Alien Breed 3 : Descent (X360)

 






 


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2010
Développeur : Team17
Editeur : Team17
Genre : action

Support : en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 560Mo (install)
Moteur graphique : Unreal Engine III
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :

Compatible Kinect : non
Multi-joueurs : 2 joueurs
Prix au lancement : 10€ (800pts)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Alien Breed 3

Descent


Il fallait bien s'y attendre,
La mise en scène est mieux maitrisée mais bon sang, l'action est trop soutenue, l'ambiance y perd beaucoup et le retour de ces incessantes et pénibles explosions n'arrangent pas les choses
Alien Breed 3 est enfin sorti. On peut enfin clôturer ce revival de cette ancienne série, qui aura connue des jours heureux sur Amiga. Le célèbre studio Team17 a donc commencé la remise à niveau de ce jeu d'action ô combien classique en décembre 2009. S'en suivirent les adaptations PC et PS3, légèrement enrichies, puis Alien Breed 2 en septembre 2010. Pas le temps de souffler, Alien Breed 3 débarque à peine 2 mois plus tard, comme ça en un an la boucle est bouclée et la trilogie est disponible (on parle là de la version Xbox 360 car étrangement, la version PS3 prend systématiquement du retard). Evidemment, comme Team17 n'a pas vraiment fait évoluer son jeu entre les 2 premiers chapitres, il fallait se douter qu'une fois encore, ce serait le cas. Bingo, on se retrouve avec l'exact gameplay du précédent opus, dans un jeu d'action sympatoche en vue plongeante. Il est toujours possible de faire pivoter la caméra par à-coup de 45°, on retrouve avec plaisir les terminaux Intex pour acheter ou vendre son matos mais aussi et surtout, faire le plein de munitions et upgrader ses armes. Encore une fois, elles sont au nombre de 6 : on retrouve les 3 habituelles (fusil d'assaut, fusil à pompe, lance-flammes) et les 2 dernières ont une fois de plus été changées au profit du Link Gun et un Project-X, franchement moins bon que la gattling de l'épisode 2 (il y a aussi le petit flingue à balles infinies en cas de pénurie). Question jouabilité on connait la musique : on vise avec le stick droit (la souris sur PC), on se déplace avec le gauche (le clavier sur PC) et on shoote tout azimut. Bien entendu on retrouve aussi les corps et placards à fouiller, les items (soins, grenades), cette ambiance particulière et pas forcément flippante. L'aventure se dote de 5 chapitres plus un prologue (comme d'habitude) et on appréciera le fait qu'il y ait plus de cut-scènes. Après le scénario clôture habilement la trilogie, et ce, avec la mise en scène via des BD qu'on connait. On aurait aimé plus d'ambition dans ce dernier chapitre, notamment parce que le vaisseau finit par enfin toucher terre (il aurait été sympa de quitter de rafiot pourri) et les personnages de Vance et Barnes sont vraiment sous-exploités (en fait ils ne servent strictement à rien alors que les fiches, assez détaillées, promettaient quelques pics d'intérêt).


A part ça on retrouve un résumé
Le nombre d'incohérences atteint un seuil désespérant. Conrad est un gros manchot et Team17 nous prend vraiment pour des neuneus
des épisodes 1 et 2, afin de bien se remettre dans le contexte (ou pour ceux qui débarquent), et les pétages de plomb de Klein nous rappellent les rires sataniques de DOOM 3 (la reine elle, fait carrément penser au film Alien 2). Les sources d'inspirations ne sont donc pas loin mais on regrettera que la plupart des dialogues que nous adresse Klein ne soient pas traduits. C'est un peu dommage pour ceux à qui l'anglais ne parle vraiment pas (la traduction est par ailleurs pleine de fautes). Vous l'aurez compris, les nouveautés sont maigres, forcément, puisqu'on prend les mêmes et on recommence (beaucoup de décors sont en plus réinjectés). Il y a bien un passage en extérieur assez sympa (puisque chaque volume propose sa petite originalité) et où il faut faire gaffe à sa jauge d'oxygène, mais c'est loin d'être révolutionnaire et l'angle de vision imposé n'est pas génial. Finalement Alien Breed reste Alien Breed, ce qui est bien un sens car j'apprécie cette trilogie. Malheureusement, si rien ne change, les défauts restent aussi et pour moi, le pire d'entre tous, ce sont ces explosions incessantes. Je veux bien qu'il faille retranscrire la catastrophante situation de ce vaisseau qui part en miettes mais on subit des explosions toutes les 10 secondes, par conséquent on a des coups de flou en permanence et le pad vibre sans arrêt. C'est très chiant, ça fatigue les yeux et au final ça ne met plus l'ambiance... ça stresse (dans le mauvais sens du terme) ! Pire que ça, ce 3e épisode est un peu plus difficile que les 2 premiers, ce que certains apprécieront. Le problème, c'est que c'est au prix d'une action incessante, à croire que les développeurs ont eu un prix de gros (surtout pour les petites merdouilles qui sortent des œufs et qui arrivent toujours par paquet de 12). Les salves ennemies sont denses, ininterrompues, c'est de l'abattage à la chaine et avec ces explosions qui flouent tout le temps l'image, excusez-moi mais j'en ai eu raz-la-casquette ! Sans rire, on vient déjà de se farcir au moins 10h d'aliens belliqueux et d'explosions à foison (encore que dans l'épisode 2 ils s'étaient calmés), et ici ça continue encore et encore ("c'est que le début d'accord, d'accord..."). Ça finit que le jeu n'en est même plus marrant (d'où la note revue à la baisse), il est juste lourd-dingue !


