Epic Mickey (Wii)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2010
Développeur : Junction Point
Editeur : Disney Interactive
Genre : aventure / plates-formes

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR
Moteur graphique : Gamebryo

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Disney Epic Mickey
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 2.93 Millions





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Epic Mickey








Epic Mickey
On aurait pu le croire mais le scénario n'est pas du tout niais... au contraire
a été supervisé par Warren Spector, auteur des Ultima ou encore des 2 premiers Deus EX. Ici, point d'univers de science fiction ou de pseudo réalisme, non. Et pourtant Epic Mickey a bien un point commun qui le rapproche de ces derniers : les choix du joueur. En effet tout le long du jeu, on vous demandera « tu veux faire ça ou ça » et faire tel ou tel choix rendra unique la partie en question. Mais la chose la plus frappante lorsque l'on rentre dans l'univers du jeu c'est... Désolation. En effet en plus de s'appeler comme ça, le monde dans lequel on évolue ne ressemble aucunement à un film niais (et pourtant culte) de Disney. Dans ce jeu on aura beau contrôler Mickey, ce n'est pas pour autant qu'il sera joyeux puisqu'en fait il est même plutôt glauque par moment, voire quasiment tout le temps. Rares sont les décors guillerets dans cet univers et même si ils le sont, un « truc » dans le décor viendra nous gâcher la fête... Je parle, je parle mais je n'ai même pas expliqué l'histoire du jeu ! Voilà d'ailleurs un mini résumé de l'histoire que j'ai fait rien que pour vous, les enfants : «c'était il y a bien longtemps, alors que Mickey n'était pas connu et même une souris comme toute les autres, elle(ou il, c'est comme vous voulez) fut tiré(e?) de son lit par un étrange miroir qui donnait vers l'atelier du maitre Yen Sid, un magicien très réputée qui était entrain de travailler sur un endroit dans lequel on pourrait mettre tous les personnages oubliés de Disney comme Horace, Clarabelle ou encore... Oswald le lapin chanceux. Alors qu'il partit ce coucher, Mickey décida de s'amuser un peu et d'essayer cette fameuse peinture. Malheureusement il créa par maladresse une sorte d'ombre qui transforma le monde oublié d'Oswald & co en monde de désolation car l'ombre avait commencé a envahir tout son territoire. Lorsque Yen Sid revint à son atelier après avoir entendu du bruit, il ne trouva pas la personne responsable de cet accident et essaya tant bien que mal d'arranger les choses. Des années plus tard, Mickey devint connu et adulé de tous, mais malheureusement ses accidents passés l'ont rattrapé et il fut envoyé directement dans le monde de la désolation et emprisonné par le savant fou». Voilà à peu près le pitch de départ de cet Epic Mickey, et bien que se soit un prétexte pour envoyer Mickey dans le monde de la désolation, il reste tout de même assez sympa.


Malgré tout,
Le gameplay est assez original et profond. Des choix, un pinceau magique, des phases 2D et une bonne rejouabilité...
le scénario justifie bien l'arrivé du pinceau qui aidera grandement Mickey dans sa quête ! En effet au long du jeu on devra alterner entre "Peinture" et "Diluant" bien que l'on pourra se spécifier dans un des deux. En effet on verra bien si l'on est méchant ou pas dans ce monde, puisque des petites fées n'ont accompagneront en fonction de notre utilisation de diluant ou de peinture. Les bleus vous permettront de transformer en alliés tous les monstres aux alentours, ce qui n'est pas un mal vu le nombre de certains ! Les vertes quant à elles tueront tous les ennemis de la zone. En gros ils nettoient plus rapidement que nous les zones en faisant juste le même effet avec plus de puissance car oui la peinture fera passer les monstres en alliés et le diluant les annihilera tout simplement. A noter qu'il est préférable d'avoir des alliés plutôt des ennemis dans ce jeu. D'ailleurs il y en a plusieurs. Les p'tites taches sont les ennemis de base du jeu. En les voyants, ils paraissent assez faibles seuls mais peuvent devenir gênants en grand nombre. Ils peuvent appeler d'autres monstres à leur rescousse. Il y a aussi les balayeurs qui balancent du diluant sur le décor, ce qui peut vite devenir contraignant. Les Boomers explosent si on reste près d'eux, ou encore des évolutions des Boomers mais sans l'explosion, font office de mini-boss et deviennent très agaçants sur certains passages. Même si c'est un autre type d'ennemis, il y a les chromocrocs qui sont dirigés par le savant fou. Pour les tuer, il faudra les asperger de diluant et tournoyer près d'eux. D'ailleurs cette "fonction tournoyer" est un peu la même que celle de Mario Galaxy, mais sera beaucoup plus utilisée car elle permettra de bousculer les ennemis et de les sonner avant de les asperger de peinture ou de diluant.


