Zelda III (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 1992
Développeur : Nintendo
Editeur : Nintendo
Genre : aventure

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : FR
Difficulté :

Multi-joueurs : non
Abréviation : Zelda III
Titre alternatif : Zelda no Densetsu : Kamigami no Triforce (JAP)
Prix au lancement : 450Frs
Score des ventes : 4.61 Millions (SNES)


Aussi disponible sur :











Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The Legend of Zelda

A Link to the Past



Dans cette époque
Zelda III nous offre une réalisation parfaite !
où la Mega Drive dominait mon cœur de joueur, je ne portais pas la Super Nintendo au rang qu'elle méritait. Cependant il eu un jeu qui me convertit à vie, à la douce loi de cette machine : Zelda III. Je me souviens encore que j'arrivais chez mon cousin avec 1 à 2h d'avance tous les matins, pour pouvoir jouer au jeu avant de partir à l'école. C'est dire si son effet assouvissant fonctionnait bien. Zelda c'est avant tout 2 titres sortis sur NES et aux ventes mondialement phénoménales. Les 2 versions étaient moches (NES oblige), avaient un scénario franchement léger mais l'aventure proposait quelque chose de long et de construit. Pour de la NES, c'était le summum du genre. C'est ainsi que le père de Mario (Shigeru Miyamoto) s'est remit au travail pour mettre en boite pour le premier Noël européen de la nouvelle console de Nintendo, une aventure intéressante, riche et prenante. Voici donc Zelda III avec pas mal de promesses... toutes tenues ! Commençons par l'histoire : quelque chose est arrivé au château. L'oncle de Link part sous la pluie, sans nous en dire plus (il fait parti de la garde personnelle de la princesse Zelda). Lorsque Link (qui a les cheveux roses dans cette version ! 'Oo ) se réveille, le tonton n'est toujours pas rentré, voilà pourquoi il part à sa recherche et découvre qu'il fut blessé en voulant sauver sa protégée. C'est donc à lui de reprendre le flambeau familial et de partir la sauver. Au passage, il faudra affronter divers boss, tous plus impressionnants les uns que les autres, aux pouvoirs et sortilèges dévastateurs (et aux effets spéciaux très "mode7"), retrouver la TriForce (source de toute énergie dans le monde féerique de Zelda), délivrer les villageois, résoudre quelques énigmes... bref, Link n'a pas fini d'en baver. Comme on est sur Super Nintendo, il ne faut s'attendre à des vidéos en images de synthèses ou des cut-scènes en 3D mais une aventure pourtant très bien construite, à la difficulté bien dosée avec pas mal de textes scénaristiques et s'il vous plait, en Français ! Ca fait plaisir de voir que temps en temps les frenchies ne sont pas laissés pour compte (tout le monde ne comprend pas l'anglais, notamment les enfants et puis c'est tellement plus agréable lorsque c'est traduit). D'ailleurs, on appréciera une très belle intro qui relate l'histoire des 7 sages, ainsi que l'enlévement de la princesse par le sorcier Agahnim, sous-fifre d'un Ganon plus motivé que jamais, à devenir sur le seul maitre sur la Terre d'Or.



Techniquement, si Super Mario World nous
Certes un peu difficile par moment, l'aventure est longue et passionnante
a montré de quoi la machine était capable, Miyamoto-san et son équipe en remet une couche. Le jeu est graphiquement superbe ! Entièrement en vue de dessus, les décors sont très fins et colorés. Ca chatouille l'œil d'agréable façon. Tout l'univers du monde de Zelda sent la féerie et à l'écran ça donne une ambiance sans pareille. Pour enfoncer un peu plus le clou, le mode7 est de la partie avec de superbes effets de distorsions, transparences, rotations, zooms et mosaïques. Rien que ça et le tout dans une fluidité exemplaire. Côté jouabilité, l'effet Miyamoto est encore de la partie avec une prise en main simple et efficace. Notre petit Link va apprendre quelques petits mouvements et tours supplémentaires par rapport aux précédents épisodes comme nager, se téléporter, courir, soulever des pierres ou passer dans un monde parallèle (d'où une carte 2 fois plus grande). Vous aurez à disposition diverses armes (boomerang, flèches, 3 épées, 3 boucliers), des pouvoirs magiques (tonnerre, feu ou tremblement de terre) et l'aventure ne se résume pas à traverser les niveaux. Vous aurez la grande tâche d'explorer tous les donjons du jeu et d'en résoudre les énigmes, d'effectuer les missions secondaires (pour obtenir divers artéfacts ou bonus bien sympas) et comme si ça ne suffisait pas, il y a même des mini-jeux dans le jeu. Et une fois que vous croyez être arrivé à la fin de cette grandiose aventure, vous apprendrez qu'il existe un monde parallèle où règne le mal. Et il faudra alors traverser 8 donjons de plus. Croyez-moi, si le jeu n'est pas trop difficile, il est par contre très long. Pour ce qui est du son, on peut dire que "impeccable" est un bon concentré. Le chip son fait des merveilles avec des musiques tantôt douces tantôt rythmées, et des bruitages très bien assortis à l'ambiance du jeu. Le tout, bien évidemment, dans une qualité irréprochable.



Il Note
n'y a rien à redire sur ce troisième opus de Zelda puisque tout y est parfait : graphismes magnifiques, animation sans faille, effets mode7 bien utilisés, son de très grande qualité, jouabilité aux petits oignons, scénario captivant, fun du début à la fin de l'aventure, ambiance somptueuse... j'en passe sûrement mais pour résumer (bien qu'un tel jeu soit "inrésumable" : il faut le vivre !) c'est une merveille vidéo-ludique de cette chère ère 16bits qui manque tant aux vrais connaisseurs. Considéré par les plus grands fans comme le meilleur épisode de la série (je dis "ô que oui" ! ^.^), Zelda III est un titre mémorable et on peut même dire... culte !! Il est sans réfléchir dans le Top 3 de la console et même, dans le Top 10 de toute la génération 16bits ! Bref, quand des pixels forment une oeuvre d'art, ça donne ce jeu-là...



Test réalisé par iiYama

décembre 2005