COD Modern Warfare (Wii)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2009
Développeur : Infinity Ward
Adaptation : Treyarch
Editeur : Activision
Genre : FPS

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en coop', 10 joueurs online
Abréviation : COD4
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 14 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Call of Duty
Modern Warfare

Reflex Edition


Ce n'est désormais plus un secret pour personne, le développement des Call of Duty est alterné sur 2 ans entre les 2 studios fétiches d'Activision. Si Treyarch nous a tous surpris en 2010 avec un Black Ops bien maitrisé et très beau, auparavant le studio passait toujours pour la 5e roue du carrosse, loin derrière Infinity Ward et son savoir-faire. Fin 2009, alors que justement Infinity Ward nous sort son incontournable Modern Warfare 2, en parallèle le studio Treyarch sort le premier opus de cette guerre moderne... sur Wii. En parallèle du développement de Black Ops justement, Treyarch n'a pas eu besoin d'investir des cents et des milles puisqu'ils n'ont eu qu'à transposer l'énorme Call of Duty 4 à la console de Nintendo. En comparaison du PC, de la PS3 ou de l'Xbox 360, la puissance de la Wii fait vraiment office de parent pauvre, la Wiimote remplace difficilement le pad ou la souris, techniquement ça a pris une grosse gifle, donc le résultat se pose là, le jeu n'a plus grand-chose de comparable. Et bien cette affirmation donnée de prime abord par un vieux fan qui ne veut pas qu'on touche à l'un de ses FPS préférés, peut également être tempéré en y regardant de plus près. Car si la Wii a une puissance de nouveau-né quand les machines actuelles sont des athlètes de haut niveau, il n'empêche que le portage vaut le détour et qu'il reste malgré tout très fidèle à l'œuvre originale.


Développement scénaristique

Scénario : cliquez pour ouvrir


S'ouvrant sur
Le scénario est bien mis en scène et cette version Wii le conserve admirablement
le superbe trailer diffusé lors de l'E3, le jeu ne pose aucun réel loading. Lorsque les briefings entrent en scène, briefings qu'on croirait sorti d'un film Hollywoodien, le jeu en profite pour charger ses données et use de streaming (chargement des données en continu) afin qu'il n'y ait aucun temps mort pendant les missions. Une habile et intelligente manière de passer le temps dont les autres jeux devraient s'inspirer mais qui met à mal notre pauvre lecteur DVD. Si on peut saluer le fait de retrouver les mêmes transparences de chargement, à cause de son petit volume de RAM le jeu met à mal un lecteur qui a parfois du mal à suivre. Les vidéos (issues des versions HD... mais au final un peu pixellisées) sont très hi-tech, souvent pourvu de 3D fil-de-fer et toujours agrémentées de vues satellites (on sait maintenant où va notre pognon), les scènes intermédiaires me faisant penser au film Ennemi d'Etat (avec Will Smith et Gene Hackman). Il y a aussi quelques cut-scènes qui soulignent un fait important, mais avec toujours une mise en scène à la première personne. Bien entendu, étant donné le résultat graphique, il ne faut s'attendre non plus à des miracles. Selon les spécialistes, c'est la première fois qu'un Call of Duty s'enrichit d'un vrai scénario et il parvient à franchir ce pas avec succès. 2 points de vue sont proposés, celui de Soap MacTavish, une nouvelle recrue du SAS britannique (c'est avec lui que vous ferez le didacticiel) et celui du Sergent Paul Jackson, de l'USMC américain. Le scénario propose une guerre factice mais ô combien contemporaine, mêlant une menace nucléaire au danger d'un Islamisme extrémiste et fanatique, ainsi qu'un relent de guerre froide avec la Russie. L'héritage de la série est donc perpétué avec ce nouvel épisode, puisqu'on ne sera pas le John Rambo de service. On n'agit jamais seul mais en équipe, afin d'immerger le joueur dans une guerre superbement réaliste. L'aventure est morcelée avec intelligence et si on prend la peine de prêter attention aux briefings, il n'y aura finalement aucun temps mort entre le début et la fin du jeu. Un jeu qui se termine certes un peu vite (moins de 7 heures) mais il a le mérite d'être nerveux de bout en bout avec des situations et des conflits à gérer dans l'urgence. Sous ses airs de film de guerre interactif, on accroche immédiatement à cette dissension des pôles malgré les clichés ultra basiques de cette peur musulmane fanatique dopée par un 11 septembre malheureusement bien réel, comme de la sacro-sainte crainte d'une guerre atomique entre les USA et la Russie. N'empêche que ça marche fort et qu'on se sent concerné, d'autant que cette version retranscris à l'exact les mêmes scènes et le même scénario.


