Alan Wake's American Nightmare (X360)

 






 


Note générale


Sortie du jeu : février 2012
Développeur : Remedy Software
Editeur : Microsoft Games
Genre : action - survival horror

Support : en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1.33Go (install)
Moteur graphique : Alan Wake Engine (?)
Définitions HD : 720p - 1080p
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect : non
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 1200pts / 15€


Alan Wake's American Nightmare est aussi disponible sur :



Alan Wake (original) est disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Alan Wake's

American Nightmare



Il faut
American Nightmare est un spin-off au premier épisode. Quant aux phases de dialogues, elles sont simplement ratées
être honnête, si j'ai beaucoup pesté contre Alan Wake, c'est parce qu'il y avait des raisons : des personnages moches et raides, une jouabilité lourde, des ennemis gonflants... après tant d'années à être développé, c'est sûr il y a eu quelques déceptions. Maintenant je suis le premier à le dire, Alan Wake est un sacré bon jeu et pour cause, sa narration était originale et même si on n'avait pas vraiment peur, il tirait quand même méchamment vers le survival-horror à l'ancienne, et ça, ce n'était pas pour me déplaire. Maintenant soyons honnêtes, après 2 DLCs en forme d'épilogue, moi le premier j'attendais une véritable suite, un épisode 2 qui allait gommer les problèmes de l'opus original, nous proposer du neuf et surtout nous coller au siège avec une histoire hyper prenante. Si dans un sens notre souhait est exaucé, ce n'est quand même pas tout à fait ce qu'on attendait. Car American Nightmare n'est pas une séquelle mais bien un spin-off à la nouvelle licence de Remedy. Effectivement, le génial développeur des 2 premiers Max Payne nous invite à un trip un peu hors du contexte de l'histoire originale. En effet, rappelez-vous que le double maléfique d'Alan apparaissait quelques fois sur des écrans de télés... Et bien cette fois il jouera les antagonistes directs, afin de mieux pourrir la vie de ce pauvre Alan qui n'avait pourtant rien demandé. En mettant directement les 2 pieds dans le plat (en somme en nous contant le fait qu'Alan vit encore un cauchemar éveillé) et en dévoilant que ses actions se déroulent dans une sorte de vie parallèle, les développeurs se sont laissés aller à toutes les fantaisies, laissant pour le coup la "crédibilité" et autre forme de "réalisme" loin, bien loin derrière. Au moins, quand on voit apparaitre un ennemi dans une fumée noire, on ne se dit plus qu'on est entrain de se moquer de nous, limite on trouve ça normal. Le développement scénaristique se fera à base de vidéos dans un premier temps. Des vidéos où se mélange rendu 3D, images de synthèses et même acteur bien réel (Alan lui même) pour un résultat très propre. A côté de ça, il sera possible d'interagir avec des PNJs, de leur "tailler la bavette" mais je regrette vraiment que ces interludes manquent autant de coffre. Déjà les dialogues sont linéaires, n'espérez pas avoir le choix des questions ou des réponses comme dans Mass Effect, ici on ne fait qu'appuyer sur un bouton et ça parle tout seul.


C'est un peu dommage
La formule n'a pas beaucoup changée mais Alan est plus alerte et le nouveau panel d'armes est efficace
car même si les dialogues n'ont pas grande importance et qu'il n'y a aucune prise de décision, ça aurait été pourtant simple à faire et ça aurait pu apporter quelque chose à des scènes bien molles et bien moches. On retrouvera aussi les déboires télévisuels de notre ennemi, ainsi que les longs discours du présentateur radio. Mais alors, qu'est ce qui cloche ? Et bien, ma plus grande déception sur ce jeu, c'est que le doublage français, autrefois de très bonne qualité, a simplement viré ! Désormais on se tape du tout en anglais et moi vous le savez, ça me gonfle. Y'a rien de pire que de lire des sous-titres pour vous casser l'immersion, avec en plus des sous-titres qui sont parfois trop rapides (un système de passage d'une phrase à l'autre via l'appuie sur une touche n'aurait pas été de refus). Le jeu reprend le principe du narrateur qui nous conte une histoire sombre mais bon sang, en anglais moi j'y suis plus. Pourtant je reconnais que le doublage US est de qualité mais cet accent à couper au couteau m'agace. Pire encore, les traducteurs ont fait un travail de cochon ! Mister Scratch (l'ennemi d'Alan) devient Monsieur Grincements… Quoi ? Ils se foutent de nous là, non ? Quant on parle d'une batterie, la traduction est "pile" et encore je ne vous parle pas de véritables fautes de français. Autant vous le dire, ça me fait peine de voir ça... Pour en finir avec la scénarisation du jeu, les scènes de dialogues sont vraiment laides. On y voit 2 pantins, raides comme des piquets, y faire des gestes robotisés afin de simuler une discussion. On y croit vachement et encore, je n'évoque pas de suite la qualité des modélisations. Enfin il y aura toujours des manuscrits à trouver et qui étayeront le fond de l'histoire, et si jamais leur recherche vous gonfle, dites vous qu'en récupérer suffisamment débloque des caisses d'armes. C'est une motivation comme une autre. En parlant d'armes, si l'équipement de base d'Alan est resté inchangé (fusée éclairante, grenade flash, flingue 9mm de base, carabine, fusil à pompe, lampe classique…) le bougre se débrouille mieux en matière de défense car beaucoup de nouvelles pétoires nous aideront à nous défaire des ennemis : revolver type 357, cloueuse de chantier, fusil de chasse, arbalète, magnum, M4, calibre 12 à canon scié, uzis... il faut le reconnaitre, ça évolue dans le bon sens. De même, si mister Wake est toujours un peu lent et raide, un gros effort a été consenti en ce sens. En effet, notre personnage est plus agile, il répond mieux aux sollicitations du pad, en somme il est moins balourd.


