Call of Duty 2 (X360)

 








Note générale


Sortie du jeu : novembre 2005
Développeur : Infinity Ward
Editeur : Activision
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Moteur graphique : id Tech 3 (modifié)
Définition HD : 720p
Difficulté :

Multi-joueurs : 16 joueurs online
Abréviation : COD2
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 2.5 millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Call of Duty 2









Tout commence en 1999,
La jouabilité a été bien adaptée de la version PC
DreamWorks Interactive sort le fameux Medal of Honor (MoH) sur PlayStation, le FPS qui allait lancer la mode de la période "Seconde Guerre Mondiale". Le succès est tel que les suites s'enchaînent sur consoles et notamment sur PC avec l'excellent Débarquement Allié en 2002. Las de travailler sur les mêmes principes, mais encore motivés par cette guerre, certains développeurs de Medal of Honor forment Infinity Ward et sortent en 2003 le premier Call of Duty (CoD), un concurrent direct de Medal of Honor qui avait pour lui d'être plus spectaculaire tout en étant plus proche de la réalité. A nouveau ce fut un énorme succès commercial et critique, même si ce premier CoD conservait encore quelques vieilles routines. 2 ans plus tard Infinity Ward récidive et sont déclarés nouveaux gourous du FPS historique, avec un Call of Duty 2 dont on nous rabache encore les oreilles. Le jeu est sorti sur PC et la version Xbox 360 est parue un mois plus tard. Et la première chose que je dois dire, c'est que ce jeu n'est pas si extraordinaire que ça. Faites comme moi, prenez un peu de recul par rapport à l'aura, au hype qu'il y a autour du jeu, regardez bien la qualité des graphismes et... et oui vous en conviendrez qu'il n'y a rien d'exceptionnel. Si en 2005 la Xbox 360 était considérée comme un gros PC de gamers alors on peut très bien mettre côte à côte les graphismes de CoD2 et ceux de Far Cry ou Half-Life² sur PC et excusez-moi mais le jeu d'Infinity Ward ne tient pas la distance. Les décors sont vides, les textures sont parfois dégueulasses, peu détaillées, les modélisations sont sans plus... alors on fait quoi ? On fait comme le reste du monde, on s'agenouillent et on dit amen ? Moi je dis non. Sans doute que j'ai la vue plus claire que le reste du monde, sans doute aussi que c'est parce que je vois le phénomène une fois qu'il est passé mais Call of Duty 2 n'est pas, graphiquement parlant, aussi fantastique que les tests le prétendent. Attention toutefois, je ne suis pas entrain de dire que c'est un mauvais jeu ou même qu'il est moche, c'est juste que j'ai à coeur de remettre les choses à leurs places. De toute façon, il est clair que c'est toujours mieux que CoD2 : Big Red One sorti sur Xbox et PS2, qui prouve déjà la supériorité d'Infinity Ward sur les petits développeurs de Treyarch (ceux-là même qui sortiront un Call of Duty 3 assez moyen).


Call of Duty 2
Graphiquement c'est pas mal mais la 360 n'en est qu'à ses débuts. Les fumées sont par contre superbes
version Xbox 360 est adaptée de la version PC. Le passage de la souris au pad se passe bien puisque le jeu est parfaitement jouable. L'aventure se compose de 3 campagnes (soviétique, britannique et américaine) et à chaque fois on incarnera un personnage différent : Vassili Ivanovitch Koslov, John Davis et Bill Taylor. Notre bidasse peut porter sur lui 2 armes (et utiliser les armes fixes), avec la possibilité d'en changer pour une laissée par un cadavre. On a aussi des grenades à fragmentation et des grenades fumigènes. Gros plus du jeu, les grenades fumigènes peuvent créer une véritable diversion, et ainsi à couvert, on peut contourner une zone pour mieux prendre ses ennemis à revers. En plus de ça l'effet visuel est vraiment impressionnant de réalisme. Notre héros de guerre ne sera jamais seul, comme c'est souvent le cas dans ce type de jeux. Après tout c'est normal puisqu'une guerre ne se gagne pas en solo. Et nos alliés, s'ils ne sont pas franchement intelligents, assument quand même pas mal leur boulot et évitent de nous laisser faire tout le travail. Seul bémol, les tirs fraternels sont punis par un retour au dernier checkpoint, alors que ces cons adorent se pavaner devant notre viseur. Histoire d'être le plus immersif possible, Call of Duty 2 ne possède quasiment aucune indication visuelle. Si on se fait toucher, l'écran devient rouge et il faut alors se mettre à l'abri un instant, le temps de retrouver ses forces. Et il me semble que Call of Duty 2 est bien le premier jeu à offrir ce qui deviendra le standard des FPS et des TPS actuels. C'était bien vu de la part des développeurs. Côté IA, les ennemis sont assez rusés pour ne pas être de vulgaires pigeons, même s'ils ont tendance à avoir une drôle de réaction dés qu'on les visent (comme s'ils savaient qu'on les tenaient en joue). Enfin la bande-son est de grande qualité. Les bruitages ont étés bien travaillés afin de favoriser eux aussi l'immersion du joueur, et la musique, composée par Graeme Revell, offre une bonne dose d'émotion à certaines scènes. Avec ses influences cinématographiques directes comme Il Faut Sauver le Soldat Ryan, Stalingrad ou encore Le Jour le Plus Long, Call of Duty 2 offre une aventure scriptée, linéaire mais au service d'une mise en scènes explosive.



Parfaitement jouable au pad Note
et donc bien adapté au support console, Infinity Ward nous prouve une fois de plus leur savoir-faire, une qualité qui sera exacerbée en 2007 avec Modern Warfare. Finalement, si le gameplay tient ses promesses, je reviens sur le fait que seuls les graphismes déçoivent. Par exemple peu d'objets sont destructibles, la plupart des cadavres s'effacent (il en restent quand même quelques-uns), la distorsion qui veut nous croire à un effet d'optique dû à la chaleur est simplement raté, les décors sont moyens, un peu trop lumineux pour certains, les modélisations sont sans plus et certaines textures, pour ne pas dire la plupart, sont affreuses. Des graphismes certes décevants, notamment à cause d'une presse qui a sans doute besoin de lunettes, mais un jeu qui au contraire, m'a laissé une très bonne impression. L'immersion y est distillée à un tel degré qu'à l'époque il n'y avait pas mieux et Call of Duty 2 aura été un véritable tournant dans l'histoire des FPS contemporains, notamment avec son système d'auto-guérison. Un bon jeu, même s'il commence à vieillir.



Test réalisé par iiYama

juillet 2009