Jouabilité & Gameplay

Notre trio
La simplicité du gameplay laisse plus de place au spectacle
gagnant Soap/Jackson/Price, n'est pas aussi manche que celui dont on a le contrôle dans certains jeux du genre, puisque tout d'abord notre homme saura sauter par une fenêtre (action contextuelle), se servir d'armes fixes ou ramasser n'importe quelle arme laissée par les ennemis ou les compatriotes morts au combat. Dans Modern Warfare (littéralement "guerre moderne"), on ne peut porter que 2 armes, ce qui nous oblige à en changer souvent, selon la disponibilité de ces dernières, les goûts (on apprécie certaines armes plus que d'autres) ou encore les besoins du moment (comme un fusil de snipe ou un bon lance-roquettes pour réduire en poussière un hélico trop collant). Hyper réaliste lorsqu'on suit le parcours fléché qu'on nous impose, où des scènes monstrueusement impressionnantes se succèdent, il faudra aussi faire avec des scripts très voyants, souvent gênants, héritage de la série depuis ses débuts. Car il faut bien comprendre que les développeurs doivent faire un choix entre un jeu scripté et très axé sur le grand spectacle ou un jeu ouvert où il ne se passe rien. Call of Duty a prit position depuis longtemps. Ainsi presque rien n'est destructible, à part quelques babioles ça et là. Hyper dirigiste au début du jeu, il s'ouvre un peu plus sur la fin mais la différence est minime. Dans Modern Warfare on ne jouera jamais solo puisqu'on fait partie d'un corps d'armée, d'une équipe qui se complète. Cependant on sera souvent gêné par nos coéquipiers et notre personnage ne peut accomplir aucune action, pas même ouvrir une simple porte. C'est débile ! En fait le script se met en place en rassemblant vos compagnons d'arme autour de vous et l'un d'eux ouvrira la porte, qui sans ça, restera insensible à toutes à vos tentatives, même explosives. Bonjour le réalisme... Mais ça a une bonne contre-partie : il ne se passe rien sans vous, puisque vos coéquipiers vous attendent si vous traînez. La prise d'initiative ne sera donc que d'ordre "éliminatoire". Le jeu n'est vraiment pas difficile car il fallait bien adapter la jouabilité à la Wiimote et que par conséquent, la difficulté a été revue à la baisse (oui, encore). Alors parlons-en. Tout d'abord j'ai bien ri lorsque le jeu m'a invité à me servir du Wii Zapper (c'est cela oui...) mais par contre j'ai été agréablement surpris de voir qu'il nous laissait configurer les touches à notre convenance. Une option en voie de disparition et pourtant, elle est bien pratique car personnellement, je déteste secouer le Nunchuck pour recharger mon arme. Le Nunchuck justement, sert au déplacement via le stick analogique et la Wiimote, via son pointeur, sert à la visée. Malheureusement, si la visée est pas mal précise (comme toujours), on aura souvent l'impression de contrôler un mec ivre qui marche sur un bateau qui tangue.


