Super Paper Mario (Wii)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 2007
Développeur : Intelligent Systems
Editeur : Nintendo
Genre : plate-formes

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : SPM
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 3.57 Millions






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Super Paper Mario








Même si c'est difficile à admettre, de nos jours les jeux 2D ne se vendent plus. Les nostalgiques pleurent le bon vieux temps des consoles 8 et 16bits et même notre bon vieux Mario n'est même plus développé par Nintendo lui même, qui cède le boulot à un développeur tiers. Lorsque j'ai acheté mon GameCube, j'ai aussi commandé le fameux Paper Mario : La Porte Millénaire, croyant avoir trouvé la perle rare qui ferait suite à Super Mario 64. Or notre Paper Mario (qui n'a rien avoir avec l'antique Paper Boy), était plus proche d'un jeu de rôle (genre que je n'apprécie pas) que d'un jeu de plate-formes. Un peu déçu, j'ai donc débuté ce test avec méfiance. Mais ô miracle, Mario a reprit ses attributs originels et en plus il vise large en faisant plaisir aux nostalgiques grâce à des tonnes de clins d'oeil et en proposant un gameplay plus ouvert, finalement assez proche d'un jeu d'aventure. Si clairement la Wii n'est pas la console de salon que je préfère, Super Paper Mario est par contre l'un de mes jeux préférés sur cette machine à part. Rédaction d'un avis favorable pour un jeu coup-de-coeur...


Développement scénaristique

Connaissant Nintendo
C'est sympa de taper la discute avec les habitants de Recto
et sa prédisposition aux scénarios gnan-gnan, on ne pouvait pas s'attendre à autre chose de la part de notre plombier préféré. Ainsi, alors que tout allait bien dans la vallée champignon, le comte Niark fait son apparition et kidnappe tout le monde, sauf notre héros qui en prend pour son grade dés le début. Prédit selon les textes anciens à être le héros d'un jeu, Mario repart en guerre contre un nouvel ennemi. Pour l'occasion, Bowser et les koopas seront nos alliés, à condition qu'ils ne soient plus hypnotisés par les sbires de Niark. Ce comte sacrément fou, veut anéantir toutes les dimensions de l'univers afin de créer un monde parfait (sans univers, je sais pas comment il va faire). Alors Mario, aidé du peuple de Recto et de Merlon, va devoir récupérer les 6 coeurs purs manquants, afin de juguler cette future tragédie... Il est clair que le jeu n'est pas violent pour 2 sous et la mise en scène, via des phases de blabla parfois trop longues, est sympathique. Il est d'ailleurs agréable de voir que le jeu a été traduit par un français bien de chez nous car on voit souvent apparaître des jeux de mots "terroir" qui n'ont forcement aucun sens dans d'autres pays. Ca nous change des traductions faites à l'étranger qui nous arrivent comme elles peuvent, avec leurs lots de fautes d'orthographes et leur langage scolaire, limite soporifique. Ici on se marre devant des expressions burlesques au phrasé plus subtil qu'il n'y parait. Rien que les noms des protagonistes sont hilarants avec un Merlon qui fait penser à Merlin, un Mac Astagne qui cherche toujours les crosses, un pépé FaisGaffe qui nous sort un "fais gaffe" toutes les 2 phrases ou encore un Mimic qui prend l'apparence de tout ce qu'il trouve. C'est le premier coup de génie du jeu.


Jouabilité & Gameplay

Gros dossier que de
Vous le reconnaissez ?
parler du gameplay de Super Paper Mario, gros dossier... Tout d'abord c'est le premier jeu auquel je joue avec la Wiimote horizontale, croix de direction à gauche, boutons à droite, comme si on avait un pad NES entre les doigts. On déplace donc son héros dans des niveaux au gameplan 2D comme dans un Super Mario Bros 3 ou un Super Mario World. Sur votre route, vous serez accompagné des "Pixels", de petits êtres qui vous aideront sur votre parcours. Sélectionnable via un menu, vous avez par exemple celui qui pose des bombes ou celui qui prend des objets pour les relancer ensuite. D'ailleurs, le principal Pixel du jeu (celui qui ressemble à un papillon) pourra même vous aider sur votre route. En effet, en prenant la Wiimote normalement (comme une télécommande) on vise l'écran et on déniche des objets cachés. Si on vise le héros, il nous donne des indications sur le parcours à suivre et si on vise un ennemi par exemple, il donne la démarche pour l'éliminer. Pratique pour les boss donc. Plus vous avancerez dans le jeu et plus aurez d'amis Pixels pour vous aider mais aussi de compagnons d'aventure. La première a être débloquée est la princesse qui, à la façon d'un Super Mario Bros 2, volera un court instant. Il y aura aussi Bowser qui crache des flammes et enfin Luigi, qui saute plus haut que tout le monde. Avec eux 4, il faudra jongler pour prendre le personnage le plus adéquat selon le niveau bien que ce soit Mario qui ait le plus de facultés. En effet il est le seul à pouvoir passer d'une dimension à l'autre. Car la grosse nouveauté du jeu, c'est que lorsqu'on est bloqué sur notre parcours, on peut via le bouton A, basculer le jeu de 2D à 3D en pensant que la plupart des sprites ne sont pas plus épais qu'une feuille de papier (d'où le titre). Ainsi le gameplan tient vite du génie et le joueur sera sans cesse émerveillé devant des trouvailles de plus en plus géniales et inventives.


