Gravity Rush (VITA)

 







Note générale


Sortie du jeu : juin 2012
Développeur : Team Siren
Editeur : Sony Computer
Genre : action

Support : 1 PS Vita Card
Version testée : Française
Doublage : ?
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Gravity Daze (JAP)
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 540.000





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Gravity Rush









Alors que
On aurait préféré de véritables cut-scènes mais les BD suffisent...
je commençais à m'interroger sur l'opportunité d'avoir acheté la PS Vita (cette réflexion étant liée au nombre négligeable de jeux originaux sortis sur ce support), heureusement est arrivé Gravity Rush. Un concept qui semble novateur et une réalisation (au vue des trailers) qui est à la hauteur. Serait-ce « le jeu » qui manquait tant à la console ? C'est ce que nous allons découvrir ensemble. Notre héroïne, Gravity Kitten (dit Kat) se réveille sans souvenir dans une ville qui lui est inconnue. De plus, cette ville flottante est au bord de la disparition. Soudain apparaît son futur compagnon, « poussière » un chat qui de par sa présence fait découvrir à Kat ses capacités exceptionnelles : elle peut manipuler temporairement la gravité. Elle décide alors d'aider la ville et ses habitants à survivre, à se reconstruire et par la même tente de résoudre son amnésie. Cette jeune Gravitéenne va devoir se battre face aux Névis et sauver la ville d'une mystérieuse "tornade"... L'histoire semble assez classique au départ mais les différents intervenants et les divers rebondissements donnent une trame sympathique, un peu brouillonne (beaucoup de pistes misent en chantier, mais peu de réponses au final) mais qui sied bien à l'univers de Gravity Rush. De quoi perdre son sens de l'orientation, une thématique que l'on retrouve tout au long du jeu. Il est difficile de juger objectivement la patte graphique du jeu mais qu'on aime ou qu'on n'aime pas, le jeu laisse rarement indifférent. Personnellement j'ai adoré cet univers (d'autres personnes à qui j'ai fait tester le jeu, n'ont pas spécialement apprécié le rendu visuel... comme quoi tous les gouts sont dans la nature). Mélangeant subtilement un univers aux graphismes propres, un cel-shading très réussi et une cité partiellement détruite presque fantomatique, l'ambiance de Gravity Rush est unique et on prendra un énorme plaisir à « visiter » la ville de fond en comble. C'est envoûtant !


Un plaisir des yeux,
Jouer avec la gravité n'est pas complétement nouveau mais c'est ici qu'est l'originalité du jeu
un jeu qui sait flatter la rétine du joueur et qui pourrait presque justifier l'achat du jeu et de la console, juste pour découvrir le design et le character design de cette licence. Alors bien sûr on pourra critiquer la faible profondeur d'affichage de la ville, mais lorsque l'on regarde la carte, on s'aperçoit qu'au vu de la taille de celle-ci, la PS Vita réalise un bel exploit et que le choix artistique était très ingénieux. Les transitions sous forme de BD et réagissant à l'inclinaison de la console, donne un petit plus à cette aventure visuelle. De plus, les différents personnages sont très attachants, seuls les ennemis restent assez quelconques : on a déjà vu des ennemis avec une forme peu définie et seuls les boss du jeu nous montrent une certaine originalité. Le jeu est assez basique de par sa construction : une ville ouverte, des objectifs clairement identifiés sur la carte, nettoyer une zone de ses adversaires afin de récolter différents items, abattre des boss. Tout ça est assez classique, mais un élément innove le tout : la manipulation de la gravité. Kat peut utiliser son pouvoir afin de renverser sa gravité de façon ponctuelle, transporter des objets grâce à une bulle de gravité, attaquer avec ses pouvoirs. Le tout est bien sûr évolutif, notre héroïne développant ses capacités au fur et à mesure de l'histoire. Dans le jeu on pourrait vite être perdu (ne pouvant trouver ou différencier le haut du bas, la droite de la gauche), et pourtant tout coule de source. Les développeurs ont eu l'intelligence d'intégrer un repère visuel qui est l'écharpe de Kat (qui indique toujours le sol). La maniabilité est plutôt simple, viser la direction choisie avec le système de gyroscopique de la console ou avec les sticks analogiques, appuyez sur la cartouche pour déclencher la mise en route de son pouvoir, attaquer avec une touche, désactiver son pouvoir avec l'autre... chaque action est rapidement assimilée ce qui donne une jouabilité efficace.


