Super Mario Kart (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : janvier 1993
Développeur : Nintendo
Editeur : Nintendo
Genre : courses

Support : cartouche de 4Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en splitté
Prix au lancement : 450Frs
Score des ventes : 8.76 Millions


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Super Mario Kart








Voilà un jeu
Même en solo, on n'aura jamais de plein écran. C'est absurde, d'autant que F-Zero y arrivait lui...
qui aura ravi les possesseurs de Super NES. A l'origine, Nintendo développait un jeu de course classique à base de kart et ce n'est que plus tard dans le développement que le père Mario fut intégré. Faut dire que ça a de suite apporté plus de jovialité au design, que les développeurs ont ainsi pu reprendre tout l'univers du plombier et apporter aux courses certaines facettes plus pimentées. Le succès fut tel, avec ses quasi 9 millions de ventes, que par la suite plusieurs développeurs ont cherchés à reprendre cette recette, avec leurs propres mascottes : Jak & Daxter dans Jak X, Crash Bandiccot dans Crash Team Racing, Sonic et sa clique dans Sonic Drift et Sonic R, mais aussi Bomberman Kart, Shrek Swamp Kart Speedway et j'en passe... S'en suivi aussi des jeux de kart plus terre à terre qui essayaient de renouer avec la "magie karting" tout en imposant un univers plus réaliste (Michael Schumacher Kart Racing). Cependant, c'est bel et bien Mario Kart qui posa la première pierre du "Mario à toutes les sauces". Avant, hormis de timides Mario Tennis ou quelques apparitions ça et là, Mario se cantonnait à la plate-formes. Désormais il est partout : foot, party-game, jeux olympiques, combats… Personnellement je trouve ça regrettable car Mario n'excelle vraiment que dans son univers personnel, puisque dans les autres jeux il ne fait que de la figuration. Bref, pour en revenir à Mario Kart, on s'en doute, c'est un jeu de courses. Jouable en solo ou à 2 en écran splitté, mon premier regret c'est qu'on n'a jamais de plein écran. L'image est toujours coupée en 2 et si vous jouez seul, la partie du bas servira de map ou de rétroviseur. 2 modes principaux sont accessibles : grand prix et time trial. Le mode time trial vous propose de vous frotter aux 20 circuits du jeu et de battre votre record au chronomètre. On est seul en piste, on s'ennuie un peu mais c'est pratique pour s'entraîner et bien connaître les pistes. Le mode GP fonctionne comme en Formule 1, à savoir qu'on n'est pas obligé de finir premier, ce qui compte c'est le nombre de points qu'on récolte (au minimum il faut finir 4e pour passer à la course suivante). Or c'est ici que le jeu trouve sa plus grosse critique : c'est un peu injouable. En effet nous avons à disposition 8 personnages (Mario, Luigi, Peach, Bowser, Toad, Koopa, Yoshi et Donkey Kong) et chacun aura ses facultés propres parmi 4 critères : vitesse, tenue de route, accélération et saut. Car aussi saugrenu que ça puisse paraître, les karts sont de vraies caisses à savon et pour récupérer du grip, rien de tel que de sautiller. Ce saut vous permettra aussi d'éviter certains obstacles comme des flaques d'eau ou un tir ennemi (mais faut être sacrément précis).


Chaque personnage
Le mode7 tourne a plein régime mais c'est vide, peu fluide et lent
pourra utiliser contre vous une fonction spéciale : par exemple Donkey Kong lance des bananes, Bowser des boules de feu, Yoshi des œufs. Le but avoué est évidemment de vous faire perdre et croyez-moi, vos adversaires ne s'en priveront pas. Ce qui est dommage, c'est que nous, on en est privé ! Pas spécialement difficile en soi, le jeu prend un malin plaisir à s'acharner sur nous, surtout lorsqu'on est en tête. En solo ça devient rapidement pénible et très vite le jeu ne trouve d'intérêt qu'à 2 joueurs. Car l'autre grosse particularité de Mario Kart, c'est qu'on aura toute une panoplie d'items à récupérer en chemin et qui nous servira à étaler nos ennemis. Par exemple le champignon donne un coup de boost, la carapace rouge (à tête chercheuse) dégomme l'opposant le plus proche, l'étoile rend invincible. Ainsi les courses sont plus pimentées et les parties en duo éclatent en fou-rires et en compétitions bon-enfants (alors que le solo vous tapera sur les nerfs). Il y a 4 classes de niveaux, réparties en 5 courses chacune. 2 types de kart sont accessibles, 50cc et 100cc, la 3e catégorie (la 150cc) étant à déloquer. A part une difficulté qui grimpe vite en flèche, il n'y aura pas vraiment de différences puisqu'à vrai dire, le jeu est plutôt lent. Reprenant l'acquis de F-Zero, la technique de programmation reste la même : avec un habile mélange de rotation et de zoom, on voit le décor défiler. Mais si la programmation est la même, le rendu lui-aussi reste à l'identique à savoir que c'est désespéramment plat et pas franchement fluide. Faut dire que sur ce coup-là, le mode7 tourne à 110% de ses capacités et n'a pas vraiment été étudié pour gérer tout un décor (à la base c'est un processeur d'effets dédié aux sprites). Mais il est vrai qu'en transposant son jeu à l'univers de Mario, Nintendo a su lui donner des airs sympathiques. En plus, ils ont eu le bon goût d'en reprendre ses aspects les plus notables : les Cup, les divers pièges et les items sont repris de Super Mario World et Super Mario All-Stars, tout comme les décors qui sont à thème (ghost house, mushroom, fleur ou étoile). Dans le même sens, la musique reprend aussi les airs guillerets de l'univers du plombier, sans atteindre toutefois le génie créatif de Mario 4.



Avec Note
Super Mario Kart un mythe est né. S'il est difficile aujourd'hui de lui trouver un grand nombre de bons côtés, notamment parce que toutes les autres versions lui sont supérieures, il n'empêche que dans la vie de la Super Nintendo, il aura fait son bout de chemin. Reste comme critique un mode solo impitoyable (et ça, ça n'a rien à voir avec l'âge du jeu), ce qui le rend pénible et irritant. C'est pas vraiment jouable, les karts ayant des réactions pour le moins aléatoires et hormis le fait qu'on retrouve avec bonheur l'univers graphique de Mario (pièces, tuyaux, carapaces de tortue), on ne peut pas dire que ce soit beau, même s'il faut toutefois respecter la prouesse graphique en terme d'animations mode7. Super Mario Kart est un jeu culte, c'est vrai, mais c'est aussi un jeu qui vieillit mal car de nos jours il arriverait passablement à la moyenne. L'un dans l'autre (et en respectant la date de sortie et le support) j'ai tranché puisque finalement la génération 16bits n'étaient pas encore prête pour ce genre de jeux (pour ça il faudra attendre la génération suivante). Et puis 18/20 pour un contenu tel que celui-ci, un affichage exclusivement scindé, un jeu lent, pas forcément jouable et difficile (limite peau de vache)... ça me parait surnoté. Une note de 15, ce qui est déjà fort honorable, me semble plus justifié. Et je ne veux rien savoir d'une communauté qui le porte aux nues, car la plupart des appréciations ne sont pas justifiées. A bon entendeur...



Test réalisé par iiYama

octobre 2009 (mise à jour : aout 213)