Super Mario Galaxy 2 (Wii)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2010
Développeur : Nintendo
Editeur : Nintendo
Genre : plate-formes

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en coop
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 7.2 Millions



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Super Mario Galaxy 2








Ce n'est pas une nouveauté,
N'évoquons même la honte qui s'abat sur Nintendo de nous ressortir le même scénario minable et réchauffé depuis 25 ans
en plus je le dis et le répète assez souvent, la Wii est la "console poubelle" par excellence, comprenez que pour un bon jeu, un "vrai jeu" j'entends, on se tape au moins 50 titres tout pourris, des party-games sans intérêt, des jeux pour les gosses ou des adaptations massacrées. Ainsi la ludothèque de la Wii est très mal dotée. Si un méga engouement a fait l'effet d'un raz de marée à la sortie de la console (c'est normal, il se vendait plus de 3 Wii pour une PS3), aujourd'hui les développeurs et les éditeurs en sont revenus. 3 ans après sa sortie, finalement il n'y a que les jeux de Nintendo qui se vendent et en un sens ça se comprend, ce sont les seuls à être bons. Voilà pourquoi Shigeru Miyamato et sa bande s'est remis au boulot pour faire une suite à l'un des meilleurs jeux de la petite machine blanche. Ca ne s'était jamais vu auparavant. Généralement une console Nintendo se dote d'un seul gros Mario dans sa carrière et les suites arrivent sur la génération suivante (ne venez pas me parler de Yoshi's Island, il n'a rien à voir avec Super Mario World, c'est loin d'être ce qu'on peut appeler une suite). Et on peut le comprendre. A peine 7 mois après le très bon New Super Mario Bros et 2 ans et demi après le premier opus, le plombier revient sauver sa grosse pécore parce que la Wii est en sérieux manque de jeux gamer. Alors que le bougre fête ce mois-ci (décembre 2010) ses 25 ans de carrière, on peut légitimement se demander comment il peut être encore rondouillet avec tout ce qu'il court, saute, fait du tennis, du basket ou se fritte la gueule... en une seule année ! Bref, une fois encore Bowser fait des siennes et kidnappe la "barbe à papa à robe bonbon" et encore une fois c'est Mario qui s'y colle. On connait la musique, ça fait exactement 25 ans que ça dure et j'ai perdu tout espoir que Nintendo fasse un jour un effort de scénarisation. C'est comme si depuis 25 ans, à période fixe on regardait un nouveau film mais avec le même scénario. La mise en scène est évidemment la même alors on ne va pas revenir là-dessus et on va de suite attaquer le gros du test. Visant à être mieux exploité, plus affiné que le premier opus, on aura des petits didacticiels pour nous inculquer les rudiments du maniement.


Pour celles
La carte, façon NSMB, est un vrai plus à la clarté de l'aventure
et ceux qui ont fini le premier jeu, ne vous faites pas de soucis, tout est pareil... peut-être même un peu trop pareil... Ces vidéos explicatives sont bien sympas, ce qui plaira aux plus jeunes et sera plus clair que diverses explications écrites. La prise en mains est donc exactement la même, ce qui est une bonne chose dans un sens, mais pas dans l'autre. En effet la jouabilité est toujours imprécise et comme d'habitude, il ne sert à rien d'essayer de jouer avec un pad. Bé oui, ce serait si simple et si agréable de jouer avec un pad GameCube que ça n'a même pas effleuré l'esprit de Nintendo et donc on est obligé de se coltiner cette chiotte de Wiimote. Ce qui n'a pas non plus changé, c'est cette catastrophique caméra qui sévit depuis Super Mario 64. Certes on peut la recaler avec la croix numérique (même si on a fait plus pratique) mais visiblement elle a dû mal à être sous le bon angle. C'était déjà une critique du premier épisode mais visiblement, aucun effort n'a été fait là-dessus. Il faut dire aussi que le jeu est sorti exactement 1 an et 9 jours après son annonce à l'E3 2008 et étant donné qu'il a bien fallu "construire" le jeu, ça n'a pas laissé beaucoup de temps aux développeurs pour remédier à ce qu'il fallait absolument rectifier. Ainsi on fera quelques chutes inopinées et on ragera d'apprécier aussi mal certaines perspectives. L'un des points culminant sera l'affrontement contre Gargantulus (le premier boss) où on ne voit plus rien ! Résultat on se fait toucher sans trop savoir d'où ça vient. La note est de 17/20 ? Oui je sais, cette suite a exactement les mêmes notes que son prédécesseur et pour cause, c'est un peu le même jeu et vous n'êtes pas sans savoir que cette note-là récompense aussi le fun, le gameplay et justement, le gameplay est très riche. Heureusement pour nous, Super Mario Galaxy 2 apporte quand même son lot de nouveautés, à commencer par la carte. Les Lumas ont construits une sorte de "vaisseau facial" en forme de Luigi, qui nous servira à nous déplacer sur les cartes. Fini donc le temps de l'observatoire (qui était un peu confus) et bonjour la clarté. Comme dans New Super Mario Bros, on peut difficilement faire plus sobre et accessible. Reprenant le système d'étoiles du premier Galaxy et du 64, il faudra dénicher un certains nombres d'étoiles pour ouvrir la voie aux levels suivants. Tout ça pour arriver en bout de parcours, au denier niveau, qui renferme évidemment un boss, gardien des étoiles géantes qui ouvriront à leur tour, le passage vers d'autres galaxies.


