Super Probotector (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1992
Développeur : Konami
Editeur : Konami
Genre : action

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : Contra III : The Alien Wars
Prix au lancement : 450Frs


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Super Probotector

Alien Rebels



Si Contra est bien connu sur NES,
C'est super difficile mais ça n'empêche pas le jeu d'être fun, surtout à 2
il faut savoir qu'à l'origine, c'est un jeu d'Arcade sorti en 1987. Super Contra, sa suite directe (aussi connue sous le nom plutôt saugrenu de Super C) est sorti en 1988. Bref, ces 2 précurseurs du "run & gun" comme on aime les appeller aujourd'hui, véritables précurseurs de titres tels que Metal Slug, MERCS ou Gunstar Heroes, furent adaptés avec beaucoup de succès sur la vétérante NES. Allez savoir pourquoi, mais pour le sol Européen, le nom "Contra" fut changé en "Probotector" et les humains, héros des jeux, sont devenus des robots, sans doute plus vendeurs pour notre marché. Bref, après ces 2 superbes épisodes 8bits, voilà que la suite débarque sur la toute fraîche Super Nintendo et ce, en exclusivité. Nommé Contra III aux Etats-Unis et au Japon, mais Super Probotector chez nous, ce jeu faisait parti du line-up de la console avec entre autres les excellents Super Ghouls & Ghosts, Super Mario World et Super Castlevania IV (oui, ça fait beaucoup de "super" :). Il est donc censé nous montrer de quoi est capable la nouvelle console de Nintendo, une machine aux capacités étonnantes sur le papier, mais qui aura pris son temps pour enfin voir le jour (imaginez qu'à la sortie de la Super Famicom, la Mega Drive japonaise avait déjà 2 ans !). Avec Konami, qui nous a déjà pondu un Castlevania IV très sympa mais pas bien beau, on se demande s'il va en être de même avec celui-ci ? Bizarrement je lui ferai les mêmes critiques...




Personnage de Contra III (à gauche) et de Super Probotector (à droite).


Graphiquement
Si les graphismes ne sont pas fantastiques, le titre se rattrape avec des boss très impressionnants !
c'est vide, parfois grossier et ça manque de couleurs. Le jeu garde tout de même cette "griffe Contra" typique à la série, avec quand même quelques passages qui rattrapent un peu le vide intersidéral des nuances (car il faut le reconnaitre, c'est super terne). Côté animation par contre, c'est le grand jeu. Les boss sont pour la plupart énormes avec de gros effets mode7 derrière. Rien que devant celui du premier level, on reste admiratifs ! Et tout au long de l'aventure, Super Probotector joue les même cartes : en mettre plein la vue. Pari réussi ! Le soft alterne les vues de profil et les vues de dessus (une nouveauté pour la saga). Dans ces dernières, les effets de zooms et rotations sont largement mis à contribution. Ca chauffe sous le mode7. Pour ce qui est des vues de profil, c'est du sûr, du classique mais à la rigueur, ce n'en est que plus jouable. La bande-son par contre, est assez banale. Les musiques sont en sourdines et de toute façon, elles ne laisseraient pas une empreinte indélébile (contrairement à ces fourbes qui disent qu'elles sont géniales... à croire qu'ils n'ont jamais jouer à Axelay, Biometal ou Donkey Kong Country... là y'a de bonnes musiques !). Quant aux bruitages, ils sont efficaces, rien de plus. Alors qu'est-ce qui accroche le joueur à ce jeu ? Son gameplay et son fun bien sûr ! Le titre offre diverses situations assez inédites (pour l'époque bien sûr) comme monter la façade des murs, aller casser la tête à un boss accroché à un missile ou encore se retrouver face à un monstre qui prend tout l'écran et s'offre une entrée fracassante en détruisant la moitié de la pièce. On reste scotchés ! De plus, les commandes répondent parfaitement, ce qui ne gâche rien à une action soutenue où les flots d'ennemis n'arrêtent pas.



C'est Note
encore une fois le fun qui sauve le jeu et non son aspect graphique. Mais on ne s'en plaindra pas car je préfère un bon jeu moche, qu'un beau jeu sans intérêt. Seul (gros) regret : la difficulté est quasi insurmontable, surtout en solo. C'est bien trop dur ! On arrive très difficilement à la moitié du jeu et pour le reste, il faut être un réel pro du pad pour en voir la fin. C'est un peu dommage tout de même. Contra III/Super Probotector (j'admets préférer nos robots, ils sont plus class' ^_^) est un titre digne d'intérêt. Si certains lui vouent un véritable culte, personnellement je serai plus posé (plus objectif ?), en affirmant qu'il reste un bon jeu mais que la console a tout de même connu bien mieux (Rendering Ranger ?). Maintenant c'est sûr, pour un jeu line-up, il était difficile d'en demander plus...



Test réalisé par iiYama

aout 2005 (mise à jour : aout 2013)