Tearaway (VITA)

 





Cliquez pour agrandir



Note générale


Sortie du jeu : novembre 2013
Développeur : Media Molecule
Editeur : Sony Computer Entertainment
Genre : action / plates-formes

Support : PS Vita Card
Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 30€
Score des ventes : 600.000 (PS Vita uniquement)


Aussi disponible sur :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Tearaway








2013 n'a
L'histoire s'avère vraiment sympathique
vraiment pas été l'année de la PS Vita, d'ailleurs depuis le début de la carrière de cette console, tous les acheteurs s'inquiètent véritablement du manque de nouveautés et d'innovations que proposent ses jeux. Malgré des capacités importantes, celle-ci n'arrive pas à fournir des licences qui donnent véritablement envie de passer plusieurs heures d'affilées devant l'écran. Plus les mois passent, plus la poussière prend place sur cette sympathique console, du fait du manque d'intérêt et du manque d'imagination des éditeurs. C'est véritablement par hasard que je suis tombé sur un article parlant de Tearaway, bien avant sa sortie en France. N'étant pas fortement inspiré par ce titre et encore moins par le visuel que celui-ci arborait, je restais cependant interloqué face à ce titre qui a été émis par Media Molecule, les célèbres créateurs de littleBIGplanet. Vendu à petit prix (moins de 30€) il me semblait pourtant atypique et innovant. C'est donc avec une certaine fébrilité que j'ai positionné la cartouche de Tearaway dans ma Vita, après avoir enlevé la tonne de poussière qui était dessus. Qu'est-ce que Tearaway ? C'est tout simplement l'histoire d'un petit messager (ou d'une petite messagère) courageux, qui devra effectuer une livraison spéciale, destinée à Vou : une sorte de divinité solaire, divinité qui n'est autre que vous-même, comme vous l'aurez compris. Ce n'est certainement pas sur le scénario que les joueurs pourront craquer sur ce titre même si la finesse de celui-ci apparaît tout au long du jeu. Il ne faut donc pas s'arrêter sur ce pitch qui semble très léger, même limite enfantin, car vous découvrirez tout au long de l'aventure que l'intégration de votre avatar numérique et de votre présence "physique" dans le jeu vont faire une parfaite complémentarité et apporter un univers différent. De plus, le jeu exploite (enfin !) toutes les capacités de la machine. Visuellement on se retrouve avec une réalisation très atypique. Si littleBIGplanet était très axé sur les textures et les différentes matières au travers des personnages et des décors, ici Tearaway joue à fond la carte du papier (ou du carton dans certains cas), avec des décors type "collages de maternelle", des ennemis construits de briques et de brocs et l'utilisation d'un soleil très particulier (ce soleil n'est ni plus ni moins que la divinité du jeu, celle-ci, en y regardant bien aura votre visage). Le décor semble bien sûr enfantin mais il est juste somptueux et il faut vraiment regarder de façon intensive pour voir chaque détail de celui-ci, chaque construction, chaque patchwork, chaque surprise que cache cet univers complètement déjanté (exemple les têtes faites en enveloppe).


Ici tout
Enfin un jeu qui tire entièrement parti des fonctionnalités de la PlayStation Vita
l'univers semble vivant (même s'il est vraiment difficile d'imaginer un monde entièrement en papier) et semble presque sorti d'un film d'animation, l'esthétique étant vraiment travaillé, recherchée et démontre qu'il n'y a pas besoin de toujours baigner dans le réalisme ou le manga (ce qui est très à la mode actuellement) pour pouvoir proposer un jeu qui, visuellement en jette un max ! Durant tout le jeu, le visuel vous donnera envie de savoir si les développeurs ont su se renouveler car les mécanismes de gameplay se jouent énormément de ce visuel. Vous pourrez tout au long de l'aventure modifier votre personnage grâce à l'appareil photo et au dessin. L'appareil photo vous permettra de découvrir de nouveaux éléments dans les décors, éléments qui pourront être dans certains cas accessibles dans la réalité. Je m'explique : une fois qu'un élément (personnages ou animaux) a été détecté, celui-ci vous emmènera automatiquement vers une adresse vous permettant de l'imprimer sur papier et ensuite de le découper et de le monter afin de vous faire un petit personnage en 3D comme un origami. Les dessins qui seront demandés à certains moments du jeu, vous permettront de modifier visuellement certains éléments du décor ou de votre personnage en intégrant ces dessins une fois découpés (exemple un nœud papillon qui pourra ensuite être intégré à votre personnage). Alors tout ceci peut paraitre très enfantin au vu du visuel mais j'invite tout le monde à véritablement prendre du temps et à observer ce jeu qui, non seulement propose une originalité que l'on a rarement vu, même si bien sûr on peut se dire que les développeurs ont tout simplement surfé sur la mode de littleBIGplanet. Ici le fait que les décors soient en papier est en parfaite adéquation avec une partie du gameplay, je n'en dirai pas plus car je ne veux surtout pas vous gâcher le plaisir de découvrir certains passages de l'aventure. Car depuis tout à l'heure je vous parle succinctement du gameplay, or le gameplay est ici une petite perfection (ou presque) car il reprend toutes les possibilités de cette machine qui ne sont que très rarement mis en avant. En effet, on se retrouve ici une utilisation du pavé tactile avant, du pavé tactile arrière, de la gyroscopique, des différentes gâchettes, des sticks, du micro et de la caméra… que demander de plus ? Quel plaisir : la première fois qu'on a besoin d'utiliser le pavé tactile arrière, d'utiliser son doigt (en le faisant glisser) et que celui-ci comme par magie traverse l'écran de la Vita et apparaît dans le jeu. Bien sûr tout ceci peut paraître grotesque pour certain(e)s et pour d'autres très léger. Pour ma part je dois avouer que cela m'a sidéré, ça m'a bluffé et m'a fait adorer (à ce moment-là du titre) le gameplay ! Bien sûr ce n'est pas la seule chose car une fois passée la surprise, au bout de quelques heures de jeu, il est quand même beaucoup plus difficile de s'extasier face à cette utilisation du pavé.


