Super SWIV (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1993
Développeur : Random Access
Editeurs : Storm (The Sales Curve)
Genre : shoot-them-up

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titres alternatifs : Firepower 2000 / Mega SWIV
Prix au lancement : 450Frs


Aussi disponible sur :









Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Super SWIV









Nommé Firepower 2000
Gameplay simple et attractif, mode 2 joueurs... Super SWIV est un bon jeu
aux Etats-Unis (entre nous, un nom à coucher dehors), Super SWIV est un shoot qui marche dans la droite lignée d'un Super Aleste. Avec son scrolling vertical, il faut en plus reconnaître une certaine esthétique au titre. Imposant un style très proche de ce qu'on trouve sur Neo-Geo, j'ai toujours été admiratif devant ce jeu qui ne propose en fait, graphiquement parlant, rien d'exceptionnel. Non, l'exception est ailleurs... Comme tout bon shoot qui se respecte, le scénario est mince comme une feuille de PQ en plus d'être d'un banal à donner le vertige. Mais comme on le sait, ce n'est pas pour ça qu'on signe dans un shmup'. Super SWIV propose tout de même une intro sympa, qui sera suivie 1h plus tard d'une fin décevante. Avec ce titre, il ne faut pas s'attendre à avoir un shoot ultra original. Il est vrai que quelques nouveautés sont le bienvenue mais globalement, les développeurs ont fait dans le classique, le sûr. On retrouve donc un shoot en vue de dessus où il faudra détruire tout ce qui se trouvera à porter de tir. L'armement fait la part belle à une originalité sympathique. Nous avons un tir principal (missiles, laser, plasma, lance-flammes et canon ionique) au visuel peu commun en plus d'être upgradable. Plus vous prenez d'options du même type ou d'étoiles, et plus votre arme sera dévastatrice. Il est d'ailleurs agréable de constater qu'à l'image d'Axelay, la perte d'une vie ne nous prive pas de toutes nos armes d'un coup puisqu'en plus, celle utilisée sera généralement épargnée. Il y a aussi un tir secondaire à user avec parcimonie. De différents styles lui aussi, on a l'occasion d'envoyer une salve de gros skud ou de missiles à têtes chercheuses ou encore un jet de flammes tournoyantes qui nous protège pendant quelques secondes. Ajoutez à ça un bouclier qu'on trouvera de temps en temps (si on tire dessus, il explose en nettoyant tout l'écran) ainsi que la possibilité de jouer à 2 simultanément. Super SWIV propose 2 véhicules radicalement opposés : un hélico et un jeep. Pour l'hélico, rien de neuf par contre avec la jeep, étant donné sa liaison au sol, on doit faire attention à ne pas heurter les tanks et autres ennemis terrestres en plus de devoir sauter les obstacles tels que les crevasses ou les coulées de lave (c'est d'autant plus vrai dans les 2 derniers niveaux). Etant donné la nature du gameplay, on peut apparenter le contrôle de la jeep au mode "hard" et celui de l'hélico au mode "easy". Dans 2 les cas, il faudra récupérer le plus de bonus possible.


Evidemment à 2,
Animation en béton, graphismes originaux et colorés avec en plus, un design unique
il faudra partager le butin et croyez-moi, si vous voulez finir le jeu, il vaut mieux jouer à 2 en coop' que seul ou à 2 "chacun pour sa gueule". Car s'il n'est pas infinissable (je l'ai fini lors du test et j'avais déjà vu la fin lorsque j'y avais joué il y a 10 ans de ça) il faut quand même s'accrocher les baskets. Les ennemis sont de plus en plus coriaces et les derniers niveaux sont de véritables enfers pour les réflexes. Assez proche du "style Neo-Geo" façon Alpha Mission II, les graphismes n'ont rien d'extraordinaire et pourtant, ils sont fort agréables. Le niveau de détails est assez élevé, les dégradés sont réussis et on peut même dire que Super SWIV à sa propre patte graphique, son truc à lui. Pourtant, le tout reste assez simple, surtout face à une concurrence qui use et abuse d'effets spéciaux, souvent impressionnants. Ici nous aurons droit à quelques effets de zooms discrets, quelques rotations mais rien qui en mette plein la vue. Ca n'empêche pas le jeu d'avoir un moteur graphique en béton. En effet malgré un mode 2 joueurs surchargé de sprites qui traversent l'écran, on ne verra aucun bug, ou si peu qu'il ne mérite même pas que j'en parle. Ca c'est impressionnant ! La Super Nintendo n'étant pas une Neo-Geo, on se demande comment la console de Nintendo ne sature pas avec tout ce qu'elle doit gérer. Une prouesse, certes minime face à un Axelay véritablement époustouflant, mais une prouesse quand même. Et s'il a bien une facette du jeu qui m'a plu, c'est la bande son ! Il n'y a pas une seule voix dans tout le jeu mais poussez le son à fond : c'est explosif ! Chaque bruitage est parfaitement calibré (même s'ils sont peu nombreux), offrant une ambiance de guerre aérienne vraiment réussie. Et aussi ce que j'aime dans les shoots de ces années-là, c'est la musique. Proche d'un style à la K-2000 (la série) composé sur un simple synthétiseur avec boite à rythmes, il faut reconnaître que les tracks sont mélodieux voire même hypnotiques. Une grande réussite.



Bien Note
assis au panthéon des meilleurs shoot-them-up 16bits, Super SWIV est une perle du genre. D'accord il n'est pas le plus beau jeu de la console, ni même le plus "expressif" en terme d'effets, d'accord il est un peu court et la difficulté oscille... mais quel pied ! Osant un style graphique bien à lui tout en étant proche de la concurrence SNKienne, Super SWIV distille une panoplie de musiques attrayantes et des bruitages vraiment réussis. Ajoutez à ça un catalogue d'armes novatrices (c'est pas tout les jours qu'on tire au lance-flammes) et une jouabilité solide, et vous obtiendrez ce que chacun m'accordera : un shoot de la mort ! Même s'il aurait pu être meilleur, surtout au niveau des graphismes, Super SWIV reste quand même l'un des meilleurs jeux du genre, sur la console de Nintendo.



Test réalisé par iiYama

juin 2007 (mise à jour : novembre 2013)