Enfin,
Epic Mickey fait honneur à la Wii avec une réalisation de haut vol
il reste les boss qui sont assez spéciaux mais je n'ai pas envie de vous les spoiler. Après avoir battu le deuxième boss, on aura accès à Mean Street qui fera office de HUB et qui sera l'endroit principal pour avoir des missions. C'est ici que l'on pourra avoir des bonus en tout genre tel que les broches ou encore avoir des améliorations au niveau du porte monnaie ou autre, après avoir ramassé suffisamment de bobines. C'est aussi ici que l'on pourra donner a un gremlin nos boules d'énergie que l'on aura amassé après avoir fait pleins de missions ou que l'on aura ramassé en fouillant un peu partout. Comme dit plus haut, Mean Street fera office de zone centrale pour aller d'un endroit à un autre. Bon d'accord, on y va pas direct puisque entre la zone voulue et Mean Street (ou l'inverse, ça marche aussi) on aura un décor en 2D à passer. Ils ont beaux être répétitifs, ces chemins ont le mérite d'être uniques et de plus en plus corsés. C'est d'ailleurs dans ces endroits que l'on trouvera les fameuses bobines. Malgré leur petit défaut, ces petits niveaux sont sympatoches, et ce même on n'utilise pas le pinceau. D'ailleurs, je dis que ces scènes là deviennent de plus en plus compliquées et bien ce n'est pas le cas du jeu en lui-même qui reste facile. Bon d'accord il se corse pas mal sur la fin du jeu mais quand même, on aurait demandé un jeu plus difficile que ça ! Je parlais tout à l'heure des choix et des gremlins mais en plus de devoir trouver des coffres qui contiendront des broches ou autre bibelots très intéressants, il faudra trouver des gremlins qui pourront nous aider et nous faciliter la tâche. Par exemple ils pourront nous libérer l'accès a un coffre ou encore réparer une porte. Les libérer influera sur le jeu puisque si vous libérer les gremlins, ils vous soutiendront durant votre quête et vous aimeront. D'ailleurs et c'est ça qui est bien : on pourra soit bonifier notre image auprès des passants en faisant une bonne action, ou alors ternir notre réputation (qui est déjà bien basse à l'arrivée) en faisant de très mauvaises actions . Si nous sommes gentils dans ce monde ça aura des répercutions sur le jeu car les personnes concernées pourront par exemple nous offrir des cadeaux comme des sphères d'énergie.



On Note
pourra dire qu'Epic Mickey est un titre atypique sur Wii et que, malgré de GROS défauts, il reste vraiment très plaisant à parcourir et reste très proche du chef-d'oeuvre. Warren Spector, le papa des Deus EX nous a prouvé avec ce jeu que l'on peut faire des productions atypiques et core-gamers sur Wii sans avoir besoin d'une puissance graphique de ouf ou de 2D. Il a surtout montré que l'on pouvait faire de l'univers Disney, qui est gay et niais, un univers glauque et pesant, mais aussi riche et vivant ! Il a également démontré qu'il était aussi le roi des choix titanesques qui nous feront quand même un peu réfléchir. Bref malgré ces défauts de caméras ou de pointeur, Epic Mickey est un jeu à vivre sur Wii et on attend sa suite en fin d'année avec une impatience non dissimulable...



Les -

  • Des problèmes de pointeur 
  • Des problèmes de caméra
  • Peut être trop sombre ?
  • Trop facile 
  • Les +

  • Les personnages oubliés de Disney, surtout Oswald !
  • Bonne rejouabilité
  • Bonne bande-son
  • Les choix 
  • L'univers

  • Test réalisé par Nescapic

    mai 2012