Uncharted : Golden Abyss (VITA)

 







Note générale


Sortie du jeu : février 2012
Développeur : SCE Bend Studio
Editeur : Sony Computer Entertainment
Genre : action - aventure

Support : 1 PS Vita Card
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 64Mo
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Uncharted Vita
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 1.5 Million






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Uncharted

Golden Abyss



Fan
Golden Abyss reprend la formule exacte des versions PS3, en incluant en plus des fonctionnalités tactiles
des Uncharted depuis le début, il est difficile d'être totalement impartial quand un nouvel épisode arrive. Mais là, cet Uncharted : Golden Abyss n'étant pas fait par Naughty Dog et arrivant sur une nouvelle console (avec de nouvelles fonctionnalités), on peut se permettre de repartir de zéro, et de l'aborder sans avoir au-dessus de la tête un panneau avec marqué "fan-boy" dessus. Alors attaquons cette aventure avec tout le sérieux que mérite ce jeu... Le développement scénaristique étant important pour la série, on retrouve ici une intrigue travaillée. En effet, un mystère oublié et dissimulé sur un site funéraire vieux de 400 ans met le chasseur de trésors Nathan Drake en quête d’une des plus grandes légendes de l’histoire. Traqué par une guérilla redoutable, notre protagoniste principal et ses amis risquent leurs vies à la poursuite de la fortune, de la gloire, et d’une cité d’or perdue. Comme ses illustres ancêtres, cet Uncharted nous offre un scénario à la Indiana Jones : trésor + jolie fille + "amis" qui révèlent leurs véritables intentions + divers méchants et armées + énigmes, pièges et rebondissements = la formule détonante de tout Uncharted ! Rien d’extravagant, rien de bouleversant, mais du bon gros classique comme on les aime. La volonté de ne pas nous dépayser est une bonne chose. Et là où j’apprécie l’orientation choisie par les développeurs, c’est d’avoir fait une préquelle, un numéro zéro, permettant ainsi à ceux qui ne connaissent pas la série de ne pas se sentir perdus par manque de connaissance ou de références, en somme de pouvoir attaquer l’aventure comme il faut. Le gameplay est tout aussi classique que le scénario. Escalade, recherche de trésors, gunfights (suspendu, horde d’ennemis, séances de sniper), résolution d’énigmes... cet opus s’axe plus sur les trois premiers critères, délaissant quelque peu les phases de réflexion. Alors en quoi Uncharted Golden Abyss se démarque-t-il de la précédente trilogie ? Tout simplement parce qu'il allie l’alchimie très précise de la série (avec ses contrôles traditionnels), à la fraîcheur du gameplay au tactile. Si l’on pouvait craindre, à la sortie de ce jeu, qu’il ne soit qu’une mise en avant des capacités de la machine sacrifiant ainsi une certaine cohérence, sachez qu'il n’en est rien ! Le joueur se voit offrir le choix. Envie de la jouer facile lors des escalades ? Un simple tracé du doigt donnera à Drake la direction et l’action à mener. Vous préférez grimper de façon plus classique, exactement comme sur PS3 ? Une touche et il joue les filles de l’air, tout aussi simple que sur console de salon. Quant aux gunfights façon salon, un stick, une touche, et c’est la pluie de douilles, le feu d’artifices de balles. Mais là où le jeu propose une nette différence, c’est la possibilité d’utiliser un sniper avec le gyroscope et le pavé tactile arrière. La sensation est incroyable.