En effet si
La jouabilité est très imprécise et la caméra part souvent dans tous les sens. Mais la difficulté a été réajustée en conséquence
on pointe dans un coin, la caméra tourne et bien souvent ça agace et on en perd le fil du jeu. Ce procédé existe sur d'autres titres mais il me semble que c'était un peu moins bordélique, que la caméra évitait de partir dans tous les sens au moindre mouvement de la Momote. Heureusement que pour palier à ça Treyarch a prévu tout un tas de réglages, ce qui rendra le jeu finalement plus jouable. Mais le couple Nunchuck/Wiimote ne remplacera jamais la précision et le confort qu'on peut avoir avec un bon vieux pad (une option encore une fois absence ici). Du coup la difficulté a été ajustée -par le bas- afin d'arriver à s'en sortir (par exemple, le mec juste en face va faire exprès de vous rater pendant un bon moment avant de vous coller un pruneau entre les 2 yeux). Par contre, le jeu n'est pas avare en sensations fortes et en variations de situations. Entre autre niveaux originaux à temps forts, nous avons l'attaque d'un paquebot sous une pluie battante et par une mer déchaînée qui rappellera sans mal le baleinier de Cold FEAR, le tir chirurgical à la visée nocturne avec dans les doigts une pétoire monstrueuse, le tout à bord d'un bombardier ou encore le niveau tout en "snipe" dans une Ukraine irradiée qui ne sera pas sans rappeler de (très) bons souvenirs aux amateurs du film Shooter. Tout ça bien sûr au service de l'action et d'une ambiance énorme qui explose lors du dernier niveau, tant la tension se fait sentir. D'ailleurs, dans le passage en Ukraine, on y verra une sorte de clin d'oeil à S.T.A.L.K.E.R avec ses zones irradiées, son compteur Geiger et ses mercenaires avec masques à gaz. Enfin l'armement est convainquant. Il n'y a que des armes réelles (parfaitement modélisées) avec une visée assistée fort agréable (il suffit de presser Z pour locker l'ennemi le plus proche). Et puis il n'y a pas besoin de vider tout un chargeur sur un ennemi, la localisation est largement satisfaisante (les head-shots étant très payants), ce qui rend le jeu que plus crédible. Même blessés par un tir à l'abdomen ou aux jambes, les ennemis continuent à attaquer, tant que la mort ne les délivrera pas de leurs enveloppes charnelles. Une gage de réalisme assez rare pour être souligné, réalisme appuyé par le fait qu'une arme puissante peut traverser le premier ennemi pour toucher celui derrière, et traverse les matériaux à faible résistance (plâtre, bois ou tôle). Tout ça pour dire que si Call of Duty Modern Warfare n'invente rien en matière d'FPS, sa mise en scène va vous faire vivre la guerre (virtuelle) de l'intérieur. Du beau boulot d'autant que cette version Wii reprend le jeu original avec plus de maitrise qu'on aurait pu le penser.


L'image

Il faut être clair,
Evidemment, ne vous attendez pas à un miracle mais pour un jeu Wii, c'est pas mal du tout
objectif et honnête, on ne peut décemment pas comparer le moindre jeu Wii à un jeu sur consoles HD ou PC. Ce serait ridicule et inapproprié. Ainsi notre Modern Warfare, en passant à la moulinette Wii, a évidement beaucoup perdu dans cette adaptation. Dans un sens c'est logique, d'autant que la console de Nintendo est, dans 9 cas sur 10, sous-exploitée (on a vu des jeux GameCube bien plus beaux... je ne reviens pas sur le sujet). Pourtant difficile de ne pas être surpris. Moi le premier, je n'aurais jamais pensé que le jeu serait exactement pareil : même scènes, mêmes décors, même personnages... ce portage est étonnamment fidèle. En lançant ce jeu, je m'attendais à un tout autre jeu, pas celui que j'ai complètement kiffé en 2007. Après c'est sûr, si on reconnait le Capitaine Price, le bonhomme a pris un sacré "coup de flou" sur le museau. La Wii n'étant pas une console HD, les textures sont donc très pauvres, les couleurs sont fades, et les animations sont moins fluides. Bien sûr elles restent d'un niveau étonnant pour le support, mais n'ont plus la même souplesse qu'autrefois, ce qu'avec un peu d'humilité on peut comprendre. A noter aussi que le moteur graphique sature parfois avec des petits freezes, des ralentissements, des saccades... ce qui s'explique par la surcharge de travail d'un lecteur DVD qui sera bien content lorsque la partie sera finie.


