps, voire même des années à venir. J'en parle souvent et pour cause, il reste encore aujourd'hui la grosse référence du jeu de "baston de rue". Si Final Fight a fêté tout seul ses 20 ans l'an dernier, Capcom lui rend hommage aujourd'hui sur le Xbox Live Arcade de la Xbox 360 et sur le PSN de la PlayStation 3. Vendu avec Magic Sword pour justifier son sous-titre "Double Impact" (en fait j'estime le nom de cette compilation bien mal choisie étant donné qu'elle occulte le second jeu), ainsi que son prix un peu surestimé de 800pts/10€. Evidemment, remettre le grand prince de la baston sur les rails, a tout de suite fait naitre les meilleurs espoirs en chacun de nous. On s'est tous dit qu'avec une refonte graphique façon Super Street Fighter II Turbo HD Remix, ça allait péter la classe ! Et bien mes amis, vous allez être très déçus, car la refonte vous allez vous asseoir dessus ! Mais avant de parler de cette adaptation, évoquons avant tout pourquoi Magic Sword est un bon jeu et pourquoi Final Fight est un titre culte.


Magic Sword
Magic Sword et Final Fight sont de superbes jeux... sur Arcade. Cette réédition est trop laxiste
est un jeu qui met en scène un guerrier, parti lutter contre la tyrannie du sorcier Drokmar. Il y a 52 levels à parcourir (en fait le premier niveau fait office de prologue, puis il y a 50 étages à gravir et enfin un boss final). Les niveaux sont généralement courts, entre 20 secondes et moins de 2 minutes, la durée de l'aventure n'excédant pas l'heure. On pourrait soupçonner le titre d'être difficile (comme c'était souvent le cas à l'époque) mais en fait il reste tout à fait raisonnable (en tout cas bien moins hardcore que Final Fight). La grosse particularité du jeu, c'est qu'on amasse des clés (contenues dans des coffres) et qu'avec, on peut libérer un prisonnier, qui se joindra à notre quête. Parfois la porte contient un piège, mais avoir une aide n'est généralement pas de refus. Ce dernier mime nos faits et gestes et prête main-forte aux combats : archère, ninja, ogre, mage, sorcier ou lanceur de bombe (de loin le plus efficace de tous), ce qui donne 4 sprites lorsqu'on joue à 2. Ces aides ne peuvent pas être touchés mais disparaissent si on ramasse trop. Autre facette intéressante : à chaque fois qu'on perd un continu, son niveau de puissance augmente (level up), ce qui le rend plus puissant. Et forcément, plus le level est haut (leur niveau ne régresse pas), plus leurs attaques sont efficaces, ce qui compensent le fait que les ennemis sont de plus en plus nombreux. Notre Conan de service a également pour lui une jauge de mana. En la laissant se remplir, on charge une sorte de magie (électricité, boule de feu) et on peut donc attaquer à distance (lorsqu'on a un item de magie infinie, limitée dans le temps, on ne s'en prive pas). On ramassera également quelques artéfacts et autres potions, afin de pouvoir se débarrasser au plus vite des ennemis à l'écran, remonter sa santé ou décupler sa force. Magic Sword aurait pu prétendre à une autre chose que du simple beat-them-all (sans déplacement sur la profondeur). En effet, tout au long du jeu on amasse d'énormes pièces d'or, qui auraient pu servir à un magasin entre 2 levels par exemple (un peu comme dans Wonder Boy II ou Raguy). Malheureusement ce n'est pas le cas, tout ce qu'on amasse sert uniquement à gonfler le score. Ainsi, même si on a quelques phases de plate-formes, avouons-le rudimentaires, Magic Sword se contente d'être bourrin. C'est comme l'équipement : au fil du jeu on nous donne de nouvelles armes, de nouveaux boucliers (matériel qu'on peut perdre en se faisant toucher) mais le concept ne va pas assez loin et un magasin aurait permettre de faire des emplettes. Quant à l'histoire de Final Fight, elle se déroule à Metro City, une ville dévastée par le chaos. Son maire, Mike Haggar, fait de son mieux pour faire régner l'ordre mais il a bien du mal. Les punks de leurs cotés, n'entendent pas se faire emmerder par le maire et enlève la fille de ce dernier. C'est ainsi qu'Haggar part dans une guerre personnelle, accompagné de Cody (le fiancé de la belle) et de Guy (l'ami de Cody).


