Aqualibrium (X360)

 





 


Note générale


Sortie du jeu : juin 2012
Développeur : Archifishal Software
Genre : puzzle-game

Support : uniquement en téléchargement sur XLA
Version logicielle : 1.0
Version testée : internationnale
Doublage : -
Textes à l'écran : US

Espace disque nécessaire : 10Mo
Définitions HD : 576p upscalé
Compatible 3D : non
Difficulté :
Compatible Kinect : non
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 1€ !


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Aqualibrium








Vous l'avez
Pas de scénario et pas de musiques... dommage pour l'ambiance
sûrement remarqué, on ne teste pour ainsi dire jamais de jeux Indé. Ce n'est pas par mépris, c'est juste qu'en général, les jeux "indépendants" sont très courts, peu chers, presque toujours artistiquement limité et si les concepts sont souvent originaux, on tourne vite en rond. En plus, il serait malhonnête de ne pas avouer qu'un test Indé serait certainement moins lu que celui d'un gros titre (d'ailleurs, qui connait déjà ce jeu ?). Pourtant à l'avenir on s'efforcera de vous présenter (même succinctement) nos coups de cœur en la matière. Parce que mine de rien, les jeux indépendants gagnent du terrain. Il faut dire que le jeu vidéo tel qu'on le connait, avec sa vieille machine marketing bien huilée, est en train d'évoluer. En marge des jeux triple A qui coute des millions de $ (aussi chers que les grosses productions cinématographiques !), il y a le "crowdfunding" (financement participatif, tel que Kick Starter) et ceux qui bossent en petite équipe, dans une chambre d'étudiants, entre 2 cours. D'ailleurs vous avez certainement remarqué que les kits de développement Xbox 360 et Xbox One sont facilement accessibles, et que même Sony (pourtant à l'origine retissant) a fini par s'y mettre. Dernier détail avant d'attaquer notre sujet du jour, j'aimerai une fois pour toute qu'on arrête de confondre jeu Indé et XLA ou PSN dit "classique". Il faut bien comprendre qu'un jeu Indé est un software réalisé pratiquement en amateur et que dès qu'un éditeur se met derrière ou que l'équipe de développement est à la fois trop ample, et trop grassement payée, on ne peut décemment plus parlé de jeu indépendant. Bref, aujourd'hui nous allons parler d'Aqualibrium, un jeu Indé donc, disponible sur le Xbox Live Arcade de la vétérante Xbox 360. Voici un pur exemple de jeu développé par une bande de potes, puisqu'il pèse à peine 10Mo et coute seulement 1€ ! Les titres Indés proposent (la plupart du temps) 2 types de jeux : soit un gameplay ultra basique mais agréable (un peu comme si le jeu était sorti sur consoles 8 ou 16-bits), soit un gameplay complétement original, souvent novateur mais qui n'arriverait pas à justifier un jeu complet, sorti au format boite et vendu au prix fort. En gros, ce genre les Indés comblent un vide, celui du petit jeu vite consommé, une tendance qu'on pourrait imputer aux smartphones et à leurs titres dédiés.


Aqualibrium
La jouabilité accuse quelques petits défauts mais le gameplay s'avère génialissime !
(rien à voir avec le film Equilibrium, avec Christian Bale et Sean Bean) est de la trempe du gameplay hyper original, souvent basé sur de l'adresse et des puzzles. Bien évidemment, en tant que puzzle-game, il n'y a aucune histoire, pas même une simple image explicative (en fait, le trailer ci-dessous tente de nous en dire plus, mais dans le jeu il n'y a rien). Mais oserait-on décrier Puyo Puyo ou Tetris pour les mêmes raisons ? Bien sûr que non… Il n'empêche que les développeurs ont tout de même pensés à créer un petit tutoriel, histoire de nous inculquer, pad en mains, les mécaniques. Je regrette que les textes soient restés en anglais (mais existe-t'il ne serait qu'un seul jeu Indé traduit en Français sur XLA ? j'en doute…) et surtout, que les "boites de dialogues" s'effacent bien trop vite, au point qu'on n'a pas le temps de lire quoique ce soit. Heureusement, l'essentiel s'ingurgite très vite. Sur Terre, c'est bien connu, l'eau est la source de toute vie. Elle est notre bien le plus précieux puisque notre propre corps est constitué en majeure partie de ce composant, au final si rare dans l'univers. Dans Aqualibrium, le but est assez simple : en haut de l'écran il y a des réserves d'eau (parfois alimentées par une source, parfois pas) et il faut absolument en récupérer un maximum dans le réceptacle évasé d'en bas (je parle principalement d'eau, mais il y a aussi d'autres "matières"). Le gameplay est donc basé sur la "fluidité" des liquides et la loi universelle de la gravité, relevée par Isaac Newton, celle-là même qui décrit que, du fait de la rotation de la Terre, tout corps physique est irrémédiablement attiré vers le sol (le centre de la planète, pour être exact). Ça tombe bien, nos réserves d'eau étant en amont du tableau, il ne reste plus qu'à la "guider" jusqu'à la sortie. Bien sûr, à l'image des jeux Lemmings, on nous met des bâtons dans les roues, à savoir que notre personnage (muni d'un jet-pack et pouvant se déplacer librement) peut physiquement être bloqué par le décor, que les niveaux sont créés de telle façon que l'eau dégueulera partout sauf dans notre réceptacle, que le temps est limité et qu'en plus de ça, il y a des ennemis qui rôdent et des sortes de tourelles qui tirent à vue ! Si bien sûr les 5 premiers niveaux sont d'une facilité étonnante, presque éducative j'irai dire, il est clair que très vite, le challenge se montre à la hauteur des attentes. Heureusement l'eau est notre plus grande alliée car elle a tendance à tuer les ennemis qui osent s'en approcher et à absorber les tirs adverses. Pour déjouer le cours de l'eau, notre bonhomme pourra poser des blocs (en nombre limité, offert dès le début du tableau ou à trouver en chemin), se servir des lois les plus élémentaires de la physique (la gravitation, la mécanique des fluides) mais aussi et surtout, de notre matière grise !


