Donkey Kong Country Returns (Wii)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : décembre 2010
Développeur : Retro Studio
Editeur : Nintendo
Genre : plate-formes

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en coopération
Abréviations : DKCR - DKC4
Titre alternatif : Donkey Kong Country 4
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 6.18 Millions



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Donkey Kong Country
Returns






Soyons honnêtes,
Après s'être fourvoyé dans des jeux sans intérêt ou dans des cross-over, Returns signe enfin le retour aux sources de cette préstigieuse licence
la Wii n'aura pas connue beaucoup de "bons jeux" mais elle aura accueillies quelques perles bien à elle, ces exclusivités qui font acheter des Wii à des gamers qui en sont allergiques : New Super Mario Bros, les 2 Mario Galaxy, les Metroïd Prime et Metroïd Other M, les Zelda et… je crois bien que c'est tout. Car c'est un fait, la Wii est surtout le berceau de jeux bien nazes, d'adaptations faites à l'arrache et d'une demi-tonne de jeux casual sans intérêt. Après Metroïd qui renoue avec son gameplay de jeunesse et Kirby qui fait un retour des plus charmants, il ne manquait plus que ce brave Donkey Kong pour que la boucle soit bouclée. Le passif du bonhomme (heu… pardon, du gorille) débute en 1981, alors que Cranky Kong (son grand-père) sert de méchant à Jumpman (futurement Mario) en kidnappant une demoiselle. Donkey Kong sortira d'abord sur Arcade, puis sur NES et sera le départ d'une belle aventure pour ce personnage atypique. Quelques jeux et années plus tard, Nintendo revoit le rôle de son gorille et décide de le doter d'un capital sympathie, tout simplement en le faisant jouer le rôle "du gentil". C'est Rareware qui développe le jeu et Donkey Kong Country est à la fois un énorme succès critique, un véritable tour de force technique et avec près de 9 millions de ventes, il est aussi l'un des jeux les plus vendus d'une Super Nintendo décidemment à-même de nous surprendre. Nous sommes alors en 1994, alors même que les consoles de nouvelle génération débarquent fraichement au Japon. Un an plus tard, Rareware remet le couvert avec un épisode 2 encore plus difficile mais tout aussi bluffant, bien que son succès soit plus modeste. Après la licence se montre bien moins efficace avec un Donkey Kong Country 3 loin des attentes (1996), puis des jeux aux succès amoindris à cause de réalisations bien deçà des premières heures. Ainsi Donkey Kong 64 arrivera bien tard dans la vie d'une Nintendo 64 en manque de succès, puis la licence va partir en vrille avec divers cross-over, des jeux casual ou des titres carrément hors contexte comme Konga (taper sur des futs pour avancer) ou Diddy Kong Racing, un jeu de courses. Bref, depuis 1995 et la sortie de l'épisode 2, Donkey Kong n'est clairement plus ce qu'il était.


En 2010,
La maniabilité n'est pas top niveau à cause d'une Wiimote toute pourrie et aux latences excessives. Heureusement on s'en sort quand même assez bien
Donkey Kong Country Returns (DKCR) fut sans conteste l'un des 2 plus gros jeux de la Wii pour Noël. Comme son illustre ancêtre la Nintendo 64, la Wii est en sérieuse carence de hits (surtout face à une concurrence acharnée qui tombe les gros jeux les uns derrière les autres) et un titre à l'aura aussi forte que Donkey Kong Country, ne pouvait que redorer le blason de la machine. Confié à Retro Studios, que l'on connait déjà pour ses Metroïd Prime 1/2/3/Trilogy, à l'origine c'est Shigeru Miyamoto lui-même qui voulait s'occuper de ce reboot. Mais comme chez Retro Studios on retrouve Michael Kelbaugh, qui a déjà participé au développement des premiers DKC, le destin semble s'être écrit tout seul. Donkey Kong Country Returns avait pour but de remettre la licence dans le droit chemin et surtout de rallier les fans de la première heure. Alléluia, s'il y a bien un contrat qui a été respecté, c'est celui-là ! DKCR est donc le digne représentant d'une licence quelque peu oubliée mais qui reste gravée dans les cœurs de ceux qui l'ont connue sur Super Nintendo. Evidemment on ne va pas évoquer le scénario (de nouveaux gars, les maraudeurs, ont chipés les bananes de Donkey et y'a rien qui le met plus en boules que ça !), c'est aussi bidon qu'un Super Mario Bros et aussi peu mis en scène. Comprenez qu'il y a une intro, une fin, quelques babioles au milieu et rien de plus. Même si dans un jeu de plate-formes on se moque un peu de la scénarisation, Retro Studios comme Nintendo ne font aucun effort sur ce plan là. Par contre, niveau gameplay et réalisation, difficile de trouver à redire. En effet du neuf se mélange habilement au vieux, ce qui dans un sens ravira les férus de DKC et plaira à coup sûr aux nouveaux venus. Soyons clair, tout est là ! Les tonneaux qui nous projettent, les ballades en chariots, les milliers de bonus cachés, les lettres KONG à trouver, les bananes à récolter (au lieu des pièces de Mario ou des anneaux de Sonic), les boss, les zones secrètes et du gros fun !