Mais tout
La direction artistique est vraiment somptueuse !
le titre est fait pour que le joueur puisse utiliser au mieux les capacités de la Vita. Si vous avez besoin d'attaquer des ennemis, vous pourrez directement appuyer sur la surface tactile avant, vous avez besoin de dérouler un rouleau devant vous afin d'ouvrir un passage, il suffit tout simplement de faire le geste sur l'écran. Vous pouvez prendre virtuellement des photos et la gyroscopique vous permet de vous promener dans les décors. La caméra avant vous permettra de voir votre visage en tant que "Dieu" de cette aventure. Il existe donc énormément d'interactivités. Autre exemple : à un moment donné vous aurez un passage à passer avec une boule un peu à la Marble Madness, et il suffira tout simplement d'incliner la console d'avant en arrière, ou de droite à gauche afin de déplacer soit la boule, soit de déplacer certains pans du décor avec votre doigt sur le pavé tactile arrière, soit de déplacer votre personnage (avec le stick) au moment où certains murs sont en mouvement. Vous l'aurez compris il est très difficile d'expliquer la totalité du gameplay de Tearaway sans véritablement vous gâcher le plaisir de la découverte. Ce jeu est pour moi la référence aujourd'hui en termes d'utilisation, de ce que peut faire les développeurs sur Vita. Bien sûr, on pourra aimer ou pas la direction artistique, et l'on pourra regretter certains petits défauts d'un point de vue technique. En effet, par moment la caméra perd un peu le nord et comme souvent dans ce type de jeu, et a tendance à ne pas suivre correctement l'action. Autre petite difficulté : il n'est pas toujours évident de faire des dessins avec le doigt et d'ensuite de les découper. Il y a un certain manque de précision et c'est un peu dommage (seul l'apport d'un stylet, comme sur 3DS, aurait pu permettre d'y palier). Le jeu propose aussi une bande sonore de grande qualité, totalement en adéquation avec ce jeu par moment zen par moment, beaucoup plus rythmé pour d'autres. Celle-ci nous offre toujours une ponctuation intéressante des actions et elle n'est pas spécialement intrusive. Enfin niveau durée de vie, l'aventure est plutôt longue. Il faut bien compter une dizaine d'heures (pour l'aventure principale), voire plus si vous souhaitez faire le 100%. Tearaway n'est jamais lassant, ce qui pour une console portable peut souvent être le piège au travers de gameplay souvent redondant. Ici le gameplay est sans arrêt en évolution, il propose de façon constante des nouveautés et le scénario se relève au fur et à mesure, assez réfléchi. Donc tout au long de cette dizaine d'heures vous aurez véritablement le plaisir de découvrir un jeu qui, par moment pourra même devenir addictif tellement on a envie de découvrir les nouveautés imaginées par les développeurs. Le jeu est certes un peu linéaire et cela pourra certainement gêner certains joueurs mais cela reste typique de ce type de jeux.



Avec Tearaway Note
on a enfin un vrai nouveau jeu sur Vita, et surtout un titre novateur. On pourra bien sûr lui trouver une très forte connotation ou filiation avec littleBIGplanet mais avec une aventure aussi originale (bien que par moment, si je suis assez honnête, j'ai trouvé assez gênant de voir mon visage à la place d'une divinité dans le jeu car ça m'a beaucoup rappelé les Télétubbies et le soleil du générique). Ce jeu, qui propose un gameplay complètement en adéquation avec les qualités techniques de la console, est rempli d'originalités même si certains diront que beaucoup d'éléments ont déjà vu dans d'autres titres. Il fallait véritablement oser les regrouper en un seul et même jeu tout en trouvant une cohérence globale. Tearaway a une certaine trame poétique, s'il a comme structure un jeu plates-formes traditionnel, celui-ci est complètement magnifié par le gameplay, et le design (même si une fois fini, la rejouabilité n'est pas des plus intéressante). Alors sans hésiter Tearaway est un jeu à posséder pour les détenteurs d'une PS Vita qui a vraiment faim depuis quelques temps ! Il est sans nul doute un excellent jeu pour cette année 2013. On peut donc espérer que cette machine ne soit peut-être pas totalement oubliée et qu'elle ne finisse pas aux oubliettes trop rapidement. Maintenant Tearaway sera-t'il une exception ou le signal d'un renouveau pour cette machine ? Car il ne faut certainement pas s'emballer trop vite car à raison de 2 ou 3 bons jeux dans l'année, cette console n'a pas pour le moment prouvé sa valeur. On pourra d'ailleurs lui reprocher de n'être pas plus long, et de ne pas utiliser suffisamment le microphone qui est l'une des fonctions peut-être la moins bien exploitée durant tout le gameplay, une facilité excessive, une petite inertie du personnage et une certaine linéarité, une rejouabilité limitée… Sinon c'est du tout bon, n'hésitez pas, ce petit univers en papier risque de faire un grand carton si vous lui laissez sa chance !



Les -

  • Certains passages un peu complexes
  • Phases de dessin peu précises
  • Quelques soucis de caméra
  • Les +

  • Gameplay varié et qui utilise toutes les fonctions de la Vita
  • Une direction artistique somptueuse
  • Des graphismes vraiment beaux
  • Connexion entre réel et virtuel
  • Bonne durée de vie
  • De belles musiques
  • Le prix !


  • Test réalisé par Puffmagicd

    Lire l'article original sur CHISHIKI 72
    aout 2014