Burnout Revenge (X360)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2006
Développeur : Criterion Games
Adaptation : Criterion Games
Editeur : Electronic Arts
Genre : courses

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Moteur graphique : Renderware
Définition HD : 720p
Difficulté :

Multi-joueurs : 6 joueurs online
Titre alternatif : Burnout 4
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 2.03 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Burnout Revenge









Le développeur
Evidemment faut aimer démolir ses adversaires. Sans ça, cette édition 360 est magnifique
des meilleurs jeux de courses Arcade sur consoles et du talentueux moteur graphique Renderware, a adapté Burnout Revenge sur Xbox 360, 6 mois après les versions PS2 et Xbox première du nom. En 6 mois on peut le dire, le jeu a été transformé, graphiquement transcendé. Revenge, le 4e épisode de Burnout, pousse le concept du "takedown" à son paroxysme. Dans Burnout 3 la démolition d'adversaire n'était que secondaire mais dans ce nouvel opus, c'est obligatoire ! En effet ce n'est plus vraiment un jeu de course, c'est de la destruction massive !! Il faut défoncer tous les obstacles sur son passage : camions (pas trop gros quand même), voitures, motos, etc... Je trouve le concept original mais gênant car imposé. On n'a pas le choix, selon le mode de jeu ou la situation, on doit rentrer dans les voitures pour pouvoir passer (notamment lors des embouteillages). On gagne du boost à chaque cascade réalisée mais on perd une dose de nitro à chaque fois qu'on subit un crash. Ainsi on devient un chasse-tôle, un tank lancé à 200Km/h qui défonce tout sur son passage et chaque voiture détruite redonne un peu de temps pour finir le circuit. D'ailleurs les crashes n'ont jamais été aussi spectaculaires, on a de nombreux raccourcis histoire de gagner quelques secondes (et parfois éviter un trafic trop dense) et Revenge sur 360 offre un véritable mode en ligne. Côté technique le jeu est vraiment magnifique, surclassant très facilement le rendu pourtant déjà aguicheur des versions PS2/Xbox. En plus de ça, il va si vite (plus encore que l'épisode 3 !) qu'on a pas le temps d'apprécier, à juste titre, la qualité des décors. L'animation est de plus une vraie tuerie de fluidité et de rapidité, avec des crashes spectaculaires dont les gerbes de particules donnent encore plus de volume. La jouabilité n'a pas changé depuis l'opus Takedown puisque c'est toujours aussi Arcade (un mur bien prit ne frêne que peu le véhicule) et la bande-son est pas mal, même si on ne l'entend pas, tant le fracas des tôles couvre la moindre sonorité. En effet, les bruitages (pourtant réalistes) sont tellement... heu... bruyants (c'est le cas de le dire) qu'on n'entend plus la musique. Mais ça n'empêche en rien le jeu d'être hyper dynamique, survolté même, faisant de Revenge le plus trash des épisodes de la série.



Ce 4e opus de Burnout Note
est un bon jeu même s'il faut se plier au style "carnage routier". Je lui préfère tout de même Burnout 3 qui laisse le choix avec son panache course/froissage de tôle, et surtout, qui reste encore un jeu de courses à part entière. Mais si vous aimez la démolition et les jeux de bagnoles hyper rapides, alors Revenge est fait pour vous, surtout dans cette édition 360 graphiquement flamboyante !



Test réalisé par iiYama

novembre 2009