Bulletstorm (X360)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 2011
Développeur : People Can Fly
Editeur : Epic Games
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 2Mo (saves)
Moteur graphique : Unreal Engine 3.5
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Compatible Kinect : non
Compatible 3D : non

Multi-joueurs : 4 joueurs online
Titre alternatif : Bullet Storm
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 1.65 Million (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Bulletstorm








Les petits
Il fallait s'en douter, l'intrigue de départ commence fort mais s'essoufle de suite et au final, l'histoire se révèle assez légère
gars de People Can Fly ont une vraie passion pour les FPS, la preuve avec un palmarès assez réjouissant : Unreal - Return to NaPali, Unreal Tournament 2003/2004 ou encore le très bon portage PC de Gears of War. Déjà très cul-et-chemise avec Epic Games, le studio a été racheté par ce dernier en 2007. Bref, le développement de Bulletstorm (qu'on pourrait traduire par "tempête de balles") a débuté pile au moment de ce rachat et nous raconte la vie du joyeux luron et pirate de l'espace, Grayson Hunt. Pour une fois je vais faire bref, pas besoin de vous raconter ce qui se passe dans le jeu, comme c'est souvent le cas, le scénario est prétexte et ne vole pas bien haut. La construction scénaristique est en plus assez mal fichue, alternant vidéos et cut-scènes, même si on appréciera le dynamisme général du tout. En 2 temps, la synchro labiale a sans doute dû prendre un "coup de pied" lors des vidéos, alors qu'elle retrouve sa place lors des cut-scènes (ce n'est pas le cas en permanence mais général, le résultat est assez positif). Dans tous les cas, en plein jeu, la plupart des protagonistes n'ouvrent même pas la bouche en parlant. J'ai quand même du mal à comprendre comment dans un titre sorti en 2011, on puisse encore admettre ça. La grosse originalité de Bulletstorm, c'est son gameplay. Enfin un gameplay qui cherche quelque peu à innover. Comme d'habitude, le but est de tuer ses ennemis : fragger oui mais avec style ! Equipé du "lasso", on peut choper un ennemi, l'envoyer en l'air et là c'est free party ! On peut lui donner un gros coup de pied pour l'envoyer valser, comme il est au ralenti on a tout le temps de bien lui shooter le crane mais le mieux c'est encore les exécutions qui ont du "skill". Ces skillshots rapportent des points de skill et sont plus ou moins récompensés selon la méthode d'exécution : jeter un mec dans le vide, le tuer avec un bidon explosif, l'empaler sur des pointes, le couper en 2, l'électrocuter… y'a vraiment de quoi varier les plaisirs.


Des plaisirs certes
Le lasso permet d'éxectuer ses ennemis de façon "éxotique", ce qui rapporte des skillpoints qu'on peut ensuite réinvestir
un peu sadiques mais c'est ça qui rend le jeu si fun et plaisant à jouer. Les skillpoints servent ensuite à faire des achats via les "kits de largage" (une autre manière de dire "magasin") : upgrades pour les armes et le lasso, choix de son arsenal et surtout, achat de munitions. Car même si on en trouve un peu partout (et notamment sur les cadavres) les munitions restent une denrée rare qu'il faut économiser. Et le lasso peut évidemment aller en ce sens. En parlant de lui, le lasso est une sorte de fouet qui permet de réaliser toute sorte de chose comme arracher un pan du décor pour ouvrir la voie. Il est juste regrettable que ce soit aussi scripté puisque hors chemin balisé, le lasso ne sert qu'à choper les ennemis. D'ailleurs le jeu est sacrément cloisonné, à tel point que notre personnage est incapable de sauter de lui-même voire même de descendre une petite corniche de rien du tout. Non, il faut bien prendre les escaliers, comme tout le monde. C'est un peu laid et c'est ce qui bride un gameplay au demeurant fun et jouissif. On aura bien quelques QTEs (qui, une fois réussies, rapportent quelques skillpoints de plus) et une sympathique glissade pour essayer de donner le change, mais ces limitations sont vraiment frustrantes et ont truffé le jeu de bugs (comme ce passage près du barrage où on reste bloqué parce que notre coéquipière est restée coincée quelque part). Ce genre de bourde ne devrait pas salir un titre qu'on pourrait pensé fini. En parlant d'eux, les coéquipiers sont de vraies mollasses qui nous laissent faire tout le boulot. C'est vrai, ils se battent dans leur coin mais si personne ne vient les attaquer, ils restent figés. Ne comptez pas sur eux pour tuer un max d'ennemis ou pour vous sortir d'un mauvais pas. Ils s'en foutent royalement, preuve que l'IA est sérieusement au rabais (y'a qu'à voir les ennemis, ils sont tous plus idiots les uns que les autres). Heureusement, plusieurs détails viennent sauver Bulletstorm de la noyade. Bon je l'ai déjà dit et redit, l'action est particulièrement fun (il faut dire que l'utilisation du lasso et du coup de savate est simplifiée donc très vite on cherche de nouvelles possibilités de tuerie) mais on a aussi quelques passages bien plus originaux ou épiques.


