Fragile Dreams (Wii)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2010
Développeur : tri-Crescendo
Editeur : Rising Star Games
Genre : RPG / Aventure / Survival Horror

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : JAP ou US (au choix)
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Furajiru Sayonara Tsuki no Haikyo
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 340.000





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Fragile Dreams

Farewell Ruins of the Moon


Et oui
Le scénario est la mise en scène sont excellents ! Il se peut même que l'émotion tire quelques larmes de vos yeux...
mes amis aujourd’hui je délaisse les tests rétro pour vous parler d’un jeu Wii. Fragile Dreams fait parti de ces titres qu’on avait que peu d’espoir de voir arriver chez nous, ce genre de petite perle que les japonais gardent jalousement dans leur langue ou qui au mieux sortent en Amérique forçant alors les anglophobes à renoncer d’y jouer. Mais peu d’espoir ne veut dire point d’espoir, en effet le 19 mars 2010, 1 an et 2 mois après sa sortie japonaise (et 3 jours après ça sortie américaine) le petit bijou de tri-Crecendo (connu pour Baten Kaitos et Eternal Sonata) sort dans notre belle langue et croyez-moi pour notre plus grand plaisir ! Un jour le monde s’arrêta, les gens disparurent, seul quelques personnes isolées, solitaires et terrifiées hantent les ruines de ce qui avait été autre fois notre civilisation. Seto, un jeune garçon de 13 ans se retrouve seul, lui aussi, pour la première fois de sa vie après la mort du vieille homme qui s’occupait de lui, il décide alors de suivre les conseils de la lettre que son "grand père" lui a laissé : marcher vers l’est où il a espoir de trouver d’autres survivants. En chemin il croise une jeune fille aux cheveux argentés mais cette dernière, en le voyant, prend peur est s’enfuit ! Seto, comme attiré par cette fille, se met alors à sa recherche avec pour seules armes sa lampe torche et un bâton, et pour ennemis les âmes des hommes et des femmes disparus qui n’ont pas pu trouver le repos. Préparez-vous alors à entrer dans un univers onirique, poétique et particulièrement sombre et glauque, fait de rencontres avec des personnages particulièrement charismatiques et profonds presque rendu fou par la solitude. Car c’est de cela qu’il est question ici (du moins c’est comme ça que je l’ai ressenti), la solitude est un comme un sort inévitable qui pèse sur chaque personnage du jeu. Le système de jeu est quand à lui irréprochable, avec la Wiimote vous contrôlez la lampe torche de Seto (car les environnements sont souvent très sombres) et vous contrôlez le personnage grâce aux touches du combo Wiimote/Nunchuck. Souvent critiqué (injustement à mon humble avis) un système de combat poussif et lent nous encre dans la réalité de Seto : il n’est pas plus fort qu’un petit garçon de 13 ans et cette fragilité nous attache un peu plus à ce jeune garçon qui a, déjà pour son jeune âge, un poids trop lourd sur les épaules !


D’ailleurs
Le gameplay a beau être rigide au possible, il puise sa force dans le RPG, le survival-horror et l'aventure ! Un savoureux mélange
comme arme ne comptez pas ici avoir le traditionnel fusil à pompe, ni le Beretta si cher à Chris Redfield, non ici vous ne pourrez compter sur ce que vous trouverez : des bâtons, des barres de fer, des parapluies, des clubs de golf, un lance-pierres et un marteau. Des armes peu puissantes qui accentuent encore plus l’originalité du titre et qui nous plonge encore un peu plus dans l’atmosphère de ce monde fantastique ! Vous avez d’ailleurs un inventaire, même deux en réalité. Celui du sac, ne pouvant transporter que peu d’objets, et la mallette, déjà plus grande mais à laquelle vous ne pourrez accéder que lorsque vous serez prés d’un feu de camp, les points de sauvegarde du jeu. Feu de camp qui vous serviront aussi à lire les souvenirs des personnes disparues à partir d’objets leurs appartenant disséminés à travers le jeu mais aussi à reconnaître certains objets mystères qui envahiront votre inventaire mais qui pourront se révéler salutaire pour la suite de l’aventure. C’est prés de ces fameux feux de camp que vous croiserez aussi le marchant, curieux personnage mi-homme mi poulet, qui apparaît aléatoirement et à qui vous pourrez acheter ou vendre des objets de soins et des armes. Les souvenirs dont je parlais à l'instant, sont justement la pierre angulaire du titre : ils représentent souvent les dernières pensées d’une personne et sont souvent particulièrement émouvants (par exemple dans le niveau de la fête foraine, vous trouverai un collier de chien qui vous racontera la tristesse du canidé qui n’arrive pas à remonter le moral de son maitre en larmes… pour ma part ce souvenir m’a tout simplement écrasé le cœur !). Car Fragile Dreams joue surtout sur les émotions, tier-RPG, tier-Survival Horror et tier-jeu d’aventure il n’entre en réalité dans aucune de ces catégories ne faisant que les effleurer sans jamais développer le gameplay dans un seul de ces sens. On se retrouve alors avec un jeu bâtard qui nous offre une réelle originalité. Coté technique, le jeu est bien évidement dépassé, la faute au support, mais il est également d’une poésie et d’une beauté incroyable. Les textures un peu trop floues sont supplantées par la beauté de ces lieux visités, par le coté sombre et mature mais aussi par un chara-design très inspiré. D’un point de vue sonore, Fragile Dreams frôle la perfection. L’OST est de qualité et sait aussi se faire oublier pour nous plonger un peu plus dans l’univers du titre.