Et ce qui
Techniquement irréprochable, le moteur Unreal Engine III est superbement exploité
nous force à continuer, c'est qu'on veut connaitre le fin-mot de l'histoire, sans quoi on laisserait tomber... Et tout ça c'est sans parler de ce personnage qui s'agrippe au moindre rebord qui dépasse (ça aussi, ça finit par taper sur les nerfs) ou encore le fait que ce soit un imbécile et un incapable. Il suffit que 2 plaques ne soient pas au même niveau pour qu'on soit dans l'incapacité de passer, comme si Conrad ne pouvait pas lever à peine un peu plus la jambe. On me parlerait d'un monticule d'objets, ok je peux le comprendre mais dans ce cas précis (qu'on croise tout au long du jeu), c'est à croire que Team17 nous prend pour des cons ! Un jeu vidéo est incohérent par nature mais là, les développeurs poussent le bouchon trop loin, ils se foutent de nous ! Autre détail : à la façon d'Alien 3 (le jeu sur consoles 16-bits), de temps en temps on croise des prisonniers, littéralement embourbés dans le slime alien. Et bien figurez-vous qu'on ne peut rien faire ! On ne peut ni les tuer, ni les libérer. Entre nous, vous trouvez ça logique ? Mettez-vous dans la peau de Conrad : vous iriez laisser ce pauvre type à son sort, sans bouger le petit doigt ? Allons, un peu de bon-sens, c'est vraiment n'importe quoi ! Pour revenir à un sujet qui fâche moins, ce dernier paragraphe coute, comme on pouvait s'en douter, environ 10€ (9€ pour la tardive version du PSN), pour environ 5 à 6 heures de jeu. En somme pour une trentaine d'€uros, nous avons une trilogie dont la durée de vie est d'au moins 15 heures. C'est moins cher et bien plus long que certains des jeux vendus en boites dans le commerce. Et encore, je ne compare pas les Alien Breed (n'importe quel épisode) dont le ratio 10€/5h explose des jeux tels que Sonic 4 avec leur ratio minable de 15€/2h. Seulement, tout le problème de ce titre c'est que sur 15h, on va se taper toujours les mêmes ennemis (même si cet épisode en propose un nouveau), toujours les mêmes actions, toujours la même mise en œuvre, bref toujours le même jeu. Extrêmement répétitif, je me demande si Team17 n'aurait pas mieux fait de développer un jeu de 7h pour 15€ et de le rendre plus original et surtout plus varié.



Lorsque je fais le Note
bilan de cette trilogie, je ne peux m'empêcher de penser qu'on a une bonne réalisation et une grosse durée de vie. Et c'est bien ça qui manque le plus souvent aux jeux dématérialisés. Et puis Alien Breed, malgré ses défauts, reste un titre très sympa avec une ambiance très Alien (le film) qui plaira à coup sûr. Après faut être clair, je suis un peu déçu par ce 3e volume. Tout ce qu'il y a de chiant et de pénible dans les 2 premiers volets, est ici exacerbé : des ennemis toujours en surnombre (d'ailleurs on tombe souvent en rade de munitions, bonjour l'angoisse), des explosions à tous les coins et toujours cette manie de nous balader aux 4 coins du vaisseau (et encore je ne reviens pas sur ces incohérences de parcours qui me font rager de haine tant c'est absolument crétin de voir ça !) alors que finalement, selon toute logique, une fois arrivé sur le plancher des vaches, Conrad ne devrait avoir qu'une envie : foutre le camp de ce vaisseau maudit ! Dommage, Alien Breed 3 aurait pu être le meilleur opus mais il se contentera d'être le moins bon des 3. Mais d'une façon globale, même si ce n'est pas le jeu de l'année, si vous voulez de l'angoisse artificielle, des lieux sombres et hi-tech sur une action soutenue, alors la trilogie Alien Breed est faite pour vous.



Test réalisé par iiYama

mars 2011