Army of Two (X360)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2008
Développeur : Electronic Arts
Editeur : Electronic Arts
Genre : TPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Moteur graphique : Unreal Engine III
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 4 joueurs online
Abréviations : AoT - Ao2
Titre alternatif : Army of 2
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 2.7 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Army of Two








Annoncé en grandes
La coopération tient une place importante dans le gameplay
pompes en mai 2006, Army of Two (une armée de "2") est un third person shooter (TPS) qui est sorti 2 ans plus tard et qui, globalement, fut mal aimé. Et moi, je préfère souvent les jeux un peu à part, plutôt que ce qui font un gros battage médiatique pour finalement ne rien proposer de plus. Lors de son développement, le Net nous a abreuvé de ses bonnes idées et au final il n'en reste pas grand-chose. Une intro controversée ? Un peu oui, je l'admets. Car Army of Two part d'un postulat fort intéressant mais échoue sur les finitions et la redondance de son gameplay. Aux vues du titre, vous vous doutez bien que la fine équipe sera composée de 2 personnages, le gameplay s'axant fortement sur la coop'. Une très bonne idée en soi et qui est assez bien exploitée, surtout lorsqu'on joue à 2 (jouable sur le même écran en splitté ou via le online). C'est sans doute le mode le plus exitant du jeu. Mais en solo c'est pas mal non plus puisque l'IA remplace assez finement un compagnon de guerre. Alors ouvrons en grand le chapitre du gameplay et de la jouabilité. Le jeu commence par un didacticiel, assez bien fait, qui nous inculque les bases de "l'Aggro". Sous ce nom un peu barbare se cache en fait la jauge d'agressivité d'un personnage. En étant plus agressif que l'autre personnage, on "génère de la menace" ce qui fait que les ennemis se focalisent sur nous et laisse le champ libre à l'autre perso pour contourner les lignes ennemies et les prendre à revers. C'est pratique contre une tourelle blindée ou un ennemi qui possède une grosse armure. Etant donné qu'on joue uniquement en tandem, en solo on pourra intimer un certain type d'actions à son partenaire : suivre, tenir la position, foncer tête baisser, le tout en étant "défensif" ou "agressif". Ça permet d'agencer des tactiques d'approche, ce qui rend le jeu bien moins bourrin qu'il n'y parait. D'ailleurs certaines actions ne sont réalisables qu'à 2, comme passer un obstacle en se faisant la courte-échelle ou actionner un bi-interrupteur simultanément. Premier véritable regret, même si le système d'ordres est concis et se révèle efficace, on aurait vraiment apprécié de pouvoir switcher entre les 2 personnages, un peu comme dans Codename Outbreak. Le jeu y aurait gagné en dynamisme. A côté de ça, les développeurs nous ont pondus quelques idées de gameplay assez sympas.


On peut s'échanger
Le magasin propose d'acheter de nouvelles armes ou d'améliorer l'arsenal déjà acquis
les armes pour varier son arsenal, arracher une porte de voiture pour en faire un bouclier (auquel cas l'autre perso se met derrière et sulfate tout ce qui se pointe), on peut faire le mort pour reprendre de l'énergie à la barbe de l'ennemi, on peut sauver (ou être sauver par) son compagnon d'arme en le traînant à couvert et en le soignant, et certaines scènes varient (un peu) le reste du jeu : saut en parachute avec tir au snipe (un snipe qui d'ailleurs n'a jamais assez de balles, c'est rageant) ou encore séquence dos à dos, tout au ralenti, pour dégommer les ennemis qui nous foncent dessus. Dernier gros (bon) point à mettre au compte du jeu, chaque ennemi tué et mission remplie, rapporte de l'argent. Car nos 2 compères sont des mercenaires qui travaillent pour une société militaire privée et les rémunérations permettent de faire des emplettes au magasin. Au rang des joyeusetés, on peut acheter tout un tas d'armes selon 3 catégories, pour ensuite les améliorer de façon avantageuse (plus de munitions, nouveau canon, plus de précision, ajout d'un module secondaire, décoration). C'est comme ça qu'on pourra s'acheter un pompe à la puissance démesurée (par rapport aux mitrailleuses), un Mp5 à la place du ridicule 9mm ou une grosse gattling comme arme principale. C'est sympa, c'est fun mais très vite, c'est le manque de finitions qui agace car en fait, Army of Two avait tout du gros jeu, mais il échoue sur un grand nombre de détails qui finissent par jouer en sa défaveur. Et je commencerai par le fait que l'attaque de mêlée n'est pas simple à placer. L'autre personnage et surtout les ennemis, ne s'en privent pas, mais comme c'est une action contextuelle qui nécessite d'être bien en face de l'ennemi, généralement il est plus simple de lui tirer dessus (c'est idiot s'il est à 1m de nous). Perso, j'aurai grandement apprécié qu'on puisse la faire en pressant simplement une touche. Ensuite on ne pourra pas oublier une IA complètement à l'ouest, avec par exemple des ennemis qui nous passent à côté sans nous percuter (Aggro ou pas Aggro, ça finit par être ridicule) ou encore qui viennent se mettre à couvert juste devant nous. En parlant de mise à couvert, elle est primordiale dans ce jeu mais on aurait aimé qu'elle soit plus instinctive, comme dans Gears of War par exemple.