Les bruitages
Comme on le dit souvent, le jeu est beau "pour de la Wii". En HD, il serait magnifique !
sont réalistes, prenants et parfois même terrifiants car avant de voir un ennemi, vous l’entendrez dans le haut parleur de la Wiimote et si certains sons ne font que vous prévenir de la localisation des ennemis (comme le grognement des chiens par exemple) d’autres vous hérisseront le poil sur la nuque (des rires d’enfants ou les pleurs des femmes). Une fonctionnalité de la Wii trop souvent laissée de coté, qui se retrouve ici maitrisée d'une main de maitre par les développeurs ! Notons aussi la possibilité de choisir le doublage japonais (qui est excellent) ou anglais, le tout sous titré en français bien évidemment. "Mais ce jeu n’a que des qualités" allez-vous me demander ? Et bien non il y a tout de même quelques ombres à ce si beau tableau comme par exemple les scripts. En effet les ennemis n’apparaissent pas aléatoirement, ils sont placés à un endroit précis et réapparaitrons toujours au même endroit, à chaque fois que vous rentrerez dans la pièce. Ca ne laisse pas vraiment de place à l’imprévu et après avoir traversé les environnements à quelques reprises, vous saurez exactement où se trouvent tous les monstres. Il y a aussi la durée de vie, bien trop limite, puisque j’ai personnellement fini l'aventure en 12 heures pourtant j’ai beaucoup flâné et j’ai trouvé la majorité des souvenirs. Comptez donc une dizaine d’heures pour en voir le bout sans chercher tous les souvenirs mais vous vous priveriez là du meilleur coté du jeu : on revit alors l’effet "Beyond Good and Evil" et c’est si bon qu’on voudrait que ça continue encore et encore… Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il vaut toujours mieux une expérience courte et prenante qu’une longue quête rébarbative. Enfin certains pesteront contre des allers-retours assez fréquents qui personnellement, ne m’ont absolument pas gênés.



Vous Note
l’aurez compris, nous sommes en présence d'une véritable pépite brute, un des rares jeux qui m’ait émue aux larmes (car oui j’ai lâché ma petite larme en jouant). Beau, drôle, émouvant, glauque, sombre, profond… les adjectifs me manquent. Un jeu trop souvent sous-noté par les professionnels qui sont plus aptes à bien noter les gros jeux d'action bourrins et les super productions. Et après ça se dit objectif (et toc !). Fragile Dreams c'est donc une aventure avec un grand "A", une aventure qui joue énormément sur l’émotion et qui ne pourra pas laisser indifférent… surtout si vous avez déjà connu (comme ce fut mon cas à une époque) un réel sentiment de solitude.



Les -

  • Les scripts des ennemis qui gâchent l’immersion
  • Des aller-retours qui peuvent gêner certains
  • Une durée de vie bien trop courte
  • Il serait tellement mieux en HD
  • Des niveaux bien trop fermés
  • Un peu facile
  • Les +

  • Une autre façon de découvrir un univers apocalyptique
  • Des personnages charismatiques au possible
  • Un gameplay batard mais réellement original
  • Le choix des doublages Japonais ou Anglais
  • Une histoire qu’on ne vit pas tous les jours
  • Un jeu qui laisse sa place à l’exploration
  • Un sentiment de solitude bien réel
  • Une véritable bombe d’émotion
  • Des graphismes enchanteurs

  • Test réalisé par Wmalain

    mars 2012