Le point
Malheureusement la jouabilité est toujours aussi imprécise, et la caméra toujours aussi pourrie. Et dire que si on pouvait au jouer au pad...
central du jeu (le vaisseau Luigi) recèle déjà un paquet de petites trouvailles. On peut parcourir cette petite planète à la recherche de vies, de fragments d'étoiles ou de conseils pratiques. Evolutive, elle permet de se distraire et de se requinquer entre 2 véritables niveaux. L'aventure se compose de 6 galaxies, plus une cachée, comme c'est toujours plus ou moins le cas depuis le New Super Mario Bros de la DS. Evidemment il y a tout un tas de nouveautés à découvrir et que je ne décrirai pas. L'équipe de Miyamoto a réalisé un énorme travail sur le contenu, faisant de lui le jeu de plate-formes en 3D le plus riche jamais conçu (même le premier est battu). Alors je ne vais tout vous décrire, ce serait chiant pour vous comme pour moi. Je vous laisse le plaisir de découvrir tout ça par vous-même. D'ailleurs on appréciera toujours autant ces petites notes d'humour, ces calembours, ces jeux de mots (notamment pour les niveaux) qui prêtent forcément à sourire. L'autre grosse nouveauté de cet épisode, c'est le retour de Yoshi (ça je me dois d'en parler). Le dinosaure se chevauche comme d'habitude et tire sa langue pour attraper certains items et gober certains ennemis. On vise avec la Wiimote et Yoshi fait le reste (non il ne fait pas d'œuf :). Yoshi peut évidemment être comparé à un costume car il permet d'avancer dans les niveaux qui requièrent ses compétences. Pas obligatoire, pas vraiment indispensable aux levels classiques (là où sa présence est obligatoire, il est évidemment mis en avant), Yoshi est un bonus sympathique qui fait plaisir aux fans (à moi donc) mais y'a clairement pas de quoi en faire toute histoire. L'animal est moins important que dans un Super Mario World par exemple. Pour en finir avec les costumes, ils sont au nombre de 8, dont 5 sont repris du premier épisode (abeille, fantôme, ressort, arc-en-ciel et boules de feu) plus 3 nouveaux : le Mario-Perceuse permet de creuser la planète pour ressortir de l'autre côté, Mario-Nuage qui permet de créer jusqu'à 3 plateformes en forme de nuage et le Mario-de-pierre qui transforme le plombier en boule dévastatrice. Si à dos de Yoshi on perd quand même de la santé si on se fait toucher (alors qu'il se barre quand même ce trouillard), il faut reconnaitre que le jeu est moins difficile. En effet Nintendo a remis en place la course aux pièces d'or et comme vous le savez sans doute, chaque pièce redonne un tiers de vie.


