CellFactor (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : juin 2009
Développeur : Timeline Studios
Editeur : Ubisoft
Genre : FPS

Support : en téléchargement sur Xbox Live
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Unreal Engine III
Définition HD : 720p
Multi-joueurs : 16 joueurs online
Prix au lancement : 10€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

CellFactor

Psychokinetic Wars


C'est fou ce qu'on peut
Les 3 classes sont équilibrées et les diverses aptitudes kinétiques pimentent dans les combats
trouver sur le service online de sa console et pour seulement 10€. Il y a des jeux de réflexion, d'excellentes oldies comme Final Fantasy VII, des remakes de jeux d'Arcade comme Street Fighter II HD Remix et bien entendu, des jeux originaux. Et c'est fou ce que ce genre de plate-formes dématérialisées peut rendre service à la fois aux développeurs et aux consommateurs. Le développeur n'a pas besoin de faire un jeu parfait dés le départ puisque des patches peuvent être automatiquement téléchargés, il n'a pas besoin de faire un jeu très long ou même scénarisé et surtout, il s'évite la distribution du produit, souvent coûteuse (fabrication du disque et de la boite, distribution dans le monde). Voilà pourquoi il arrive que pour 10€, on décèle de véritables perles, des trésors modernes et ce, sans prendre le risque que ce soit un mauvais titre. Ok il y a ce côté où le jeu est in-revendable mais pour 10€, on ne va pas en faire un flan. Après cette petite intro, je vais vous parler de CellFactor : Psychokinetic Wars, un titre à rallonge mais qui en dit long sur ses capacités. C'est un FPS multi-joueurs dans la trempe d'un Quake III, qui lorgne méchamment sur un certain Unreal Tournament III, qu'on considère chez nous comme le plus grand jeu multi de ces dernières années. Autant dire que la tâche est difficile pour CellFactor, car arriver à s'imposer sur un marché, c'est avant tout proposer quelque chose de neuf. Et bien justement, le jeu reprend la base, l'héritage du titre d'Epic et apporte sa dose de nouveaux concepts pour offrir aux gamers une nouvelle expérience. En effet, CellFactor propose 3 classes de personnages et chacun aura des spécificités uniques et des pouvoirs télékinésiques. Tout de suite ça pimente les matches. On a donc la Bishop, sorte d'humanoïde "presque" sexy, à la santé très fragile mais aux déplacements rapides. La Bishop n'utilise pas d'arme mais elle a pour elle toute une panoplie de pouvoirs assez sympa, qui peuvent en faire une ennemie redoutable : traction puis jet de divers objets, pulsion, bouclier, petit tir de laser de la main droite et même voler quelques secondes. Autant dire qu'elle est la championne de l'esquive. On a ensuite le Guardian, qui est un robot surpuissant qui encaisse beaucoup de dégâts mais qui est forcément lent. Il n'a aucun pouvoir mais utilise 2 armes simultanément et indépendamment, ce qui fera tout de suite penser à Halo 3. Sa structure mécanique lui permet de réaliser des hyper sauts ou des hyper sprints, capables de tuer un ennemi en un coup. C'est un peu le tank du jeu. Enfin nous avons le Blackop, qui n'est autre qu'un humain dopé. Véritable mixage entre la Bishop et le Guardian, le Blackop est le plus équilibré des 3. Il possède quelques pouvoirs kinésiques comme le bouclier ou le fait de lancer un objet à la tronche d'un ennemi, sa santé peut monter jusqu'à 200% et il utilise toutes les armes du jeu (mais une seule).


Sachez aussi
Les graphismes sont agréables
que malgré leurs différences, les 3 personnages sont équilibrés et ont chacun une jauge de "pouvoir" qui permet d'utiliser les facultés spécifiques qu'avec jugé (la jauge remonte quand même assez vite). En effet en maîtrisant bien son perso, ses défaillances ne sont plus vraiment gênantes, par contre ses atouts sont de taille. Pour apprendre les subtilités de chacun, on a 3 didacticiels concis, qui vont à l'essentiel mais qui inculquent intelligemment les bases. Les personnages sont customisables, on a 4 modes multi-joueurs et 30 défis par personnage en solo. A la base il n'existe que 7 cartes mais on peut évidemment passer par la case "contenu téléchargeable" pour étoffer tout ça et vu qu'on paye le jeu 7 fois moins cher qu'un autre vendu dans le commerce, on peut bien se faire plaisir. Les maps sont vastes, on y trouve les items habituels du genre (arme, munitions, santé) avec un petit bémol quand même : lorsqu'on meurt, on perd son arsenal et on respawn avec une arme de base. Tous les niveaux ont plusieurs étages et pour faciliter les allers et venues d'un étage à l'autre, il existe des bumpers (ben oui, tout le monde de ne fait des bons de ouf comme le Guardian). Boosté par un Unreal Engine III décidemment efficace sur nos machines, on pourra féliciter le design général du jeu ou même l'originalité des menus. Sans être extraordinaire, le rendu graphique n'a pas à rougir face à un "jeu boite", c'est rapide et plutôt bien animé. Le moteur physique, comme c'est presque toujours le cas avec l'Unreal Engine III, est le PhyX créé par Ageia et racheté il y a peu par nVidia. Et il est vrai que la gestion est étonnamment réaliste même si on a quelques fois de bugs. Par exemple il n'est pas rare, avec la Bishop, d'envoyer une grosse onde de choc et au lieu que ce soit le gars d'en fasse qui prenne, c'est le décor qui s'arrache. Idem on lance un tonneau en pleine poire d'un type et ça ne lui fait rien. Bizarre, mais de futurs updates régleront sans doute ce genre de désagréments. Les décors rappellent un peu Unreal Tournament 2004, ils sont design et le champ de vision est très étendue. On va à présent jouer au jeu des 7 différences qui subsistent entre la version PS3 et celle sur 360 (comme ça je fais une pierre deux coups). Bizarrement, le son sur PS3 est sous-samplé et accuse un étrange pleurage qui n'existe pas sur sa concurrente (dans les 2 versions on retrouve les grosses voix qui font immanquablement penser à Unreal Tournament III). Dans les 2 cas on ne prêtera pas attention aux musiques. Sur PS3 le jeu est plus sombre, le contraste est moins travaillé, il y a plus d'aliasing et les textures sont parfois un peu floues. Mais sur Xbox 360, si on ne souffre pas de tout ça, on a en contre-partie des cisaillements de l'image et de nombreuses saccades. Des saccades qu'on pourrait admettre en multi, mais lorsqu'on joue en solo contre des bots, c'est moins admissible. Enfin dernier point et non des moindres : la version PS3 est plus jouable car les réactions sont plus précises. Vous l'aurez compris, l'un dans l'autre les 2 versions se valent donc c'est à vous de choisir entre des graphismes plus nets mais buggués ou une jouabilité plus agréable.



CellFactor : Note
Psychokinetic Wars est un excellent jeu. Inspiré par l'extraordinaire Unreal Tournament III lors de ses deathmatch, le jeu de Timeline Studios n'a pas à rougir de la comparaison. C'est beau, c'est nerveux, les 3 classes sont géniales et les diverses aptitudes de chacun mettent pas mal de piment dans les combats. Après, étant donné que c'est un jeu uniquement orienté vers le multi-joueurs, il n'y a aucun scénario, aucune histoire mais quand on pense que ce titre ne vaut que 10€, alors il est clair qu'il serait dommage de s'en priver si on apprécie le genre et les ambiances hi-tech.



Test réalisé par iiYama

juin 2009