Seule la caméra
C'est toujours question de gout mais personnellement, je trouve le jeu très beau
par moment peut être handicapante, et donner le mal de mer (je voulais dire le mal de l'air :). Si la gyroscopie est amusante au début, on découvre vite que celle-ci est assez imprécise, le joueur reviendra très rapidement à l'utilisation des sticks afin d'optimiser ses attaques et ses déplacements. Le jeu comprend évidemment une histoire principale mais aussi des défis annexes afin de pimenter l'aventure. Les égouts, qui servent de maison à notre héroïne, vous permettront de faire vos sauvegardes, changer de vêtements, de vous téléporter vers la partie de la ville que vous souhaitez explorer. Le seul défaut majeur du jeu c'est que lors des affrontements, lorsqu'il y a énormément d'ennemis à combattre et on a tendance à vite être perdu. Il faudra donc stratégiquement prendre du recul pour savoir comment aborder ces combats, combats qui sans être d'une difficulté exécrable se montrent assez retors mais heureusement notre héroïne peut déclencher certains supers coups qui «nettoient » plutôt bien l'écran. Belle et enchanteresse, la musique est en parfaite adéquation avec l'univers de ce jeu. D'un point de vue sonore on nous offre une qualité à la hauteur du gameplay et du design, un must. Du point de vue bruitages, ça reste honnête, certes sans grande surprise. Niveau durée de vie, comme tous les jeux avec un univers « ouvert », tout dépend de ce que vous ferez : si vous réalisez le jeu en ligne droite (uniquement l'histoire principale) il vous faudra compter 6 à 7h environ pour terminer l'aventure. Mais si vous flânez, à la découverte de cet univers, que vous réalisez les quêtes ou les défis secondaires, comptez alors une vingtaine d'heures pour faire le tour de cette magnifique escapade.



Enfin Note
un jeu pour la PS Vita qui n'est pas simplement un portage, un jeu qui propose un univers singulier, ayant sa propre personnalité. Même si les mécanismes sont connus, la qualité générale du titre (scénario, réalisation, jouabilité…) nous offre l'un des indispensables pour tous possesseurs de la Vita. On pourra juste regretter une fin un peu "particulière" (pas de spoil), une caméra un peu folle par moment, un léger manque de lisibilité peut-être, mais ne boudons pas notre plaisir face à de telles sensations, un véritable univers vivant et pour une fois je peux le dire : j'ai vraiment envie que cette licence ait une suite. Même si la perfection n'est pas de ce monde, Gravity Rush s'en rapproche. La console nous démontre que de nouvelles licences peuvent naître sur ce support en ayant des qualités indéniables et que la portable de chez Sony a les capacités pour nous offrir de nouvelles sensations. Un jeu qui vous mettra sans dessus dessous, entre le charme de l'héroïne, l'univers plein de mystères et ses mécanismes de jeu diaboliques, Gravity Rush est un indispensable et on espère qu'il montrera la voie aux autres éditeurs, afin de nous offrir des titres originaux. Bien sûr que les portages sont sympas mais quitte à acheter une nouvelle console portable, autant avoir des jeux que l'on ne retrouvera pas systématiquement sur consoles de salon (comme Uncharted ou Mortal Kombat). Au vu des capacités de la machine (gyroscopique, tactile…) les développeurs ont les capacités de nous offrir des expériences de jeu inédites et Gravity Rush en est le parfait exemple.



Les -

  • Une caméra un peu folle par moment
  • Des bruitages moyens
  • Les +

  • Des quêtes principales et annexes
  • Une histoire intéressante
  • Un gameplay innovant
  • De jolies musiques
  • Une ville ouverte
  • C'est beau !

  • Test réalisé par Puffmagicd

    Lire l'article original sur CHISHIKI 72
    juin 2013