J'ai d'ailleurs
La réalisation n'est pas mauvaise mais le doublage français n'est plus (une frustration) et on ne retrouve pas l'aspect hypnotique de Bright Falls
été surpris de voir (encore une fois) un écrivain capable de courir sur des distances très correctes, quand un Marines surentrainé de n'importe quel FPS actuel ne peut le faire que 5 secondes avant d'être épuisé. Comme quoi, on est mal servi partout. Le jeu est également moins difficile car en plus d'un perso légèrement plus habile, les ennemis sont moins vicieux, ils évitent les tirs ultra précis de hache et surtout, d'attaquer dans le dos (ils attaquent généralement de front). Si on ajoute à ça des checkpoints nettement plus nombreux, une lampe qui se recharge plus vite et des espaces moins confinés, c'est sûr, vous prendrez bien moins de crises de nerfs qu'autrefois (qui ça, moi ?). Il faut également signaler que le lieu de pèlerinage a changé. Fini les grandes forêts (quasi) canadiennes, place désormais à l'Arizona, son désert, son pétrole et son Amérique profonde avec ses chiqueurs à chemises à carreaux bien moches... ce qui, vous l'aurez compris, impose aussi un tout nouveau bestiaire. Le désert, le sable et les rocheuses, c'est sûr, ça change. Maintenant, on n'y retrouve pas la fascination et les effets graphiques absolument bluffants du premier opus. L'aventure se déroule sur 3 zones (Aire de repos, Observatoire et Drive-in) mais faut être clair, l'ambiance y est peu changeante. A chaque fois il faudra récupérer des objets pour faire exploser le puits d'où sortent les Possédés et ainsi fermer le caquet de Mister Scratch. Les lieux sont donc ouverts (contrairement au premier Alan Wake où on suivait de longs couloirs fermés) et les objectifs se font dans l'ordre voulu. Après la formule évolue peu : des Possédés un peu partout, des sources de lumières pour remonter sa santé, des munitions et des piles à récupérer... ça reste du Alan Wake classique et en un sens, tant mieux. American Nightmare nous propose un mode histoire et un mode "action arcade". Ce dernier est totalement inutile puisque jouer à Alan Wake, c'est avant tout pour l'histoire, pas pour le scoring. Enfin la partie technique profite de décors qui se renouvellent peu certes, mais qui restent agréables. Certaines modélisations sont correctes (comme Alan lui-même) mais d'autres sont encore bien laides. Alors certes on est heureusement loin de la laideur suprême d'Alice (la femme du héros) mais Remedy aurait au moins pu soigner ses personnages féminins, qui sont encore une fois, pas bien jolies. Reste que l'ensemble souffre d'animations déplorables et robotisées lors des scènes de dialogues. En jeu par contre, c'est très bon puisqu'Alan est bien animé et les ennemis ont des mouvements hérétiques bien chelous comme on aime. Enfin le son est de qualité, le doublage US est bonne facture, les bruitages/musiques aussi.



Ce spin-off Note
(ce n'est pas un DLC, donc pas besoin de posséder le jeu d'origine) durera environ 4 heures (5h si vous fouillez bien les lieux) mais ce qui m'interroge, c'est pourquoi si tard ? Ça fait 21 mois qu'Alan Wake est sorti, oui presque 2 ans, et American Nightmare n'arrive que maintenant. Etant donné le contenu qui est proposé, on se demande bien comment Remedy se démerde ! On les sait particulièrement lents mais là quand même, c'est fort. D'autant plus qu'on aurait préféré une vraie séquelle plutôt qu'une histoire annexe. Car entre nous, la formule a très peu évoluée : si on met de côté 2 ou 3 babioles comme l'ouverture de map et les armes, il ne reste pas grand-chose de vraiment neuf. Et puis ce doublage exclusivement en anglais, c'est vraiment une frustration, d'autant plus que Microsoft a pour habitude de toujours doubler les jeux qu'il édite et qu'en plus, le titre original possédait une VF de qualité. Ça c'est vraiment le gros point noir du titre. Maintenant je vais être limpide, Alan Wake's American Nightmare est un bon jeu. Ceux qui ne connaissent pas l'original peuvent s'y lancer sans problème, sans quoi c'est un plaisir de retrouver notre malchanceux écrivain préféré. Il est mieux armé, plus alerte et puis bon, si les nouveautés comme le nouveau décorum sont maigres, ça reste suffisamment bien fait et agréable pour rendre cette courte aventure attrayante. Espérons maintenant que Remedy se remette vraiment au boulot, car on est beaucoup à attendre une vraie suite à un Alan Wake qui fut particulièrement prenant.



Les -

  • Des modélisations (hors Alan) pas bien jolies
  • Scènes de dialogues linéaires et robotisées
  • Une traduction simplement honteuse !
  • La narration fait peine par endroit
  • Où est le doublage français ?
  • Une formule qui évolue peu
  • Les +

  • Des animations (Alan, ennemis) convaicantes
  • Des décors sympas pour un jeu dématérialisé
  • Des ennemis moins vicieux, moins énervants
  • Des zones plus ouvertes
  • Le nouveau bestiaire
  • Les nouvelles armes

  • Test réalisé par iiYama

    mars 2012