Nos 2 héros du jour
Graphiquement le jeu est assez quelconque. Finalement c'est son action intensive qui le rend fun
se nomment Tyson Rios et Elliot Salem. L'histoire se déroule de 1993 (avec un premier level en Somalie) et se termine en 2009. Entre temps on aura visité quelques endroits (Afghanistan, Irak, un porte-avions en mer de Chine, Li-Jiang et Miami), au service d'un scénario assez banal et qui ne prend aucun risque. Sur fond de conspiration et de privatisation de l'armée régulière, la trame n'est qu'un prétexte à défourailler des milliers de gars. D'ailleurs, si faible soit-il, le scénario est plutôt bien mis en place mais via des vidéos en images de synthèses vraiment moches. Les animations ne sont pas réalistes et les modélisations ne sont vraiment pas terribles. On a aussi quelques cut-scènes qui sont à la rigueur un peu mieux faites. A noter aussi que ça devient une habitude mais la fin est minable et ne dure qu'une poignée de secondes. Frustrant… Dans tous les cas on déplorera une synchro labiale à la ramasse (parfois plus d'une seconde de décalage) et un doublage tout juste moyen et inutilement vulgaire. A propos de doublage, c'est un peu dommage qu'il ne soit pas de meilleure qualité car on y retrouve quelques pointures comme Patrick Bethune (qui prête sa voix à un personnage qui ne lui va pas du tout), mais aussi des voix bien connues du secteur, entendues notamment dans Splinter Cell et Codename Outbreak. Question musiques, on a de sérieux manques. Quelques-unes se battent en duel lors des scènes mais en jeu, on aura tout loisir d'apprécier des bruitages vraiment pas mauvais et dynamiques. C'est d'ailleurs un peu dommage car quelques (bonnes) musiques bien placées auraient donné une aspiration épique à certaines scènes chargées en adrénaline. Enfin graphiquement, malgré son "passe-partout" Unreal Engine 3, Army of Two n'étonnera pour ainsi dire jamais. Très classique à tous les étages, si c'est loin d'être laid (faut pas pousser non plus), on ne se décrochera jamais la mâchoire, le jeu étant assez loin d'être une vitrine technologique. Mais une fois de plus, ce qui agace c'est le manque de finitions. Et je ne vous donnerai qu'un seul exemple : on pourra user de n'importe qu'elle arme, même les plus puissantes ou les explosifs... rien ne sera destructible ! Les voitures, les camions, les citernes, les vitres (!)… même un simple écran d'ordinateur résistera à nos rafales. C'est blasant. En plus de ça les grenades ont une efficacité proche du néant et tirer sur les quelques réservoirs qui daignent exploser, ne servira pour ainsi dire à rien.




Après avoir un peu trop regardé Note
l'intégrale de Vendredi 13, nos héros tout vêtus d'armure et aux masques pour le moins inquiétants, ratent un peu le coche. Ce qui aurait pu être un grand jeu d'action, passe pour un second couteau. Et oui, il n'est pas si facile de passer après l'immense Gears of War, tant sur un gameplay hyper rodé qu'une réalisation parfaite. Malgré tout ce que j'en dis, Army of Two reste un jeu sympa. Très redondant, graphiquement quelconque et bourré d'imperfections, ça ne l'empêche pas d'avoir un joli capital sympathie. Un capital maintenu par quelques bonnes idées (coop' intensif, système d'ordres, magasin… et le GPS, ça aide) et des combats, il faut le dire, bien fun comme il se doit. Espérons que sa suite (Army of Two : le 40ème jour) rattrape ses défauts, sans quoi la licence passera dans l'oubli et l'indifférence la plus totale. Mais pour l'heure, ce premier opus reste un jeu nerveux et explosif, quoiqu'en dise une presse blasée.



Test réalisé par iiYama

mars 2010 (mise à jour : juin 2012)