Bien sûr, histoire de pimenter
Passer en 3D permet de déjouer les pièges, de contouner les ennemis et de dénicher des passages secrets
le tout, on ne peut pas rester dans le mode 3D indéfiniment. Notre petit héros possède une jauge qui se vide et si jamais on dépasse le temps autorisé, on perd des "points de PC". Les points de PC pour leur part, sont tout simplement des points de vie car pour une fois, Mario ne meurt pas à la moindre touchette avec un ennemi. Ca aurait rendu le jeu un peu difficile. Et sur la question de la difficulté, on pourra dire qu'elle n'est pas très élevée. Lorsqu'on a compris le principe du jeu (utiliser les capacités des personnages, utiliser les fonctions des pixels, basculer de 2D à 3D), on reste rarement bloqué très longtemps. Plutôt facile, l'aventure se parcoure sans trop de prises de tête mais sans avancer trop rapidement pour autant, puisqu'en 4h30, vous n'arriverez qu'à la fin du monde 2 (il y en a 6) et ce, sans chercher les recoins cachés. Autre nouveauté, nos héros peuvent dénicher des objets qui ont divers effets : se remettre la vie à niveau, ne perdre que la moitié des dégâts infligés, lancer une carapace de tortue... autant d'items qui seront forcement utiles à un moment ou à un autre. D'ailleurs les pièces récoltées en jeu, vous serviront à faire des emplettes chez les marchands de Recto. Plus anecdotique, la reconnaissance de mouvements ne servira que très rarement, notamment lorsque le jeu vous demandera de secouer la Wiimote pour activer un objet. Enfin le côté aventure de Super Paper Mario vient du fait qu'il faudra souvent se creuser les méninges pour trouver la sortie. Poser une bombe pour casser des blocs, devenir invisible pour passer des rayons laser, jouer avec la princesse pour passer un précipice, passer en 3D pour dénicher un tuyau dissimulé derrière un arbre... autant de possibilités de gameplay qui varient en permanence le jeu. C'est ici que le titre trouve tout son génie et toute son originalité.


L'image

Loin des standards
Même s'il n'y a rien d'extra-ordinaire, le jeu est quand même très beau et coloré
PS3, PC et Xbox 360, la Wii fait souvent pâle figure pour une console next-gen. Et encore une fois, on ne pourra que rester souriant devant un rendu propre et bon-enfant, mais loin d'être splendide. Mais attention aux préjugés, Super Paper Mario reste un beau jeu et pour cause, c'est un savant mélange de Super Mario World (2D) et Super Mario 64 (3D). Jouant souvent la carte de la nostalgie, on retrouvera les gros sprites de Mario Bros 1 lorsqu'on est invincible (le sprite est géant et on peut tout détruire comme dans New Super Mario Bros sur DS) ou des clins d'oeil que seuls les vétérans remarqueront comme le fait qu'au tout début du jeu, les premier blocs sont exactement placés comme ceux du Mario originel. Mais question grosse impression, on retrouvera aussi quelques passages assez étonnants comme l'affrontement contre un dragon mécanique géant. Certes les textures sont assez unies et toujours dans des tons pastels, il y a pas mal d'aliasing mais question sensations, ce passage fait fort ! D'ailleurs ce sera toujours un régal visuel de passer de la 2D à la 3D (un sprite énorme est bien souvent tout mince en 3D, ce qui le rend bien moins effrayant) ou encore de retrouver un peu la griffe Mario 4 dans certains décors. Enfin, l'animation est parfaitement fluide. Toujours détaillée et très bien décomposée, aucun bug ne viendra entacher une forte impression visuelle même si au final, il n'y a rien d'exceptionnel.


Le son

Petit bémol pour
Rien d'exceptionnel non plus mais une ambiance sonore rigolote et détendue
ce nouvel avatar de Mario, si on retrouve de sympathiques musiques tout au long du jeu, elles ne seront pas aussi indélébiles que lors d'un Mario 3 ou 4. Je reconnais qu'elles sont très sympas, là dessus y'a rien à dire, mais on ne les retiendra pas comme c'était le cas dans le passé. C'est un peu dommage mais ça ne gâche en rien le jeu. Comme tout bon jeu Nintendo récent (je pense notamment à Zelda : Twilight Princess), les personnages ne parlent pas mais émettent quelques mots ou onomatopées bien rigolotes. Ainsi des "non-non" venant d'un Mario surpris ou des "bouabouaboua" genre j'vais tomber suite au passage d'une dimension à une autre, sont à mourir de rire. Reste à vous parler des bruitages qui sont parfaitement en accord avec l'univers proposé, à la fois mignons et précis, ils retranscrivent très bien l'ambiance loufoque du jeu.


Note générale

Grosse surprise que cet épisode de Mario qui fait admirablement attendre l'opus Galaxy. Laissant ses aspirations RPG de côté, Mario revient avec de la grosse plate-formes, tantôt en 2D et tantôt en 3D. Savant mélange de Mario 64 et de tous les grands épisodes 2D qui sont sortis jusqu'à aujourd'hui (New Super Mario Bros comprit), Super Paper Mario est un enchantement faisant de la Wii une console presque indispensable. Véritable jeu et non cession d'apéritif entre amis ou sport virtuel, Super Paper Mario est un "vrai" jeu, certes un peu facile mais riche d'un gameplay novateur et d'un univers aux milles et une facettes. S'il n'est pas une référence en matière de graphismes ou de son, il reste très agréable pour le genre, en renouant même avec un public de nostalgiques blasés des univers 3D à outrance. Cette aventure tient du génie de bout en bout tant elle absorbe le joueur, se renouvelle à chaque instant et distille des trouvailles visuelles ou de gameplan, tout simplement fabuleuses. Difficile d'en dire plus, Super Paper Mario est un hit, tout simplement.


Test réalisé par iiYama

septembre 2007 (mise à jour : juillet 2013)