Le son

L'ambiance sonore
Le son est grandiose et nous plonge en pleine guerre virtuelle
est extrêmement chargée : les balles sifflent, les armes percutent avec puissance, les explosions détonnent... tout ça contribue à nous plonger admirablement en pleine guérilla. Le rendu sonore est donc grandiose, explosif et pour nous entrainer encore plus profond dans le jeu, Modern Warfare propose une bande-son à la hauteur de son sous-titre, bande-son encensée par des musiques orchestrales et dramatiques, vraiment magnifiques. Composées en Harry-Gregson Williams (responsable de la BO des 3 derniers MGS, et de pas mal de films) et Stephen Barton, les compositions interviennent souvent en plein combat, afin de leur donner le souffle épique dont manque pas mal de jeux. Pour améliorer encore un peu plus cet état de fait, on retrouve un doublage impeccable. Certes il persiste quelques phrases foireuses (notamment celles du didacticiel) mais elles sont rares, la synchro labiale n'est pas à l'ordre du jour (je rappelle que c'est un jeu Wii, faut pas trop en demander) mais la plupart du temps les voix sont parfaitement dans le ton sérieux et parfois tragique du jeu. On retrouve donc un doublage en Français pour nos alliés, des voix superbement doublées grâce à un casting de premier choix (comme Emmanuel Karsen, la voix française de Sean Penn). De plus, les voix ennemies sont restées dans leurs langues d'origine (Arabe pour le Moyen-Orient, Russe pour l'Ukraine/Russie), ce qui renforce encore plus l'immersion du joueur dans cette guerre quasi-réelle et fortement plausible. Véritable point fort de cette adaptation, on retrouve tout, oui je dis bien tout ce qui faisait la force du jeu de 2007. Le son est exactement comme à l'époque (les voix, les bruitages, les musiques), avec en plus une très bonne qualité, ce qui rend hommage à ce portage et fait date, une nouvelle fois.


Note générale

Il faut comparer ce qui est comparable, ainsi on ne peut mettre côte à côte Modern Warfare version PS3, X360 ou PC, à côté de celle-ci. Par contre, on peut très bien le comparer à des jeux du même support comme The Conduit, Far Cry Vengeance ou Quantum of Solace et le moins qu'on puisse dire, c'est que le jeu d'Infinity Ward (adapté par son faux-clone Treyarch) est bien meilleur. Call of Duty Modern Warfare (il a perdu son "4" au passage) est exactement comme sur les "grosses versions", à savoir qu'on retrouve la même mise en scènes (on aurait quand même apprécié que l'intro, tout en anglais, soit au minimum sous-titrée), séquence d'abatage en direct d'Al-Foulani comprise (il est loin le temps où Nintendo faisait de la censure), le même scénario, les mêmes scripts ainsi que les mêmes scènes d'action. Finalement ce qui change c'est les graphismes et la prise en mains. Une jouabilité qui a perdue de sa souplesse et de sa précision, la Wiimote n'étant pas spécialement douée pour l'exercice. Pourtant, si on la configure bien et qu'on prend le temps de s'y faire, très vite on retrouve l'intensité de ce magnifique FPS... évidemment en moche. Il ne sert à rien de se le cacher, si en 2007 Modern Warfare était une référence graphique, ce portage ne lui rend pas honneur. Les couleurs sont fades, le moteur sature souvent, les textures sont souvent dégueulasses... après tout on est sur Wii, pas sur PS3. Mais comparativement à d'autres jeux du support, il ne faut pas lui jeter la pierre parce qu'il s'en sort très bien. Ainsi je conclurai que si la Wii n'a pas eu droit à son Modern Warfare 2 (sans doute pour que les fans de cet épisode-là se rabattent sur une machine plus puissante), ce portage est tout à fait à la hauteur des attentes. Evidemment il ne faut pas avoir l'une des versions HD (à quoi bon jouer sur Wii si on a la version PC, PS3 ou 360), il ne faudra non plus pas trop pleurer l'absence d'une prise en charge du pad (ce serait pourtant si simple...) car après, son scénario va entrainer dans une guerre somptueuse mise en scènes et vous fera regarder les autres FPS Wii d'un autre œil.


Test réalisé par iiYama

mars 2011