Le game over
Si les graphismes sont sommaires, la gestion de l'eau, sa fluidité et sa physique remarquable, ont de quoi étonner :)
est très fréquent et même, il n'est pas rare (suite à une faute) de reprendre manuellement le niveau, afin d'améliorer son cheminement. En somme, c'est du "die & retry", de l'apprentissage par l'échec, ce que certains apprécient, d'autres pas. Si je reconnais que des jeux comme Hotline Miami sont excellents, ils sont par contre trop difficiles pour moi. Ici, la difficulté est élevée mais rarement frustrante et les 40 niveaux que compte le jeu, sont autant de défis surmontables qui vous demanderont intelligence, précision et pas seulement un gros coup de bol ou une maitrise parfaite de son personnage. D'ailleurs j'ai pu noter que la difficulté était adaptative : si on recommence trop de fois, le jeu va volontairement vous aider en vous balançant des ennemis inoffensifs, plus d'eau (car il arrive qu'on tombe à sec sans avoir atteint le quota) ou encore que le temps imparti semble plus long. C'est plutôt bien vu. Le bémol à ce titre que j'adore, c'est que la jouabilité est "quadrillée". Notre petit mec en jet-pack se déplace donc de "case en case", or au stick analogique c'est très imprécis, et à la croix numérique c'est juste l'horreur, tant le pad de la Xbox 360 est sacrément merdique sur ce sujet-là ! Résultat, il n'est pas rare d'avancer de 2 cases au lieu d'une, et par la même de se faire défoncer par un tir ennemi ou de foutre en l'air tout notre plan. Du coup, on recommence le tableau, encore et encore… On s'y fait (ou plutôt on s'adapte) mais l'autre bémol, c'est qu'il n'y a aucune musique. Il faut dire qu'en faisant à peine 10Mo, je ne vois pas où ils auraient pu les caser. Alors bien sûr on peut mettre sa propre musique, mais généralement nous n'aurons pour toute ambiance sonore que des bruitages assez barbares, qui semblent sortir d'un très vieux jeu d'Arcade. Si je suis un peu déçu par le son, par contre j'ai apprécié l'aspect graphique. Très épuré, tel un jeu NES qui passerait en HD, les graphismes sont simplistes au possible mais l'eau est admirablement bien rendue. Il faut voir avec qu'elle finesse la physique est gérée, voir ces gros pixels imitant le liquide se scinder, couler, trouver la moindre fuite pour rejoindre inéluctablement le bas de l'écran. La partie graphique me rappelle le bon vieux temps des PC 8088, des Amiga, Amstrad CPC et autre Atari ST (des jeux sur disquettes quoi !), avec des titres comme Pop Corn, Catacomb, Samuraï ou Droll. Que ça parait loin tout ça… (dit-il le sourire aux lèvres et une larme à l'œil, en regardant le passé et en se disant que désormais, il est vieux T_^).



Les petites Note
productions Indés sont le dernier rempart contre la monotonie des jeux AAA comme on dit, ces pompes à fric qui coutent des millions, mais qui se tablent sur des gameplays essorés, afin d'en assurer le plus de ventes possibles. Or chez les Indés, si ce n'est pas pour raviver en vous un vieux (et bon !) souvenir, c'est alors pour vous proposer un gameplay hors norme et innovant. C'est le cas d'Aqualibrium, qui nous propose un gameplay basé sur la mécanique des fluides, liée à la loi de la gravité. Il est l'un des jeux les plus ingénieux que j'ai joué ces dernières années, mais il n'est pas parfait pour autant. Avec une jouabilité plus précise et des musiques de qualité (ici il n'y en a pas du tout !), ce titre indépendant aurait mérité un bon gros 18/20 ! Malgré ses petits défauts, le contenu répond à l'appel (40 niveaux), le challenge est bien présent, la réalisation est sobre mais le rendu de l'eau est étonnant et puis entre nous, avec son volume riquiqui (à peine 10Mo !) et son prix discount (1€, à peine le prix d'une baguette de pain) il serait vraiment dommage de passer à côté de cette perle de puzzle-game. Rendant vite addict, si le XLA dispose de beaucoup de jeux Indé sans intérêt, croyez-moi, celui-ci vaut le détour.



Les -

  • Pas de mode 2 joueurs
  • Jouabilité imprécise
  • Pas de musique
  • Les +

  • Un puzzle-game innovant et intelligent
  • 40 niveaux de plus en plus tortueux
  • L'étonnante gestion de l'eau
  • A peine 10Mo !
  • A peine 1€ !




  • Le trailer de lancement

    Test réalisé par iiYama

    janvier 2014