U.N. Squadron (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : avril 1992
Développeur : Capcom
Adaptation : Daipro
Editeur : Capcom
Genre : shoot-them-up

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Area 88
Prix au lancement : 450Frs
Score des ventes : 120.000


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

U.N. Squadron








En 1988, Capcom
Le magasin pose une sympathique originalité au genre
lance son fameux système Arcade visant à contrer le System16 de SEGA, j'ai nommé le CPS1. Son 5e jeu sera le très renommé Area 88, un shoot-them-up horizontal qui reprend l'univers et les personnages du manga Japonais du même nom. En dehors du Japon, étant donné que le monde ne connaît pas le manga Area 88, Capcom a décidé d'appeler son jeu U.N. Squadron. Après des adaptations plus ou moins fidèles de son titre sur les machines de l'époque (Amiga, ST, C64, ZX Spectrum et CPC), le développement du jeu est confié Daipro qui a dû réaliser une ultime version de ce titre, sur Super Nintendo. Car il est toujours plus simple pour un développeur/éditeur de sortir un jeu déjà existant plutôt que d'en créer un en partant de zéro (c'est d'autant plus vrai pour le line-up d'une console). Afin de faire les choses bien, Daipro a eu l'aval de Capcom pour légèrement modifier le jeu, ce qui apporte quelques petits plus. Mais U.N. Squadron c'est quoi ? Et bien comme je le disais, c'est un shmup' en vue de profil. L'intro n'est pas trop mal et nous dévoile le fond de l'histoire, les options offrent le choix entre 3 niveaux de difficulté et la configuration de ses touches. On débute une partie et là on pourra choisir entre 3 personnages. A l'origine (sur Arcade) choisir son personnage c'était aussi choisir son avion, ce qui influait sur l'armement. Désormais ce n'est que pour l'esthétique et la vitesse de déplacement de son appareil. Ensuite on aura accès à 6 avions différents. Les variations sont cette fois très nettes. Tout d'abord en ramassant des power-up, on gagne de l'XP et plus cet XP est élevé, plus le tir principal est puissant. Et plus l'avion est cher et plus il pourra monter en XP. Et ce n'est pas tout, plus l'avion est performant et plus il pourra être équipé d'armes secondaires : mega-bombe, tir multi-missiles, tri-laser, drone mitrailleur, napalm… soit pas moins de 11 armes qui peuvent s'ajouter, en quantité limité, au tir principal. Bien sûr tout ça a un prix. Chaque ennemi abattu rapporte de l'argent et chaque avion acheté ou arme secondaire embarquée, coûte un max.


L'aventure
Techniquement le jeu a déjà 3 ans et souffre de gros ralentissements
se compose de 10 principaux niveaux, auxquels s'ajoutent quelques missions annexes. Via une carte, on choisit sa destination mais les zones les plus avancées ne seront accessibles qu'une fois toutes les zones précédentes nettoyées. Les niveaux sont très courts donc comptez en gros 1h30 pour finir le jeu. Et cette relative courtesse est compensée par une difficulté assez ignoble. Vous avez une barre d'énergie mais si vous vous faites toucher c'est généralement synonyme de mort. Et comme au départ on ne possède que 3 vies, on aura tôt fait de repartir à zéro. Et justement, la grande frustration du jeu est là : si on perd une vie, on repasse au garage pour le choix de son avion et de son armement, et on reprend le level du début. C'est extrêmement frustrant et rebutant mais heureusement, on garde quand même l'argent et l'XP acquis (du coup on peut acheter de nouvelles armes pour y arriver plus facilement). La jouabilité est sans plus et j'ai trouvé aberrant de ne pas avoir de rapid-fire pour le tir principal alors qu'on n'a pas de tir chargé (c'est sans doute pour mieux coller à l'esprit Arcade). Techniquement, la Super Nintendo nous a très vite montré de quoi elle était capable, notamment avec un Super Mario World bluffant. Seulement ici on parle d'un jeu CPS1 qui a déjà 3 ans et aucune mise à jour graphique n'a été faite. On se retrouve donc avec un jeu visuellement dépassé, tout juste digne d'une Mega Drive à ses débuts. Quelques parallaxes, des couleurs assez bien définies, quelques effets mode7 mais des décors vides, des animations pas très fluides et beaucoup de ralentissements. En plus de ça le son, s'il est meilleur que sur Arcade (le CPS1 faisant un peu de la merde sur le sujet) on n'aura pas non plus de grands thèmes. La faute à des compositeurs à l'origine peu inspirés et à des airs faussement Rock aux mélodies médiocres. Ajoutons à ça des bruitages franchement moyens et des explosions timides, et on se dira que le son est comme l'image : en demi-teinte.



U.N. Note
Squadron (connu au Japon sous le patronyme d'Area 88, lui même tiré du manga du même nom) est l'un des premiers shoot-them-ups de la Super Nintendo. C'est un jeu sympa si on le replace dans son contexte historique, puisque c'est bien connu, ce ne sont pas les jeux qui paraissent lors du line-up d'une console, qui sont les meilleurs. Malgré tout, pour l'apprécier, il faudra faire abstraction d'une difficulté très contraignante et d'une réalisation loin des attentes. A côté de ça, les mises à jour du gameplay sont plaisantes, sans pour autant que le jeu soit infidèle à l'original. Maintenant si on le compare à un Thunder Force III (pourtant sorti 2 ans plus tôt) alors c'est sûr, vous trouverez U.N. Squadron bien fade…



Test réalisé par iiYama

novembre 2009