Une fois maîtrisés,
Epoustouflant pour un jeu line-up ! Avec de tels graphismes, on se demande bien ce que la Vita nous réserve dans les années à venir...
le gyroscope et le pavé tactile sont un vrai plaisir, et la précision est de la partie. De plus, chaque interaction tactile est «réaliste» : nettoyer un objet, faire un calque, un puzzle, tout cela avec le doigt, on aurait pu croire que cela serait gadget, que nenni ! C’est un plus pour nous, les aventuriers de salon. De plus, sur les phases principales (escalades, fusillades) laisser le choix de sa manière de jouer est un luxe que beaucoup de développeurs devraient appréhender par la suite. Seul bémol : la fin du jeu amène à de longues phases de QTE (déjà pas très intéressantes dans le jeu mais heureusement assez courtes). Mais bon, on pardonnera ce pêché de jeunesse. La durée de vie est assez juste quand on sait ce que la série a proposé dans le passé, et on pliera le jeu en une dizaine d’heures, ce qui est cependant assez considérable pour un jeu sur portable. De plus, on peut prendre en compte une bonne rejouabilité pour les chasseurs de trésors les plus persévérants. En revanche, si certains se plaignent de l’absence d'un mode multi-joueurs, pour ma part, ce n’est pas un souci. Techniquement, ce jeu m’a mis une grosse claque ! Graphiquement du moins. Une console qui affiche pour une première génération (puisque c'est un jeu line-up) de tels graphismes, ça me laisse songeur, et je n’ose imaginer ce que pourraient être les futurs titres sur la PS Vita. Après, concrètement, Golden Abyss est assez proche du premier Uncharted sur PS3 : beau, simple, efficace, les épisodes 2 et 3 étant des démonstrations de force de par leurs effets visuels (explosions, feu, sable, neige...), la PS Vita préfère exploiter la «simplicité» du premier épisode. Mais déjà pour une console portable, le niveau est juste inouï !! D'ailleurs on souffre parfois de quelques ralentissements c'est le prix à payer. C’est sans surprise qu’on retrouve également une bande-sonore somptueuse, tant au niveau des bruitages, des voix que des orchestrations, et je dois avouer qu’entendre certains des thèmes qui ont fait l’univers et le succès d’Uncharted sur PS3, reste un plaisir fantastique. Petit bémol, le mauvais positionnement des hauts parleurs de la Vita donne par moment un son étouffé (à cause des sticks, donc les doigts sont juste à côté, donc vive le casque :).



Uncharted : Golden Abyss Note
démontre dés le lancement de la console les capacités incroyables de la PlayStation Vita, et pose une énorme question : les capacités de la console sont-elles ici poussées dans leurs derniers retranchements, ou n’est-ce là que le début ? Si la question peut donner le tournis, je n’ose imaginer sa réponse. On obtient donc au final un jeu somptueux, aux graphismes incroyables, qui a su conserver le gameplay simple et efficace propre à la série, tout en proposant une jouabilité démoniaque selon l’usage que l’on aura des "gadgets" de la console, sans oublier une bande sonore qualitativement équivalente aux précédents opus sortis sur console de salon. Tout est en place pour un gameplay riche en sensations, et le fait que Sony Bend n'ait pas cherché à faire une simple copie donne un jeu qui, malgré sa licence, a sa propre personnalité, son propre charme. Un petit manque de nouveautés par rapport aux épisodes précédents, pourrait cependant gêner certains joueurs, pour ma part il n'en est rien. Ce jeu fait donc partie des indispensables de ce line-up, et rarement un gros titre de lancement n’a atteint ce niveau de maturité et cette finition. Seul réel reproche que je puisse lui faire, c’est le manque de gros passages chocs, cultes, qui pourraient amener ce jeu vers un niveau encore supérieur.



Les -

  • Ca manque de scènes vraiment marquantes
  • Pas de multi (mais est-ce si grave ?)
  • Ca manque un peu d'originalités
  • Quelques ralentissements
  • Les +

  • Vitrine technlogique des fonctionnalités de la console
  • Fonctionnalités tactiles gadget mais pas saoulantes
  • On retrouve l'exacte base de la série
  • Excellente bande-son
  • C'est super beau !



  • A savoir : cliquez pour ouvrir



    Test réalisé par Puffmagicd

    Lire l'article original sur Chishiki72
    juillet 2012