A l'image de
Certains passages sont complétement énormes, voir épiques. Et le jeu n'en est pas difficile pour autant
cette fin de niveau où on est poursuivi par une roue géante ou encore lorsqu'on prend les commandes d'une sorte de Godzilla mécanique faisant 15m de haut. Comme quoi, même aujourd'hui on arrive encore à nous surprendre. L'autre bon point, c'est que Bulletstorm est un jeu vivace. Personne ne traine des pieds (par exemple Hunt est capable de courir sur de longues distances, ça nous change de ces soi-disant Marines qui ne peuvent cavaler que pendant 5 secondes) et globalement l'aventure est très nerveuse. Ça a malgré tout un (mauvais) revers, c'est que les mouvements de caméra sont incessants et un peu pénibles pour les yeux mais en contrepartie, c'est bien plus dynamique que dans la plupart des FPS actuels. Question armement, la pétoire de base ne peut pas être remplacée et son efficacité est… disons classique. Après il y a des armes nettement plus puissantes comme ce fusil à pompe qui coupe les ennemis en 2 (miam-miam ^^), le lance-grenades qui fait du kebab à chaque tir, ou plus jubilatoire encore, le fusil de sniper où on peut diriger la balle pour être sûr qu'elle se loge dans les chairs ennemies. Le design est en plus très bon et il est clair que ça tripaille pas mal. Chaque arme possède en prime un tir chargé dont les munitions s'achètent et sont en nombre très réduits. Mais ces attaques-là sont particulièrement puissantes, au point que seuls les boss peuvent résister à plus d'un tir. Totalement décomplexé, Bulletstorm assume un coup de crayon qui m'a rappelé Gears of War. Des héros musculeux avec un pois-chiche dans la tête, des vannes bien placées et des animations un peu pataudes, allez savoir pourquoi j'y ai reconnu le hit d'Epic. D'ailleurs, Bulletstorm utilise le moteur de la maison, l'Unreal Engine dans sa dernière version (la 3.5) et on retrouve naturellement ses meilleures qualités comme ses pires défauts. Un gros aliasing (surtout sur consoles, puisque sur PC et son FSAA 8x fait bien son boulot), une aventure sectionnée en chapitres, le temps de chargement sont assez longuets (encore une fois sur consoles car sur PC les loadings sont étonnamment rapides) et surtout un gros clipping.


Découpé
Malgré ses bugs et ses décors exclusivement en ruines (et un peu tous pareils), Bulletstorm est un beau jeu, rapide, nerveux et au framerate fluide
en zones, l'affichage apparait comme pas magie, histoire d'économiser au maximum le moteur et d'offrir un framerate fluide. Et ça fait parti des bons côtés : malgré des nuées d'ennemis ou des boss gigantesques, la fluidité de l'ensemble est imperturbable. L'autre bon point c'est aussi que c'est très beau. On sent que l'Unreal Engine 3 est particulièrement bien adapté à nos machines actuelles car si on met de côté les quelques écueils graphiques, difficile de ne pas être séduit pas une 3D détaillée et un design vraiment pas mauvais. Enfin le son s'offre ma seule véritable déception. Le doublage FR est assez franc-du-collier et s'il est vrai qu'il sonne bien dans le contexte visuel, bien souvent les acteurs en font trop (c'est d'ailleurs particulièrement vulgaire par moment). Je ne reviens pas sur une synchro qui joue au yoyo mais on appréciera tout de même que Hunt soit doublé par Joël Zaffarano, la voix d'Hugh Jackman. De leur côté les musiques ne sont pas mauvaises, certaines ont les élans épiques de circonstance (comme la musique d'accueil, pas mal réussie) mais mon coup de gueule ira droit vers les bruitages avec des armes sacrément timides. Les coups de feu sont mou du genou, les explosions font de vieux pouf miteux... à côté de l'aspect nerveux de l'action et de la violence qui se dégage du titre (avec entre autre une hémoglobine loin d'être discrète) je regrette vraiment que les armes donnent si peu le change alors qu'elles auraient pu entériner le visuel. Là-dessus je suis vraiment déçu et je n'avais pas entendu plus mauvais FX depuis bien longtemps. Mais peut-on réellement lui en tenir rigueur ? Disons que ça fait parti d'un tout.



Les bruitages, Note
les limitations du gameplay, les bugs à gogo (surtout sur PC en version 1.0), les gros scripts qui tâchent et le cloisonnement grossier de nos déplacements… tout ça n'aide pas à faire de Bulletstorm un hit avéré. Pourtant force est de reconnaitre qu'on s'éclate avec ce jeu ! Je l'avoue, lorsque j'ai testé la démo, je n'étais pas très chaud mais une fois le jeu complet entre les doigts, je me suis vraiment amusé ! Les nouveautés de gameplay (lasso, tueries "exotiques"), des graphismes de qualité, quelques scènes bien épiques comme on aime, d'autres très originales et le tout sur une action loin des "standards limace" (Bulletstorm est un jeu qui bouge), personnellement je ne boude pas mon plaisir. Meilleur que je pensais, c'est finalement une très bonne surprise.



Test réalisé par iiYama

septembre 2011