Condemned 2 (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : mars 2008
Développeur : Monolith Productions
Editeur : SEGA
Genre : FPS horror - enquête

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Moteur graphique : Lithtech Jupiter EX
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 8 joueurs online
Score des ventes : 1 Million (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Condemned 2

Blooshot


Alors que le premier épisode attend
Comme dans le premier opus, on retrouve les phases d'enquêtes
encore sagement sur l'étagère avant d'être testé, voilà que je tombe sur ce second opus qui fait décidément parler de lui. 11 mois après la fin de sa première mésaventure, l'ex-agent du FBI Ethan Thomas n'est plus que l'ombre de lui même. Alcoolique, sous l'emprise d'hallucinations violentes, on sent bien que le bonhomme n'est pas sorti indemne de sa précédente enquête. Seulement voilà que ça recommence. Des meurtres atroces sont perpétrés et la police, impuissante devant ce fléau, décide de le réintégrer. Vous reprenez donc le contrôle de l'agent dans une vue FPS à la différence que dans cette licence, c'est les poings et les armes du tout venant qui remplacent le plus souvent les armes à feu. Grosse originalité du titre, tout se voit à la première personne, même les rixes. Avec les touches gâchettes hautes on donne des coups de poings (pour gauche et droite), en pressant les 2 on réalise une parade et la gâchatte basse on donne un coup de pied. Avec ces 4 actions on peut ainsi réaliser des combos, un système d'attaque/défense largement plus évolué que dans le premier opus. Et il faudra être vigilant car lorsqu'on en prend plein la gueule, la caméra bouge dans tous les sens (comme si c'était nous qui recevions), ce qui rend l'image fouillis et on tape à l'aveuglette. On peut aussi se servir de n'importe quel objet comme arme de fortune. On a d'ailleurs les caractéristiques de chacun (vitesse, dégâts, portée et santé de l'objet) avec la possibilité de s'en servir jusqu'à ce qu'il casse ou de le jeter, sur un ennemi de préférence. Plus dans la tendance, interviennent aussi quelques QTEs dans le pur style d'un Jericho par exemple. Plutôt difficile, les checkpoints sont trop espacés ce qui fait monter encore d'un cran le stress. Et du stress, vous n'allez pas en manquer. Monolith est devenu le grand maître du frisson à la première personne depuis la sortie d'Aliens vs Predator 2, une recette qu'ils ne cessent d'améliorer à chaque nouveau jeu.


Avec son ambiance inquiétante,
Qu'on se batte à mains nues pour gagner en immersion ok, le problème c'est que c'est trop
sa bande son glauque et ses décors entre bidon-ville crasseux et portail de l'enfer, y'a de quoi faire quelques sursauts. Comme dans le premier épisode, la mise en scène fait tout pour vous foutre les boules et ça marche ! Dynamique, avec son rendu subjectif, et donc immersif, je trouve tout de même que ça manque d'armes à feu. C'est bien beau de cogner comme Tyson mais ça finit par être rébarbatif et rien ne remplacera un bon vieux 357 Magnum. A la façon d'un Halo, seul le tiers de vie entamé remonte avec un peu de repos et on trouve en quantité homéopathique des trousses de soins afin de ne pas crever comme une bouse dans ces bas-fonds poisseux. Scripté à mort, à l'image de l'excellent F.E.A.R, on s'aperçoit vite que le parcours est cloisonné par des forces psychiques qui nous entament la barre de vie (?) et petites astuces de programmeurs pour éviter de revenir sur nos pas (on a par exemple des échelles qui s'effondrent après notre passage). Techniquement on est en présence d'un jeu propre, bien programmé mais pas si beau que certains le prétendent. Comme le jeu est très sombre (souvent trop sombre), il se permet ainsi d'afficher moins de détails. Par contre, les effets de particules et de lumières sont somptueux. J'ai aussi apprécié une gestion phénoménale des ombres portées, comme on a déjà pu le voir dans F.E.A.R. Les graphismes sont donc pas mal, très next-gen comme on dit mais ce n'est pas le plus beau jeu actuel non plus. Le mode de vue à la première personne est vraiment superbe, très immersif mais les animations des divers PNJs sont parfois peu crédibles, notamment lors les cinématiques (comme dans l'intro) avec des mouvements manquant de fluidité, de souplesse. On assiste aussi à quelques à-coups lorsque le jeu charge ses données, comme on le voit souvent sur PC. Enfin la bande son est excellente. Je sais que les voix sont restées US afin de garder tout l'impact des dialogues mais je persiste en pensant qu'un bon doublage français (comme dans Half-Life² par exemple) aurait amélioré une immersion de qualité.



Avec sa très Note
grosse mise en condition, les frissons qu'il procure et la relative variété du gameplay (alternance de combats à mains nues ou avec des armes puis les enquêtes), Condemned 2 trouvera certainement preneur, surtout si vous êtes en manque de sensations fortes. Pour ma part, je n'ai pas tellement accroché au jeu, trouvant une nouvelle fois que la difficulté est mal dosée et que trop de combats à mains nues tue le combat à mains nues. Il n'empêche que la réalisation est bonne et que cette ambiance à couper au couteau plaira à coup sûr.



Test réalisé par iiYama

mai 2008