Le décor
La bande-son est un régal pour les oreilles !
se modifie souvent en temps réel, il n'est pas rare d'évoluer sur plusieurs plans et on retrouve, ai-je besoin de le préciser, le fameux gameplay 2D en vue de profil, si cher à la série. Avec ça l'ami Donkey nous sert quelques nouveautés comme taper des mains au sol pour étourdir un ennemi, casser une caisse ou activer un interrupteur (c'est pas tout à fait nouveau mais désormais ça a de vraies applications). Il peut aussi souffler (pratique pour "éteindre" les ennemis enflammés), s'accrocher à certaines parois, faire une roulade pour casser certains obstacles ou tuer plus facilement certains ennemis, et si on ne peut pas switcher entre Donkey et Diddy comme autrefois (ce qui est un peu dommage), sauver le petit frère apporte toujours un gros plus. D'abord nous avons 2 cœurs de santé supplémentaires et Diddy possède une sorte de jetpack qui nous permet de voler un court instant. C'est sacrément pratique. D'ailleurs il subsiste toujours un mode 2 joueurs où le player 2 prend le contrôle direct de Diddy. Pas question de parler de compétition comme dans New Super Mario Bros, ici il faut jouer en coop' ce qui permet d'avoir une sympathique replay-value par rapport au solo. Enfin on retrouve le "super play", ici nommé Super Kong. Comme dans les autres (et récents) jeux Nintendo (notamment Mario), si on perd plusieurs vies de suite et au même endroit, on peut activer Super Kong qui fera alors le niveau à notre place. C'est toujours aussi simple et efficace, car il faut le dire, le jeu est loin d'être facile. S'adressant aussi aux enfants, il faut reconnaitre que certains passages sont assez hard. Et c'est une constante dans les jeux Nintendo : destinés avant tout aux plus jeunes, leurs jeux sont loin d'être les plus faciles de leur ludothèque, ce serait même tout le contraire. Quiconque n'a jamais criser sur les solos de Mario Galaxy ou de New Super Mario Bros lève la main ! Bref, si le super play nous arrange bien la sauce par moment, ça n'empêche pas que je trouve le jeu un peu trop dur par rapport au public visé.


Et puis
Techniquement le jeu est irréprochable ! Les graphismes sont magnifiques
même si la jouabilité est très simple (Wiimote couchée on n'utilise que la croix et les boutons 1/2), il n'empêche qu'on subit encore une fois quelques imprécisions. La faute à une Wiimote toute pourrie donc les commandes accusent une certaine latence. Et comme une mauvaise idée ne vient jamais seule, les développeurs ont eu le mauvais gout de ne pas prendre en compte le pad classique ou GameCube. On est donc obligé de subir ce fiasco de prise en mains et d'efficacité. Au niveau des graphismes on le sait, la Wii est le gros parent pauvre de cette génération mais une fois encore, ce sont ses exclues qui marquent bien le coup. Avec Donkey Kong Country Returns il sera difficile d'être déçu. Si autrefois il était le maitre-étalon d'un Rareware au mieux de sa forme mais qu'il a perdu de son éclat avec le temps, sachez qu'il revient plus beau que jamais. Exit les images de synthèses, cet épisode est tout en 3D et hormis quelques petits bugs et un aliasing assez prononcé par endroit, nous sommes en présence d'un très beau jeu, je dirai même l'un des plus impressionnants de la console ! On retrouve bien cette ambiance assez particulière des DKC, avec beaucoup de végétation et un esprit assez loufoque. Car l'humour n'a pas été mis au placard, au contraire, les mimiques sont géniales et donnent un peu de légèreté à des niveaux parfois retors. Les décors sont vraiment travaillés, il y a beaucoup d'animations et nos héros sont eux aussi animés à la perfection. On sent qu'un gros travail a été fait pour donner le plus de vie possible à des niveaux qui sont loin, très loin d'être statiques. Kensuke Tanabe et Shigeru Miyamoto ont conclus eux-mêmes que la musique était l'un des éléments fondamentaux de la série, surtout sur Super Nintendo. La bande-son originelle a donc été reprise (à l'origine elle a été composée par David Wise et Robin Beanland) et souvenez-vous, elle était absolument fabuleuse !! Remixée pour l'occasion, c'est évidemment un plaisir de réentendre ces mélodies qui trottent encore dans nos têtes, même si la "symphonisation" a rendu le tout moins "16-bits" et donc forcément, moins attrayant. Mais pas de méprise, les musiques restent avant tout excellentes, même si on aurait apprécié d'avoir un rendu sonore plus proche de la Super Nintendo que de Super Mario Galaxy...



Même s'il Note
possède encore son lot d'écueils (difficulté trop élevée, en omettant volontairement le super play, jouabilité pas au top niveau à cause de la Wiimote), Donkey Kong Country Returns est une grosse réussite. Les musiques sont superbes, les graphismes sont magnifiques, les nouveautés de gameplay sont géniales et se marient bien à l'ancienne formule et comble du bonheur, tout ce qui a fait la recette à succès des épisodes 16-bits, est ici réinjecté avec beaucoup de finesse et de génie. Bref, après Metroïd et un peu avant Kirby, Donkey Kong retrouve ses anciens amours, fait plaisir aux fans et épatent les newbies. Un véritable tour de force artistique servi par une réalisation exemplaire et un jeu vraiment sympa à jouer seul, comme à 2. Décidemment, la Wii sait se faire aimer par moment…



Les -

  • On ne peut pas jouer au pad classique... pourquoi ?!!
  • Scénario totalement mise de côté
  • Des soucis de latence
  • Difficile par moments !
  • Les +

  • Tout ce qu'on aime dans un DKC répond présent !
  • Les graphismes envoient du lourd ! :)
  • Excellente bande-son
  • Le jeu à 2 en coop'
  • L'humour


  • Test réalisé par iiYama

    juillet 2011