Du coup
Une nouvelle fois Mario Galaxy tire 100% du jus de la console et le résultat est là : c'est magnifique !
il est plus difficile de mourir à cause de ça, ce qui nous facilite un peu l'aventure et ouvre un peu plus le jeu à son public (je me souviens encore de quelques prises de tête sur l'ancien épisode). Au niveau du son, on retrouve bien sûr les thèmes symphoniques qui vont finalement bien au jeu. Certains morceaux (notamment ceux qui soulignent une action précise) sont repris du premier volume, sans même avoir été retouché (Nintendo laxiste ?). En plein jeu par contre, tous les thèmes sont originaux et je dirai même plus éclectiques qu'auparavant. De son côté la Wiimote nous honore toujours de ses épouvantables bruits (comme la déglutition de Yoshi) et Mario fait toujours des cris à la Bruce Lee (les Toad font des bruits d'Eewoks, c'est pas mieux). Enfin les graphismes sont exceptionnels pour de la Wii, l'univers est attachant, coloré et incroyablement détaillé. Le moteur graphique est sans doute le même et fonctionne parfaitement. Si en presque 3 ans la note reste (presque) au même niveau, c'est simplement parce que Super Mario Galaxy 2 est ce qui se fait de mieux sur le support. En effet, la Wii a une bonne grosse réputation de console merdique en matière de 3D (à peine mieux qu'une PS2 et encore faut voir, ça dépend franchement du jeu) donc lorsqu'on tombe sur un titre aussi fluide, aussi bien fait, aussi beau... et ce malgré les limitations techniques du support, on ne peut qu'être satisfait, même s'il ne fait pas spécialement mieux qu'en 2007. Super Mario Galaxy 2 est donc le bon gros jeu gamer qu'on attendait tous. Faut dire que le dernier grand titre en date, si je me trompe pas et à quelques très rares exceptions près, était New Super Mario Bros, preuve qu'il y a un réel malaise, une désertion des gros développeurs sur ce support. Il faut dire aussi que lorsqu'il n'y a que des jeux Nintendo qui se vendent, même lorsque le titre est bon (la preuve avec Dead Space Extraction, qui est excellent et qui a fait un bide), évidemment ça ne donne pas envi d'investir du temps et de l'argent dans un puits sans fond. Certains développeurs/éditeurs l'ont appris à leur dépend, ce qui fait que Nintendo se retrouve une nouvelle fois seul "à nourrir" correctement sa machine (ça rappelle le temps des N64 et GameCube... mais après tout, ils l'ont bien cherchés).



Super Mario Galaxy 2 Note
apporte énormément de nouveautés à un premier opus qui n'avait pas spécialement besoin d'une suite, et on ne peut s'empêcher de se dire que finalement, ce n'est qu'un Super Mario Galaxy 1.5. Le coup des inversions de gravité, la construction des niveaux, la réaction exactement identique des ennemis... ça sent souvent le réchauffé. Pourtant je suis le premier à le clamer haut et fort : "comment ne pas craquer pour cette suite ?" Certes l'effet de surprise n'est plus, mais Nintendo nous étale un tel niveau de maitrise technique, un tel génie, un tel débordement de créativité... qu'il est difficile de résister. Je suis le premier à pester contre le marketing archi-pourri de cette console et les défauts récurrents du jeu (caméra pourave, jouabilité imprécise, scénario bidon vu et revu 1000 fois depuis 25 ans) mais que voulez-vous, si on lui enlève ce jeu, la Wii perd l'un de ses meilleurs titres. Alors bien sûr, il ne mérite pas vraiment sa note mais la console est si pauvre en "vrais jeux", si pauvre en bons jeux, qu'on est obligé de lui accorder ce type de notes. Et puis Super Mario Galaxy 2 le mérite, surtout si vous découvrez cette récente sous-série avec cet opus-là. Sans l'effet de redite, vous allez vous éclater ! D'autant que l'aventure est plus facile (tout du moins JE l'ai trouvé plus facile, alors que tout le monde dit l'inverse) et qu'elle est mieux construite. Miyamoto a encore fait des miracles mais attention, on ne sera pas aussi indulgents si jamais un 3e opus sort sur la même console. Indulgent oui, pigeons non. En attendant, même s'il est sorti cet été, voilà un bien beau cadeau que vous pouvez offrir à votre console, qui se régalera -pour une fois- avec un mets de qualité, loin du fast-food des jeux tout pourris dont elle est le berceau.



Test réalisé par iiYama

décembre 2010