Pour résumer
2 jeux vieux de 20 ans pour 10€, ça me parait un peu cher
l'aspect prise en mains, la jouabilité est excellente car même si elle n'innove en rien, elle reste précise et intuitive. Le concept de base est assez simple : reprenant celui de Double Dragon, il use de seulement 2 boutons. On peut jouer à 2 simultanément et se déplacer sur la profondeur (contrairement à Magic Sword). En plus, en pressant les 2 touches simultanément, notre personnage effectuera une attaque spéciale qui fera un peu le ménage autour de lui mais qui, en contre-partie, consommera un peu de sa barre de vie. On trouve sur le chemin diverses armes pouvant faire très mal : couteau, barre à mine ou encore sabre (on regrettera juste l'absence d'armes à feu). La prise en main est rapide, les coups sont faciles à sortir (sauf peut-être le coup spécial, un peu récalcitrant) et surtout c'est très fun. Les 3 personnages sont clairement différents à prendre en mains et leurs techniques n'ont rien à voir les unes des autres. Guy cogne moyennement fort mais sa vitesse de déplacement lui sauve souvent la mise. Très charismatique, issu de l'enseignement Ninja, c'est un personnage excellent. Haggar est le balourd du jeu, une montagne de muscles sur pattes, il cogne très fort et ses prises issues du catch, feront beaucoup de dégâts. Son défaut reste sa lenteur. Quant à Cody, il est le juste équilibre entre Guy et Haggar. Maintenant que dire de cette compilation ? Cette édition 2010 a été développé par Proper Games, à qui l'on doit déjà le mignon (bien que trop difficile) Flock. Comme évoqué plus haut, les développeurs n'ont fait aucun effort de réactualisation graphique, ce qui évidemment est une erreur. A la place, ils nous proposent des filtres graphiques franchement minables, soit qui rendent l'image floue, soit qui lisse les pixels au point que c'est encore plus laid car on jurerait jouer avec de la bouillie de sprites. Le seul rendu potable est celui en plein écran qui respecte l'aspect original et qui pose des scanlines sur l'image (les scanlines simulent le rendu des écrans à tube cathodique). Là c'est bien, on retrouve le jeu comme il était à l'époque. Mais avouez que ça reste léger. Si les voix digits et les bruitages sont également restés à l'identique (dommage, il y avait ici aussi matière à faire quelque chose de bien), sachez qu'on a quand même droit à une nouvelle plage musicale (enfin du neuf !). Composée par les auteurs de l'énorme bande-son de Bionic Commando Rearmed (l'un de mes coups de cœur de 2008), les musiques sont évidemment de meilleure qualité (une option permet aussi d'avoir les musiques originales). Si Final Fight a eu droit à de simples remixes, Magic Sword offre des pistes plus abouties, je dirai même plus Hollywoodiennes. Un plaisir, d'autant que les bruitages semblent plus équilibrés que sur Arcade (moins bruyants).



Lorsqu'on sort un Note
oldies sur consoles HD, on se doit de proposer des modes online et quelques contenus supplémentaires, en la présence d'artworks bien sympas. Malheureusement les développeurs ont fait les choses à moitié puisqu'on ne peut même pas reconfigurer son pad et qu'il n'y a même pas de raccourcis pour la combinaison de touches. C'est un manque, surtout sur Final Fight où la manipulation peine parfois à être prise en compte. En plus, les filtres graphiques ne donneront jamais le change puisque les 2 jeux sont exactement comme en 1989/90, alors qu'une refonte comme Super Street Fighter II Turbo HD Remix ou R-TYPE Dimensions (cette fois tout en 3D), aurait donné un résultat vraiment probant. La conclusion se pose donc là : à 10€ pour 2 jeux vieux de 20 ans, c'est un peu du vol. Si Magic Sword (qui semble plus faire office de bouche-trou que de véritable must-have dans cette compilation, eu égard au titre) reste bien sympa en soi et Final Fight reste le titre culte qu'il a toujours été, on parle bien sûr des jeux sur Arcade. La transposition sur nos consoles actuelles sentent bon le plan marketing foireux et l'adaptation à la va vite, histoire de gagner le plus possible, tout en développant le moins possible. Ainsi, même si je suis le premier fan de ces 2 jeux, j'estime qu'on est loin de la bonne affaire. Avec ces 10€ achetez d'occasion les Capcom Classics Collection, vous aurez Final Fight et Magic Sword dans leurs habillages d'antan (en somme comme ici, les inutiles filtres en moins), à la différence qu'avec vous aurez une vingtaine de titres de Capcom en plus. Le rapport qualité/prix n'est évidemment plus le même.



Test réalisé par iiYama

mai 2010